L'audition, l'homme viril et le furil.

    Partagez
    avatar
    Oscar Arcane
    Flûtiste - Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 27
    Localisation actuelle : Devant la chambre de Mademoiselle Michelle!
    Mission actuelle : Visiter le RLS Legacy avec Norah... et Michelle!
    Citation : Euh... D'accord! -^^-
    Couleur RP : #efa627
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 30/03/2008

    L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Oscar Arcane le Ven 4 Avr 2008 - 23:36

    Mais… Où était-il ?

    Alors ça… Oscar n’en avait pas la moindre idée. La mallette à la main, le furil à l’épaule, le sourire aux lèvres, il déambulait dans une coursive ouverte, bordée par une rambarde, où régnait une chaleur torride, des mâles virils tout en muscles, sueur, taches d’huile et marcel et des machines immenses, impressionnantes et bruyantes. Évidemment, ce n’était pas une salle d’audition. Ah ! Pourtant, Oscar avait demandé son chemin une demi-douzaine de fois… À moins que cela n’était le double ? Oscar ne se souvenait plus. Et il avait essayé de suivre les instructions. Et il se retrouvait dans cet endroit étonnant qui excitait sa puissante imagination.


    « Ça alors ! S’exclama-t-il, non sans émerveillement. On dirait une salle des machines d’un vaisseau spatial ! »

    Un monsieur très viril qui se trouvait sur son chemin s’arrêta brusquement de serrer un boulon, ou d’enfoncer une vis, Oscar ne savait pas, il n’y connaissait rien en bricolage. Il se redressa pour regarder avec des yeux de hibou. Oh ! Sans doute une âme charitable qui accepterait de l’aider à trouver le chemin de sa fameuse salle d’audition. Oscar lui adressa un large sourire et lui adressa un joyeux :

    « Bonjour !
    - C’est la salle des machines, fit l’homme en guise de réponse. Et vous n’avez rien à faire ici. »

    L’homme viril frappait sa clef (ou son tournevis, qu’est-ce qu’Oscar en savait ?) contre la paume de sa main gauche d’un air menaçant.
    Le solide deux-jambes ne plaisait pas à Ricard dont les pattes commencèrent à froisser la chemise noire d’Oscar. Danger !
    Mais Oscar ne s’en faisait pas. Il était occupé à songer qu’il avait l’air d’être en costume de soirée à côté du mécanicien (ou de l’officier de communication dont le hobby était le bricolage, après tout…). Le jeune flûtiste avait mis les vêtements qu’il possédait qui lui paraissaient les moins décontractés. Une chemise noire dont il avait retroussé les manches à cause de la chaleur (et qui allaient donc être toutes froissées), un pantalon beige droit, tout simple et des chaussures noires, tout aussi simples.
    Mais Oscar ne devait pas rêvasser, il devait répondre.


    « Ah ! Ah ! Ah ! Mais voilà qui explique tout ! »

    Tout quoi ? Cela, seul Oscar pouvait le savoir.

    « Pardonnez-moi de vous déranger en plein travail. En fait, je me suis perdu. Ah ! Ah ! C’est stupide, non ? Je cherche la salle d’audition. Pourriez-vous me l’indiquer, s’il vous plait ? »

    Le mécanicien regarda Oscar, un instant consterné. Puis il reprit son air menaçant.

    « La salle d’audition, hein ? »

    L’homme viril avait parlé d’un ton narquois. Saloperie de musiqueux ! Comment osait-il descendre dans la salle des machines ? Il était là pour les narguer, le mécanicien était prêt à le parier. Foutus artistes. Ces freluquets se pavanaient là-haut, dans le luxe, pendant qu’eux trimaient en bas. Mais cela ne leur suffisait pas. Maintenant, ils devaient descendre pour montrer leur supériorité intellectuelle aux bouseux qu’ils étaient. Ils étaient donc une sorte de spectacle distrayant. Le blondinet gardait son sourire…

    « Oui, la salle d’audition ! »

    Le sourire d’Oscar se fit hésitant, comme s’il réfléchissait.

    « Euh… Est-ce que par hasard je… J’aurais oublié de vous dire que c’était la salle d’audition que je cherchais ? »

    Merde alors, il était franc ! Le mécanicien se sentit tout nu, fragile comme un bébé. Il avait perdu son air menaçant et il n’arrivait pas à remettre la main dessus. Saloperie d’air menaçant ! Ça foutait toujours le camp quand on en avait le plus besoin !
    Complètement ahuri, le mécanicien ne pu que balbutier :


    « Non, pas du tout, c’est juste que… Vous continuez tout droit, vous sortez de la salle des machines et vous prenez à droite dans le couloir. Vous allez jusqu’au bout du couloir et vous tournez encore à droite. Puis, la première porte à gauche est celle d’un ascenseur. Vous l’empruntez pour aller au niveau +3. C’est facile, c’est le dernier niveau. Une fois là-haut… Attendez que je me souvienne… Oui. Vous prenez à gauche dans le couloir et normalement, vous devriez arriver sur la porte de la salle d’audition. Oui, c’est bien ça. ‘Voyez ? C’est pas bien compliqué… Vous continuez. Droite, au bout du couloir, droite, première porte à gauche, niveau +3, gauche et vous y êtes. Ça ira ? »

    En voyant l’air égaré du petit jeune homme, le mécanicien viril se surprit à être inquiet de savoir s’il arriverait à s’y retrouver. Bordel ! Il s’en souviendrait toute sa vie… Il avait été aimable avec une saleté de musiqueux.

    « Oui… Oui, je crois que j’ai compris, cette fois… »

    Mais en réalité, Oscar n’en était pas si sûr. Mais il ne pouvait pas lui demander de répéter. Il avait peur de l’exaspérer. Le monsieur viril lui avait si gentiment répété ses explications de manière simple et concise ! Tant pis… Oscar se débrouillerait. Il finirait bien par la trouver cette salle d’audition.

    « Je vous remercie ! Vous êtes très aimable, Monsieur !
    - Pas d’quoi. »

    Et l’homme viril de la salle des machines s’en retourna à son boulon (ou à sa vis), perturbé à vie.

    Tandis qu’Oscar passait la porte de sortie de la salle des machines…
    Il était dans le couloir. Là, c’était facile, il s’en souvenait très bien ! Il devait aller à… À droite ou à gauche ? Non, en fait Oscar ne s’en souvenait plus du tout. Il resta planté dans le couloir et il croisa les bras. Il se mit à tapoter ses lèvres du doigt d’un air pensif.

    Ah ! Et puis zut ! Si Oscar n’arrivait même pas à se souvenir des indications qu’on lui donnait, Ricard, lui, avait déjà une très bonne idée de la disposition des lieux, à force de crapahuter à droite, à gauche et à force d’entendre les explications des gens qu’ils rencontraient.
    Le furil sauta de l’épaule d’Oscar avec un pépiement agacé. Il se mit à courir dans le couloir en prenant à droite. Oscar s’élança à sa suite. Non pas parce qu’il avait peur qu’il s’enfuit, mais bien parce qu’il comprenait que le petit animal savait où trouver la salle d’audition. Déployant toute sa puissance et son agilité, le petit prédateur fonçait à travers les couloirs et sautait joyeusement pour actionner les systèmes d’ouverture des portes (qui n’avaient pas de secret pour lui, Ricard adorait ouvrir les portes) et les commandes de l’ascenseur.

