Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Invité le Jeu 3 Jan 2008 - 19:31

    A terre.

    Quelle idée saugrenue de rester à terre, alors que l’on a un vaisseau ? Certes, le besoin de ravitaillement est inévitable. OK, passons. Mais quel est l’intérêt de rester si longtemps « à quai » ? Konrad n’appréciait pas trop les escales, les trouvant forcément trop longues, trop fréquentes. Ce n’est donc pas possible de faire le plein en 10 minutes ? Non, il faut que l’équipage sorte et aille boire, avant de rentrer, dans un état déplorable, encore un peu plus proches de leur future cirrhose. Et ce pendant…

    Ses yeux glissaient sur les instruments, maintenant éteints, qui permettaient de piloter la bête, comme il se plaisait à l’appeler. Les diodes demeuraient ternes, sombres, la salle entière était silencieuse. Il aimait cet endroit, celui où il passait le plus clair de son temps à bord, et son ambiance quasi-frénétique qui y régnait en temps normal. Là, rien ne bougeait. Il lui semblait que tout le vaisseau était mort, raidi par son stationnement sur cette planète. Et quelle planète ! Troie, l’imprenable Troie, terra aride. En bon enfant d’Avalon, il semblait presque cohérent que cette planète sèche ne plaise que très peu à Konrad. Mais s’il n’y avait que le climat ! La luminosité était trop forte, la gravité trop importante… A vous faire vivre moins longtemps, tout cela. Qu’importe…

    Il se pencha un peu plus sur ses notes. Il avait pris, plus jeune, l’habitude de noter tous ses trajets, avec quelques remarques. Le dernier, par exemple avait été calme, si l’on s’en tenait au carnet de bord, mais l’ambiance à bord avait été exécrable, notamment en raison du second qui avait montré son insubordination. Du moins, c’est comme cela que Konrad nommait cela. Il était à présent parti, pour le plus grand bien de tous. Le regard du lieutenant tactique se posa de nouveau sur les instruments éteints. Il soupira, lassé d’attendre.

    Il referma son carnet, et le glissa dans sa poche, avant que d’essayer de se hisser sur ses jambes. Si vous pensez que cela est facile de se mettre en position debout avec une jambe raide, détrompez-vous ! Poussant du mieux qu’il put sur sa jambe gauche, et appuyant sur ses bras pour se redresser, il finit, une fois sur ses deux pieds par attraper sa canne et fit quelques pas. Son membre raide l’élança quelque peu. Douze ans déjà qu’il avait vu sa mobilité chuter brutalement, en même temps que son avion de papier, et toujours la même sensation hurlante. Souffrance physique ? Peut-être, mais c’était plus son esprit qui le torturait, pétri de regrets. Il n’aurait jamais été pilote. Il volait, certes, mais son poste était pour le moins limité. Ses rares interventions n’avaient vraiment pu prouver ce qu’il valait. D’ici à ce qu’on le balance dehors sous peu…

    Son intercom sonna, une vieille connaissance semblait vouloir reprendre contact.

    « Salut… Nan… nan, pas possible, je bosse… Ouais… oui, c’est dommage… ouais ouais, je te préviendrai quand je repasserai. Salut ! »


    23 secondes, montre en main. Konrad n’était pas vraiment d’humeur à tailler le bout de gras avec n’importe qui en ces temps d’escale.
    Il alluma un moniteur, et lança une simulation d’abordage par un quelconque service de répression des fraudes. Quitte à perdre son temps, autant tâcher de le perdre à bon escient. Un des membres de l’équipage entra à cet instant, farfouilla dans un coin, puis ouvrit la porte pour sortir.

    « Vous allez en ville ? Pouvez-vous me dégotter ceci pour moi ? » demanda Konrad au matelot surpris de le voir.

    Il lui tendit une petite feuille pliée en deux, que le matelot ouvrit pour lire.

    « Des antalgiques. Et tenez, » lui fit-il en lui glissant un billet dans la main. « Merci. »
    L e matelot le salua, puis quitta la salle.

    Konrad soupira, puis s’assit devant son écran.

    *Bon, voyons voir ce que ça donne…*


    Dernière édition par le Lun 28 Jan 2008 - 20:11, édité 1 fois
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 30
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Erwyn Von Drachnar le Dim 6 Jan 2008 - 19:31

    Après que son nouveau commandant l’ait abandonnée là pour se rendre au hangar, Ewyn sortit dans le couloir. Bon. Où allons-nous maintenant ? Elle regarda à droite, à gauche. Il lui semblait que les quartiers du Capitaine (c’est-à-dire les siens maintenant) se trouvaient dans le coin. Elle avança doucement regardant attentivement les portes. Puis vit une inscription au-dessus de l’une d’elle : Cabine du Capitaine. Et bah voilà ! Ewyn voulut entrer mais elle se rendit compte qu’elle n’avait pas reçu la carte magnétique lui autorisant l’accès. De ce fait, la porte ne broncha pas. Et m…. ! J’ai l’air fine avec mon baluchon sur le dos moi. Et je ne vais certainement pas le laisser là sans surveillance. On est sur un navire de contrebande après-tout. Les voleurs, y’en a partout… Pfff.

    Elle réajusta alors sa besace sur son épaule et décida de la marche à suivre. Retrouver son Commandant. Donc Direction le hangar. Ca tombe bien, c’est là d’où elle venait. Ca ne devrait pas être trop difficile de retrouver son chemin…

    Ce qui l’étonna n’était pas le fait qu’elle arrive à se repérer dans le vaisseau, elle avait un bon sens de l’orientation, ni le fait qu’elle ne croisait quasiment personne mais plutôt le fait que le peu de personne qui la croisait et dont elle ignorait l’identité, ce qui devait être réciproque, ne l’arrêtait pas. Elle trouva cela étrange… Dans un sens, tant mieux pour elle. Ainsi, elle n’aurait pas à se répéter.

    Le problème dans son plan c’est qu’au lieu d’aller directement au hangar, elle arriva sur le Pont. Bah oui, le jeune garnement l’avait bien amenée ici avant de la conduire au Commandant.
    Elle fit donc son entrée sur le Pont. Et là aussi il n’y avait personne. Enfin presque. Elle entendait des bips réguliers typiques de l’activité d’un ordinateur. Elle s’approcha de la barre qui surplombait la pièce. Ah ! Une Vivenef, ca n’avait rien avoir avec un cargo… C’était le moins que l’on pouvait dire. C’était franchement immense. Le pont pouvait contenir au moins une douzaine de personne à l’aise. Elle fit le tour de la pièce des yeux, cherchant à retenir le plus d’informations possibles. C’est alors que son regard se posa sur un homme. Il y avait bien quelqu’un dans cette pièce.

