Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Partagez
    avatar
    Jan Sanada / Ethan Geetaï
    Bosco - Pandore

    Nombre de messages : 51
    Localisation actuelle : Sur le pont de Pandore
    Mission actuelle : Obéir aux ordres avec le sourire
    Citation : Chalala-chalalan, la vie est si douce pour ceux qui savent la vivre...
    Couleur RP : Violet
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Jan Sanada / Ethan Geetaï le Lun 4 Fév 2008 - 19:37

    Chalala, chalalan (au secours, mon personnage me possède, c'est horrible! XD), voici la première partie de la fifiche de Jan, qui permet d'introduire le personnage. La suite dès que possible, promis!^^

    ___________________________


    Le vaisseau de contrebandiers Mirage tourbillonnait et plongeait sans cesse avec l’énergie du désespoir pour essayer de semer l’appareil qui l’avait pris en chasse. Virant sur l’aile, le modeste transporteur en fuit espéra se dégager un couloir de sortie, mais son poursuivant avait prévu son coup et une multitude de décharges énergétiques noyèrent l’espace là où il s’apprêtait à plonger. Au dernier instant, le pilote fit lever le nez à son engin et le contrebandier bondit au-dessus des lasers, se roussissant la coque au passage. L’homme était habile, très habile, mais ça ne le sauverait pas ; et au fond de lui, il le savait

    Quand ce type souriant était venu lui proposer une affaire qu’on ne pouvait refuser, il était tout de suite tomber dans le panneau. Comme toujours, l’appât du gain avait été le plus fort et comme toujours, il se retrouvait dans la mouise jusqu’au cou. Pourtant, il aurait dû s’en douter : il ne le sentait pas, ce client, avec son air aimable qui ne quittait jamais sa figure et ses mouvements maniérés ! Mais quand on était dans une mauvaise passe, on ne pouvait que tenter le tout pour le tout, surtout dans une telle branche. Après avoir convoyé une demi-douzaine de pauvres bougres qui allaient servir d’esclaves à un quelconque petit seigneur pirate qui se croyait plus important qu’il ne l’était, le carnet d’activités du contrebandier n’avait jamais été aussi peu rempli. Les rumeurs se répandaient plus vite qu’on ne le croyait dans ce milieu, et de nombreux clients n’appréciaient guère de faire appel aux services d’un type qui avait un jour livré des êtres vivants à la pâture d’un esclavagiste en herbe. Mais là aussi, la paye avait été bonne, et là encore il n’avait pas réfléchi plus loin qu’un nez de furil.

    Aussi, le jour où monsieur sourire s’était pointé dans ce bar sur Troie pour lui proposer une affaire, autant dire que l’homme avait sauté sur l’occasion ! Cela faisait des mois qu’il devait se rabaisser à effectuer des petits boulots de maintenance pour survivre, et une offre de transport comme celle-ci était une manne providentielle. Sauf qu’il s’était fait couillonné comme c’était pas permis. Et que maintenant, il était la cible d’une frégate des forces de défense du Cercle qui n’avait décidemment rien de mieux à faire qu’à lui coller au train comme une adolescente nubile enamourée de son professeur de philosophie préféré.

    L’autre inconvénient, c’était que la dite frégate ne semblait pas décidée à l’arraisonner comme cela se faisait dans ces cas-là ; non, elle voulait l’abattre. Le vaporiser. L’effacer de la galaxie comme une rature dans la marge de l’univers. En faire de la bouillie pour cryosaures. Merde, il n’avait même pas eu droit à un avertissement ou à un coup de semonce ! Il devait sa survie à ses dons de pilotage innés qui lui avaient permis d’éviter le premier coup porté par la frégate qui s’était soudain matérialisée dans son champ d’action même. C’est ce qui avait permis à l’homme de comprendre que l’autre enfoiré s’était payé sa tête et l’avait vendu.

    Mais même plongé dans le feu de l’action, le contrebandier ne pouvait s’empêcher de réfléchir plus loin : il y avait un truc qui ne collait pas. En général, les navires des forces de défense du Cercle ne tiraient pas à vue sur le contrebandier, présumé ou non, sans tenter un contact radio au préalable. Procéduriers comme étaient les officiers supérieurs, les équipages suivaient cet ordre à la lettre. Et bien, pas de bol pour l’homme en fuit ; aujourd’hui, il n’était pas tombé sur des zélés du code mais sur des gus qui semblaient ravis de s’entraîner en faisant un carton sur son pauvre Mirage. Non, c’était vraiment pas juste… Ce dernier n’était nullement assez armé pour tenir tête à une frégate, et ne possédait pas le blindage d’un vaisseau de guerre. Tout ce que le pilote pouvait espérer, c’était que ses fichus boucliers tiennent le coup, et que sa rapidité lui sauve la mise. Mais la frégate avait la détestable manie de sembler prévoir chacune de ses actions, et découvrir qu’il avait un mouchard à bord n’aurait pas surpris notre contrebandier ; dans l’état actuel des choses où sa vie ne tenait qu’à un fil, il se sentait un peu blasé…

    Ce qui ne l’empêcha pas de bondir de surprise quand sa console de commandes pépia joyeusement, lui annonçant une communication. Sa langue passant sur ses lèvres, l’homme appuya sur la touche de réception, et un visage dont les traits fins et délicats trahissaient une origine shitennô apparut sur l’écran de bord. Encadré par des cheveux noirs bien plus long que le règlement l’exigeait habituellement sur un vaisseau de la flotte, la tête de l’officier –car il était vêtu comme tel- sembla s’approcher, comme curieuse. Elle souriait, de ce sourire innocent qui avait mis l’homme tant mal à l’aise dans ce bar sur Troie.

