Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Mar 10 Juin 2008 - 17:20

    [HRP : En fait l’histoire se passe un peu avant qu’Adonis parte vers Mars pour secourir Lana Lane.]


    C’était un après-midi pluvieux sur Avalon. Adonis venait chercher une scientifique et en attendant Elysia avait entreprit de visiter la ville. Elle alla à sa cabine d’un pas lent et décontracté, fouilla quelques secondes dans un tiroir avant d’en sortir une laisse rouge. Malu était fourré entre ses jambes, sautant partout, lui léchant les avant-bras. Bref il était très content de faire une sortie sur la terre ferme !

    « Oui Malu ! Ca vient ça vient ! Rah nan arrête ! Arrête tu vas me faire tomber ! »

    Bloum ! Un gros bruit sourd se fit entendre, Elysia était à terre. Malu en profita alors perfidement pour lui lécher la figure sous toutes les coutures en émettant des petits aboiements excités. Il était vraiment heureux d’aller se promener. Elysia quant à elle était partie dans un fou rire incontrôlable. Après quelques minutes, l’adolescente réussit à se dégager et attacha la laisse au collier de son ami. Elle prit un imperméable et ils partirent tous les deux en visite.

    Une fois sortie de la Vivenef, Elysia se stoppa pour observer les alentours.

    « Ouaw….ça change de Dédale hein Malu ?! T’as vu tous ces immeubles qui dépassent des arbres?! C’est gigantesque…Aller tu viens j’ai envie de voir les magasins de mécanique pour m’acheter des trucs. »

    Malu lui n’écoutait même pas sa maîtresse, bien trop occupé à sentir toutes les nouvelles odeurs du quartier ! Ils se mirent en marche, Elysia avançait joyeusement les yeux écarquillés à la recherche d’une échoppe et Malu la truffe au vent à la recherche d’un congénère ! Ils se baladèrent pendant une demi-heure quand soudain Elysia se trouva au pied d’une immense boutique de bricolage et compagnie. Elle se précipita et colla son nez sur la vitrine, ses petits yeux tout brillants passaient au crible tous les instruments. Elle attacha Malu devant la porte, ôta son ciré et lui attacha autour du cou pour le protéger de la pluie. Elle lui lança en partant :

    « Désolée mon vieux, je dois absolument pas louper ça ! A plus tard ! »

    Elle était dans la caverne d’Ali Baba. Elle ne savait plus où donner de la tête.

    *Oh ils ont même le dernier XP115 !! Et aussi la thermopince avec le manche adaptable à la morphologie de notre main ! Oh je la veux !! Et là y a aussi la clé à boulons en étoile…Rhouuuuu….Ah et pi des vis comme ça ! J’en cherche depuis 1 an !! Ah je les prends aussi y a pas moyen ! *

    Mais au détour d’un rayon, ce fut l’apothéose, le summum, la cerise sur le gâteau : le dernier modèle de générateur à protons biphasé avec une extension sonique ! Elysia n’en croyait pas ses yeux. Elle resta immobile durant un temps totalement en extase. Puis elle courut vers l’engin, elle le couvait du regard. Elle se tortillait devant en totale confusion mentale :

    *Mais il est si beau, si parfait, si performant….Je voudrai regarder dedans et pis voir comment il marche…mais j’ai pas assez d’argent…en plus avec les vis et la thermopince…rah j’ai pas les moyens de tout prendre… mais je peux pas le laisser ici…tout seul…. il va être triste…pfff… faut absolument que je le prenne avec moi ! *

    Elle le prit alors fièrement dans les bras, il pesait un certain poids mais ça ne lui faisait rien, elle était bien trop enthousiaste. Elle abandonna la thermopince et les vis et leur adressa un :

    « Je reviendrai ! Je vous le promets ! »

    Elle se dirigea ensuite vers la caisse, un grand sourire sur les lèvres. Le caissier lui dit :

    « Ah jeune fille, fine connaisseuse ! Vous verrez il est très performant mais il faut le manipuler avec précaution. »

    Il lui enveloppa le générateur dans un gros carton rempli de billes en papier. Elle tendit plusieurs billets, le prit et sortit du magasin toute contente de son nouvel achat. Elysia détacha Malu et s’adressa à lui :

    « Malu, tu devineras jamais sur quoi je suis tombée ! Un authentique générateur 2412 de chez Arton&Craft !! Tu sais celui dont je t’avais parlé ! Ah il faut vite retourner sur Adonis ! »

    Malu la regarda d’un air « Mais qu’est-ce-qu’elle dit ?!? » puis se mit à trottiner à ses côtés.