    Enfin, Ricard s’arrêta devant une porte en pépiant joyeusement. Oscar le rejoignit, essoufflé mais content de sa course et d’être arrivé à destination. C’était agréable de courir.
    Mais soudain, Oscar se sentit bête. Il venait pour passer une audition pour devenir le flûtiste des Synthetic Dreams et il arrivait essoufflé ! Idiot d’Oscar !
    Mais il entra tout de même, tout sourire.


    « Bonjour ! Pardonnez-moi, je suis en re… »

    Il n’y avait personne. Pas d’examinateur ulcéré qui attendait depuis des heures. Peut-être qu’il arrivait trop tard et que l’examinateur était parti. Oh ! Non ! Pourvu que non !
    Mais Oscar ne perdit pas espoir. Il allait attendre ici et quelqu’un finirait bien par passer et lui expliquer ce qu’il pouvait encore faire pour passer son audition. Machinalement, il leva son bras gauche pour regarder sa montre. Elle n’y était pas. L’avait-il oubliée ? Perdue ? Non, vendue depuis longtemps, se rappela-t-il.

    Quelques minutes passèrent. Après tout, il était possible qu’Oscar s’était trompé d’heure et qu’il était un peu en avance. Il prit une chaise et s’assit. Il attendit.


    […]


    Lorsque la porte de la salle d’audition s’ouvrit, cela faisait longtemps qu’Oscar jouait de la flûte traversière, que la mallette noire gisait sur le sol, ouverte, qu’il était assis en tailleur sur sa chaise et que Ricard sautait joyeusement et inlassablement d’un genou d’Oscar à l’autre. Même si Oscar n’avait rien dérangé, tout cela donnait une agréable impression de désordre.

    Oscar chantait l’hyperespace. Il allait de bonds en bonds dans l’espace sans couleur, sans odeur ni chaleur, il dépassait les univers foisonnants à une vitesse vertigineuse, il trompait l’espace et le temps, les battait de vitesse en riant avec malice. Il chantait l’hyperespace et Ricard aimait ça.




    [HJ : Petite explication : Oscar s’est trompé d’heure et il était en avance de quatre heures. Il a perdu deux heures à chercher son chemin et il attend deux heures dans la salle d’audition. Voilà. Rien de bien surprenant, après tout. =D Le topic est pour Perry à la base, mais en l'attendant, n'importe qui qui passerait dans le coin peut venir...
    Et pour avoir une idée du genre de morceau que joue Oscar, j’écoutais Journey on the Waves of Time en même temps.]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Invité le Sam 5 Avr 2008 - 11:09

    - C'est pas vrai... il y a encore des auditions aujourd'hui ?
    - Ben... j'pense plutôt que ça doit être terminé maintenant, ça fait bien deux ou trois heures que j'l'ai vu passer.

    Zéphyr secoua vigoureusement la tête.

    - Pas possible. Perry était occupé ailleurs, alors soit ton gus était très en retard, soit il était très en avance.
    - Oh moi, pour ce que j'en dis...

    Et l'homme haussa les épaules et retourna à son boulot. Zéphyr prit le chemin de la salle d'audition. Une mélodie rythmée se faisait entendre dans les couloirs, augmentant en intensité à mesure que Zéphyr approchait de la salle d'audition. De la flute. Le son était un peu déformé par les paroi de métal, aussi ne pouvait il pas en juger. Mais la dextérité du flutiste était indiscutable.
    Il avait donc trouvé la salle d'audition. Un bon début. Il jouait vite, la mélodie était plutôt entrainante... Zéphyr se laissa un moment bercer, fredonnant instinctivement l'air du morceau au bout de quelques poignées de secondes.
    Perry devait certainement être à l'intérieur, à l'écouter jouer. Quoique... Peut être que, s'il était vraiment en avance, il était encore seul. Zéphyr débattit un moment avec sa conscience.
    Il avait bien envie d'ouvrir la porte, ne serait-ce que pour entendre correctement le son de la flute, et aussi par une certaine curiosité. Il aurait aimé voir le garçon ou la fille capable de jouer ainsi. Vu la qualité de sa performance, il/elle avait tout de même une bonne chance d'être accepté. Enfin, ça, il faudrait le voir avec Perry. C'était lui le chef après tout.
    D'ailleurs, s'il était déjà à l'intérieur, il n'apprécierait pas outre mesure une intervention de Zéphyr en plein milieu de l'audition. Zéphyr haussa les épaules. De toutes façons, Perry critiquait à peu près chaque geste qu'il faisait alors...
    Oui mais, le mettre en colère n'était probablement pas la meilleure stratégie en ce qui concernait celui qui passait l'audition. Rha, tant pis.
    N'y tenant plus, Zéphyr entrouvrit la porte sans un grincement, et appuya son épaule nue dans l'encadrement. [oui il est encore torse nu, je vous avais bien dit que c'était maladif chez lui ><]
    La première chose qu'il vit fut... un furil. Un petit animal bondissant sur les genoux du flutiste. Il eut un sourire amusé. La bestiole était certainement apprivoisée. On aurait dit un numéro de foire, un peu dans le genre des charmeurs de serpents, version furil. Marrant.
    Il observa plus particulièrement le flutiste. Deux yeux tout bleu le fixaient d'une manière étrange, un peu comme s'il ne le voyaient pas tout à fait. Des cheveux blonds, soyeux comme une fine pièce de tissu, semblaient en suspension dans l'air, et le flutiste semblait au nirvana tandis qu'il jouait.
    Je ne parle pas du sourire un peu bizarre que tous les flutistes sont bien obligés d'arborer quand ils jouent. Oscar avait les yeux brillants de plaisir, les commissures de ses lèvres trahissaient un bonheur indéniable.
    Zéphyr se reprit et observa la salle. Ouf, pas de Perry. Du moins pas encore.
    Le claviériste attendit sagement que le flutiste finisse son morceau, les bras croisés, un doigt battant silencieusement la mesure. Il ferma ses yeux plus bleu que le ciel de Terre et ne les réouvrit qu'après que la dernière note eut retenti dans la salle d'audition.
    avatar
    Oscar Arcane
    Flûtiste - Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 27
    Localisation actuelle : Devant la chambre de Mademoiselle Michelle!
    Mission actuelle : Visiter le RLS Legacy avec Norah... et Michelle!
    Citation : Euh... D'accord! -^^-
    Couleur RP : #efa627
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 30/03/2008

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Oscar Arcane le Ven 11 Avr 2008 - 23:43

    La personne qui était entrée n’avait pas l’air furieuse et Oscar en avait déduit qu’il pouvait continuer à jouer. Il choisit donc de finir le morceau enjoué qu’il avait commencé avant de retirer la flûte de ses lèvres et d’adresser un large sourire au nouveau venu. Ricard arrêta son petit jeu et grimpa rapidement sur les épaules d’Oscar pour observer le jeune deux-jambes qui venait d’entrer de ses deux petits yeux noirs. Ce curieux personnage était torse nu et Oscar frissonna en le constatant. Un vaisseau spatial était rarement un endroit où régnait une chaleur torride et Oscar avait froid pour le jeune homme. Il pensa qu’il s’était arrêté en pleine toilette et qu’il était venu jusqu’ici, attiré par un son étranger. En tout cas, si Oscar avait été dans cette situation, cela aurait certainement été pour cette raison. Peut-être qu’il s’agissait de son examinateur et qu’Oscar était arrivé très en avance. Il allait suggérer aimablement à ce jeune homme qu’il pouvait retourner finir de s’habiller et qu’Oscar pouvait bien attendre encore un peu, mais il reconnut alors le jeune homme.