    « Putain de merde, à quoi vous jouez ? »

    « Chalala, chalalan… »
    chantonna la voix de son interlocuteur. « Allons, allons, ne jurez pas mon ami. Ce n’est pas très poli. Surtout quand je viens jouer avec vous si gentiment ! »

    « Fils de… »

    « T t t t, n’avilissez pas votre jolie bouche. Moi qui croyais qu’on s’était bien entendus… »


    Le sourire de l’étrange personnage laissa place à une profonde tristesse, et ses lèvre s’étaient agencée de manière presque boudeuse.

    « Ca, c’était avant que vous essayiez de me descendre ! »


    « Je savais que vous réagiriez ainsi. C’est dommage. » Puis il sourit à nouveau, comme s’il s’apprêtait à inviter le contrebandier boire un verre entre vieux amis au tripot du coin. « Je vous aimais bien, vraiment. Et vos talents de pilotes… Woaw ! » Il s’était exclamé comme un gosse ravi devant les acrobaties d’une escadrille de chasseurs, et l’instant d’après son visage prit un air sérieux et grave que l’homme n’aurait jamais soupçonné chez ce type.

    « Malheureusement, vos actes se sont montrés contraires à mes convictions. Vous allez donc mourir. »

    « Attendez, si vous parlez de ce transport d’esclaves, c’est… »


    Mais l’autre avait coupé la communication. Jurant entre ses dents, le pilote fit le tour de ses senseurs et calculait frénétiquement un nouveau cap de sortie quand l’enfer se déchaîna.

    * * *


    Sur le pont de la frégate Sélène, le commodore des forces de défense du Cercle Jan Sanada se laissa aller dans son fauteuil de commandement et flatta l’encolure du canidé à l’épaisse fourrure qui se tenait à ses côtés. A travers la verrière du pont, loin devant eux, les dernières volutes de l’explosion qui avait mis fin de manière définitive à la carrière du Mirage et de son pilote se dissipaient dans l’espace.


    Un court instant, Sanada parut pensif tandis qu’il contemplait maintenant l’intérieur d’un petit médaillon qu’il portait ceint autour du cou. Puis il le laissa retomber sur sa poitrine et son regard scruta la fosse de contrôle du vaisseau, où tous ses hommes se félicitaient d’avoir effacé du Cercle un nouvel individu sans scrupules. Retrouvant son éternel sourire, Jan salua en retour son bosco, qui avait levé le pouce à son égard en signe de victoire, et le métis shiteenô pencha la tête pour se plonger dans les yeux dorés de son animal, qui avait posé la tête sur les genoux du commodore pour quémander une caresse. De l’homme si froid l’instant où il avait ordonné la destruction de l’appareil du contrebandier ne subsistait rien. Sur le fauteuil, il n’y avait qu’un homme de même pas trente ans, occupés à jouer avec ce qui ressemblait à un chien, et il émanait de cette homme plus de paix que chez nul autre.

    ______________________________________


    Et hop, vilà pour l'introduction du personnage! Mais comment un tel individu va-t-il se retrouver bosco sur Pandore, la vivenef des contrebandiers? Et bien, euh... Dès que j'aurai imaginé la suite, qui devrait arriver d'ici peu. :kao4:


    Dernière édition par le Mar 5 Fév 2008 - 17:12, édité 1 fois
    avatar
    Jan Sanada / Ethan Geetaï
    Bosco - Pandore

    Nombre de messages : 51
    Localisation actuelle : Sur le pont de Pandore
    Mission actuelle : Obéir aux ordres avec le sourire
    Citation : Chalala-chalalan, la vie est si douce pour ceux qui savent la vivre...
    Couleur RP : Violet
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Jan Sanada / Ethan Geetaï le Mar 5 Fév 2008 - 14:51

    ___________________________________________


    Dans la demeure familiale des Sanada sur Tenkaï, l’amiral Joran Sanada, patriarche de la famille, contemplait l’océan debout derrière la verrière de son bureau. A l’âge déjà avancé –pour un shitennô- de soixante-cinq ans, l’officier laissait ses pensées dériver au fil de l’eau quand son majordome entra pour déposer un plateau sur lequel était placé une tasse fumante. Devant le manque de réaction de son patron, l’extraterrestre se racla la gorge avant de s’exprimer d’une voix distinguée :

    « Un problème, monsieur ? »

    Joran Sanada se retourna et vint s’asseoir à son bureau, réchauffant ses mains autour du breuvage.

    « J’ai reçu des rapports qui me troublent, Geran. Et devinez qui en est le principal intéressé… »

    « J’imagine que maître Jan a encore fait des siennes. »
    commenta sobrement le majordome tandis que l’amiral se fendait d’un soupir résigné.

    « Evidemment. Il est passé du grade de capitaine de frégate à commodore il y a quoi, deux ans, et il continue à agir comme s’il ne dépendait pas du commandement. Entre ça et son obsession pour la chasse aux contrebandiers, il ne pense guère au nom des Sanada… »

    « Voilà près de deux cents ans que votre famille conserve son prestige sur Tenkaï et que la mienne la sert. Je crains que ce poids repose parfois bien lourdement sur les épaules du jeune maître, mais il est profondément attaché aux Sanada… »

    « Et on se demande bien pourquoi. Au temps du père de mon père, notre prestige perdait déjà de son éclat… Et ne me dites pas que nous avons été trop sévère avec Jan ! Quand la famille m’a demandé d’épouser une humaine en gage de bonne entente, je n’aurais jamais pensé qu’il en résulterait un pareil héritier. Et dieu sait que j’aime ma femme, Geran. Et Jan aussi, évidemment, mais il se montre si… »

    « Fantasque ? »


    « J’aurais plutôt dit : imprévisible. »

    « Il fait de son mieux, monsieur. Avec toutes les rumeurs écrasantes qui susurrent partout que votre fils doit son avancée foudroyante et son grade dans la flotte au seul nom des Sanada et non au mérite, cela ne doit pas être facile pour lui. »