    Un quart d’heure plus tard, Elysia et Malu étaient de retour sur Adonis. Elle pris tous ces outils dans la salle des machines, salua brièvement les pirates qu’elle croisait puis s’installa dans une pièce vide. Elle y déposa les instruments, le carton et détacha Malu. L’ado reprit d’un pas vif le chemin de sa cabine, jeta la laisse sur son lit, mit l’imper sur le dossier de chaise, prit un papier et nota : « Ne pas déranger SVP » Elysia repartit de sa chambre en moins d’une minute et 2 min plus tard elle était accroupie face à un générateur à protons.
    Mlle Mc Furlan disséqua d’abord l’engin du regard, avant toute action : la réflexion. Après avoir passé 30 min rien qu’en étudiant la structure externe du générateur, elle entreprit de l’ouvrir. Elle prit son tournevis n°8 et enleva précautionneusement les 15 vis libérant le cœur du 2412. Elysia fit un petit tas à sa gauche. Elle avait pris cette habitude pour se souvenir de l’ordre d’apparition des constituants : les plus externes à gauche et plus on se dirige vers l’intérieur et plus ils sont placés à droite. De même pour la hauteur, les plus en haut sont au-dessus de la ligne principale des constituants, et inversement. Une fois arrivée au centre, elle l’observa à nouveau sous tous les angles. Et continua ainsi petit à petit, en douceur et avec calme pour d’une part se délecter le plus longtemps possible de cette vue magnifique. Et d’autre part pour ne pas se planter en le remontant ! Malu lui trouvait ça bien trop fatiguant, il s’était couché en boule dans un coin de la pièce et somnolait en attendant. Mais son réveil fut brutal, un cri violent lui remua les entrailles :

    « Yahooouuuu !!!! Ca y est Malu je l’ai finiii!!! Bon aller maintenant y a plus qu’à le remonter ! »

    Effectivement, le générateur était éparpillé sur le sol. Les constituants formaient un quadrillage bien ordonné, incompréhensible pour les autres mais parfaitement clair pour Elysia. Elle s’attela alors à la tache, un tournevis entre les dents et les mains oscillant entre outils, composants et montage. Elysia était en train de fixer un écrou quand une sacrée nausée la prit. Lorsque le mal de ventre lui tordit les boyaux, elle su que la Vivenef était passée en hyper-espace. Après 30 min d’efforts l’appareil était fin prêt. Elle se remit debout, épousseta son pantalon et marcha vers son chien. Quand un petit cliquetis se fit entendre. Elle baissa les yeux pour voir de quoi il s’agissait et vit avec frayeur un boulon ! Ce n’était pas possible…Elle n’avait pas pu oublier un boulon tout de même ! Non, elle avait tout vérifié, tout ordonné ! Soudain le générateur se mit à vrombir : « Click ! Biiiiiip Biiiiiiiip »

    *Oups !*

    [HRP: J'espère que ce n'est pas trop anachronique :s et aussi pas trop n'importe quoi ^^ ]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Mer 11 Juin 2008 - 17:21

    Comme tous les jours, Gyvre s'était levé de bonne humeur. Comme tous les jours, il avait échangé des salutations amicales avec tous ceux qu'il connaissait depuis qu'il avait rejoint Adonis, tandis qu'il se dirigeait vers la salle des machines. Et, comme d'habitude, sa bonne humeur ne fit pas long feu tandis qu'il pénétrait dans son lieu de travail...

    Entre son lieutenant qui lui cassait les pieds à longueur de temps, les techniciens qui avaient besoin d'aide aux quatre coins de la salle des machines, les pilotes qui abimaient les imposants moteurs de la Vivenef en appuyant un peu trop sur le champignon, Gyvre avait de quoi râler, et il ne s'en privait pas, enchaînant les bordées de jurons comme un pilier de bar enchaîne les cuites : sans interruptions, ou presque. Jurer était presque devenu un automatisme pour le sous-lieutenant aux guiboles d'acier : il suffisait presque qu'il mette un pied dans la salle des machines ou dans l'atelier pour qu'il énumère les jurons les plus épouvantables de la galaxie.

    Enfin bref, Gyvre McWild n'était pas particulièrement d'humeur, et le technicien qui se tenait face à lui avait l'air d'en avoir conscience, à entendre sa voix hésitante et à voir la façon dont il mourrait d'envie de s'éloigner.