    Enfin, « reconnaître » était un bien grand mot. Tout ce qu’Oscar pouvait dire, c’était qu’il l’avait déjà vu en photo et qu’il faisait partie des Synthetic Dreams. Cependant, il était incapable de se souvenir de son nom ou de son rôle au sein du groupe. Oscar aimait beaucoup les Synthetic Dreams, sinon, il n’aurait jamais voulu passer cette audition, mais il était loin d’être un fan incollable et tout ce que sa mémoire capricieuse avait bien voulu retenir, c’était que Perry McGinley était le leader du groupe.
    Et quelle était donc la conclusion de tout ceci ? Eh bien le jeune homme n’était peut-être pas son examinateur, finalement…

    Que fallait-il faire dans ce genre de situation ?
    Oscar déplia ses grandes jambes et se leva maladroitement, sa flûte toujours dans sa main.


    « Euh… Bonjour ! »

    Oscar fit un nouveau sourire rayonnant. Il fallait au moins qu’il soit poli, tout de même.
    Puis il se souvint brusquement de sa situation : il ne savait pas s’il était très en retard et s’il avait donc raté son audition ou s’il était en avance et si l’heure de son audition n’était par conséquent pas encore arrivée. C’était le moment ou jamais de ses renseigner. Oscar fit un effort pour réfléchir à la façon dont il allait formuler ses questions.


    « Euh… Pardonnez-moi, vous devez certainement être très occupé… »

    Oui, rappelons-nous : le jeune homme avait sans doute dû interrompre sa toilette pour venir jusqu’ici.

    « Je devais passer une audition, mais je ne sais pas si… Eh bien, en fait, c’est stupide, mais je ne me souviens plus de l’heure de mon audition. Ah ! Ah ! Ah ! »

    Son léger éclat de rire était à peine gêné.

    « Est-ce que par hasard vous savez si je suis arrivé trop tard ou si… Si… Si ce n’est pas encore l’heure de mon audition ? »

    Il se gratta la nuque au travers de sa chevelure blonde d’un air gêné. Ricard étira ses pattes sur les épaules d’Oscar afin de lui faire une sorte de massage rassurant. Il ne percevait aucun danger venant du jeune deux-jambes sans pelage amovible sur la partie supérieure de son corps.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Invité le Sam 12 Avr 2008 - 11:40

    Euh… Bonjour ! Pardonnez-moi, vous devez certainement être très occupé… Je devais passer une audition, mais je ne sais pas si… Eh bien, en fait, c’est stupide, mais je ne me souviens plus de l’heure de mon audition. Ah ! Ah ! Ah !

    Alors là Zéphyr marqua une pause. En règle générale, ceux qui parvenaient à obtenir une audition à bord du R.L.S Legacy se souvenaient de leurs horaires. Parce que tenter sa chance pour faire partie des Synthetic Dreams, vu le caractère de Perry, c'est pas tout à fait quelque chose qui peut éventuellement se tenter deux fois. Non, ce serait plutôt une chance unique qui ne se présente pas même une fois dans la vie, une occasion exceptionnelle à saisir... D'ailleurs, malgré le tri soigneux, il arrivait encore de croiser des fans éperdus qui n'avaient sollicité cette audition qu'en vue d'approcher enfin les SD de près. Mais ceux là, c'était plutôt des téméraires. Parce que, je ne sais pas si vous pouvez vous imaginer la réaction de Perry quand il s'aperçoit qu'un des candidats n'est venu que pour prendre des photos et se les faire dédicacer, mais c'est assez... Eprouvant. Disons que ceux qui ont fait ça ne l'ont fait qu'une fois. Et qu'on n'a plus jamais entendu parler d'eux.
    Mais le flutiste là, non, inconscient jusqu'à l'os, il venait... presque en touriste. Pour un peu, Zéphyr se serait attendu à le voir s'exclamer, avec son sourire si particulier "C'est joli par ici !" ou quelque chose du genre. Un peu déstabilisé, Zéphyr ne se départit pourtant pas de son calme [mais si, je vous dit que ça lui arrive d'être calme] et sourit de plus belle à Oscar.


    Est-ce que par hasard vous savez si je suis arrivé trop tard ou si… Si… Si ce n’est pas encore l’heure de mon audition ?

    Je pense que t'es venu en avance. Parce que si Perry avait passé la matinée à t'attendre, j'en aurait certainement subi les conséquences. Donc t'as plus qu'à attendre ici jusqu'à ce qu'il arrive.

    Zéphyr pencha la tête sur le côté et mit une main sur sa hanche.

    T'es quand même bizarre toi... Ca me plait. J'espère que c'est toi qui va remplacer Sophie.

    Zéphyr tendit la main à Oscar.

    Je m'appelle Zéphyr, et toi ?

    Oui, parce qu'inconscient comme il était, Zéphyr ne se posait même pas la question de savoir s'il l'avait reconnu. Il espérait vivement que c'était lui qui viendrait intégrer le groupe. Dommage que Sophie doive s'en aller... Elle était drôlement jolie... Dommage qu'elle ait été mariée aussi. Enfin. Elle partait pour l'orchestre. A peu près un tiers de l'orchestre de Valhalla avait dû passer par SD d'ailleurs. Bref. Le petit blondinet semblait avoir un jeu assez exceptionnel pour rivaliser avec celui de Sophie, mais ce serait au gout de Perry, comme toujours !
    avatar
    Perry Mc Ginley
    Leader des Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Dans les couloirs du Legacy
    Mission actuelle : Aller me défouler sur Salin
    Citation : TA GUEULE !
    Couleur RP : #868c97
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 25/01/2008

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Perry Mc Ginley le Sam 12 Avr 2008 - 17:07

    Perry était d'une humeur massacrante, ce jour-là. Il venait de passer une nuit blanche à composer, et il était épuisé. Ce n'était vraiment plus de son âge. Quand il avait la vingtaine, il lui était arrivé plus d'une fois d'enchaîner deux ou trois nuits blanches, comme lorsque son père l'avait traîné à l'inauguration d'un vaisseau où il s'était ennuyé à mourir, mais qui l'avait miraculeusement inspiré pour le reste de la nuit, et de la nuit suivante, mais à présent, cela lui était impossible. Dans l'après-midi, il se permit une petite sieste dans son bureau. Il s'était confortablement calé dans son siège en cuir, avait posé les pieds sur son bureau, et s'était assoupi.


