Un instant de répit

    Partagez
    avatar
    Federico Portanares
    Commandant - Balor

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Sur le pont de Balor
    Mission actuelle : Survivre au diplomate ase.
    Citation : C'est l'une de mes règles.
    Couleur RP : #bf5b03
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 16/11/2007

    Un instant de répit

    Message par Federico Portanares le Ven 4 Jan 2008 - 19:41

    Federico entra dans ses appartements, dont il se servait aussi comme bureau, et s'effondra sur le siège confortable qui faisait face à la porte. Fébrile, car fou de douleur, il saisit son masque curatif, et le mit sur son nez. Les effets bienfaisants des lasers ne se firent sentir qu'au bout de quelques temps. La tension s'était transformée en rage.

    Il se leva, balaya tout ce qu'il y avait sur son bureau d'un geste du bras, puis il se tourna vers la bibliothèque et envoya valser encore deux étagères de livres avant de se sentir un peu calmé.

    Une fois sa rage passé, il se sentit pathétique. Il sentait le regard d'Eilaire dans son dos, car il savait qu'elle était arrivée entre temps, et qu'elle avait tout vu. Il était gêné, mais moins que s'il s'était agi d'une autre personne. Eilaire et lui commençaient à se connaître, ou du moins à s'apprivoiser.

    Il se rassit à son bureau, y posa les coudes et dit, la tête dans les mains :

    "Veuillez fermer la porte, s'il-vous-plait."

    Il commençait à en avoir marre. Il avait réussi à vivre une vie tranquille pendant onze ans, et depuis l'année précédente, tout commençait à partir en vrille... Depuis qu'il était avec Ambre, d'ailleurs... Et maintenant, Niorun avait refait surface. Il l'avait surveillée de loin pendant des année, il avait regretté d'être parti... De nombreuses fois, il avait failli prendre une permission et partir sur Tenkaï pour la retrouver, mais toujours, il avait décidé de rester à distance. Il savait que revoir Niorun signifierait se retrouver de nouveau face à son passé, face à son échec... Il ne le souhaitait pas, c'était hors de question. Mais depuis qu'il était avec Ambre... Il avait commencé à aimer ce qu'ils commençaient à construire, et plus il passait de temps avec elle, plus il s'éloignait de Niorun et de son passé... Il avait fini par cesser de la surveiller, et, sans qu'il ait pu se préparer, il s'était retrouvé juste en face d'elle...

    Il avait besoin de café. Un bon café noir, brûlant, et amer, aussi amer que son coeur...

    avatar
    Eilaire Traminne
    Intendante - Balor

    Nombre de messages : 36
    Localisation actuelle : Balor
    Mission actuelle : ...
    Couleur RP : #b762b0
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 04/01/2008

    Re: Un instant de répit

    Message par Eilaire Traminne le Lun 7 Jan 2008 - 22:30

    Eilaire avait prit quelques enjambés de retard d'avoir saluer en partant. Elle avait fait preuve de politesse et maintenant, elle accusait un légers retard derrière son supérieur. Ce qui était loin de lui plaire.

    Et puis, contrairement à elle, le commandant marchait vite. Elle aurait dû presser un peu le pas, le rejoindre au plus vite... Mais dans sa tête, ce n'était pas nécessaire, elle savait parfaitement où il pouvait se diriger, et d'un, et de deux, elle savait ce qu'il allait faire, et de trois, le final, elle avait mit son masque dans une de ces poches. Aucun soucis donc, pas de quoi la faire se presser. Enfin, elle ne savait pas trop pourquoi, mais ses pas étaient quand même plus rapides que d'habitude, malgré toute la bonne réflexion qu'elle venait de faire preuve. Oui, Eilaire se pressait.

    Dans le couloir où se situait la porte des appartements du commandant, elle ralentit tout de même un peu, reprenant un rythme de pas qui lui était propre, marchant toujours en silence vers la porte entrouverte, reprenant un peu une respiration normale.

    Si son souffle était légèrement plus rapide, elle ne haletait tout de même pas, elle passa la porte pour voir le bureau se faire renverser d'un coup et les livres voler dans la pièce. Elle resta dans l'encadrement de la porte, silencieuse, de toute façon, elle ne savait pas quoi dire. Parler pour réconforter, non, ça c'était le truc de Truc. L'ase n'avait jamais été douée pour ça. Et puis, se défouler un coup, ça faisait du bien à tout le monde (enfin, d'après ce qu'elle savait), ainsi, elle ne fit pas un geste. Même si cet excès de colère était en train de mettre en désordre la pièce qu'Eilaire devrait bientôt ranger.