    [Comme Ewyn n’est pas du genre à engager la conversation, je te laisse faire. Disons qu’en résumé, là tu as une grande blonde qui vient de faire irruption sur le pont et qui regarde un peu partout^^ Cela te convient-il ? Ou faut-il que je change quelque chose ? ]


    Dernière édition par le Dim 6 Jan 2008 - 23:04, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Invité le Dim 6 Jan 2008 - 21:47

    Spoiler:
    Non, c'est parfait, pas d'inquiétude ^^ C'est à moi de m'adapter à ce que tu écris, pas l'inverse, voyons ^^ Et puis, être laissé seul avec une grande blonde a tout de même ses avantages :kao5:

    Le programme de simulation avait ceci d'intéressant qu'il permettait à Konrad de fixer ses pensées sur une seule et unique activité, lui évitant ainsi de traîner inutilement, tout en permettant de développer ses compétences d'analyse d'une situation donnée.

    Il n'empêche. Dans le cas présent, le lieutenant se serait volontiers passé de ces tests qu'il se forçait à effectuer pour ne pas "perdre la main". Il tenait à se rendre utile, il fallait donc prouver la nécessité qu'on avait de le garder à bord. il soupira. Les petits spots lumineux sur l'écran clognotaient, le renvoyant dans des pensées brumeuses de constellations. Être en mouvement, voilà ce qu'il fallait ! On risquait moins en se déplaçant qu'en restant sur place, immobile, à attendre que n'importe quelle force - militaire, policière ou milicienne - ne leur tombe dessus à l'improviste. Il releva ses mèches - qui commençaient à lui obturer la vue - d'un geste quasi-frénétique.
    Il soupira, d'un air las, morne, désenchanté. Ce qu'il était. Las d'attendre, usé par son inactivité, et ayant quelque peu perdu ses rêves de conquêtes spatiales palpitantes. LEs contrebandiers, en vérité, n'étaient des héros que dans les pulps qu'il lisait étant jeune. La réalité était bien plus terre-à-terre, loin de ses rêves de justicier libérateur, ou de pirate conquérant. Cortès n'était qu'un mythe, et Barbe-Noire une histoire pour faire peur aux enfants. Les petites diodes semblaient s'affoler sous son nez, semblant le forcer à tapotter quelque chose sur le clavier.

    Le seul bouton qu'il enfonça fut celui de l'alimentation, rendant l'écran aussi sombre que le cosmos dans lequel Konrad aimait aller.

    " La barbe ! maugréa-t'il en se relevant. Et... ?"

    Pour comprendre ce qui mit brutalement fin à son monologue improvisé, il faudrait se mettre dans la peau d'un jeune homme se pensant seul, et qui se retrouve nez à nez avec une jeune femme, inconnue, et se situant trop profondément dans le navire pour être honnête.
    Quelques instants de silence s'écoulèrent, jusqu'à ce que Konrad ait la présence d'esprit de réagir. Le jeune femme était mutique, ce qui la rendait suspecte à ses yeux. D'un mouvement leste, il redressa sa canne à hauteur de la gorge de la demoiselle. Il ne se pensait aucunement menaçant, même si son regard était déterminé.

    "Puis-je savoir qui vous êtes ? Ce que vous faites ici ? Cette embarquation est privée," commença-t'il, légèrement hésitant quant à ses mots, son ton se faisant volontairement plus autoritaire qu'il n'aurait dû l'être.

    Il faut bien avouer que Konrad ignorait légèrement comment s'adresser à autrui, surtout en pareille circonstance. Devait-il convoquer la police locale ? Mauvaise idée... Les faire entrer dans Pandore aurait signifié la confiscation de tous les produits présent en soute, ainsi que la détention - assurée - de tous les membres de l'équipage. Sa représentation des choses était encore assez romanesque, avec des forces de police combattant le crime, et de fait la contrebande. Il ignorait - et, pour être franc, s'en moquait - les arrangements qui avaient pu être passés en vue de faire escale.
    Mais la question n'était pas là. Aucun représentant de l'ordre n'entrerait en ces lieux, ou du moins pas sous son injonction.
    Si les matelots avaient été présents, ils auraient pu empêcher à cette personne, forcément importune, de pénétrer en ces lieux. Mais non, il avait fallu qu'ils désertassent le navire. Inutile de préciser que Konrad était aux anges.

    "Alors ?" insista-t'il d'une voix calme, mais sèche.

    Bien qu'il entendait une petite voix lui demandant de faire marche arrière, pour une raison quelconque, un état d'âme comme un autre, Konrad figea sa pose.

    Ce qui ne fut pas le plus judicieux de ses choix.
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 30
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Erwyn Von Drachnar le Dim 6 Jan 2008 - 23:05

    Et bien cet homme ne fut pas courtois. Loin de là. Dès qu’il l’aperçut, il lui brandit sa canne sous le nez, ce qu’elle n’apprécia guère, lui faisant soulever un sourcil du genre « Pour qui il se prend celui-là ? » et commença à s’en prendre à elle.

    Bon d’accord. C’était peut-être un peu légitime… Elle n’avait pas été présentée à tout le monde dans ses fonctions. Ce qui était normal vu à la vitesse à laquelle Rys Lleanh était partie. Mais bon, Ewyn allait bien s’en sortir. De toute façon, elle n’avait pas trop le choix. Il fallait bien qu’elle fasse ses preuves, non ?

    Et c’est sûr que de trouver une inconnue sur le pont d’un navire de contrebande peut paraitre suspect…

    Enfin ! Ce n’était pas une raison pour l’agresser comme ça ! Car oui, se faire désigner par une canne qui lui touchait presque la gorge, ce n’était pas exactement ce qu’on pourrait appeler une façon de saluer les gens.

    « -Alors ? Je suis le nouveau Capitaine de cette Vivenef. Ewyn Von Drachnar. Je vous prierai donc de baisser cette canne. »

    Elle n’ajouta pas : Qui vous serez bien plus utile au sol, en appuie, que levée. Mais elle s’en abstint.
    Et oui ! N’oublions pas que cette demoiselle n’est pas du genre expansif. Encore qu’en cet instant, cela n’aurait peut-être pas été le bienvenu. Il ne fallait pas se mettre à dos un membre de l’équipage le premier jour, quand même !

    Tiens ! En parlant de ça…

    "-Et vous ? Je peux savoir qui vous êtes ?" demanda-t-elle sur un même ton calme et sec.

    Bah oui ! Elle n'allait quand même pas se faire impressionner. Elle ne l'a jamais été par quelqu'un jusqu'à ce jour, alors elle n'allait pas commencer.