    SCHBLARFF ! Le siège venait de se renverser en arrière, entraînant dans sa chute la moitié des papiers qui se trouvaient sur le bureau, la machine à café, ainsi qu'un Perry complètement déstabilisé. Après quelques jurons et coups dans la machine à café totalement HS, il se sentit un peu mieux. Il commençait à s'habituer à ses rêves, il avait besoin de moins en moins de temps pour se remettre du choc qu'ils lui procuraient.

    Il jeta un œil à l'horloge miraculée posée sur son bureau. Les auditions étaient supposées commencer d'ici une heure et demie. Il avait le temps d'aller se préparer un café dans la salle d'auditions (hors de question de passer dans la bureau de Salin). Il laissa son bureau en désordre et sortit dans le couloir. A quelques mètres de la porte, il stoppa net. Quelqu'un jouait de la flûte traversière. Et ce quelqu'un en jouait très bien. Il fit volte-face, revint sur ses pas, et ouvrit un placard encastré dans le mur à droite de son bureau. Un immense écran de télévision y était rangé. Il l'alluma, un peu fébrile, puis pianota sur le petit clavier sans fil qui était rangé juste à côté. Le portail de télésurveillance fit son apparition sur l'écran. C'était d'ici que Perry surveillait tout le vaisseau, la plupart du temps à la recherche de membres du groupe un peu récalcitrants. Il régla l'ordinateur pour surveiller uniquement la salle d'audition.

    Une masse de cheveux blonds comme l'or apparut à l'écran. Un jeune garçon était assis sur l'une des chaises de la salle d'audition, un furil surexcité sur les genoux, et une flûte traversière près des lèvres. Perry était obligé de l'admettre : il jouait admirablement bien. Il se leva pour verrouiller sa porte, puis revint près de son bureau, et augmenta le son de la console de surveillance. Il s'installa confortablement dans son fauteuil, et écouta avec la plus grande attention.

    Le jeune garçon ne se contentait pas de jouer. Il ne suivait pas une partition apprise à l'avance, il ne tentait pas de faire preuve d'originalité en improvisant un morceau complexe ou déjanté, il ne se targuait pas d'être compositeur et de jouer ses propres morceaux. Ce garçon jouait comme on parlait. D'ailleurs, il racontait quelque chose, c'était clair. Perry ne parvenait pas à savoir quoi, mais il racontait une histoire, ou un lieu, peut-être même une personne. Ce garçon faisait sans doute partie de ces gens qui s'expriment par la musique.

    Manifestement, le jeune garçon avait beaucoup d'avance sur l'heure de la première audition. Perry vérifia dans ses dossiers. Le premier candidat, qui n'aurait dû arriver que deux heures plus tard, s'appelait Oscar Arcane. Il jeta un oeil à l'holo qui accompagnait le dossier. Aucun doute, il s'agissait bien du même gaillard.

    Perry aurait pu directement le rejoindre pour commencer la véritable audition avec Oscar. Mais il était fatigué et de mauvaise humeur, et le son de cette flûte le calmait un peu, et le rendait nostalgique. Il se cala donc dans son fauteuil, monta encore un peu le son de son ordinateur, et écouta Oscar jouer, encore et encore.


    Au bout de plus d'une heure, le premier son discordant retentit dans la pièce. Ce n'était pas un son très fort, mais Perry était tellement en harmonie avec la musique qu'il écoutait qu'il sursauta en l'entendant. Il ouvrit les yeux, un peu hagard, et regarda la vidéo de surveillance. Quelqu'un avait ouvert la porte. Lui qui s'était enfin calmé, son sang ne fit qu'un tour quand il aperçut le torse nu, les cheveux colorés et les kilos de piercings de son souffre-douleur.


    Mille milliards de mille... Il n'acheva pas sa phrase. Il claqua la porte du placard, se rua sur celle de son bureau, qu'il déverrouilla à la volée, puis se précipita vers la salle d'audition. Quand il y arriva, le jeune garçon, Oscar, s'était arrêté de jouer, et Zephyr bavardait tranquillement avec lui.

    BORDEL DE MERDE, IKKAR !!
    Sa voix résonna dans tout le niveau +3. Il déboula dans la salle où se trouvaient les deux jeunes hommes, empoigna Zephyr par le cou, et d’un geste rapide et violent, le tira en arrière. Le pauvre bouc émissaire fut déséquilibré, mais Perry le tenait fermement.

    Je peux savoir pourquoi, dès que je dois aller quelque part, tu es toujours et inlassablement en travers de mon chemin ?
    Ça y était, Perry était fou de rage. Et pourquoi ce crétin des Rocheuses était-il encore torse nu ?

    Je sais bien que tes hormones d'adolescent prépubère te titillent et que tu as des envies de plus en plus honteuses d'exhibitionnisme, mais ici c'est un endroit où on travaille, alors va te rhabiller ! ET TOUT DE SUITE ! tonna-t-il avant d’envoyer le jeune homme valdinguer à travers le couloir. Sans vérifier que Zephyr avait bien pris la poudre d’escampette, Perry se posta sous le nez d'Oscar. C’était vraiment dommage pour lui, parce que cinq minutes plus tôt , il aurait eu une chance d’intégrer les Synthetic Dreams. Mais là, maintenant, Perry était tellement énervé, qu’il aurait mangé tout cru la flûte, le sac, et même le furil du candidat, si celui-ci venait à en rajouter.
    Le visage empourpré, Perry s’avança près de lui.


    Bon, et toi ! s’écria-t-il en pointant Oscar du doigt. T’es venu pour ton audition, hein ? Alors je te préviens, c’est commencé ! Questions ! Normalement, les questions ne se posaient qu’à la fin de l’audition. Et il ne s’agissait que d’un simple entretien, pour avoir une idée plus précise du profil psychologique du candidat, ainsi que de son rythme de vie, pour être bien certain qu’il s’intégrerait parfaitement au groupe. Mais cette fois-ci, Perry était méfiant : pourquoi Oscar était-il arrivé aussi longtemps à l’avance ? Il ne pouvait y avoir que deux réponses possibles : soit il était passablement idiot et s’était lourdement planté sur l’heure de son audition, soit il faisait partie de ces fans inconditionnels qui savaient tout sur tout à propos du groupe, parfois même beaucoup que Perry lui-même, et ces olibrius, il les détestait plus que tout. Ils se portaient candidats uniquement pour pouvoir approcher leurs idoles, et même si chez certains, on décelait une once de talent, ils étaient impossibles à gérer après coup. Il fallait à tout prix s’assurer que cet Oscar ne fasse pas partie de cette bande de vautours.

    Quelle est ma date de naissance ? En quelle année le groupe a-t-il été fondé ? Quel est le nom de famille de mon co-fondateur ? Qui est sa fille ? Quel âge a-t-elle ? Quel est le titre de notre dernier single ?

    Perry se posta juste devant Oscar, les bras croisés. Il espérait qu’il avait l’air assez menaçant pour remettre ce petit con à sa place (il était tellement énervé qu’il était maintenant convaincu qu’Oscar était le président d’un fan-club). Il profita de l’attente d’une réponse de la part du blondinet pour l’observer un peu.