    Elle regarda furtivement dans les papiers qu'elle tenait au bras. À cette heure si elle avait... Parfait ! Mentalement, elle barra son activité prévue et le remplaça par "remettre d'aplomb le commandant Portanares" et "Ranger la pièce ensuite"

    Ce qui était par contre à noter, c'est que pas une seconde l'ase se demanda ce qui se passait. Car elle le savait très bien : il était en colère. Bon, elle ne se demanda pas pourquoi elle était en colère. Ça aussi, elle le savait bien : à cause de médecin (elle en était convainque à présent). Certes, mais elle ne se demanda pas pourquoi le médecin le mettait dans cet états là. Et non, elle ne se le demanda pas. Attitude du je-m'en'foutiste, oui.

    Le commandant remarqua sa présence et lui dit de fermer la porte. Fort bien, elle prit la poignée délicatement mais marqua une pause avant de bouger. Elle tourna la tête vers le commandant et demanda calmement, avec son habituel ton neutre :

    "Certainement, mais avant cela, y'a-t-il un coté de porte que vous préfériez me voir emprunter, entre le couloir et cette pièce ?"

    Pas vraiment de question piège : Eilaire savait juste que parfois, on préfère rester seul... Mais parfois aussi, on préfère quand il y a quelqu'un... L'ase se demandait juste sincèrement si elle devait aller dans le couloir ou bien rester ici.

    Elle ferma les yeux, et sans même attendre de réponse, elle ferma la porte en restant dans la pièce. En fait, si, c'était bien une question piège. Elle n'était pas certaine que c'est ce que voudrait le commandant, mais de toute façon, elle n'avait rien à faire dans le couloir, elle avait à remettre le commandant d'aplomb et à ranger ici, comme elle venait juste de le modifier dans son emplois du temps (enfin, mentalement). Le choix était donc vite fait. Et non, Eilaire n'avait, intérieurement parlant, strictement aucune envie de laisser le commandant seul dans cet état. Elle ajouta de sa même voix :

    " En fait, qu'importe ce que vous me direz, je reste."

    Eilaire resta droite, inflexible. Elle restait, c'était bien joli, mais elle ne savait pas trop quoi faire... Le commandant voudrait peut-être un café ? Oui, sans doute... Mais la cafetière était vide. Elle posa ces affaires qu'elle avait à bout de bras sur le siège le plus proche et commença à préparer le précieux liquide. Sans être certaine d'en donner finalement au commandant, elle se demandait si c'était résonnable d'en boire autant... Et s'il en avait vraiment besoin.
    avatar
    Federico Portanares
    Commandant - Balor

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Sur le pont de Balor
    Mission actuelle : Survivre au diplomate ase.
    Citation : C'est l'une de mes règles.
    Couleur RP : #bf5b03
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 16/11/2007

    Re: Un instant de répit

    Message par Federico Portanares le Ven 11 Jan 2008 - 21:29

    Federico leva les yeux. Comme toujours lorsqu'elle n'était pas sûre de ce qu'il fallait qu'elle fasse, Eilaire lui préparait un café. La plupart du temps, il considérait simplement que cela faisait partie de son travail. Mais de temps en temps, comme cet après-midi là, il lui en était plus que reconnaissant.
    Il bouillait à l'intérieur, partagé entre la colère, la tristesse et l'angoisse. Il n'avait pas pour habitude de laisser ses sentiments dicter sa conduite. Il décida de parler un peu à son intendante, afin de se soulager assez pour pouvoir continuer sa journée le plus normalement possible.