    "Sous-lieutenant, on a un...euh...un problème...

    - Qu'est ce qui se passe encore ?

    - Une surchauffe inhabituelle du moteur conventionnel 4 mon sous-lieutenant !

    - Damnés pilotes, laisse leur un vaisseau en état de marche et ils te le réduisent en miette en moins de temps qu'il n'en faut à un doc' pour charcuter un patient ! C'est bon O'Den, tu peux disposer, je vais régler ça moi même.


    - Oui mon sous-lieutenant !"

    O'Den s'en alla presque au pas de course, tandis que Gyvre se dirigait d'un pas grinçant vers le lieu de la panne. Enfin, pour le moment, ce n'était pas vraiment une panne mais ça n'allait pas tarder à le devenir, et Gyvre préférait réparer un circuit de refroidissement qu'un moteur conventionnel, moins de pièces et moins de temps à passer dessus.

    Le verdict s'avera rapide : un des câbles convoyant le fluide refroidissant vers le moteur fuyait. Comment, il ne le savait pas encore, mais le plus important dans l'immédiat était de réparer tout ça, pas de secouer les cloches du ou des fautifs.


    La fuite ne pouvant pas être colmaté, il fallait fermer la vanne d'admission du tuyau correspondant puis le remplacer intégralement. Avisant une équipe non loin de là, il se mit au travail :


    "ÉQUIPE 6 !"


    L'équipe en question arriva au pas de course. Gyvre en fut fort satisfait : qu'il les effraie ou qu'ils soient surmotivés, peu importait, mais ça irait d'autant plus vite.


    "Bon, il faut changer ce foutu câble de refroidissement n°2. Haerk, Glen et Colm, allez m'en chercher un neuf au magasin, et vérifiez qu'il est correct, sinon vous aurez affaire à moi ! Franc, tu restes ici à surveiller la chauffe du moteur. Dès que ça dépasse 133% de la température habituelle, tu demandes aux pilotes de couper le moteur 4 et tu m'appelles. Si à 140% le moteur 4 est pas coupé et je ne suis pas venu, tu fais évacuer le secteur, compris ?"


    Le dénommé Franc hocha la tête, tandis que les autres partaient à vive allure. Gyvre alla au pupitre de surveillance et donna l'ordre de fermer la vanne n°2, avant d'entrer son code de confirmation. Le voyant du câble 2 passa de vert à rouge et Gyvre se retourna vers ses sous-fifres du moment, à savoir Franc.


    "J'ai coupé l'alimentation du tube 2, mais attends que les autres reviennent pour commencer à enlever le câble, à cette température tu souffrirais le martyr si tu te cramais ! Je vais t'envoyer la grenouille pour enlever les colliers les plus inaccessibles, mais si je la trouve pas vous devrez vous débrouiller."


    Sans attendre confirmation de Franc, Gyvre fit volte face et s'éloigna de son pas retentissant et légèrement crissant. il alla dans la coursive où la petite faisait tous le temps mumuse quand elle n'était pas dans la salle des machines en train de travailler. Il savait qu'elle ne travaillait pas ce jour là, alors elle était certainement en train de désosser un tas de ferraille dans sa cachette. Génial, trouver une gamine maintenant...

    Gyvre arriva dans le couloir en question, prit une grande respiration et poussa un grand :


    "MAC FURLAN !"


    Ca avait le mérite d'être efficace, et elle se manifesterait certainement d'elle même, enfin ça valait mieux pour les deux. Aussi étrange que ça puisse être, il supportait pas trop mal la petite grenouille hyperactive de la maintenance, certainement parce qu'il était lui même encore plus insupportable qu'elle.

    "Mais qu'est-ce qu'elle fout à la fin ?"


    [HRP] Ça te va au moins j'espère ? [/HRP]


    Dernière édition par Gyvre McWild le Jeu 26 Juin 2008 - 10:47, édité 3 fois (Raison : modif' de surnom de la p'tiote)
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Mer 11 Juin 2008 - 18:22

    [Voui ça va, ne t’inquiètes pas ^^ ]


    Elysia était très mal dans sa peau, c’était la première fois qu’elle faisait une erreur. Mais le pire c’est qu’elle la fit sur un générateur à protons biphasé avec une extension sonique !!! Sur un vulgaire blaster encore pas trop de problème y a juste à en prendre un autre à l’armurerie en attendant. Alors que là, tout le secteur risquait de sauter à cause de la surchauffe du 2412 !!! Elle s’accroupit alors à nouveau et recommença à ôter les 15 vis du capot. L’ado devait se dépêcher car il faisait de plus en plus de bruit et commençait à être un peu chaud. Elle était vraiment paniquée mais lorsqu’un : « MAC FURLAN ! » retentit elle su que c’était la fin des haricots.
    Elle sortit en trombe de la pièce et courut vers le sous-lieutenant McWild.