    Le gamin avait la peau d’un pâleur presque maladive. Pourtant il se dégageait de lui comme une aura d’énergie, mais pas une énergie négative, tournée vers son centre, comme en avait Perry, plutôt une sorte d’énergie positive, brillante, éblouissante. Perry avait déjà rencontré ce genre de personnes, et elles le mettaient toujours un peu mal à l’aise. Clara, la mère de Michelle, était exactement comme ça. Un simple sourire d’elle vous emmenait à des lieues de là où vous vous trouviez un instant plus tôt. C’était pour ça que Perry était tombé amoureux d’elle, mais c’était aussi pour ça qu’il avait cessé de s’intéresser à elle au bout de quelques mois. En réalité, et même s’il ne l’avait jamais avoué à personne, il n’avait pas eu le courage de la fréquenter plus longtemps : avec elle il se sentait toujours vulnérable, comme mis à nu, et, devinez quoi ? Cela l’énervait.

    Oscar semblait être de ces gens. Cela pouvait augurer du meilleur comme du pire. Mais au final, Perry espérait qu’Oscar répondrait à ses attentes. Ce gamin était incontestablement bourré de talent.


    Dernière édition par Perry Mc Ginley le Mar 22 Avr 2008 - 21:07, édité 1 fois

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Invité le Dim 13 Avr 2008 - 22:14

    [HJ : Premier post qui aura sûrement une suite dans ce forum ! Ouais !]

    Philippe, épuisé, lâcha sa contrebasse sur son lit, et s'allongea à côté d'elle. Il est vrai que ce petit nid n'avait pas eu depuis longtemps de visites féminines, et que Phil commençait à regarder de plus en plus toutes les demoiselles du bord, ce dont il avait un peu honte. Le poids de l'âge lui tombait dessus, pourtant il continuait à rester sur des idéals de beautés extrèmement jeunes. Malgré les progrès de la médecine, quarante ans ne sont pas vingt ans. Ce qui l'énervait aussi dans cette situation, c'est que sa frustration l'empêchait d'avoir une ouverture optimale aux autres membres de l'équipage, et qu'il lâchait prise plus régulièrement face à Perry. En ce moment, en pleine période de création du nouvel album, Phil n'était pas là tout le temps, Perry ayant décidé de mettre des basses présentes que dans certaines parties des morceaux, pour clarifier le son. Philippe pouvait vaguer à plaisir dans le vaisseau, et faire ce qu'il voulait. Malheureusement, cela lui faisait perdre un peu le sens du temps.

    Perdu dans ses idées pas très claires et plutôt noires, Phil essaya de retourner à la réalité :
    *Qu'est-ce qu'il ya aujourd'hui ? Quel jour sommes-nous, d'ailleurs ?*
    Un simple coup d'oeil à son bracelet-montre lui jeta une douche d'eau glacée sur la tête : *MEEEEERDE !! Les auditions !*

    Pourvu qu'il arrive avant Perry ! Les nouveaux ne peuvent pas s'en sortir sans préparations ! Courant en coup de vent dans les couloirs, il monta quatre à quatre les deux niveaux qui le séparait de la salle d'examen. Arrivé en haut des escaliers, il souffla, revérifia sa montre, et respira un peu : Perry ne devait arriver que dans une heure, il avait encore le temps d'avertir le candidat des dangers qui l'attendaient. Marchant sans se presser dans les couloirs, il se rendit compte de son erreur en entendant la voie mélodieuse du boss, son ami d'enfance, en pleine séance de défoulement sur son punching-ball favori, le claviériste. Cela le fit sourire, mais en même temps il craint pour le candidat : s'il était là, quel était ce ramdam autour de lui ? Le pauvre, il faut du calme pour se concentrer ! Et s'il n'était pas là, rien n'était perdu, il pouvait arriver à temps, mais par contre il subirait l'énervement de Perry. Enfin... C'était pour cela que Phil s'était déplacé, non ? Il allait essayer de le calmer, parler de la dernière tournée qui avait fantastiquement bien marché, etc... D'après le dossier, le nouveau n'avait jamais eu de groupe connu, mais n'était pas inscrit dans les fans-clubs (officiels du moins) de Synthetic Dreams. Tant mieux pour lui.
    Le coeur de Phil se renversa quand il vit deux choses : Zéph voler et s'écraser contre le sol du couloir, et la porte de la salle d'audition déversant des paroles en colère de Perry contre un innocent. Immédiatement, il courut relever son petit oiseau torse nu, et le retint d'un geste apaisant. Il pouvait être utile, au cas où. Se mettant dans l'encadrure de la porte, il vit enfin le spectacle qu'il redoutait : le candidat, face à Perry fou furieux. Il n'y avait rien à faire, juste observer. Il ne pouvait pas intervenir sans se faire jeter du R.L.S. Legacy dès que celui-ci serait reparti dans l'espace. Malgré tout, il fallait faire quelque chose. Sa voix puissantede ténor, contradictoire à son instrument favori, envahit la salle après que Perry ait posé ses questions idiotes.


    "Percival McGinley ! Né le 1° janvier 3295 ! Tu n'as pas honte de poser ce genre de questions ? Ca se voit parfaitement que celui-là est ignorant, sauf son respect, en ce qui concerne la vie privée de Ton groupe ! Tout ce qu'il en sait, c'est que c'est de la musique qui lui plaît, et qu'il veut essayer de s'exprimer avec nous ! N'est-ce pas ?"

    Se tournant vers le nouveau, il prit soin de l'examiner en lui lançant un sourire encourageant. Il ne l'avait jamais entendu jouer, mais il avait confiance en lui. Son sourire lui rappelait la femme de Perry, et il l'avait toujours beaucoup apprécié. Se retournant vers le patron, d'un air décontracté, il attendit que la tempête se lève.
    avatar
    Oscar Arcane
    Flûtiste - Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 27
    Localisation actuelle : Devant la chambre de Mademoiselle Michelle!
    Mission actuelle : Visiter le RLS Legacy avec Norah... et Michelle!
    Citation : Euh... D'accord! -^^-
    Couleur RP : #efa627
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 30/03/2008

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Oscar Arcane le Mar 15 Avr 2008 - 0:52

    Le changement était brutal. Quelques minutes à peine auparavant, Oscar était tout seul et jouait de la flûte bien tranquillement. Et maintenant, il se retrouvait entre trois personnes apparemment en opposition. Et lui, où en était-il ? Oscar était en passe de décrocher. Il y avait trop de données en jeu pour sa petite tête. Ricard était d’accord. Tous ces deux-jambes qui faisaient et disaient des choses compliquées, cela lui passait complètement au-dessus des moustaches.

    Pourtant, cela n’avait pas si mal commencé avec le jeune homme qui n’avait pas fini de s’habiller. Il s’était montré aimable, avait répondu à sa question et avait été jusqu’à se présenter et à lui tendre la main. Oscar aurait bien fait de même, avec un joli sourire, mais il n’en avait pas eu le temps.

    Un homme furieux était intervenu pour hurler sur le jeune homme qui était venu à Oscar. Cet homme n’était autre que… Ah ! Oscar l’avait eu sur le bout de la langue, mais le nom lui avait échappé. Puis il s’était rappelé qu’il avait pensé à lui quelques instants plus tôt. Sans pour autant remettre la main sur le nom de l’homme, enfoui dans les profondeurs obscures de sa turbulente mémoire. En tout cas, il était heureux de le voir en vrai. Ce n’était pas du tout pareil qu’en holo. Non ! Là, Oscar pouvait voir que le leader des Synthetic Dreams avait une tête de héros ! C’était formidable, ça !