    Et puis son interlocuteur n’était pas franchement impressionnant. Il avait une corpulence... disons légère et faisait presque sa taille. Oui bon. Le fait qu’elle était vraiment grande pour une femme n’arrangeait pas les affaires du jeune homme. Puisqu’en effet, l’homme était jeune lui aussi. Cela ne se voyait peut-être pas au premier coup d’œil mais quand on s’attardait un peu, on pouvait le voir.
    Il avait également l’air sévère. Il devait avoir un poste à responsabilité. Bien que l’un ne soit pas forcément la cause de l’autre…
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Invité le Dim 6 Jan 2008 - 23:40

    A certains moments, l'on sent un courant froid parcourir le corps du cou aux mollets, en traversant le dos, faisant se hérisser les poils de bien désagréable façon sur son passage. Ces instants peu appréciables correspondent à deux situations.
    La première : une porte est ouverte, de l'air circule vite, faisant se rafraîchir l'endroit où l'on se trouve, et ce de manière on ne peut plus brutale.
    Seconde situation : l'on vient d'agir de la manière la plus indélicate qui soit, la plus irréfléchie et l'on vient - logiquement - de commettre une lamentable bourde dont on sent que les conséquences seront pour le moins lourdes.

    Konrad se trouvait actuellement dans le dernier cas de figure, avec son petit morceau métallique pointé au visage d'une personne se prétendant être la remplaçante de l'ancien second. Une arborescence des choix possibles s'offrait alors au lieutenant :
    - avouer son erreur et s'excuser, ce qui aurait pour conséquence d'apaiser les choses, il osait supposer que son interlocutrice était compréhensive ;
    - s'entêter et finir par obtenir la véritable identité de la grande dame qui se tenait en face de lui, choix qui offrait d'autres possibilités : revenir à l'étape première, et s'excuser, on s'enferrer dans un cercle vicieux, car il doutait que la Vivenef lui confirme quoi que ce fût, au vu des rapports qu'elle entretenait avec l'équipage ;
    - appeler la commandante, ce qui offrait aussi deux possibilités : si la personne était une intruse, elle serait mise dehors, sinon, il se mettrait à dos et la capitaine, et la commandante pour insubordination.

    Les probabilités de chances étaient faibles pour Konrad, qui décida, en tenant compte du fait que l'on approchait tout de même pas un vaisseau aussi facilement, de jouer la carte de l'incrédulité polie, ou plutôt du vérificateur procédurier.
    Il abaissa sa canne, pour s'appuyer de nouveau dessus, ce qui eut pour effet de soulager quelque peu les traits crispés de son visage. Il n'en demeura cependant pas moins sévère.

    "Je vous prie de m'excuser, je pense que vous comprenez que l'on ne peut vraiment se fier à quiconque vous annonce, bouche en coeur, truffe humide et larme à l'oeil : 'je suis votre nouveau chef'. Pouvez-vous me prouver votre affectation récente ? Une note de notre commandante, du médecin, ou même de vos parents... ?" sa voix était toujours aussi rude, quelque peu ennuyée d'avoir à passer par ces formalités usagères. On n'était jamais trop prudent. Cependant, l'ironie pouvait être de trop, même si elle lui permettait d'éviter la crispation tétanisée, tout en faisant retomber le tension qui s'était installée. Toujours bon à prendre. Au pire, des excuses.

    Il fixa Erwyn dans sourciller, impassible, tâchant de voir si la jeune femme - qui, soit dit en passant, avait la même carrure que lui-même - mentait ou non. Autant il savait analyser des situations en faisant des choix, autant se fier à ses impressions lui était étranger.

    "-Et vous ? Je peux savoir qui vous êtes ?"


    Il releva un sourcil surpris. Quel intérêt ? Si cette personne était véritablement le nouveau capitaine, cela avait un sens, mais dans l'autre hy^pothèse, cela était inutile, à moins de vouloir assumer le rôle jusqu'au bout. Cependant, il aurait été plus logique de menacer le jeune lieutenant de non respect de la hiérarchie, ce qu'un menteur doué aurait fait. Soit cette personne disait vrai, soit elle était une imposteuse hors pair. Le jeune boîteux pencha plus pour la première solution - encore soumise à confirmation - et décida alors de lui révéler son nom.

    "Vous pouvez. Je me nomme Konrad Hlodowic, et je suis présentement lieutenant tactique à bord de Pandore."

    Ses yeux restaient rivés sur la jeune femme face à lui, non sans une certaine insolence, attendant patiemment d'avoir reçu confirmation des dires de la charmante demoiselle blonde avant de se permettre d'obéir à ses ordres.
    Il avait ainsi sécurisé toutes ses positions, pouvant s'assurer d'avoir joué la carte de la sécurité jusqu'au maximum possible, ce qui permettrait de s'assurer un parachute dans tous les cas de figure.
    Il profita de la proximité d'un moniteur pour s'y adosser - du moins ce qu'il put - relaxant un peu ses membres endoloris.
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 30
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Erwyn Von Drachnar le Lun 7 Jan 2008 - 19:44

    Bon point pour le jeune homme. Il finit par abaisser sa canne.

    Ensuite, Ewyn réussit à maintenir son masque d’impassibilité avec une incroyable volonté, malgré la très forte envie de rire. Avait-elle vraiment eu la « bouche en cœur », la « truffe humide » et la « larme à l’œil » lorsqu’elle s’était annoncée ? A sa connaissance, non. Ce qu’il y avait d’hilarant ? C’est qu’elle ne se voyait absolument pas arborer une telle expression. C’eut été comme si on demandait à un lion de devenir herbivore…

    De toute manière, rire au nez de quelqu’un qui présente une nette tendance suspicieuse à votre égard est bien la dernière chose à faire si l’ont veut être prise au sérieux.

    N’empêche ! C’est dingue ce que les gens de Pandore pouvait être méfiant ! Un bon point pour eux !
    Un équipage de contrebandiers devait nécessairement posséder cette qualité. Cela assurait leur survie.

    En tout cas, elle nota un haussement de sourcil à sa question. Il n’y avait pas de quoi pourtant. Bah, elle mit ce détail de côté puisqu’elle eut finalement sa réponse. Le jeune homme se nommait Konrad Hlodowic. Pas banal comme nom. Ewyn n’aurait su dire de quelle planète il venait.

    Et ce regard. Insistant. Presque insolent. Avaient-ils donc tous cette nature provoquante ?
    Si c’était le cas, son travail allait se révéler un peu plus délicat que prévu.

    Mais loin de se décourager, Ewyn décida de relever le défi. S’ils étaient tous ronchons, et bien elle ferait avec. Après tout, elle venait d’un endroit particulièrement peuplé de ronchons alors cela ne la changerait pas trop.