    "Monsieur McWild, je suis désolée...je voulais pas…j’avais tout bien préparer pourtant je vous jure ! J’avais bien ordonné hein et j’ai bien pris mon temps pour le remonter… mais… bah… quand je me suis relevée pour aller voir Malu… .bah… j’ai shooté dans un boulon… je suis vraiment désolée j’ai pas fait exprès…et maintenant ça fait du bruit et il est en surchauffe… "

    Elle disait ça à toute vitesse en regardant Gyvre McWild dans les yeux. Mais elle ne put retenir quelques larmes dues à sa grande détresse. Elle lui dit alors en l’agrippant par le bras :

    « Venez m’aider monsieur s’il-vous-plait ça va sauter !!! »

    Elysia attendit alors la sentence toute tremblante. Elle allait se prendre une super engueulade elle le sentait. Et le pire c’est qu’elle allait être méritée.
    Elle pris une grande inspiration et tenta de reprendre son calme. Elysia laissa alors tout ça de côté, elle en assumerait les conséquences. Le plus important pour l’instant c’était d’éviter que tout le coin explose à cause de sa bêtise ! Elle resta alors plantée devant le sous-lieutenant, ses yeux toujours plantés dans les siens.



    [Désolée c’est un tout ptit post merdique ]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Mer 11 Juin 2008 - 21:22

    Gyvre s'était attendu à voir La p'tiote sortir au quart de tour, mais là, ça dépassait toutes ses espérances ! Moins de cinq secondes entre l'appel et la venue de la Grenouille, Gyvre se serait bien cru veinard si Elysia n'avait pas une expression aussi paniquée. Quelque chose n'allait pas, et Gyvre avait l'impression de tomber de Charybde en Scylla, sans pour autant savoir à quoi ressemblait la Scylla en question...

    Il écouta McFurlan en se forçant à ne pas trop avoir l'air à cran, la p'tite avait bon fond, comme les autres elle ne pensait pas mal faire, quoi qu'elle ait pu faire, et puis si on fait pleurer une gamine, on se fait traiter de monstre sans coeur par le reste de l'équipage si ça se sait.En plus de lui être sympathique.

    Gyvre écouta donc calmement les excuses de la Grenouille à propos d'un truc qu'il ne comprenait pas, avant de se faire trainer par la gamine pour réparer un truc qui allait sauter. de mieux en mieux, Scylla avait donc de grandes dents...

    Soudain elle s'arrêta et le regarda dans les yeux. Gyvre prit donc la relève en tirant presque littéralement derrière lui la p'tiote dans la direction qu'elle avait prise. Il baissa la tête pour entrer dans une petite salle où somnolait le chien de la gamine et où un générateur à proton biphasé surchauffait. Un 2412, rien que ça !

    Gyvre s'assit en tailleur dans un grincement effroyable près de la bombe à retardement, râlant de façon à peine audible, pour changer, tout en analysant la fameuse Scylla. Ça allait être serré...

    Gyvre enclencha l'intercom dans son gant gauche avant de donner ses instructions.



    "Centrale sécurité ? ici le Sous-lieutenant McWild, préparez vous à isoler la coursive B-16 sur mon ordre. Terminé !"


    Il se tourna alors vers la grenouille, lui sortant ce qui se voulait être le sourire réconfortant du dimanche.


    "T'en fais pas P'tiote, on va s'en tirer. C'est une simple précaution. Si je te dis d'mettre les bouts, tu prends ton chien et tu dégages fissa, compris ?

    Enfin, une chose est sûre, tu fais pas les choses à moitié. Essaye juste de faire plus gaffe si on s'en sort, j'tiens pas à te servir d'ange gardien en permanence, j'ai déjà un vaisseau à materner. Maintenant assieds toi et viens me filer un coup de main !

    Ah et au fait, t'y tiens à ton fichu 2412 ? J'aime autant éviter de te le dégommer si je dois t'en repayer un autre..."



    Prenant un tournevis qui trainait là, il acheva de dévisser les vis du capot, en maudissant les concepteurs d'aujourd'hui qui mettent 15 vis quand 4 suffisent pendant 13 générations.Il fit tomber les fameuses vis sans autre forme de procès et envoya valdinguer le capot dans un coin vide de la pièce.