    "Eilaire..." Federico l'avait toujours appelée par son prénom, bien qu'il y ait toujours eu une distance professionnelle entre eux.
    "Vous savez..." reprit-il. Comment expliquer ce qu'il ressentait ? Il savait qu'il ne réussirait pas à tout déballer, quoiqu'il arrive. Il valait donc mieux aller à l'essentiel. En plus, Eilaire n'aimait pas les longs discours.
    "... Je n'avais pas revu le docteur Ynglingar depuis plus de dix ans. Apprendre qu'elle était affectée à la base m'a surpris." Le simple fait d'avoir prononcé ces quelques mots avait déjà aidé Federico à se détendre. Au final, Eilaire lui apparaissait vraiment comme une alliée. Depuis deux ans de service, elle ne l'avait jamais déçu. Pas une seule fois il n'avait regretté de lui avoir accordé sa confiance. Il décida de donner la touche finale à sa confession.
    "Nous avons été... Amants." Un imperceptible frisson lui parcourut l'échine. Pourquoi avait-il réduit Niorun à une simple passade ? Il savait bien qu'elle avait été bien plus, mais l'avouer lui était impossible. Il se dit qu'Eilaire ne comprendrait probablement pas son trouble. La liste de ses amantes était longue. Peu importe, l'important c'était que lui se sente mieux. Et le café qu'elle venait de finir de lui préparer allait certainement l'y aider.

    avatar
    Eilaire Traminne
    Intendante - Balor

    Nombre de messages : 36
    Localisation actuelle : Balor
    Mission actuelle : ...
    Couleur RP : #b762b0
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 04/01/2008

    Re: Un instant de répit

    Message par Eilaire Traminne le Sam 12 Jan 2008 - 13:21

    Eilaire avait écouté sans rien dire. Elle jeta de temps un temps un regard vers le capitaine, avant de retourner dans la sacro-sainte préparation du café. Une partie d'elle même disait "on s'en fiche de ça !", les révélations du commandant lui auraient parut sans trop d'intérêt, et habituellement, elle l'aurait dit... Mais là, une autre partie d'elle même lui disait qu'il valait mieux écouter et se taire. Et en plus, elle n'aurait jamais dit ça au commandant Portanares, qu'elle s'en fichait de ce ces problèmes de cœurs. Et puis, si ça l'aidait à se sentir mieux, alors c'était une bonne chose.

    La finalité de la chose, le pourquoi le commandant était dans cet état, cela échappait totalement à l'ase. Célibataire endurcie, elle n'avait jamais eu de relations avec qui que ce soit, elle concevait mal en quoi avoir eu une relation avec quelqu'un pouvait le mettre dans cet état. Des paroles réconfortantes ? Elle n'en avait aucune... Comprendre ce qui se passait, elle n'y arrivait pas.

    Se taire et écouter, ça s'était dans ces cordes. Elle approcha son nez de la vapeur que dégageait le café, huma l'odeur qui s'en dégageait et fut satisfaite : il avait l'air bon. Non, elle ne goûtait pas, oui, elle faisait ça à l'odeur... Elle prit une tasse propre et versa le liquide dedans, posa la tasse sur une petite coupelle et le posa devant Federico. Deux ans plus tôt, elle avait du serrer les lèvres pour ne pas dire " je vous apporte l’addition ?" mais force était de constater que c'était passé, cette habitude.

    Maintenant qu'il avait du café, Eilaire regarda la salle en désordre. Bon, autant commencer par l'étagère et les pauvres livres qui s'étaient retrouvé par terre sans avoir pourtant rien demandé à personne. Elle se baissa et commença à en attraper quelqu'un, prenant en priorité ceux dont la positions les faisait s'abîmer. Eilaire ne savait pas trop quoi dire, aucune paroles digne d'intérêt lui passaient en tête, mais elle se risqua tout de même à ouvrir la bouche :

    " Et maintenant ? Qu'allez vous faire ?"

    Elle se leva, une pile de livre entre les mains et en passant doucement à coté de commandant pour les remettre sur l'étagère, elle se demanda un instant si elle avait assez développé sa question. Classant les livres par ordre alphabétique (tant qu'à faire...), elle se disait que ce n'était peut-être pas la question à poser, mais bon. Peut-être également que ça pourrait remettre les idées du Commandant en place. Enfin, elle n'en savait rien... La psychologie, c'était vraiment pas son truc... Réellement, elle se demandait comment allait se passer la suite... Ainsi continua-telle, avec une phrase démesurément longue par rapport à celle qu'elle faisait d'habitude :

    " Vous aller devoir travailler ensemble pour un bon bout de temps, à présent..."