    Mais tête de héros ou pas, Ricard se hérissa en le sentant. Danger ! Beaucoup de danger !
    Ressentant la tension de Ricard, Oscar voulut prévenir le jeune homme.


    « Atten…! »

    Mais trop tard. Perry attrapa la nuque du pauvre Zéphyr et commença à déverser sur lui un flot de paroles haineuses. Dépassé, Oscar se demandait pourquoi l’homme était aussi en colère. Il l’accusait injustement d’exhibitionnisme alors que ce pauvre garçon n’avait seulement pas eu le temps de mettre sa chemise. Et c’était la faute d’Oscar ! Il fallait qu’il dise quelque chose, qu’il vienne en aide à ce malheureux.

    « Non, monsieur, ce n’est pas ce que… ! »

    Mais Perry ne l’entendait pas. Il envoya valser Zéphyr avec une violence effrayante et Ricard se dressa un peu plus sur ses pattes. Quoi ? Quoi ? On se bagarrait ? Pourquoi ? Le territoire ? La nourriture ? Une femelle ? Ou une raison obscure de deux-jambes ? Oui, c’était sans doute ça, comme toujours avec les deux-jambes… Eh bien Ricard ne participerait pas à une bagarre dont la raison lui échappait. Non mais oh !

    Cependant, Perry s’en prit à Oscar dès qu’il fut débarrassé de Zéphyr. Oscar sursauta. Perry n’insultait pas Oscar, mais son ton agressif suffisait à Ricard pour comprendre ses intentions belliqueuses. Or il n’existait aucune bonne raison de s’en prendre à Oscar. Ricard s’apprêta à bondir, mais au même moment, le jeune métis posa lourdement la main sur le dos du furil. Ricard savait ce que cela signifiait. Oscar allait babiller pour calmer le jeu. Bon, soit, vas-y Oscar, amuse-toi. Mais Ricard était aux aguets.

    Perry posa toute une série de questions à Oscar, qui essaya de répondre à chacune d’entre elle aussitôt posée.


    « Je suis dé… Je ne me… Euh… Je n’en… Oh ! Eh bi… Euh… Je… Je ne sais pas… »

    Mais Perry était allé si vite qu’Oscar ne se souvenait même plus de la première question. Ni de la suivante… Ni de celle d’après…

    Qu’est-ce qui se passait alors dans la petite tête d’Oscar ? Eh bien il était en plein désarroi car il se trouvait incapable de répondre à des questions sans aucun doute cruciales. Pourquoi « cruciales », déjà ? Ah oui ! L’audition !… Et merde ! L’audition ! Bon bah Oscar s’était loupé. Terminé, au revoir et au suivant. Oscar n’avait même pas pu jouer.

    Bouche bée, Oscar lança un regard plein de désarroi à Perry. Mais à ce moment, un autre homme arriva sur les lieux du cri… Euh, de l’action. Il n’avait pas une tête de héros, mais il avait l’air gentil au moins. Pourtant, il parla d’une voix forte et s’adressa au leader du groupe. Le visage du nouveau venu n’était pas inconnu à Oscar. Oui, c’était un membre du groupe et vu son âge, ce devait être le co-fondateur. Oscar se souvint que Perry lui avait demandé son nom et qu’il avait été incapable de répondre. Et il constata avec tristesse qu’il en était toujours incapable.

    L’homme reprocha à Perry son questionnaire, sans qu’Oscar ne comprenne bien pourquoi. Mais il se doutait qu’il cherchait à le défendre et il lui en était reconnaissant. Lorsqu’il termina son discours par « n’est-ce pas ? », Oscar sursauta car on s’adressait de nouveau à lui. Mais il s’empressa d’opiner du chef, non pas parce qu’il pensait que c’était bon pour lui d’acquiescer, mais parce qu’il trouvait l’homme sympathique et parce qu’il voulait le soutenir.

    Non pas qu’il n’aimait pas Perry, hein ! Bien au contraire. Il avait une tête de héros, alors forcément, au fond, il devait être gentil.
    avatar
    Perry Mc Ginley
    Leader des Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Dans les couloirs du Legacy
    Mission actuelle : Aller me défouler sur Salin
    Citation : TA GUEULE !
    Couleur RP : #868c97
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 25/01/2008

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Perry Mc Ginley le Sam 26 Avr 2008 - 0:14

    Perry ne connaissait pas seulement la voix de Philippe par cœur, il pouvait en visualiser les variations, comme s'il avait un égaliseur graphique dans la tête. Il en connaissait les limites et les points forts, il la connaissait mieux que la sienne. Plusieurs fois, il avait accueilli avec joie les douces paroles de son ami, dans les moments les plus difficiles de sa vie.

    Mais là, Phil ne pouvait pas tomber pire. Et pour couronner le tout, il venait de faire tomber son questionnaire acerbe comme un soufflé aux framboises qui aurait traîné dans le four. Qu'y avait-il de plus ridicule qu'un soufflé aux framboises, non mais franchement ?

    Perry ne se retourna même pas. Il gardait une expression figée, sourcils froncés, bras croisés. Il attendit que Philippe arrive à sa hauteur. Alors comme ça, il pensait que le jeune homme essayait de "s'exprimer avec nous" ? Il avait plutôt l'air d'être un bel empoté, oui ! Honnêtement, Oscar se serait fait bouter hors du Legacy depuis longtemps, si seulement Perry n'entendait pas encore le son de sa flûte résonner dans son esprit. Il hésita. Gueuler un bon coup pour la forme et continuer l'audition ? Faire peur à Oscar puis lui serrer la main en lui disant qu'il commence tout de suite ?

    Bon, il ne fallait pas s'affoler. Les caméras de surveillance avaient beau être de très bonne qualité, il ne pouvait, et ne devait pas juger de la qualité d'un son autrement qu'en étant en face du musicien. Et puis, Phil était là, autant en profiter, non ?

    Après quelque secondes de réflexion, qui durent probablement paraître une éternité à Oscar, Perry annonça d'une voix dure :


    Phil, va me fermer cette porte, ou j'assassine Ikkar qui est encore derrière. Et toi, gamin ! ajouta-t-il d'une voix forte, en plantant son regard directement dans les yeux bleus d'Oscar, Prends ta flûte et joue. Ce que tu veux, simplement, pas ce que tu joues depuis tout à l'heure.

    Sans même vérifier qu'on lui obéissait (qui oserait ne pas le faire, de toute manière ?), Perry alla prendre deux chaises à l'autre bout de la salle, les planta à quelques mètres d'Oscar, bien en face de lui, et s'assit sur l'une d'elles. Quand il se sentit enfin prêt, il dévisagea une fois de plus Oscar. Quelques secondes s'égrénèrent.

    JOUE ! hurla-t-il. Il avait l'air passablement furieux. En réalité, il était impatient. Et énervé de devoir se l'avouer.