    "C'est que ça chaufferait presque cette sal****** !

    Voyons voir...

    Donc on a un foutu générateur de protons qui tourne dans le vide et qui semble s'emballer... En plus de ça, ça a démarré tout seul, j'me trompe ? Bon, comment arranger tout ça ?"



    Bon, comprendre le problème, puis trouver la solution. La démarche classique, mais bien sûr, quand le problème c'est une explosion, c'est déjà un peu plus compliqué...

    Ecraser le problème, solution viable ?



    [HRP] Tu peux me MP un topo sur ton générateur ou carrément le codexer et me dire si je fais fausse route ? Merci d'avance ! [/HRP]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Ven 13 Juin 2008 - 19:51

    Quel ne fut pas son soulagement quand le sous-lieutenant ne la fâcha pas ! Elle soupira profondément mais relativement discrètement pour ne pas se faire remarquée.
    Les voila maintenant tous les deux près du 2412. Elysia s’accroupit à côté de McWild et lui répondit :

    « Oui monsieur, j’ai oublié un boulon en le remontant et c’est à se moment là qu’il s’est mis à chauffer tout seul. Je vais vous aider mais que les choses soient claires, si vous me dites de mettre les bouts je resterai malgré tout ! Par contre je dirai à Malu de s’enfuir. »

    La fillette était déterminée et elle assumerait son erreur jusqu’au bout. Elle ne supporterait pas d’être la cause de la mort du sous-lieutenant. Et si cela ne lui convenait pas tant pis !
    Elle ajouta :

    « Euh…Monsieur Gyvre, s’il faut détruire le générateur pour qu’on s’en sorte faite le ! Je préfère voir un 2412 mort plutôt que vous…Et de toute manière les gars de la pub savent vraiment plus quoi inventer ! Elle imita celle-ci : `Il est aussi doté d’une extension sonique qui évite la surchauffe’ blablabla….pfff »

    Bon elle essayait de détendre un peu l’atmosphère, mais il fallait s’y mettre maintenant, le temps pressait.
    Ils observèrent alors la bestiole et Elysia eu un déclique.

    « Hé ! Monsieur Gyvre ! Je viens de piger, si la fameuse extension sonique évite la surchauffe, et que justement le générateur surchauffe, c’est elle qui doit buger ! »

    L’adolescente avait un grand sourire sur les lèvres, elle aurait été presque fière d’elle si l’enjeu n’était pas la mort de Gyvre, la sienne, et un gros trou dans la salle des machines.
    Elle reprit son sérieux et continua :

    « A votre avis, si on shunt les hydrorécepteurs, il ne pourra plus se produire d’énergie et le générateur arrêtera de chauffer ; hein vous en pensez quoi ? »

    Elle fixa McWild à la recherche du moindre signe, de la moindre expression lui indiquant son accord ou sa réprobation.

    Tant d’agitation avait réveillé ce pauvre Malu. Il se releva, s’étira en émettant un bâillement. Il est trop mimi quand il fait ça, sa petite langue rose se recourbe un peu, c’est marrant. Après cette remise en route physique, il trottina jusqu’à Gyvre. Il fit alors son inspection de routine, c’est-à-dire qui le sentit de la tête aux pieds et resta à l’arrêt devant ces pieds justement ! C’est vrai, que les jambes du sous-lieutenant étaient interpellantes pour un chien. Elles brillent un peu, font des bruits bizarres et surtout ne sentent pas l’humain ! Et le chien blanc dû faire preuve d’un grand self-control pour ne pas leurs sauter dessus en mordillant.

    *Calme toi mon grand ! C’est vrai qu’elles sont étranges ces guiboles ! Ooohhhh ça brille….Nan ne les bouges pas ! Nan arrêteuh….Bon allez Malu reprends toi mon vieux ! Regardes ailleurs, oui c’est ça qu’il faut faire. Alors qu’est-ce-qu’elle fait Elysia ?...pfff elle est encore avec son truc qui fait un raffut du Diable !.....bon bah moi je crois que je vais faire une petite sieste en attendant ….*

    Le toutou s’approcha des pieds d’Elysia et se recoucha.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Mer 18 Juin 2008 - 15:13

    Bon, au moins la grenouille ne perdait rien de sa capacité à réfléchir, une gamine paniquée en plus d'un générateur en surchauffe aurait été le bouquet. Le genre de truc qui a le don d'énerver le Gyvré et de lui faire perdre sa concentration. Le genre de truc qui a le don de le faire gueuler comme un putois et qui a tendance à inquiéter/effrayer/paniquer encore plus ceux qui passaient dans les parages. De plus, le fichu sac à puces de la gamine s'était retenu de lui uriner dessus, ça non plus Gyvre n'appréciait pas vraiment. Une journée pas si mauvaise que ça en somme...