    Il y avait beau avoir pas mal de médecins à bord, éviter le Docteur Ynglingar en permanence, ce serait quand même difficile à faire sur une Base... Combien même elle était grande.
    avatar
    Federico Portanares
    Commandant - Balor

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Sur le pont de Balor
    Mission actuelle : Survivre au diplomate ase.
    Citation : C'est l'une de mes règles.
    Couleur RP : #bf5b03
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 16/11/2007

    Re: Un instant de répit

    Message par Federico Portanares le Sam 12 Jan 2008 - 18:35

    Décidément, rien ne lui faisait plus de bien que le café. Federico but une longue gorgée du liquide sombre et brûlant, les yeux fermés. Cette fois-ci, il était parfaitement détendu. Il murmura : "Merci", mais Eilaire était déjà près de la bibliothèque à ranger les livres, et elle ne l'entendit pas. Il continua à siroter son café, tout en s'interrogeant sur la réaction que la jeune Ase allait bien pouvoir avoir. Il ne lui avait jamais confié quoique ce soit de personnel.

    Elle lui demanda ce qu'il allait faire. Il fut d'abord interloqué. Puis il esquissa un sourire, du moins mentalement, car il avait enfin repris le contrôle sur lui-même. Eilaire était une femme spéciale, mais elle était surtout géniale. Plus le temps passait, et plus il aimait l'avoir à ses côtés. Au lieu de s'apitoyer sur son sort, à se demander pourquoi Ni était sur Balor, il fallait qu'il décide de ce qu'il allait faire. Les pensées, les sentiments, les émotions, étaient autant de facteurs qui lui rendaient la vie impossible, en tant que Commandant. Il fallait qu'il décide de quelque chose de concret, qui lui permettrait de tourner la page une bonne fois pour toute et de vaquer enfin à ses occupations. Il avait été assez troublé depuis la veille, et pour lui c'était comme autant d'heures de travail perdues.

    A sa grande surprise, Eilaire développa sa question. Il arrêta de boire son café, le regard fixé droit devant lui, et se tourna vers elle. Elle rangeait les livres, concentrée. Il était prêt à parier qu'elle les classait, soit par taille, soit par ordre alphabétique. Il réalisa qu'elle ne pouvait pas lui donner de conseil sur la conduite à adopter, non seulement parce qu'elle ne semblait pas être du genre à s'y connaître en problèmes sentimentaux, mais surtout parce qu'il était le seul à pouvoir le faire. Malgré tout, elle avait décidé de rester, et pour couronner le tout elle rangeait son désordre sans broncher. Il reprit sa tasse une dernière fois, engloutit ce qui restait à l'intérieur, la reposa, se leva pour rejoindre son intendante, et commença à ramasser quelques livres. Il se redressa et, nez à nez avec Eilaire, dit :


    "Je vais commencer par lui parler. Il n'y a pas de raison pour que quoique ce soit nous empêche de travailler." Il jeta un oeil aux livres qu'elle avait déjà rangés.

    *Ordre alphabétique, je m'en doutais...* Il y rangea les siens, puis se baissa pour en récupérer d'autres. Il se redressa de nouveau, et regarda Eilaire. Le dévouement de la jeune femme le touchait. Il avait eu besoin de soutien, et il l'avait tout de suite trouvé auprès d'elle. Il se devait de lui dire un petit mot gentil. Après un petit temps, il prit une inspiration, et dit, simplement :

    "Merci." Puis il rangea les livres qu'il tenait, et continua le même manège.

    avatar
    Eilaire Traminne
    Intendante - Balor

    Nombre de messages : 36
    Localisation actuelle : Balor
    Mission actuelle : ...
    Couleur RP : #b762b0
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 04/01/2008

    Re: Un instant de répit

    Message par Eilaire Traminne le Ven 18 Jan 2008 - 20:46

    Inlassablement, l'ase continuait à ranger les livres qui avait si bien volé dans toute la pièce. Troublée par ces révélations ? Nullement, la seule chose qu'elle se demandait actuellement, c'était si un rangement par thème n'aurait pas été plus pratique dans la bibliothèque. Ça aurait put être l'occasion. Quoi que maintenant, ça n'avait plus grande importance, une trop grande quantité de livres avaient été rangés et les déranger pour les re-ranger ensuite serait, à son goût, une perte totalement inutile de temps et d'énergie. Elle ferait ça au prochain coup de chaud du commandant... S'il en avait un jour un autre.