    « Et dieu sait qu’il est capable ! Notre famille n’a plus autant de pouvoir, et même si elle reste influente, il a au moins hérité de la fierté du clan et aurait refusé une aide que de toute façon je ne lui aurais pas proposée. Il doit ses galons à son seul mérite, et pour ça je suis très fier de lui. Pour stabiliser la position des Sanada, il ne lui manque plus que d’un peu de jugeote, et qu’il se tienne enfin un peu tranquille. Dites moi, Geran, vous rappelez-vous comment il était autrefois, comment il était enfant »

    « Bien sûr monsieur. Il m’aura donné assez de fil à retordre croyez moi. C’était un enfant extrêmement intelligent, mais aussi plein de vie. »

    « Oui… Il s’étonnait de tout, et pouvait passer des heures à observer une fleur étrange ou un oiseau insolite dans les jardins. Un rien l’amusait, et il n’y avait pas plus gai que lui. Que ce soit avec ses camarades du manoir ou avec les enfants environnants, il saisissait toute occasion pour s’amuser. Et même une fois adolescent, et puis jeune adulte, il a toujours su donner le meilleur de lui-même. »

    « En effet monsieur. Je ne crois pas avoir jamais vu jeune personne plus insouciante. »


    « Ca m’agaçait par moment, je l’avoue, mais je regrette ce temps là. Ces derniers mois il est passé de l’insouciance à une sorte d’inconscience qu’il refuse d’admettre. Il profite des plaisirs de la vie sans plus aucune restriction, est devenu volage, déluré… Tout chez lui a le parfum des secrets. Bon sang Geran, depuis qu’il y a eu cette femme, je ne reconnais plus mon propre fils !
    »

    « Mademoiselle Hawkins a été une grande perte pour maître Jan. »

    « C’est à se demander pourquoi il s’en est entiché !Il est tombé amoureux d'une contrebandière quand il ne faisait encore que les repérer, et il nous a rabaché les oreilles sur le fait qu'ils n'étaient pas tous irrécupérables, qu'ils avaient un code, et que c'était notre société qui les avait conduits à frauder pour survivre. Et quand cette Sélène Hawkins a été mêlée à un traffic de stupéfiants et de drogue malgré elle, et qu'elle est morte en essayant de s'en sortir, Jan n'a pas pu se pardonner de ne rien avoir pu faire. Mais qu'aurait-il pu faire, bon dieu? Quand il était arrivé sur les lieux, elle était déjà en train de mourir... Et pourtant je ne l’ai jamais vu cesser de sourire depuis... »


    « Et pourtant, monsieur… Si vous regardez attentivement, vous discernerez derrière les sourires permanents que votre fils affiche en façade une tristesse insondable. Et une conviction inébranlable. Les voir dissimulées derrière cette gaieté, cela me fait froid dans le dos. »

    « Il est vrai que je ne vois plus mon fils très souvent, ces derniers temps. Il s’éloigne sans cesse de tout ce qui semble pouvoir lui rappeler combien il a pu être heureux et en sécurité, et ses parents et le manoir ont font partie. Il évite aussi de s’aventurer sur Tenkaï quand il peut l’éviter… Et ses idées de se mêler à la pègre pour mieux coincer les trafiquant fait une peur bleue à sa mère. La mort de cette femme a lancé notre fils dans une croisade insensée!»


    « On ne peut nier son efficacité, non ? »

    « Indéniablement: c'est un Sanada tout de même! Mais il est dit aussi qu’il passe plus de temps à les éliminer qu’à chercher des preuves. Et quand il n’est pas en vadrouille avec l’équipage spécial que lui a accordé la flotte, il propage autour de lui une image de dandy que je n’aurai jamais cru lui voir. Honnêtement, Geran, je ne suis pas certain d’apprécier le chemin sur lequel s’est engagé mon fils… »

    Sanada adressa un regard lourd d’inquiétude à son majordome, qui cherchait ses mots.

    « Il reviendra, monsieur. Maître Jan est une bonne personne. Un jour, il reviendra contempler les fleurs du manoir, vous verrez. »


    Se levant de son siège, l’amiral Joran Sanada se tourna à nouveau pour contempler l’extérieur à travers la vitre :
    « Je le souhaite, Geran. L’ennui, c’est que je n’en suis pas si sûr… »

    ______________________________


    suite dès que possible. Et navré pour le mauvais accord des couleurs; je m'en rends compte que maintenant, et j'ai la flemme de tout rechanger. Pard...pardonnez moi! T_T
    avatar
    Jan Sanada / Ethan Geetaï
    Bosco - Pandore

    Nombre de messages : 51
    Localisation actuelle : Sur le pont de Pandore
    Mission actuelle : Obéir aux ordres avec le sourire
    Citation : Chalala-chalalan, la vie est si douce pour ceux qui savent la vivre...
    Couleur RP : Violet
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Jan Sanada / Ethan Geetaï le Mar 5 Fév 2008 - 16:21

    _____________________________


    « Le commodore Sanada ? » fit le capitaine Fresco en se penchant pour éviter de se cogner la tête contre le haut du sas d’une coursive de la frégate de la flotte de défense du Cercle Sélène. "Pour sûr qu’c’est un bon gars ! Enfin, un bon commandant »

    Haut de près de deux mètres et à l’allure débraillée dans son uniforme ouvert, le capitaine James Fresco se tourna vers vous pour vous inviter à le suivre dans un couloir plus étroit que les autres.