    Il observa une fois de plus le mécanisme du générateur, identifiant les différents composants tout en réfléchissant à l'idée de la petite. Ca semblait être une assez bonne solution, restait à savoir si ça marchait. Gyvre chercha à déterminer la connectique commandant l'activation ou non des hydrorécepteurs, mais ce fichu tas de cables et de circuits imprimés était bien trop complexe pour qu'il l'assimile assez vite pour empêcher l'explosion. Bien entendu le générateur emballé ne répondait plus aux instructions d'arrêts, et bien entendu il continuait de surchauffer comme les casseroles de la cuisine, et lui aussi n'allait pas tarder à exploser. En fait non, son impression était la bonne, c'était bien une put£$* de journée de mµ+#@...


    "Bon, au diable les démarches scientifiques, place à l'action, recule un peu gamine,et prend ton clébard avec toi, ça risque de faire mal !"

    Il saisit le cable de connection de la carte de commande aux hydrorécépteurs et tira d'un coup sec, l'arrachant sans autre forme de procès. L'effet ne se fit pas attendre : rien. Strictement, absolument rien.

    "Bon, au moins ça a pas empiré...

    D'autres suggestions Miss Bricole ?"

    *Si on s'en sort sans encombres, tu ne toucheras rien de plus complexe qu'une vieille clef anglaise à l'ancienne sans être surveillée au moins jusqu'à ta majorité, sois en certaine ma p'tite !*


    Il activa une fois de plus son intercom :

    "Centrale sécurité, elle en est où cette foutue évacuation ? On a pas la vie devant nous, mµrde à la fin !"

    *Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah. C'est tellement soulageant de soulager ses nerfs sur quelqu'un...

    Bon, on en était où déjà ?*



    [HRP] Sorry pour l'attente, et pour le message pas super, mais bon, j'ai fait de mon mieux... comment ça excuse refusée ? [/HRP]
    avatar
    Marguerite de Pakrètt
    Quartier-maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 44
    Localisation actuelle : Sur Adonis
    Couleur RP : Blue
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 15/06/2008

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Marguerite de Pakrètt le Mer 18 Juin 2008 - 17:46

    "Et si vous jetiez tout simplement tout ça dans le premier sas venu ?" demanda une voix féminine dans leur dos.

    Maggie était adossé sur le mur près de la porte depuis un petit moment, observant les deux mécanos bidouiller leur engin. Elle était parfaitement au courant de la situation. Qui ne le serait pas après les appels tonitruants du sous-lieutenant ? Mais cela ne l'empêchait pas de rester plantée là, à les regarder faire.

    Après tout, elle, elle n'avait plus rien à perdre.

    Mais que faisait-elle là au juste ?

    Et bien, elle faisait tout bonnement sa ronde. Inventaire, voir ce qui manquait ici ou là. A la demande de tel ou tel pirate, elle allait vérifier telle ou telle chose, les remplacer, les nettoyer. On parle d'ampoules dans un couloir hein ! Pas des boulons d'une soupape ! Elle était gouvernante, pas mécanicienne. Son rayon à elle, c'était les accessoires et le confort de vie, pas le dernier moteur à turbine.
    Bref, Maggie faisait son boulot en somme.

    Et là, elle était venue voir si Elysia ne voudrait pas un petit coup de ménage dans sa cabine. Elle savait qu'à 13 ans, on n'avait pas spécialement la fibre ménagistique. Et la gouvernante venait de temps en temps lui donner un coup de main.

    En voyant le sous-lieutenant de maintenance, Maggie regarda dans son fidèle calepin s'il ne lui restait pas de l'huile de coude, par hasard. Pour les jambes du monsieur. Bien que légèrement utile pour connaître la présence de Monsieur McWild, son grincement était juste légèrement stressant. Ce qui allait à l'encontre du confort du personnel.

    Marchait-elle sur les plates-bandes du bosco en pensant ainsi ? Bah, si Noémie avait quelque chose à lui reprocher, Marguerite était sûre qu'elle viendrait le lui dire.