    Bon revenons à nos moutons, ou plus précisément à notre Lieutenant. Lieutenant qui fatiguait un peu à force de rester debout. Elle nota également qu’il s’adossa à un moniteur. Ménager l’homme. Noté.

    Ewyn mit alors sa main dans une des poches intérieures de son manteau, avec un soupir, plus pour la forme qu’autre chose, et en ressortit un papier.

    « -Voilà mon accréditation, Lieutenant. »

    Elle ne lui demanda pas si cela lui convenait. Elle n’en avait que faire. Ce papier était sa clef ici. Enfin jusqu’à ce que le Commandant la présente à l’équipage. En attendant, elle devait défier la méfiance des membres de cette Vivenef. Elle prit ça comme une sorte de test d’entrée. Et elle ne comptait certainement pas échouer.

    Elle le regarda donc de toute sa stature et de toute l’implacabilité dont elle était capable. Histoire de dire : Maintenant vous arrêtez de me regarder comme cela ou je vous envoie valser.

    Si elle voulait rester en place, il ne fallait pas qu’elle se laisse marcher sur les pieds. Et de toute manière, ce n’était pas son genre. Si on lui cherchait des noises, on la trouvait.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Invité le Lun 7 Jan 2008 - 21:27

    Ewyn était de marbre. Sans sourciller, elle avait tendu à Konrad un papier, plié soigneusement. Une telle collaboration commençait à ôter les derniers que le lieutenant avait pu avoir. Tout d'abord, la jeune femme obtempérait rapidement, comme l'aurait fait une personne tenant à prouver sa bonne foi. On pourrait aussi supposer que cela était une ruse habile pour gagner la confiance du jeune homme, mais cela aurait signifié pousser la paranoïa à un point un peu trop prononcé, faisant perdre à l'entretien tout discours rationnel, ce que Konrad haïssait par-dessus tout.

    "Je vous en prie, asseyez-vous..." déclara-t'il, poli, à l'éventuelle seconde - la preuve se tenait juste dans sa main, il lui fallait encore la lire.

    Il déplia le papier, et le reconnu aisément. Les mêmes phrases habituelles servant à désigner un poste. Pandore, comme d'habitude, passait pour un navire neutre, et les papiers étaient on ne peut plus cérémonieux, officiels, certifiés par la signature de la commandante en bas de page. Considérant qu'il n'y avait pas eu contrefaçon - peu de personnes connaissaient les commandants de vaisseau, et ainsi encore moins leurs signature - il le rendit à Erwyn, en même temps qu'un hochement de tête poli, et presque repentant. Presque.

    "Au temps pour moi, mon capitaine. Comme vous pouviez l'imaginer, la sécurité est primordiale au sein d'un navire comme le nôtre. Les... affaires... doivent plutôt rester discrètes. La concurrence, comprenez-vous..."

    Même si la concurrence dans le secteur était différente de celle habituelle à la voie légale, 'Rad préférait s'en tenir à des termes neutres, évasifs. Il n'aimait pas parler des affaires de Pandore, ce qui le poussait à la discrétion. Mieux valait être prudent, savait-on jamais... Sans trop pousser non plus, pour éviter de tomber dans des délires paranoïdes aigus.
    Décidant d'entamer le dialogue avec sa supérieure, il entama :

    "Puis-je vous demander d'où vous venez ? Quitte à travailler ensemble, autant que les conditions soient au moins aussi décontractées que l'ambiance qui pèse ici..."

    Aucun sourire, rien ne vint ponctuer son discours, juste un oeil moqueur, traduisant l'intérêt que pouvait porter Konrad au monde environnant. Non qu'il tournait son capitaine en ridicule, cela ne lui avait même pas affleuré l'esprit, simplement, il n'aimait pas les discussions guindées et stéréotypées que l'on pouvait trouver en bonne société.

    "Au cas où ça vous intéresserait, je suis de Carbonek. Sur Avalon. Une vieille ville dite 'médiévale' - pour ce que ça veut dire... Grise, pluvieuse, et haute. Un peu chia... ennuyeuse. Même les gens sont mornes, et 'médiévaux'. Je suppose que mes parents m'ont filé ce sobriquet en supposant que cela aussi était 'médiéval'. Il appuya sur ce dernier mot, avant d'incliner légèrement la tête, et de lâcher. Vous devriez la visiter, si vous ne l'avez pas encore fait. C'est très... pittoresque !"

    Sa voix était légèrement éraillée, sur la fin, comme s'il avait eu besoin de sortir son petit discours sur sa ville natale. Il haussa les épaules.

    Il se redressa, quittant le support sympathique du moniteur pour se retrouver dans une position plus droite, plus rigide.
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 30
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Erwyn Von Drachnar le Mar 15 Jan 2008 - 17:40

    Elle déclina l’offre de s’asseoir. Après, c’était par hasard si elle était entrée sur le pont. Toujours à la recherche de son Commandant, Ewyn ne comptait pas s’éterniser ici.

    Elle le laissa lire tranquillement son sésame et regardait autour d’elle, un peu distraitement.
    Son attention fut détournée vers le jeune homme lorsqu’il lui rendit son papier et la salua d’un signe de tête. Maintenant, il la reconnaissait en tant que Capitaine de ce navire. Ce qui était nettement plus agréable comme situation que celle d’être considérée comme une intruse, courant donc le risque de se faire mettre dehors ou pire…

    Ewyn répondit d’un imperceptible hochement de tête aux excuses du Lieutenant Tactique. Elle n’allait certainement pas lui en vouloir d’être prudent, en contrebandier qu’il était.
    Il employait des termes neutres pour désigner le « commerce » de ce vaisseau. Bonne initiative. Ewyn en fera autant désormais. Prendre note des attitudes et habitudes de chacun et se les approprier faisait partie de sa première mission à bord. Mission qu’elle s’était auto-assignée.

    Une question concernant ses origines fut posée… La réponse fusa...

    « -Non. »

    … un peu trop vite. Et m**** ! Ewyn se maudit. Elle maudit cette foutue défense qui se dressait sans son avis entre elle et les gens…
    Elle voulut tenter de rattraper le coup mais quelque chose lui dit que ce n’était finalement pas la peine.

    Elle n’en fit rien alors. Ce qui n’empêcha pas l’homme de déclamer sur ses propres origines. Carbonek, hein ?

    « -J’ai du y faire quelques arrêts lors de… mes quelques passages sur Avalon. Pour le boulot. »

    Moui. Valait peut-être mieux pas préciser qu’elle était leur ennemie il y a peu. Enfin ennemie…Plutôt alliée infiltrée à son propre compte serait plus juste… Bref.