    « Attention à la tête, le plafond est bas par ici. C’est un des couloirs de maintenance qui mène aux machines. J’ai un document à remettreau chef MacNamara, et comme ça vous pourrez jetez un œil… Bordel, quelqu’un a encore oublié son casse-croûte près d’un panneau de révision ! »

    Agacé, Fresco se baissa pour ramasser une boîte dont il sortit ce qui devait être un sandwich, étant donné que ça ne pouvait pas être une éponge qu’on aurait laissée trop longtemps dans une cheminée. Entre le pain de mie noirci, vous pouviez distinguer ce qui ressemblerait à de la sauce cocktail si on l’avait préalablement mélangée à du liquide de refroidissement. Sauf que même un tel mélange n’aurait pas dû avoir cette teinte grenadine.

    « C’est encore Padwel. Cet abruti mange n’importe quoi… Hein ? Ah oui, navré, c’est vrai qu’ça pue hein ? » L’officier en second du Sélène fourra le sandwich mutant –vous aviez presque cru y décerner une civilisation microscopique entrain de se développer entre la vallée farineuse et les falaises des croûtes- dans la boîte qu’il cala sous son bras. « Bon, on disait quoi déjà ? Ah oui, Jan Sanada ! Croyez moi, c’est vraiment un mec bien. Si vous me pardonnez l’expression. Sans lui, on serait pas ici aujourd’hui, les gars et moi… Ah, voilà la salle des machines ! Hé, Mac, j’ai les composantes que tu m’avais demandé »

    Fresco lança au chef mécanicien –un homme presque chauve et bien en chair- un petit sac plastique que l’homme réceptionna entre ses grosses mains, bien plus agiles qu’elles n’y paraissaient. Autour de lui, deux techniciens s’affairaient sur les consoles des machines, et un bruit assourdissant vous bourdonnait dans les oreilles, rebondissant contre les parois de cet espace contigu (la salle des machines, pas votre tête ! Quoique…).

    « Tenez, regardez MacNamara par exemple ! Si le commandant n’avait pas repéré son talent avec ce genre de machines, ce gros plein de soupe serait encore en train de moisir au trou ou dans un placard pour ivresse au boulot. Pas vrai Mac ? »

    Le chef mécanicien, hilare, leva le pouce en guise d’affirmation et se concentra à nouveau sur son travail. Devant votre air effaré, Presco crut bon de vous rassurer tout en vous guidant dans une nouvelle coursive :
    « Ne vous inquiétez pas, il ne boit plus en service. Du moins, pas trop souvent. » Il cligna de l’œil, content de lui. « Nous sommes tous reconnaissants au commandant de la deuxième chance qu’il nous a offerte, alors nous faisons de notre mieux pour ne pas la gâcher. Sanada est tolérant, mais il n’aime pas que les gars se ruinent la santé en faisait des choses stupides. Jusqu’à maintenant, il nous a toujours aidés à nous en sortir. Tenez, moi par exemple : j’ai été mis aux arrêts pour voies de faite sur mon ancien supérieur et violence. » Presco vous paraissait gêné, ce qui dépareillait avec son apparence de géant. « J’ai toujours eu du mal à contrôler mon tempérament, mais le commodore Sanada a refusé de me laisser croupir et m’a tiré de là. Grâce à lui, j’ai appris à me maîtriser, et je suis maintenant le second du Sélène. Je suis le premier militaire qu’il a choisi pour son projet. »

    Cette fois, Fresco rayonnait de fierté mal contenue et vous finissez par déboucher tous deux dans ce qui devait être la salle de repos de la frégate. A en juger par les affaires qui traînaient ici et là –il y avait même dans un coin ce qui vous rappelait furieusement un panier pour chien -et la tenue peu réglementaire des membres d’équipage présent, la discipline stricte ne semblait pas être de mise sur ce vaisseau. Et pourtant, vous pouviez sentir dans l’air une confiance absolue en ce fameux Sanada, et la bonne humeur ambiante témoignait d’une très bonne cohésion. Une shitennô et deux humains jouaient aux cartes à la table, et ce qui avait tout l’air d’être une métisse humano-ase était assise par terre, le nez plongé dans un bloc de données. Faisant le tour de la petite pièce pour se trouver une chaise, Presco enjamba la métisse qui ne sembla même pas le remarquer et se laissa tomber en soupirant d’aise sur un siège libre. De sa large main, le capitaine vous invite à faire de même, et l’un des shitennôs s’écarte pour vous faire de la place.

    « Les gars, notre ami ici présent a bientôt fini d’inspecter cette carlingue. » Fresco balaye les miettes devant lui et englobe l’assemblée d’un bras épais comme un petit tronc d’arbre.
    « Le type en blouse à l’air hirsute, c’est le doc’ Escales. Radié de l’ordre des médecins et de l’armée parce qu’il préférait s’administrer lui-même les produits qu’il devait donner aux patients. »

    Escales, un robuste bonhomme dans la fleur de l’âge, gratta sa barbe de trois jours et vous adressa un signe de tête :
    « J’suis clean maintenant. »

    « Ca, c’est seulement quand ça t’arrange, Jerry. Que ça ne t’empêche pas de relancer… » grogna la shitennô aux cheveux de jade qui se trouvait face au toubib ; à ses côtés, une jeune femme rousse sourit à la remarque avant de fixer à nouveau les cartes qu’elle avait en main.

    « Cette terreur, c’est Marsha Doneï, notre navigatrice, et la jolie rousse –Alice- à ses côtés s’occupe des comm’. Quant à la blonde le nez plongé dans son bouquin au milieu du chemin, c’est Lysane, notre spécialiste tactique. Comme vous le voyez, on forme une bande de soldats un peu disparates, mais on s’entend bien. Le commodore Sanada a su nous donner une deuxième chance avec son programme de réhabilitation pour éléments perturbateurs, et ça on ne l’oubliera pas. Notre mission, au Sélène et à nous, c’est de traquer les enfoirés qui se croient intouchables. Le commandant s’infiltre dans le milieu, trouve les bonnes proies, et après on lui tombe dessus avec la frégate. Et un nuisible de moins. Le commandant déteste ces gens-là, et pourtant il est plutôt du genre à aimer tout le monde… Je crois que c'est à cause d'une dame, que tout a commencé...Le commandant a donné son nom à la frégate au lancement du projet, d'ailleurs.»