    Sortant de ces pensées, elle entrepris de se retourner et de ramasser quelques autres malheureux bouquins qui ne demandaient qu'à être rangé, alphabétiquement parlant pour aujourd'hui, quand elle tomba nez à nez avec le commandant. Étrange, elle n'avait pas remarqué qu'il s'était relevé... Sa réaction fut pareille que toute les autres : elle resta de marbre, même avec tant de proximité. Pas un sourire, sauf celui que formait naturellement ces lèvres, pas de joues roses, toujours impeccablement saumonée, ces yeux marrons clairs restaient dans ceux du commandant sans faillir... C'était quelque fois déstabilisant, comme ça, qu'elle regarde quelqu'un dans les yeux.

    Quand il lui expliqua le fond de sa pensées, il y aurait put avoir mille et un mots, mille et une expressions qu'elle aurait pu répondre, qu'elle aurait put dire, mais ce ne fut qu'un simple mots qui sortit de ces lèvres :

    "Bien."

    Elle resta un moment droite regardant le commandant prendre des livres et les ranger lui même. Certes, c'était lui qui leurs avait fait tester leurs premiers baptêmes de l'air, ce qui s'était révélé peu efficace, l'ergonomie et l'aéro-dynamisme des livres étant à revoir sur ce point, mais là... Eilaire voyait ce geste presque comme... S'il volait son travail. Quoi ? Il voulait la virer ? Il voulait la mettre sans emplois ?

    Non, non, non. Eilaire balaya cette pensée d'un petits revers de la main. C'était simplement parce qu'il pensait qu'elle n'était pas assez rapide, voilà tout. Et bien pourtant, il devrait s'en contenter, de la célérité de l'ase, combien même elle ne lui semblerait pas assez rapide !

    Finalement, il lui dit un léger merci. Elle tourna la tête et dévisagea un peu le commandant. Ah, et bien, ça ne devait pas être pour lui reprocher un manque de rapidité qu'il ramassait les livres. Ni pour la virer. Elle se demanda rapidement qu'est-ce qui pouvait bien valoir un remerciement

    Elle se baissa et ramassa une dernière fournée de livre, en en prenant plus que d'habitude et lança en l'air, comme pour bien lui rappeler :

    " De toute façon, vous vous reverrez bientôt, vous et le docteur Ynglingar. Vous lui avez dit que vous la contacteriez en fin d'après midi."

    Eilaire ne savait pas si c'était utile et bien important de lui rappeler, mais bon, c'était son travail de lui remettre ça en tête, non ? Elle finit avec succès de ranger les livres et regarda le sol. Bien, il ne restait plus que les papiers et les affaires du bureau. Elle salua le fait que peu d'objets fragile avait subit un triste destin... Quoi, juste le pots-à-crayon, ce n'était pas bien grave et pas très couteux comme perte. L'ex-tasse à café qui gisait à ces cotés était plus à déplorer... ça faisait une tasse en moins. Mentalement, elle pensa : "prochain arrêt : racheter une tasse" . Elle commença par regarder les papiers, pour éviter de marcher dessus. Oui, une convocation officiel avec une grosse marque de chaussures dessus ferait certainement du plus mauvais effet. Et au passage, elle les trierait par ordre d'importance et d'urgence, ces papiers
    avatar
    Federico Portanares
    Commandant - Balor

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Sur le pont de Balor
    Mission actuelle : Survivre au diplomate ase.
    Citation : C'est l'une de mes règles.
    Couleur RP : #bf5b03
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 16/11/2007

    Re: Un instant de répit

    Message par Federico Portanares le Dim 27 Jan 2008 - 15:28

    Federico, les mains sur les hanches, regarda Eilaire finir de ranger les derniers livres. C'était vrai, il avait dit à Niorun qu'il lui donnerait rendez-vous, mais il savait qu'il avait une journée chargée. Il s'assit à son bureau en soupirant. Il ouvrit un tiroir, en sortit une feuille du papier à lettres officiel de l'armée du Cercle, puis se pencha et ramassa un superbe stylo à plume qui avait valsé avec le reste des fournitures.

    Il écrivit :


    A l'intention du Dr Ynglingar.

    Si vos disponibilités vous le permettent, retrouvez-moi dans mon bureau à 21:00.

    Commandant Portanares

    Il se relut, observa l'encre sécher sur le papier, sortit une enveloppe de son tiroir, plia la missive et l'y rangea. Il tendit l'enveloppe cachetée à Eilaire.

    Donnez ceci au Dr Ynglingar et attendez sa confirmation. Mais avant ça, dites moi quel est mon programme pour la journée.