    "Moi je dis ça comme ça." dit-elle de son ton morne habituel.

    Elle était dans sa phase "indifférence totale".

    [HRP : en espérant que cela vous convienne à tous les deux. Elysia : si ce que j'ai dit concernant le ménage de ta cabine te gène, je l'enlève illico!

    Elysia --> Gyvre --> Maggie ]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Mer 18 Juin 2008 - 21:54

    [ Pas de problème pour le ménage, j'ai jamais dis qu'Elysia était d'une propreté irréprochable et maniaque non plus Pis suis contente moi que des gens viennent, viendez les gens!!! ]




    "Bon, au diable les démarches scientifiques, place à l'action, recule un peu gamine, et prend ton clébard avec toi, ça risque de faire mal !"

    « Malu debout ! Allez file d’ici ! On se retrouve plus tard… » dit Elysia en montrant la porte à son chien. Mais elle resta plantée à côté de Monsieur McWild, serait-elle bornée ?

    Gyvre arracha littéralement le câble de connexion, l’ado resta les yeux braqués sur l’engin. Les dixièmes de secondes séparant l’action de la réaction furent étonnamment longues. Et à son grand soulagement rien ne se produisit !

    Pendant que le sous lieutenant criait après la sécurité, Malu en profita pour revenir en douce et se frotta aux jambes de sa maîtresse.

    « Désolée mon gros, c’est pour ton bien que j’ai fait ça…et je le referai peut-être tu sais ? » lui murmura-t-elle en lui gratouillant le dessus de la tête.

    Marguerite était à la porte depuis un moment apparemment mais ni Elysia ni Malu ne l’avaient remarquée….Plutôt étrange pour ce cher Malu qu’il n’ait pas été la voir. Il ramollit ce petit ! Toutefois lorsque l'intendante se mit à parler, il se retourna vivement et laissa échapper un aboiement de surprise. Puis alla faire la séance de reniflage qui s’imposait !

    "Et si vous jetiez tout simplement tout ça dans le premier sas venu ?"

    *Tiens pas con…. C’est un peu radicale comme solution mais si on a pas le choix… *

    Mlle Mc Furlan réfléchit puis répondit:

    «Ah tiens bonjour Madame Maggie !! Euh…Le problème qui pourrait se produire si on agit comme ça en le balançant dans l’espace, c’est bien ce que vous vouliez dire ?...c’est que le générateur n’explose trop près de la coque du vaisseau. Il serait à l’intérieur des boucliers vous voyez ? Ou alors il faudrait le propulser au-delà…. Monsieur Gyvre c’est à vous de voir ! »

    Elysia regardait alternativement le sous-lieutenant et Mlle De Pakrètt.

    Pendant ce temps Malu continuait son inspection tout autour de la gouvernante au risque de se prendre un coup de pied ou autre manifestation de désagrément !

    Elle ajouta :

    « Monsieur Gyvre j’ai une idée mais peut-être stupide… » Elle se dandinait en disant ça et explicita alors : « Euh… on pourrait mettre le générateur sur une torpille pour l’éjecter mais ça gaspillerait une torpille…ou alors…on pourrait l’accrocher à un drone…Et là il y a deux possibilités : soit le générateur tient le coup et le drone l’emmène au loin et reviens fissa, soit il ne tient pas le coup et on aura perdu un drone… »

    La jeune fille se tut et laissa Gyvre à sa réflexion. Elle cherchait elle-même d’autres solutions au problème, mais là plus rien ne venait !
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Jeu 26 Juin 2008 - 11:27

    Gyvre aimait la maintenance : les moteurs grippés, les portes pas fichues de s'ouvrir, les blindages à moitié défoncés, ça faisait partie du quotidien et ça avait le mérite d'être relativement facile à réparer. Facile, mais lassant. Gyvre avait espéré autre chose, et voilà qu'il fallait empêcher une explosion ! Finalement, Gyvre aimait la maintenance.

    Et maintenant, la gouvernante timbrée était là ! Avec des idées en plus ! Bon c'était déja ça, pas de menaces de mort à l'horizon... La grenouille renchérit d'idées, il n'y avait "plus qu'à" cogiter tout ça. Parce que sinon, il entendrait parler du pays de la part du capitaine, et il n'y tenait pas vraiment. Gyvre se connaissait, et se savait plus que capable d'engueuler le capitaine sur un coup de tête qui risquerait de lui couter au minimum sa place...

    Réfléchit, pùt%in, réfléchit...