    Fresco s’interrompit, pour suivre un instant la partie qui se déroulait à la table d’un œil intéressé, avant de soudainement se souvenir de votre présence :
    « Je n’sais pas c’que vous voulez savoir sur le commandant, mais c’est un type bien. Il a vécu quelque chose de dur l’an passé, mais maintenant il est décidé à faire en sorte que ça n’arrive plus à d’autres, et à rappeler au Cercle que le nom des Sanada vaut encore ses syllabes. Mais quand on est pas en mission, y a pas plus gentil que l’commandant ! Toujours à se soucier de nous, à nous pousser à donner le meilleur de nous-mêmes, et toujours le sourire aux lèvres ! Quand on est à ses côtés, on ne peut que se sentir apaisé, même s’il agace les grincheux. Il n’a pas l’air de prendre les choses au sérieux, mais il est très intelligent, et rien ne lui échappe, croyez moi ! »

    « Full. » lança Marsha Doneï, tandis que le doc’ abattait ses carte en grommelant.

    « Pas de bol Jerry, mais tu sais comme moi qu’il ne faut pas défier notre Marcha sur son terrain. Qu’est-ce que je vous disais, à vous, déjà ? Ah oui, le commandant ! Pour lui, rien ne compte plus que de profiter des plaisirs de la vie, et de faire en sorte que les autres le puissent aussi. On le dit volage, et on l’a vu avec plus d’une femme à son bras –parfois en même temps- et il ne rechigne jamais sur un bon coup à boire ou une bonne chanson. Mais au fond, il reste toujours prêt à agir. Ce type peut descendre des litres d’alcool et réussir à tenir debout ! J’ai jamais vu ça ! Même moi avec mes cents kilos je n’arrive pas à tenir la cadence ! Et faut le voir avec les gosses… Hein ? Ah non, il ne les saoule pas, mais il les adore. En fait, à part nos proies, je n’ai jamais vu quelqu’un aimer autant de monde que lui. Toujours un mot gentil, toujours le sourire, et même quand il nous rappelle à l’ordre ! Sans compter son don pour l’analyse et la tactique. »

    Fresco s’interrompt à nouveau, pour jeter un coup d’œil au chrono de sa montre poignet et se lève, enjambant une nouvelle fois la lectrice silencieuse qui se contenta d’un mouvement de tête résigné. Lorsque vous vous levez à votre tour, Fresco salue ses équipiers d’un signe de la main et vous le suivez dans un nouveau couloir tandis qu’il reprend la parole.

    « En bref, le commandant, c’est un type bien, et on ferait n’importe quoi pour lui. Il est un peu…fantasque, et il s’ennuie rapidement, mais il est capable de se faire des amis n’importe où, et en contrepartie un rien l’occupe ! Et quand il vous regarde dans les yeux, vous avez l’impression qu’il arrive à voir plus loin que vous ne le voudriez… D’ailleurs, les seules fois où il ne sourit plus, c’est à la fin d’une chasse, juste avant le coup de grâce. Là… Je j’ai jamais vu des yeux pareils, ni une telle conviction froide émaner de quelqu’un… Dans ces moments là, on a l'impression que rien ni personne ne peut l'atteindre,et encore moins l'arrêter... »

    Le capitaine Fresco frissonna, puis retrouva d’un coup son entrain naturel :
    «Allez, je vais vous montrer le pont. Je crois que notre pilote garde toujours quelques bonnes bières au frais… »

    ________________________________


    Dernière partie bientôt.
    avatar
    Jan Sanada / Ethan Geetaï
    Bosco - Pandore

    Nombre de messages : 51
    Localisation actuelle : Sur le pont de Pandore
    Mission actuelle : Obéir aux ordres avec le sourire
    Citation : Chalala-chalalan, la vie est si douce pour ceux qui savent la vivre...
    Couleur RP : Violet
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Jan Sanada / Ethan Geetaï le Mar 5 Fév 2008 - 17:12

    _______________________________


    Le canidé, de la taille d’un berger-allemand et à l’épaisse fourrure noire, mordit sans grande conviction dans sa balle en caoutchouc, la laissa sur le sol et la contempla un instant : c’était décidemment beaucoup moins drôle quand ça ne roulait pas, et c’était beaucoup moins amusant que mâchouiller les chaussettes propres du lieutenant Hlodowic. Poussant l’équivalent canin d’un soupir, ce qu’on appelait encore de nos jours un chien s’assit lourdement sur son derrière, sans doute nullement conscient d’être un des rares descendants de son espèce, préservée de la destruction de la Terre grâce aux quelques croisements des toutous qui avaient échappés à la catastrophe. Et il ignorait aussi qu’il avait coûté cher ; mais quand on était un Sanada, on avait les moyens de s’offrir un chien d’une telle stature, même si celui-ci, âgé de deux ans, avait l’air bien plus pataud que féroce.

    Maruk –car tel était le nom qui lui avait été attribué- se demandait dans son cerveau simple de chien ce que son maître et lui étaient censés faire. Après tout, cela faisait douze mois qu’ils vivaient à bord du Pandore, la célèbre vivenef contrebandière, et rien ne s’était passé à part ces horribles moments lors de la bataille toute récente au-dessus de Troie. Maruk n’avait pas particulièrement apprécié, et il regardait depuis les conduites d’un œil suspicieux, l’une d’entre elles s’étant rompue lors du combat pour l’asperger d’une sorte de mousse carbonique. Il avait fallu à son maître plusieurs heures de travail acharné et un nombre conséquent de bouteille de shampooing pomme-cannelle pour que Maruk retrouve son apparence naturelle.