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Invité le Ven 16 Mai 2008 - 21:54

    Rhaaa... Encore une fois. Bon, ok, comme toujours, il se baladait torse nu dans le Legacy alors que Perry avait horreur de ça. De toutes façons il avait horreur d'à peu près tout ce qui se rattachait de près ou de loin à Zéphyr, à part ce qui concernait la musique. Ben oui, il y avait bien une raison pour qu'il continue de le supporter à longueur de journée.
    Zéphyr crut saisir quelques mots gentils de la part du flutiste, qui essayait visiblement de venir à son secours. Dans ces moments là, il était comme spectateur de la scène. Comme si il se voyait lui même bousculé par Perry, sans plus rien faire ni dire. Fallait dire que, depuis le temps, il savait que ça finirait toujours pareil...
    Phil déboula lui aussi en courant. Que de monde dans ce couloir tout d'un coup ! Heureusement que le jeune flutiste ne semblait pas se laisser impressionner. Rare.
    Zéphyr se laissa glisser jusqu'au sol et soupira. Ah, encore une journée joyeuse et chaleureuse à bord du R.L.S. Legacy ! Il ramena ses genoux vers lui, le regard ailleurs... Personne ne faisait plus attention à lui de toutes façons. Il devrait aller enfiler une chemise. Mais Perry s'en foutait alors après tout...
    Le flutiste semblait à la fois totalement dépassé par les évènements et tranquille comme Baptiste. Aucune réponse à aucune question. Merveilleux. Il était vraiment tombé de nulle part celui là. A ce demander ce qui l'avait poussé à venir se présenter ici, et surtout comment il avait fini par atterrir là sans se planter. D'ailleurs il n'en savait rien après tout. Peut être que c'était le quatrième vaisseau qu'il faisait.
    En fait il s'était peut être cogné au mur. C'était pas vraiment dans ses habitudes d'être apathique comme ça. Mais même en le réalisant, son cerveau refusait d'ordonner à ses muscles de faire l'effort de le lever. Quelque part derrière la porte, Perry hurlait sur le flutiste.


    *Pauvre petiot... Et pauvre Perry... Il va le traumatiser.*

    Phil ferma la porte avec douceur et un air désolé. Zéphyr lui sourit vaguement, ferma les yeux, prit son courage à deux mains, et entreprit de mouvoir sa carcasse. Et aussitôt debout, son énergie habituelle revint. Il envisagea même gaiement d'ouvrir la porte et de s'installer tranquillement dans un coin pendant l'audition. Mais non... Il avait déjà entendu le flutiste, et puis si Perry s'était déplacé et avait montré autant d'énervement... A moins que le petit flutiste ne se fasse balancer par dessus bord sans autre forme de procès, Zéphyr avait confiance. Ils auraient bientôt un petit blond au sourire impossible dans le groupe.

    [désolée... trop de temps et de posts, ou juste mon inspiration partie en vacances...(ça commence à faire un moment d'ailleurs) bref, dix mille pardons, allez y maintenant, j'suis plus làààààà *sors*]
    avatar
    Oscar Arcane
    Flûtiste - Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 27
    Localisation actuelle : Devant la chambre de Mademoiselle Michelle!
    Mission actuelle : Visiter le RLS Legacy avec Norah... et Michelle!
    Citation : Euh... D'accord! -^^-
    Couleur RP : #efa627
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 30/03/2008

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Oscar Arcane le Sam 17 Mai 2008 - 18:38

    Quand Perry hurla « JOUE ! », Oscar avait fermé les yeux très fort et s’était tassé sur lui-même comme si on allait lui frapper sur la tête. Mais personne ne lui tapa sur la tête. Seul Ricard enfonça un peu ses griffes dans les vêtements d’Oscar. Alors le blondinet se décida à obéir humblement, tout heureux d’avoir une nouvelle chance de faire ses preuves. Il loua intérieurement la générosité de Perry tout en s’asseyant en face du leader des Synthetic Dreams, un sourire rayonnant accroché à ses lèvres. Il ramena ses jambes en tailleur sous lui et porta sa flûte traversière à ses lèvres, ce qui détendit automatiquement Ricard. Le furil se pelotonna sur les épaules du jeune homme et fourra sa tête dans sa chevelure blonde.

    Et Oscar joua de bon cœur, comme on le lui avait si gentiment demandé (enfin presque…).
    C’était une histoire passionnante, aux oreilles de Ricard. Elle fourmillait de personnages, d’émotions fortes et d’action. Ça racontait comment des enfants voulaient sauver le monde. Un classique, mais toujours efficace. Tout commençait doucement, calmement, dans l’attente, l’espoir et un peu de peur. Les enfants avaient des ennemis de taille à affronter. Certains devaient trouver le courage et la résolution. Sauver le monde, ce n’était tout de même pas une mince affaire. D’autres cherchaient à protéger leurs amis. Les suivants voulaient leurs ouvrir les yeux et leur montrer la bonne voie. Les derniers se cherchaient eux-mêmes.
    Ils avaient tous besoin de se réunir… Et la musique déferla dans un chaos d’action et d’aventures. Les enfants passaient des épreuves qui les submergeaient mais les liaient profondément dans le même temps.

    Le morceau se termina juste avant l’apothéose, juste avant le combat final, laissant Ricard en haleine. Les enfants étaient prêts, ou presque, le moment était venu. Mais le morceau de musique, fourbe, disait : « la suite au prochain épisode ». Rha ! Ricard sauta sur les cuisses d’Oscar et se dressa sur ses pattes pour tirer sur la chemise du jeune homme. La suite !

    Mais Oscar, lui, avait terminé et il lançait un regard plein d’espoir à Perry.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Invité le Mer 2 Juil 2008 - 10:48

    Philippe obéit docilement et à contre-coeur à l'ordre de Perry, et alla s'asseoir à côté de lui, pour observer le jeune garçon blond, à l'air inoffensif. Son furil semblait réagir à chacune de ses réactions, et quand Perry cria, les deux êtres candides se crispèrent. Mais Philippe le vit immédiatement porter sa flûte à sa bouche, comme si c'était le geste le plus simple et le plus évident qu'il avait fait de toute sa vie. Et les premières notes sortirent, fluides, sur un air assez entraînant, pas forcément joyeux, plutôt courageux. Phil se laissa aller sur sa chaise, entraîné par l'ardeur de la mélodie, et commença à s'intéresser vraiment à cette musique. Le son était tout ce qu'il y avait de plus pur, sans accroc, le souffle d'Oscar ne s'entendait pas. La mélodie sortait d'elle-même, sans effort. Et Phil, charmé, se demandait comment il faisait pour y mettre tant d'émotions à cet âge.
    Déjà sûr de son avis, il tourna la tête vers Perry, qui lui restait le visage dur, comme à son habitude. A la fin du morceau, Phil prononca un
    "Merci beaucoup" chaleureux, et se pencha vers Perry, impatient d'entendre son avis. "Vois-tu une raison à ce qu'il ne vienne pas dans le groupe ?"
    avatar
    Perry Mc Ginley
    Leader des Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Dans les couloirs du Legacy
    Mission actuelle : Aller me défouler sur Salin
    Citation : TA GUEULE !
    Couleur RP : #868c97
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 25/01/2008

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Perry Mc Ginley le Lun 7 Juil 2008 - 13:11

    Philippe était donc d'accord avec Perry, qui était resté sur sa première impression : ce gamin avait un sacré talent. Mais vu son caractère un peu à côté de ses pompes, il fallait faire en sorte qu'il soit tout de suite bien encadré. Le mieux était d'organiser une grande séance d'entraînement pour tout le groupe, et d'ici là, il serait remis aux mains de Salin, qui s'occuperait de la paperasse et de lui faire visiter le vaisseau...