    Il était temps de reprendre contact avec la réalité, et ses responsabilités.

    avatar
    Eilaire Traminne
    Intendante - Balor

    Nombre de messages : 36
    Localisation actuelle : Balor
    Mission actuelle : ...
    Couleur RP : #b762b0
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 04/01/2008

    Re: Un instant de répit

    Message par Eilaire Traminne le Jeu 31 Jan 2008 - 18:21

    Eilaire tendit la main et finit par attraper la lettre entre ces longs doigts fins. Elle l'examina une seconde se demandant légèrement pourquoi il n'utilisait pas le système informatique pour délivrer un message. Mais au fond, peu lui important, elle commença à faire un pas vers la porte quand le Commandant l'interpella. Il lui demandait de lui rappeler le programme de la journée... Oui, elle avait eu du mal à organiser tout ça, elle s'en souvenait. Elle décroisa les bras qu'elle avait mit sur sa poitrine par réflexe, n'aimait décidément pas avoir ses longs bras prendre le long de son corps et regarda un instant, sans un mots, l'endroit même où elle avait l'habitude de mettre son dossier "aide mémoire".

    Quelque chose clochait : le dossier n'était pas là... Elle resta quelques secondes à se demander où il pouvait bien être celui là... Elle l'avait avant de ranger les livres. Elle jeta un coup d'oeil furtif vers la bibliothèque, mais aucun dossier au papier coloré ne semblait se trouver là. Les papiers qu'elle avait remit sur le bureau peut-être ?

    Elle reconnut alors l'un de ces papiers, d'une couleur rose pastel dépassant un peu. Elle l'attrapa du long de ces doigts et commença à lire, une fois le papier revenue dans les bras de sa propriétaire, et une fois son écriture reconnue :

    " A 15 heures, vous devrez recoudre le bouton tombé de votre veston pour les cérémonies officielles..."

    L'ase ne dit plus un mot et resta de marbre. Recoudre un bouton ? C'était son travail à elle, ça ! Il tentait donc bien de lui prendre son boulot...

    Un petit "Tilt" dans une tête cornue plus tard, Eilaire se rappela que les feuilles pour le Commandant, elle les avait prises couleur noisette. Elle tentait toujours d'avoir des repères de couleurs pour ses feuilles, pour ne pas les mélanger en fait. Force était d'admettre que pour cette fois ci, c'était un échec total. Un peu désappointée par l'échec de cette fabuleuse idée des couleurs, elle acheva le mal-entendu d'une voix neutre :

    " Ah non, ça c'est moi en fait..."

    Elle recasa la feuille rapidement contre sa poitrine, et regarda d'un coup d'oeil si une feuille de couleur noisette traînait par ici. A première vue, il n'y avait rien. Le fameux papier devait être dans la petite pile de papier "rangés" qui, au grand désarroi de l'Ase, ne devait pas être si bien rangés vu qu'une feuille à elle y était égarée. Pas grave, de toute façon, l'emploi du temps, c'était en partie elle qui l'avait organisé, bien sûre qu'elle s'en souvenait.

    Ça faisait juste mieux de les "lire"... c'était un mélange entre une forme de professionnalisme, d'organisation, et surtout, ça faisait croire que l'Ase faisait bien quelque chose quand elle énumérait tout ça. Et puis, le dossier qui en résultait lui permettait d'avoir quelque chose entre les mains.

    Du bout de l'index, elle tapota sa joue, tenant toujours contre elle la lettre et commença à dire, tel un emplois du temps électronique :

    " à 15 heure, vous avez rendez vous avec quelque généraux pour l'opération O 4578, à laquelle je ne peux vous donner de plus ample informations, puisque c'est classé secret.
    Vers 17 heure, vous avez ensuite à aller sur le pont pour assurer votre présence et votre autorité à bord, encore que cette activité est dans le cas où O 4578 se termine tôt, ce qui serait fort étonnant.
    Vers 17h30 heures, L'une des chef mécanicien à demandé une entrevue avec vous au sujet d'un satellite de surveillance défectueux.
    Mais avant de le recevoir...
    "

    Elle s'approcha du bureau, ramassa le masque curatif et le leva à quelque centimètre du nez du commandant [ je suppose que tu l'as retiré ? Si c'est pas le cas, j'éditerais ! ] et dit d'une voix sèche

    " Vous devrez mettre votre masque."