    Et depuis que son maître avait été nommé bosco après la mort du précédant dans l’affrontement, il avait moins de temps pour jouer à la balle. Mais bon, le chien avait encore de quoi s’occuper, d’autant plus que le lieutenant Hlodowic utilisait visiblement un nouvel adoucissant parfumé qui plaisait énormément au brave toutou. De plus, les autres membres de l’équipage étaient gentils avec lui, de l’intendant maladroit du capitaine qui renversait son écuelle lorsqu’il venait lui offrir une friandise au médecin que tout le monde semblait trouver bizarre mais que son maître aimait beaucoup. Mais comme son maître aimait tout le monde, Maruk n’y prêtait nullement attention. Seule celle qui semblait être la femelle dominante de Pandore impressionnait réellement Maruk, et l’animal se faisait tout petit lorsqu’elle était dans les parages. Il aurait pu lui arracher la main d’un coup de dents, mais il n’était pas vraiment un chien d’action, et son instinct lui soufflait vivement de se rouler sur le dos en gémissant lorsque la femme semblait s’intéresser à lui.

    Mais malgré toutes ces occupations, sans oublier celles qui consistaient à manger et dormir, le petit cerveau de chien de Maruk se doutait bien qu’il se passait quelque chose de bizarre. Ce n’était pas la première fois que son maître l’emmenait dans une mission, mais ils n’étaient jamais restés aussi longtemps « en planque », comme il avait entendu dire son maître, même s’il ne savait pas vraiment ce que cela signifiait. D’habitude, son maître se fondait parmi les gens d’un vaisseau, d’une bande, et quand il avait obtenu les informations qu’il voulait, il rentrait sur le Sélène avec Maruk et on entendait plus jamais parler du vaisseau d’avant. Mais là, ils étaient engagés dans ce que son maître appelait une « mission de longue durée ».

    Finalement, Maruk ne s’en souciait guère, parce qu’il voyait que son maître était plutôt content. Au-delà de son sourire habituel et de sa douceur coutumière, il semblait à l’aise parmi les membres d’équipage du Pandore. Depuis un an qu’il les côtoyaient, il avait dû s’y attacher, surtout s’ils portaient tous des chaussettes aussi délicieuse que celles du si rigolo lieutenant Hlodowic, qui criait quelque fois après Maruk mais l’animal se contentait

    d’attendre que ça passe et allait fouiner ailleurs, souvent en cuisine quémander un morceau de n’importe quoi qui soit vaguement comestible.

    Cette fois, son maître ne semblait pas décidé à agir comme il le faisait d’habitude, et il avait été furieux quand des méchants avaient attaqué le Pandore à Troie. « Les idiots ! Ils ont failli tout foutre en l’air ! Comment veulent-ils que je me procure les plans de vols et les interactions avec d’autres groupes s’ils décident de nous tomber dessus comme ça ? »
    Et derrière la colère –ce qui avait surpris Maruk parce que son maître se mettait rarement en colère- le chien avait aussi perçu de la tristesse. Et Maruk était triste, lui aussi. Plein de gens gentils étaient morts, comme l’ancien bosco ou l’ancienne femelle dominante. Elle lui faisait aussi peur, mais des fois elle lui lançait sa balle dans une coursive, quand personne ne pouvait les voir.

    En fait, Maruk s’était habitué à cette nouvelle routine, et considérait un peu le Pandore comme une nouvelle maison. Il pouvait généralement trottiner un peu partout, et il aimait bien rendre visite au monsieur à l’air malade qui ne sortait jamais de la cale. Comme ça il lui tenait compagnie, et puis il pouvait y cacher ses trésors (donc le bloc holo numéro 2 des « Formidables aventures de Leïa Orgasma dans l’espace » du lieutenant Hlodowic, dont il aimait bien mâchouiller les contours (ceux du blocs, pas du lieutenant Hlodowic !).

    Quant à son maître, il parlait beaucoup avec les autres membres de la meute des « deux-pattes » et il semblait prendre son rôle de bosco plus à cœur qu’il ne le confiait à Maruk, le soir quand il retournait dans sa cabine. Maruk s’était même habitué à l’apparence que son maître avait prise quand il s’était engagé sur Pandore. Il avait coupé plus court ses abondants cheveux noirs et avaient décolorés ces derniers, ce qui lui donnait une toute autre allure qu’avant. Et sans ses tenues d’officier, il avait l’air d’un « deux-pattes » tout à fait normal, sauf qu’il souriait plus et qu’il était tout le temps de bonne humeur, même quand la femelle dominante du moment lui criait dessus pour une raison ou une autre. Le chien se demandait même si ce n’était pas simplement parce qu’il continuait à sourire.

    Le soir, quand son maître retournait dans leur cabine, il racontait à Maruk les évènements de la journée, et le chien écoutait patiemment, remuant la queue aux moments les plus drôles, car il avait vite appris à les reconnaître en observant son maître, qui répondait d’ailleurs au nom d’Ethan Geetaï depuis son arrivée sur la vivenef. Pour le reste de la meute, il n’était qu’un simple natif de Tenkaï qui n’avait pas eu de chance dans la vie et qui avait cumulé des petits boulots jusqu’à ce que son intelligence et son tempérament lui permettent d’être accepté sur Pandore. Il occupait depuis peu le poste de bosco, et confiait souvent à Maruk les derniers potins de l’équipage ; mais comme aucun ne parlait de chaussettes ou de jeune femelle bergère-allemande, le chien faisait semblant de s’y intéresser tout en mordillant sa balle en caoutchouc.