    Pittoresque ? Hum... Oui pour être original, Carbonek était pas mal. Mais curieusement cette ville convenait bien à notre amie. L’obscurité, les lumières artificielles. Tout était artificiel là-bas. Tout se jouait sur les apparences. Cela lui ressemblait tant… au premier abord.
    Alors qu’il n’en était rien…

    Une idée vint à germer dans l’esprit réactif du Capitaine.

    « Depuis combien de temps êtes-vous sur cette vivenef ? »

    Une chose à la fois. Une question à la fois.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Invité le Mar 15 Jan 2008 - 18:50

    Rad n'était pas très doué au niveau relationnel. Cela pouvait se vérifier à plusieurs reprises, mais dans le cas présent, il tentait tout de même de se sociabiliser. Effort inimaginable s'il en est, cela ne lui était cependant désagréable. Bien que préférant parfois la solitude, il était toujours charmé de pouvoir bavasser pendant quelques instant avec une personne ou une autre.

    Manque de chance flagrant, mauvais karma, ou, pire que tout, jet de dés manqué, il avait fallu que son interlocutrice fasse partie de ce groupe étrange appelé : "Les Mutiques" avec les majuscules où il faut.
    Déjà, elle avait refusé de s'asseoir, ce qui montrait qu'elle n'avait, pour ainsi dire, pas réellement envie de discuter, pas envie de prendre le temps, qu'elle préférait être en position de départ, debout, plus facile pour quitter le lieu en un rien de temps. Puis il y eut le refus de parler de sa vie. Cela, en revanche, ne dérangeait pas Konrad outre mesure, comprenant parfaitement ce que les réponses pouvaient avoir d'indiscret. Remarque à part : cela ne l'avait pas empêché de commencer son autobiographie - succinte, certes - afin de pouvoir paraître un peu plus "vivant".

    Il semblait que Erwyn y fût déjà allé. Non que cela l'enchantait, ou que cela l'ennuyait, il n'en avait, pour ainsi dire, rien à faire. Au moins connaissait-elle un peu le lieu, ce qui lui éviterait d'avoir à le décrire, prochainement.

    "Pour le boulot ?" demanda-t'il de manière - presque - innocente.

    Comme tout le monde, cela intéressait le lieutenant tactique de savoir ce qu'avait pu faire ses collègues auparavant, surtout en vue de déterminer celles et ceux qui pourraient l'aider dans telle ou telle tâche future. Après tout, un vaisseau était une communauté où tout un chacun se devait de se serrer les coudes. Quitte à avoir besoin d'aide, autant savoir qui pouvait être le plus à même de tendre la main la plus secourable.

    Puis, passant du coq à l'âne, sans faire vraiment attention au sujet qui était en cours, il sembla à Rad que la ténébreuse capitaine (ainsi s'était-il décidé à l'appeler) venait d'avoir une idée, qu'elle traduisit en mots :

    « Depuis combien de temps êtes-vous sur cette vivenef ? »

    Konrad haussa les épaules.

    "Deux ans, environ, je crois. Je m'y perds un peu avec tous ces déplacements. Et puis j'ai pas vraiment compté, je m'en fiche un peu..." lâcha-t'il, vivement.

    Se rendant compte que sa réponse n'appelait pas vraiment de poursuite dans la conversation, il entreprit de continuer :

    "La vie ici est plutôt sympathique, on voit du pays... Bon, il y a des incidents, comme cet esclandre qu'a fait votre prédécesseur, mais, honnêtement, cela anime un peu le pont, parfois un rien trop morne... C'est somme toute assez calme ici..."

    En fait, pas vraiment. Les différents membres du personnel de la Vivenef étant ce qu'ils étaient, les relations étaient parfois tendues. Mais en ce qui concernait Konrad, il n'avait pas pour habitude de se laisser entraîner dans des disputes ou des énervements collectifs. Il lui arrivait de s'énerver, c'était vrai. Très vrai ! Mais il y arrivait très bien tout seul, pourquoi s'encombrer de l'assistance d'autrui ?

    "Et vous-même ? Avez-vous déjà voyagé au bord de...
    il tapa sur le moniteur dans son dos d'une main... d'une vivenef ?"

    [HRP : j'ai changé la couleur des propos de Konrad, car sinon c'était assez peu lisible ^^]
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 30
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Erwyn Von Drachnar le Mar 15 Jan 2008 - 20:01

    « Pour le boulot ? »

    Oui. Elle avait bien laissé la chose en suspend. Elle se doutait bien qu’il relèverait le truc mais, aiguisant le mystère (c’était son excuse pour éviter de parler trop d’elle, chose qu’elle n’arriverait pas de sitôt à faire) elle continua donc sur autre chose.

    Deux ans donc. Oui cela devait être assez pour… Hum ?

    Intéressant. Il commençait déjà à parler du sujet qu’elle voulait aborder. Alors la vie à bord de Pandore était plutôt… paisible. Trop au goût de certain. Il allait donc falloir mettre un peu d’ambiance ici… C’est noté. Il allait falloir trouver quelque chose. Et le tout sans se faire remarquer. Ewyn était en effet du genre discrète. Elle n'aimait guère être le centre de l'attention. (surtout si c'était pour faire rire... elle n'avait aucun talent là dedans...Héritage paternel sûrement. Elle rougissait rapidement pour arriver à une jolie teinte cramoisi et cherchait par tous les moyens à échapper à la foule)
    Bon. Pour le moment, elle ne connaissait pas suffisamment, pour ainsi dire ne connaissait pas tout court, les membres de Pandore... et Pandore elle-même. Quoique l'aperçu qu'elle eut de la Vivenef fut assez...spécial. Ronchon et puéril. Un peu comme le gamin... Il devait bien s'entendre ces deux-là.
    Cette pensée lui arracha un sourire.

    Revenant à la discussion :

    « Non. Il s’agit de ma première fois. » répondit-elle d’un ton neutre.

    Il y avait eu un progrès comparé au premier refus, plutôt sec. Mais… Oh allez ! Ewyn ! On sait que tu peux mieux faire…

    « Je travaillais sur un cargo auparavant. C’est tout à fait autre chose. »

    *Beaucoup moins de monde. *

    Ouiiiiiiiii ! Tu vois quand tu peux ! Ce n’est pas aussi difficile que ça ! Si ?

    Et en plus, tu laisses des indices sur ton ancien job. De quoi faire réfléchir ton interlocuteur. Que du bonheur !

    Elle étudia un instant son compagnon de conversation et prit une décision : Elle allait collecter des informations sur l’équipage.
    Le Commandant ? Bah, elle devait être suffisamment occupée là-bas… Et puis ce n’était pas si urgent que cela. Bien que cela l’ennuyait de se trimbaler avec son sac rempli d’affaires personnelles. Elle avait l’impression de porter sa vie sur son dos. Sentiment un rien désagréable pour quelqu’un de plutôt… timide.