    Elle s'éloigna de quelque pas et laissa son regard se promener sur le plafond alors qu'elle continuait :

    " à 18 heures, il y a de la paperasse qui n'attend que vous, et ce sera votre activité jusqu'à environs 19h30, heure à laquelle je vous apporterais votre Dîner."

    Eilaire avait mentalement rétrécit l'activité paperasse pour laisser le commandant manger tranquillement avant son rendez-vous. Après tout, c'était important, et il n'était pas question de manger en coup de vents. Non, un dîner, selon elle, ça se savoure.

    Eilaire commença à emprunter le chemin vers la porte et se stoppa à l'entrée.

    " Et donc, si tout va bien, à 21 heure, vous aurez rendez-vous avec ce nouveau médecin. Je m'en vais de ce pas avoir confirmation."

    Sans ajouter un autre mots, car elle avait déjà bien parlé aujourd'hui pensait-elle, elle disparut dans les couloir qui mènerait à l'infirmerie, emmenant avec elle la fameuse lettre.

    [ Voilà, s'il y a un soucis, préviens moi, j'éditerais..; Genre, je sais pas ce qu'est devenu le masque curatif, j'ai supposé qu'il ne l'avait plus sur lui. Et je ne me souvient pas si Niorun avait une heure d'arrivée ^^' ]
    avatar
    Federico Portanares
    Commandant - Balor

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Sur le pont de Balor
    Mission actuelle : Survivre au diplomate ase.
    Citation : C'est l'une de mes règles.
    Couleur RP : #bf5b03
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 16/11/2007

    Re: Un instant de répit

    Message par Federico Portanares le Dim 10 Fév 2008 - 0:34

    Federico, qui avait reposé son masque curatif pour mieux voir ce qu'il écrivait, écouta d'une oreille distraite son plan de la journée. Eilaire avait hésité en prenant la missive. Federico se doutait de ce qu'elle avat dû penser. Même s'il savait qu'il pouvait compter sur la discrétion de Balor, il préférait ne pas utiliser l'informatique pour ce rendez-vous, car pour peu que l'ordinateur à personnalité soit de mauvaise humeur, il pourrait s'attendre à de mauvaises surprises...

    *Recoudre un bouton ??* Au moment où il réagissait face à l'absurdité des mots qu'il venait d'entendre, Eilaire se reprit, et annonça d'une voix neutre qu'il s'agissait de son propre emploi du temps. Il la regarda sans sourciller, mais, intérieurement, il sourit.

    *Eilaire qui se plante dans son organisation ? On aura tout vu...* Tandis que les choses rentraient dans l'ordre, puisque Eilaire semblait avoir un PDA implanté dans le cerveet, Federico se demandait s'il n'avait pas emmené, lors de son emménagement sur Balor, quelques archives vidéo datant de l'époque de l'Académie. Cela pourrait être un document intéressant pour se préparer à son entrevue...

    Il avait véritablement une grosse journée, notamment à cause du fameux projet O 4578, qui accaparait tout son temps alors que son rôle n'y était que très limité : il se contentait d'assister aux réunions, histoire d'être mis au courant. Il préférait largement aller discuter avec un chef mécanicien, au moins, il servait à quelque chose.

    Lorsqu'Eilaire lui tendit le masque, il soupira pour la forme, mais le mit docilement. Ses douleurs s'étaient largement calmées, mais il savait aussi bien qu'elle qu'il devait le porter jusqu'à la fin du temps règlementaire. Il écouta la fin de son programme, et réalisa qu'il avait beaucoup de temps pour manger. Il en profiterait pour tenter de mettre la main sur les archives vidéo.

    Il réalisa qu'il valait mieux préciser à Eilaire que sa journée se terminerait lorsqu'il prendrait son dîner, car elle était bien du genre à monter la garde devant sa cabine, mais quand il releva la tête, elle avait déjà disparu.


    *Toujours aussi efficace...* pensa-t-il. Cette fille était vraiment un bon élément. Un peu bizarre, mais consciencieuse. Pas comme cette hurluberlue au nom imprononçable...

    Federico se leva, et partit dire un mot à Balor avant d'entamer son service à proprement parler, tout en repensant à cette Skod... Skud... Quelque chose.


    Contenu sponsorisé

    Re: Un instant de répit

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 16 Déc 2018 - 0:20