    D’autres fois, Ethan revenait fatigué, presque triste, et il tournait en long et en large dans la cabine avant de se coucher sur son lit en contemplant la photo d’une femelle humaine qu’il gardait dans un médaillon qui ne quittait jamais son cou. Maruk se rappelait un peu de la fille, très gentille. Elle avait joué avec lui quand il était chiot, et elle sentait bon. Mais un jour elle avait disparue, et depuis son maître n’avait plus jamais été le même. Et ces soirs-là, il regardait le visage, et parlait à son médaillon, lui disant qu’il était désolé, que sa conviction était encore intacte, mais qu’il n’aurait pas cru découvrir tous ces sentiments en se mettant « à sa place » (là, Maruk pensait qu’il parlait de la fille ; il avait fini de manger et était pour une fois plein d’attention). Qu’il allait voir, que cette fois ce n’était pas pareil, mais que non, sa conviction était toujours intacte. Qu’il ferait en sorte que tous les salauds qui menaient chaque jour des gens comme elle à la mort disparaîtraient de la galaxie. Ensuite, il recevait un appel d’un membre de l’équipage de Pandore ou riait à une blague envoyée sur son bloc de données, et il cachait le médaillon sous ses vêtements pour ne plus y penser. Et il se couchait aux côtés de Maruk et se confiait à lui, lui demandant s’il avait raison de continuer à ne pas agir, qu’il ne pouvait pas s’y résoudre, pas encore… Maruk, lui, n’aimait pas quand son maître était triste, alors il lui léchait gentiment la figure avant de lui proposer une vielle chaussette du lieutenant Hlodowic, ce qui redonnait toujours le sourire à son maître.

    Ce soir là, après que son maître soir rentré et se soit endormi en contemplant la photo du médaillon, Maruk finissait sa pâtée et, poussant la balle de caoutchouc du bout du museau, il se dit que la vie à bord de Pandore n’était vraiment pas si mal.

    Dans son innocent petit cerveau de chien, il espérait que ça durerait encore longtemps.

    En son fort intérieur, même s’il se refusait de l’avouer, Jan Sanada –alias Ethan Geetaï le contrebandier, se surprenait à penser la même chose

    ______________________________

    Vilà, la fiche est -du moins je crois- terminée! ^^ J'espère que ça n'a pas été trop pénible à lire, et n'hésitez pas à me dire ce qui ne va pas si besoin est! ^^

    Sur ce, j'vais m'accorder une petite pause clavier, tiens... Chalala, chalalan, à plus les gens! (et bonne soirée, parce que je suis poli. u_u) ^__^
    avatar
    Erylianen Noerya
    Médecin-chef de bord - Pandore

    Nombre de messages : 118
    Localisation actuelle : Pandore
    Mission actuelle : /
    Couleur RP : #e78640
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 04/08/2007

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Erylianen Noerya le Mar 5 Fév 2008 - 17:29

    Bah bienvenue (humm humm) ici !

    Un Bosco "traitre"... Ah voué, évidement... Bon, baaah, on verra ce que ça donnera !

    au médecin que tout le monde semblait trouver bizarre mais que son maître aimait beaucoup

    On m'aiiiiiiiiiiime ! Je n'aurais plus crut ce jour possible !! Mais si !! Ah, Youpi tralala !

    Et Houuuu, Konkon, t'as un ticket avec le chien ! La claaaaaaasse !

    Aller, un peu de sérieux !

    Bah, moi, j'ai trouvé ça très bien à lire (sauf avec le rouge et vert... J'avoue, là, j'ai eu du mal... à cause des couleurs, hein !) et pour ce qui est de la fiche... Baaaah, me semble bien. Y'a juste que je me demande s'il y a tout les renseignements, genre date de naissance, j'me souviens plus l'avoir vue mentionnée... Mais franchement, je pense pas que ça pose de grands problèmes (j'ai déjà fait une fiche où j'ai omis de mettre la date de naissance, c'est quand même passé...)

    Bon, faudra attendre, comme d'habituuuuuuhuuudeuh notre Meujeu pour savoir ce qu'il en est ! =3

    Bienvenue chez la "joyeuse" bande de Pandore !
    avatar
    Jan Sanada / Ethan Geetaï
    Bosco - Pandore

    Nombre de messages : 51
    Localisation actuelle : Sur le pont de Pandore
    Mission actuelle : Obéir aux ordres avec le sourire
    Citation : Chalala-chalalan, la vie est si douce pour ceux qui savent la vivre...
    Couleur RP : Violet
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Jan Sanada / Ethan Geetaï le Mar 5 Fév 2008 - 17:55

    Merci! ^_^

    Alors, si Jan/Ethan à 29 ans, il est donc né en...3304! Un douze février, tiens, ça ira très bien!

    Pourquoi ce "hum hum" entre parenthèses après ce "bienvenue"? *lève innocemment les yeux au ciel; c'est si évident ?Bah, bien sûr que c'est évident... XD*

    Ouaip, ça a l'air drôle sur Pandore. Surtout pour les chaussettes (un lieutenant avec une seule chaussette, ça court vite?)! Là au moins, on a une epxlication sur le mystère ancestral qui fait qu'il manque toujours UNE seule chaussette. u_u

    Traître, traître... Si peu! ^_^
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Invité le Mar 5 Fév 2008 - 18:34

    Chalala, chalalan...

    Bon eh ben, bienvenue...


    ET DIS A TON CLEBS DE ME RENDRE MA CHAUSSETTE !!

    Déjà que j'aime moins les animaux que mes semblables - ce qui semble difficile - si en plus il me pique mes bouts de laine protecteurs, on ne va pas, mais alors pas s'entendre (je crois que je vais proposer un nouveau plat à notre coq bien-aimé :kao5: )

    Bref...

    Et comment tu es au courant pour Leïa Orgasma ?? (j'ai aussi d'autres trucs sympas, si tu veux... mais je ne partage pas mes CosmoPlayBoy, ils coûtent suffisamment cher !!)