    Finalement, elle s’assit d’un geste souple sur un des sièges que lui avait proposé Konrad, gardant son sac à proximité. Elle s’installa confortablement, autant qu’on pouvait l’être sur ces fauteuils. Elle regarda attentivement le jeune homme. Un regard pénétrant, facilité par ses prunelles bleutées non cachées par ses lunettes à la monture quasi transparente.

    « Que pouvez-vous me dire sur l’équipage ? » lâcha-t-elle après un moment.

    « Vous comprenez. Il faut bien que je sache à quoi m’attendre. »

    Elle ajouta après un cours instant de sermon mental quand à sa loquacité naturelle :

    « Vous êtes la troisième personne que je rencontre, hormis le Commandant et son fils… »

    [HRP : pour l’histoire du « fils du commandant » c’est Eryl qui s’est joué d’Ewyn lors de leur rencontre dans Entrée en matière, suite. Topic que tu trouveras dans le hangar^^ ]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Invité le Mer 16 Jan 2008 - 19:15

    Pas bavarde. Décidément, autant torturer une carpe, on avait plus de chances de recueillir des informations qu'en tâchant de converser poliment avec la jolie quoiqu'étrange capitaine de Pandore. Konrad se forçait à entretenir les rapports verbaux, mais cela devenait difficile. Entre les silences mutiques et les phrases non prononcées d'Erwyn, il se sentait un peu perdu. Il fallait certainement faire avec, mais cela commençait à lui chauffer les oreilles.

    Il voulait bien parler, mais la moindre des choses était qu'on lui répondît ! Zut à la fin !!

    Ou alors... Ou alors c'était une machine, programmée dans le but de régir le vaisseau, et rien d'autre, ce qui expliquait son désintérêt de tout autre sujet de conversation, que celui de la vivenef, qui sembla capter l'attention de la jeune femme. Bien qu'imaginatif, Konrad osa supposer que son extrapolation était un peu hasardeuse, mais sa vision de son capitaine en robot froid et calculateur parvint presque à l'amuser.
    La vivenef, donc. Voilà qu'elle semblait être intéressée, et qu'elle donnait l'impression de vouloir enfin lui répondre, ou du moins lui donner la réplique. S'il fallait en venir au boulot...

    *Efficacité, efficacité, efficacité...* pensa-t'il, un peu ironique.

    Première fois sur une vivenef. Bien. Première info personnelle. Ou deuxième, mais le nom n'a rien de personnel, il n'est que ce qui nous rattache à la société. Rien de plus. Alors que là, il venait de découvrir une infime parcelle de la vie de son supérieur. Elle venait d'embarquer pour la première fois sur une Vivenef.
    Il pouvait y avoir de quoi avoir peur, mais il considéra que si elle avait été embauché, cela devait signifier qu'elle était compétente...

    Un doute faillit effleurer l'esprit de notre intrépide héros claudiquant. Une moue légèrement moqueuse se dessina faiblement sur ses lèvres.

    « Je travaillais sur un cargo auparavant. C’est tout à fait autre chose. »

    Ah oui ! rien à voir, même. Enfin, question logistique, du moins...

    "Vraiment ? Lequel ? Vous travailliez dans les... affaires, aussi ? Ou bien est-ce que cela est aussi nouveau pour vous ?"

    Konrad manqua de se mordre de la langue mais trop tard, la phrase avait été lâchée. Oh, pas bien méchante, un rien futile, insidieuse, mais mordante. Incisive, légèrement insolente. Tant pis, la mal était fait. Et puis, cela pouvait tout à fait passer pour une question bêtement banale. Après tout, 'Rad n'avait pas pris le pli d'accentuer grandement ses phrases, laissant l'interprétation libre...

    D'ailleurs en parlant de son ancien boulot :

    Ah non, trop tard ! Elle venait de parler.

    « Que pouvez-vous me dire sur l’équipage ? »

    "Et bien..." fit-il en fixant un point en l'air.

    « Vous comprenez. Il faut bien que je sache à quoi m’attendre. »

    "C'est tout à fait normal," acquiesça-t'il.

    « Vous êtes la troisième personne que je rencontre, hormis le Commandant et son fils… »

    "Et vous pensez quoi du... Hein ???"

    Les trois points d'interrogations semblèrent flotter dans l'air, venant de surprendre notre grand chevalier infirme comme un carreau en pleine tête. A la différence près que les arbalètes étaient depuis longtemps inutilisées, mais ne nous éparpillons pas.

    "Le... fils du commandant ??"

    La question pouvait sembler banale, mais Konrad avait du mal à imaginer le commandant ayant un enfant.
    Le commandant préparant le repas... Le commandant en tablier... Le commandant donnant le sein...
    Passons !

    "Heuuuuu... quel fils ? Elle n'a pas, heu, d'enfant..."

    Ses petites cellules grises se mirent à chauffer. Elle avait donc croisé un enfant à proximité de - ou, pire, dans - la Vivenef. Il était cependant impossible qu'un môme ait pu approcher, compte tenu de la sécurité du spatioport... A moins que...

    "Dites-moi... il était comment ce mô... ce gos... cet enfant ?"
    interrogea-t'il, appuyant sa question par un habile chassé-croisé de sourcils dont il avait le secret, mais dont l'effet était réduit à néant par ses cheveux un rien trop longs.

    Il suspectait la réponse : Eryl ! Le seul être à bord capable d'être un enfant - c'était bien son genre ! - et surtout d'induire quiconque en erreur de la sorte.

    *Au final, son premier jour l'aura déjà mise dans le bain...*
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 30
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Erwyn Von Drachnar le Jeu 17 Jan 2008 - 18:18

    "Le... fils du commandant ??"

    La surprise collait au visage du Lieutenant comme un chewing gum tout frais à la semelle lisse et propre d’un amiral.

    Ewyn ne comprenait pas ce qu’il y avait d’étonnant à cela. Oui, elle avait parlé au fils du Commandant…

    Ery… Ery comment déjà ? Il l’avait dit si vite…. Hum… Attendez voir… ca ressemblait à… à… à rien en fait… Rien qu’elle avait déjà entendu auparavant. Un truc compliqué du genre….
    Erylianen ! C’est ça ! Erylianen ! Ah ! Quelle mémoire mes aïeux! Ewyn se souvint qu’elle avait trouvé son prénom bizarre et qu’elle avait un peu douté des goûts du Commandant en matière de prénom. Mais bon, les goûts et les couleurs, ca ne se discute pas.

    « Oui. Le fils du Commandant. » répondit-elle, assurément.

    "Heuuuuu... quel fils ? Elle n'a pas, heu, d'enfant..."

    Aaaaaah ! C’est pour ça qu’il était si étonné ! Elle n’avait pas d’enfant.