    Perry répondit à Philippe d'un léger mouvement de tête, puis se leva, et s'adressa directement au blondinet.


    Oscar, c'est bien ça ? Si tu es prêt à travailler sans relâche et dès aujourd'hui, tu fais partie des nôtres. Si tu as encore une hésitation, c'est le moment ou jamais de rentrer chez toi. Salin, le manager, va s'occuper de toi, te montrer ta chambre, te faire visiter le vaisseau, et tout ça. Et cet après-midi, entraînement pour tout le monde en salle de répétition. Questions ?

    Pour être honnête, Perry n'attendait aucune question, et son ton le laissait sentir. Mais il avait l'intuition qu'Oscar allait faire fi de ce ton, tout comme Clara était parfaitement imperméable à ses sous-entendus (qui, pour la plupart, signifiaient en gros "Fous moi la paix").

    [HJ : pour s'y retrouver, je propose qu'on adopte le cycle Oscar -> Philippe -> Perry, si ça vous va !]

    avatar
    Oscar Arcane
    Flûtiste - Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 27
    Localisation actuelle : Devant la chambre de Mademoiselle Michelle!
    Mission actuelle : Visiter le RLS Legacy avec Norah... et Michelle!
    Citation : Euh... D'accord! -^^-
    Couleur RP : #efa627
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 30/03/2008

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Oscar Arcane le Lun 7 Juil 2008 - 17:16

    Oscar dut prendre sur lui pour ne pas hurler de joie et sauter au cou de Perry. Ça y était, il était flûtiste professionnel ! Mais il préféra limiter les effusions de joie et se contenta de faire un énorme sourire et de rire un peu bêtement. Il était possible que Perry aimât les embrassades (si, c’était possible), mais il se pouvait aussi que cela paraisse mal venu.

    « Ah ! Ah ! Ah ! Alors ça veut dire que vous m’acceptez ? Ah ! Ah ! Ah ! »

    De son côté, Ricard était d’humeur grognonne. Au vu des réjouissances, il n’aurait pas le droit à la suite de l’histoire d’Oscar. Et bien puisque c’était comme ça, Ricard boudait ! Le furil retourna sur les épaules d’Oscar et enfouit sa tête dans ses cheveux pour se faire oublier.
    Oscar se rendit compte de l’humeur boudeuse de son compagnon et se mit aussitôt à lui gratter l’arrière des oreilles. Ricard adorait ça…
    Ah oui ! Ah oui ! Ça c’était bon ! Ricard s’étira d’aise, toute rancune oubliée. Comment pouvait-on en vouloir à Oscar, hein ? On ne pouvait pas, voilà…

    Pendant que le furil profitait des gratouilles d’Oscar, ce dernier écoutait attentivement tout ce que lui disait Perry. Qui finit par lui demander s’il avait des questions. D’un ton bizarre, certes, mais chacun avait sa façon de parler, hein.

    Oscar parut réfléchir profondément. Est-ce qu’il avait des questions ?


    « Je suis prêt à travailler dès aujourd’hui… Mais… Est-ce qu’il sera possible d’avoir un plan du vaisseau ? Je ne doute pas que monsieur Salin (il avait un nom très rigolo, celui-là) fera très bien son travail et me montrera tout ce que je dois voir, mais… J’ai peur d’oublier le chemin jusqu’à la salle de répétition… Ah ! Et puis j’espère que Ricard ne vous dérange pas ? » Dit le jeune homme en indiquant le furil qui pointa le bout de son nez en entendant son nom.

    [Philippe -> Perry -> Oscar]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Invité le Mar 8 Juil 2008 - 11:36

    Pas de temps perdu, comme d'habitude : Perry avait pris sa décision, donc le groupe entier avait pris sa décision. Oscar, qui avait l'air d'être ailleurs, écoutait distraitement son nouveau chef, et n'entendit pas le ton formel de sa question. Lorsqu'il répondit, son air candide donna tout de suite à Phil l'envie de l'aider à savoir comment il fallait se comporter vis-à-vis de Perry. *Par exemple, s'il te demande si tu as une question, tu dois dire non, et aller me voir après ! Perry n'a pas de temps à perdre.* Il l'apprendrait rapidement. Pour libérer Perry, Philippe répondit à sa place :

    "Pour ton furil... je pense qu'il n'y a pas de soucis à ce que tu le gardes, du moins dans les étages de loisirs et de détente, les niveaux 0 et 1. Ensuite, dans les salles de travail, qui sont au niveau 2, tant qu'il reste calme et silencieux et qu'il n'empêche pas les musiciens de travailler, tu peux l'emmener ! Quand tu feras des enregistrements, par précaution je pense qu'il ne devrait pas entrer dans la salle. Voilà ! Et pour le plan, je vais t'en trouver un, mais ce n'est pas très difficile à retenir."

    Philippe, heureux de pouvoir être utile, resta un instant pour entendre la suite de la discussion, et alla chercher un plan dans son bureau.

    [HJ : je ne sors pas si vous parlez, je repréciserai ça dans mon prochain post.]
    avatar
    Perry Mc Ginley
    Leader des Synthetic Dreams

    Nombre de messages : 40
    Localisation actuelle : Dans les couloirs du Legacy
    Mission actuelle : Aller me défouler sur Salin
    Citation : TA GUEULE !
    Couleur RP : #868c97
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 25/01/2008

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Perry Mc Ginley le Ven 11 Juil 2008 - 22:27

    [Bon ben je pense qu'il est temps de conclure ce topic ^^]

    Et voilà que les deux bisounours en sucre se faisaient des mondanités. Ben voyons. Perry roula des yeux tandis que Philippe répondait aux questions d'Oscar. Il croisa les bras et poussa un soupir gros comme une vivenef.

    Heureusement, Philippe prenait les choses en main. Il allait manifestement chercher de quoi contenter le gamin. Parfait. Perry se leva, déjà en train de penser à tout ce qui lui restait à faire avant la grande répétition qu'il devrait d'ailleurs préparer.

    Soudain, il s'aperçut qu'Oscar était toujours là, et surtout, comble de malheur, toujours souriant. Perry aurait pu faire comme toujours et se contenter de lui hurler dessus. Mais ce sourire...

    Ce sourire le rendait incommensurablement triste. Histoire de dire, il grogna :


    T'es toujours là, toi ? Tu ferais mieux de le suivre si tu veux pas t'perdre...

    Mais c'était sans conviction. Sans plus attendre, il sortit de la salle d'audition et se rendit d'un pas vif dans sa pièce préférée du vaisseau, cette pièce immense dans laquelle trônait son orgue.


    Contenu sponsorisé

    Re: L'audition, l'homme viril et le furil.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 16 Juil 2018 - 18:28