    Bref, je sens que Pandore mérite de plus en plus son nom... :kao22:
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 31
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Erwyn Von Drachnar le Mar 5 Fév 2008 - 18:54

    Il n'y a pas la date de naissance mais il est dit qu'il a une trentaire d'années. Donc, nous avons l'information. Pas de souci !!

    :kao28: BIENVENUE SUR PANDORE :kao27:

    (quoique me demande si je devrais pas remballer mes confettis moi...XD)

    Le chien d'Ethan a écrit:Seule celle qui semblait être la femelle dominante de Pandore impressionnait réellement Maruk, et l’animal se faisait tout petit lorsqu’elle était dans les parages. Il aurait pu lui arracher la main d’un coup de dents, mais il n’était pas vraiment un chien d’action, et son instinct lui soufflait vivement de se rouler sur le dos en gémissant lorsque la femme semblait s’intéresser à lui."

    :kao22: excellent !!

    Toujours le chien a écrit:"même quand la femelle dominante du moment lui criait dessus pour une raison ou une autre."

    Ah ? pourquoi je te crirais dessus ?

    Ah j'ai trouvé :

    Cette fois, son maître ne semblait pas décidé à agir comme il le faisait d’habitude, et il avait été furieux quand des méchants avaient attaqué le Pandore à Troie.

    C'est PANDORE !!! Tout court ! sans article ni rien ! Ou LA Vivenef Pandore ! Raaaaaah!!!

    Désolée mais disons que c'est le genre d'erreur qui finit par laisser des traces... comme les coups de fouet sur le popotin rebondi de Konkon ^^ *siffle*

    Sinon, ben à bientôt dans le jeu !


    _________________
    "Elle était presque aussi engageante qu’une infection rénale avec complications..."
    (c) Kallista

    avatar
    Jan Sanada / Ethan Geetaï
    Bosco - Pandore

    Nombre de messages : 51
    Localisation actuelle : Sur le pont de Pandore
    Mission actuelle : Obéir aux ordres avec le sourire
    Citation : Chalala-chalalan, la vie est si douce pour ceux qui savent la vivre...
    Couleur RP : Violet
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Jan Sanada / Ethan Geetaï le Mar 5 Fév 2008 - 19:19

    Konrad, je te comprends! Un cosmo-playboy, c'est sacré! u__u Et tu crois avoir mieux que "Les formidables aventures de Leïa Orgasma dans l'espace? o.o (une holovidéo cachée dans la douche du commandant ne compte pas!)

    Bonsoir cap'taine! ^_^ Ouiii, je sais, c'est horrible "le Pandore". J'ai essayé de neutraliser tous les articles que mon cerveau routinier voulait mettre, mais celui-ci m'a échappé. J'espère que la vivenef elle-même ne m'en tiendra pas trop rigueur! Tiens, d'ailleurs, on parle beaucoup de son équipage, mais elle est comment Pandore? Elle est "gentille" avec vous? XD
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 31
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Erwyn Von Drachnar le Mar 5 Fév 2008 - 19:22

    Nop..enfin oui.. enfin pas vraiment..enfin elle se cache ^^'

    Elle n'apprécie pas le fait d'être dans la contrebande. mais sinon elle a finit par bien aimer l'équipage surtout depuis la bataille de dédale (au-dessus de troie)

    Mais bon, elle ne parle quasimment jamais avec l'équipage. Et je n'ai pas encore eu le plaisir de RP vraiment avec elle. (je dis vraiment car elle nous a fait un coucou lors de ma montée à bord de la vivenef)


    _________________
    "Elle était presque aussi engageante qu’une infection rénale avec complications..."
    (c) Kallista

    avatar
    Newton Guedolphe
    Intendant - Pandore

    Nombre de messages : 69
    Localisation actuelle : Les couloirs de Pandore
    Mission actuelle : Prier pour rester en un seul morceau
    Couleur RP : #76A32C
    Multi-comptes : Noémie Herbogast - Niorun Ynglingar - Newton Guedolphe - Michelle Farmann - Milo Roberts - Woody Calinsky - Aleksandra Sergueïvna Ivanova
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Newton Guedolphe le Mar 5 Fév 2008 - 19:31

    Bienvenue petit bosco qui ne fera jamais aussi bien que ma Noé !

    Fiche de données
    Surnom: Ethanol
    Race: Métisse
    Unité:

    Hiiiiiiiii ! :kao3:

    :kao37:
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Invité le Mar 5 Fév 2008 - 19:52

    Ethanol

    Alors :

    Point de fusion : -114°C
    Point d'ébullition : 78-78,5°C
    Densité : 0,789






    Et mieux que Leia, il y a [CENSURE] !!! :kao14: (je ne tiens pas à dépraver la jeunesse ^^ Mais il faut voir dans ma cabine, je les planque sous le matelas ^^)
    avatar
    Eilaire Traminne
    Intendante - Balor

    Nombre de messages : 36
    Localisation actuelle : Balor
    Mission actuelle : ...
    Couleur RP : #b762b0
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 04/01/2008

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Eilaire Traminne le Mar 5 Fév 2008 - 20:00

    Chimiste !

    Ah, non, flute, c'est pas une insulte ça...
    avatar
    Lana Lane
    Admin

    Nombre de messages : 977
    Age : 30
    Couleur RP : #04d5eb
    Multi-comptes : Eve, Endy, Kiba, Weena, Andrea, Sara, Oscar, Elie.
    Date d'inscription : 03/06/2005

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Lana Lane le Ven 8 Fév 2008 - 20:02

    Bienvenue à Monsieur Sanada! =D

    J'ai beaucoup aimé ta fiche. Surtout la dernière partie. XD
    (Entre ça et le sujet de Ryryl et Kokonou, je n'arrête pas de m'esclaffer, ce soir...)

    Bon, m'en va te valider! ^.^

    Contenu sponsorisé

    Re: Jan Sanada / Ethan Geetaï

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 12 Déc 2018 - 13:07