    *COMMENT CA ELLE N’AVAIT PAS D’ENFANT ???? *

    Ewyn se redressa tout à coup sur son siège, s’en éjectant presque, les yeux écarquillés.

    « Comment ca elle n’a pas d’enfant ? » demanda-t-elle expressément.

    Ce… ce gosse ! Ce sale gosse !! Il s’était joué d’elle ! Il lui avait menti ! Et elle avait horreur de ça.
    Passé le choc de la révélation ainsi qu’une petite note à soi même : ne pas prendre pour argent comptant ce que pourra dire ce saligaud de garnement…. Ewyn se mit à réfléchir.

    Bon prenons point par point.
    Ce…sale mioche…devait avoir… quoi ? 15 ans peut-être…
    La Commandant, elle, tourne autour de … Disons que c’est une femme accomplie… Mais un peu trop jeune pour avoir un enfant de cet âge. Oui. Un peu trop jeune…
    Bon ca, elle ne pouvait pas le savoir sans avoir vu la Commandante. Et comme c’est le garnement qu’elle a rencontré en premier… eeeet puis après ! Ewyn était plutôt occupée à faire bonne figure pour avoir ce job plutôt qu’à vérifier si les dires du mioche était véridique.

    N’empêche ! Il ne l’emportera pas au paradis. Alors qu’elle commençait joyeusement à ruminer une quelconque forme de vengeance, elle fut interrompue dans sa réflexion par Konrad :

    "Dites-moi... il était comment ce mô... ce gos... cet enfant ?"

    Il était comment ?

    « Petit… »

    C’était le premier mot qui lui était venu à l’esprit lorsqu’elle repensa au gamin.

    « Un petit nab…. Garçon. » se reprit-elle, bien que l’envie de déverser son saoul lui tentait bien. Mais ce n’était peut-être pas le bon moment…

    « Il est châtain…blond. Yeux bleus. Il avait une cape, un pantalon large… Dans la quinzaine. »

    Niveau description physique, elle ne voyait pas quoi rajouter d’autres.

    « Un petit roquet.»

    Ah zut ! C’était sortit quand même…

    Bon ! Reprenons les choses calmement.

    Ewyn avait rencontré un garçon qui avait une certaine autorité sur l’équipage. Autre point : Pandore le connaissait. (Sinon il n’aurait pas fait appel à elle et elle l’aurait sûrement dénoncé) Conclusion : Il fait parti de l’équipage.
    Or ! Il n’était pas le fils du Capitaine. Ce qui pouvait poser un petit problème quand à savoir son rôle sur ce navire. Qui était-il ?

    « Ca vous dit quelque chose ? » fit-elle.

    Oh ! Elle se doutait bien qu’il devait bien avoir une petite idée de la personne en question.

    Et une fois qu’elle saurait de quoi il retournait, elle agirait en conséquence…


    _________________
    "Elle était presque aussi engageante qu’une infection rénale avec complications..."
    (c) Kallista

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Invité le Jeu 17 Jan 2008 - 22:39

    Konrad était du genre calme. Lymphatique, peut-être pas, mais calme, pas le genre à sursauter pour peu de chose... Et pourtant la réaction de la capitaine le fit presque bondir lui aussi. Il écarquilla ses grands yeux, comme s'il ne croyait pas ce que ses yeux lui renvoyaient. Celle qu'il avait crue inébranlable, de marbre, impassible, voire glaciale venait d'entrer dans une éruption aussi soudaine que celle du Vésuve lorsqu'elle engloutit Pompéi.

    Celle qui demeurait immobile peu de temps auparavant venait de bondir sur sa chaise, comme hystérique. On aurait à présent dit que James Watt venait de déclencher un emballement de sa machine à vapeur, et que celle-ci était au bord de l'explosion.

    « Comment ca elle n’a pas d’enfant ? »

    La question était quelque peu brutale, rude, et cinglante. S'il s'était attendu à une réaction, celle-ci faisait partie de celles qui ne lui seraient même pas venues à l'esprit. Pas en ces circonstances. Pas avec cette interlocutrice.
    Si Konrad avait été caricaturiste, il aurait dessiné de la fumée s'échappant des oreilles de sa supérieure. Il aurait rajouté un petit cumulo-nimbus au-dessus de sa tête, avec éclairs et effets pyrotechniques. Mais 'Rad ne savait pas dessiner, et il était du genre à s'en tenir à ce qu'il voyait, pas vraiment de ceux qui se laissaient emporter par leur inspiration. Il s'arrêtait aux faits, rien de plus.

    Une petite arborescence, devenue habituelle chez notre ami à poils courts, commença à se profiler dans sa boîte crânienne. Alors, elle ignorait qui ce marmot était. Or, il semblait qu'elle l'eût croisé à proximité de la Vivenef, ce qui pouvait laisser croire qu'il appartenait au navire. Et surtout quelqu'un d'aussi trompeur. La réaction d'Erwyn venait de confirmer que quelqu'un s'était offert un bon moment en jouant un rôle qui ne correspondait pas à son identité réelle. Un jeune.

    « Un petit roquet.»

    Avec cela en plus de la description physique dont Erwyn venait de le combler, les facultés mentales de notre fougueux lieutenant claudiquant se mirent en marche pour aboutir sur une conclusion - vérifiée après un calcul rapide - selon laquelle la personne que la capitaine avait croisée était Eryl.

    97,56 % de possibilités.

    Les autres possibilités restantes comprenaient les enfants des familles du personnel du spatioport qui se seraient égarés. Compte tenu de la quantité de marmaille braillante que cela englobait, le faible pourcentage était plutôt dérisoire.

    'Rad sembla acquiescer silencieusement.

    "Ben... heuuuuuuuuuuu... Vous devez avoir croisé notre médecin... un jeune surdoué de 15 ans... enfin, je m'entends... Doué, mais... avec son caractère... bien particulier..."

    Il avait prononcé sa phrase, l'air de dire : peu me chaut. Ce qui était le cas, d'ailleurs. Tout ce qui touchait le personnel naviguant, ou même les autres êtres humains. Voire, encore, les autres espèces extra-terrestres - ou plutôt non-humaines, vu que la Terre n'était plus - tout cela lui importait peu. Il se moquait de son entourage, et y prêtait une attention assez timide, sauf lorsque les conditions l'exigeaient, comme à présent. Il ne se connaissait d'ailleurs pas de véritable ami, de personne avec qui s'entendre parfaitement. Non qu'il soit totalement hermétique à autrui, bien qu'il éprouvât quelque difficultés relationnelles. Cela était seulement dû à une méconnaissance des relations humaines. Peut-être d'ailleurs qu'une mise en situation l'aurait arrangé...

    Mais le débat n'était pas là. Il s'agissait de rassurer, ou de calmer, Erwyn.

    Et là encore, cela concernait un domaine dans lequel 'Rad était incompétent.

    Il resta donc debout face à sa supérieure - qui se trouvait être un rien plus pourpre qu'auparavant - impassible, voire gêné.

    "Hum... mon capitaine ?" osa-t'il du bout des lèvres.
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 30
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Erwyn Von Drachnar le Dim 27 Jan 2008 - 19:01

    Décidément ! C’était le jour des surprises… Le médecin. La tête d’Ewyn était sans équivoque : le sourcil droit relevé, le gauche froncé, les yeux écarquillés, la bouche minimalement entrouverte et les lunettes un peu descendu sur le nez qu’elle s’empressa d’ailleurs de remettre en place.

    Le médecin… Vous vous foutez de moi ?

    « Vraiment ? »

    Le ton était cassant voir un peu ironique. On sentait bien qu’elle ne croyait pas un traitre mot de l’affirmation du Lieutenant. Médecin. Ce gosse avait 15 ans ! Il ne pouvait pas être médecin ! Infirmier à la rigueur et encore…

    La respiration légèrement plus rapide qu’à l’accoutumé, Ewyn tentait de rassembler ses idées.

    Toujours réfléchir avant d’agir.

    C’est avec ce leitmotiv qu’elle était restée en vie jusque là, elle n’allait pas déroger maintenant à cette règle…

    Le lieutenant Hlodowic ne lui aurait certainement pas menti. D’une, il l’avait reconnu comme Capitaine. De deux, il n’avait aucun intérêt à mentir à son Capitaine. Surtout sur un sujet tel que les fonctions de tel ou tel individu.
    Conclusion : L’enfant était bien le médecin de bord…

    Elle soupira. Un peu plus fort que voulu.

    « Si jamais je mets la main sur ce garçon… »

    Le reste de sa phrase se perdit dans un murmure inaudible mais au vue de l’expression que prit un instant son visage, il valait mieux ne pas être un garçon de 15 ans dans les environs…

    Erwyn reprit rapidement son masque et reporta son attention sur le Lieutenant.

    « Comment ce fait-il qu’un garçon de 15 ans soit agréé Médecin ? »

    Ca, ca lui restait en travers de la gorge. Pas qu’elle doutait des capacités du garçon… mais… on pouvait dire ça. Ca lui semblait vraiment étrange. Et des choses étranges elle en avait vu pourtant. Mais disons que son idée du Médecin était quelques peu différente : elle le voyait plus en un homme (ou une femme) d’expérience, en gros d’âge mûr, ayant pratiqué depuis un certain temps... Et puis les études de médecines, de tout temps, ca durait longtemps en général… Si tout se passait bien, on pouvait être diplômé médecin à… 25..26 ans. Quelque chose comme ça…

    En tout cas, ceci démontrait qu’elle avait encore beaucoup à apprendre dans ce monde.

    « Laissez tomber. » fit-elle abrupte.

    Cette information devait bien être écrite quelque part… Elle pensait aux dossiers de l’équipage. Même sur un navire de contrebande, il devait bien y avoir ce genre de dossier tout de même... Elle allait vérifier ça. Et pour ce faire, elle avait besoin de renseignements.. que le Commandant détenait.

    Retour à la case départ. Erwyn tourna donc le dos à Konrad et s’éloignait, son sac sur l’épaule, lorsqu’elle se rendit compte qu’elle venait d’être particulièrement impolie en lui tournant le dos ainsi, sans explications. Elle tourna donc la tête et s’adressa à lui par-dessus son épaule :

    « Je m’en vais vérifier tout ça. Merci Lieutenant pour cette entrevue. »

    Et elle s’éloigna.


    _________________
    "Elle était presque aussi engageante qu’une infection rénale avec complications..."
    (c) Kallista

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Invité le Lun 28 Jan 2008 - 20:01

    Un sorte d'horrible réaction en chaîne venait de démarrer au sein d'Erwyn, qui sembla alors bouillonner.

    *Vite, vite, un extincteur, n'importe quoi !*

    Konrad voyait les traits de sa supérieure se figer, se tirer, se crisper, comme sous le coup d'une vive émotion. La colère, vraisemblablement. Le gosse s'était moqué d'elle, et elle l'avait cru. Logique, d'un certain côté, car pour qui ne connaissait pas Eryl, il pouvait être rageant d'être victime de ses plaisanteries.

    « Vraiment ? »

    Le ton était assez sec, ironique, cassant. Qu'elle ait mal pris la plaisanterie du petiot passait encore, mais qu'elle mette en doute sa parole était autre chose.

    "Oui, oui, vraiment."

    Même ton, quoique plus naïf, presqu'enfantin.
    Il voulut ouvrir la bouche pour expliciter le pourquoi du comment, car il supposait, à en juger par la tête que tirait Erwyn, qu'elle semblait légèrement dubitative. Mais elle le coupa net dans son élan explicatif, le frustrant du plaisir de jouer à "Monsieur-j'ai-réponse-à-tout".

    « Si jamais je mets la main sur ce garçon… »

    'Rad haussa un léger sourcil, montrant que la suite des événements pouvait s'annoncer sympathique, comme ces films d'action qu'il visionnait sur hologrammes, et où le héros débarquait, des "guns" plein les mains, "dézinguant" les ennemis à tout-va, dans une surenchère d'effet spéciaux, une explosion de violence, et une cascade de cadavres.

    « Comment ce fait-il qu’un garçon de 15 ans soit agréé Médecin ? »

    Konrad put voir ses efforts antérieurs favorisés, et commença :

    "Eh bien, quand il est arrivé, il..."


    « Laissez tomber. »

    Et de fait, sa phrase tomba de ses lèvres, encore béantes, prêtes à former les mots qui devaient continuer son ensemble de phonèmes. On ne la lui avait encore jamais faite, celle-là.
    Il voulut protester, exprimer son désarroi en secouant vivement ses petits poings vengeurs, mais en vain. Erwyn s'éloignait, déblatérant Dieu savait quelles choses certainement intéressantes, mais qui laissaient à juste titre notre beau et svelte jeune homme sur sa faim.

    Il n'avait pas trop réussi à cerner Erwyn, assez distante, froide. Mais elle semblait pouvoir s'irriter rapidement. A ménager, donc. Il ne fallait quand même pas que la quiétude à bord de la Vivenef fût rompue.
    Soupirant, las, il se rassit face à son moniteur, le ralluma, et reprit sa simulation. Il avait la tête ailleurs.

    Il voulait que le navire décollât.

    Contenu sponsorisé

    Re: Langueur en l'attente du départ --- FINI ---

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 25 Avr 2018 - 10:29