    "Bon, la torpille, on évite. Les huiles aimeront pas vraiment l'idée d'avoir "gaspillé" une de leurs torpilles et on va récurer des toilettes pendant les 3 prochains cycles, et ça, j'y tiens pas ! Les drones, c'est risqué aussi, ça coûte la peau du cul ces tas de ferrailles là, mais bon, faute de mieux...

    Lâcher ça directement par le sas... bof, trop risqué, si ça pête trop près on sera quitte pour une escale réparation, et on a a pas le temps. Personellement, j'aurais écrabouillé les hydrorécepteurs, mais bon, c'est aussi risqué, sinon plus...

    Comment est-ce qu'on va bien pouvoir se sortir de ce fichu m$£d&#r..."


    Et là, tadam ! L'illumination, enfin, pas trop tôt, elle aurait pu se dépêcher cette c¤nne quand même !

    "Oh la vache, je sait ! C'te c?nnerie, pourquoi j'y ai pas pensé avant !"

    Avisant l'air légèrement dubitatif de la grennouille et de Miss Hachoir à Viande, il se décida à leur expliquer rapidement, mais après avoir donné ses ordres. Il activa donc l'intercom et brailla ses consignes.

    "L'arsenal ? Ici McWild, sous lieutenant de maintenance. On a un problème, et on a besoin d'un caisson de sécurité vide pour missiles à plasma, j'insiste, qu'il arrive VIDE ! Alors vous allez magner vos fesses à la coursive B-16 avec ce foutu caisson ou je m'assure que si j'échoue, vos fesses seront ajoutées à la liste de celles à botter. Compris ?"

    "Ou...oui Sous-lieutenant. Tout de suite Sous-lieutenant !"

    Au ton paniqué du gars de l'interphone, il n'allait pas tarder à venir. Bien, une bonne chose de faite. Mettons donc la foldingue et la mioche au parfum...

    "Pour stocker l'armement dangereux, comme les torpilles ou les missiles à plasma, on a des caissons de sécurité spécialement conçus pour maintenir une explosion de ce type. Alors on va mettre ce fichu générateur dedans avant de le larguer dans l'espace. Si le caisson tient, pas de souci, sinon ça atténuera l'explosion assez pour que les dégats soit mineurs. Mais normalement ça devrait tenir, et en plus ça coûte pas grand chose comparé à un drône ou une torpille. Elle est pas belle la vie ?"

    Bon, problème bientôt réglé, pas plus mal...

    [HRP] Sorry pour le temps d'attente, l'inspiration s'est faite attendre, la coquine [/HRP]


    Dernière édition par Gyvre McWild le Sam 28 Juin 2008 - 10:59, édité 3 fois
    avatar
    Marguerite de Pakrètt
    Quartier-maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 44
    Localisation actuelle : Sur Adonis
    Couleur RP : Blue
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 15/06/2008

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Marguerite de Pakrètt le Jeu 26 Juin 2008 - 13:10

    Tandis que la petite lui rendait son salut et lui expliquait une hypothétique fin à son idée, le chien vint à sa rencontre. Maggie ne bougea pas d'un pouce. Les animaux ne l'effrayait pas. Il se mit alors à la renifler comme tout chien qui se respectait. Elle n'en fit pas cas, se désintéressant totalement du canin.

    Apparemment il lui restait un peu d'huile pour ce brave sous-lieutenant. Hallelujah ! Marguerite irait en chercher quand la situation sera plus calme.
    Elle rangea son calepin.

    Alors que la Grenouille exposait sa nouvelle idée à coup de torpille et drone, le couteau de boucher de Maggie (qu'elle portait toujours sur elle, des fois qu'une pulsion aurait besoin d'être assouvie) tomba au sol, juste devant la truffe de Malu et se planta entre deux planches d'acier en un "schtoïng" retentissant. Le chien terrifié retourna immédiatement auprès de sa maîtresse. Maggie ramassa son outil et le remis dans son holster et resserra au passage la sangle qui s'était désserrée, permettant au couteau de s'échapper. Le tout sans qu'une once d'émotion quelconque n'apparaisse sur son visage.

    Pendant ce temps, le sous-lieutenant eut l'éclair de génie qui allait tous les sortir de la muise. Avec sa tonicité habituelle, il appela les types de l'arsenal pour qu'ils leur ramènent un caisson vide. Puis Monsieur McWild expliqua son acte.

    "Il n'y a plus qu'à espérer que cela n'explose pas entre temps."fit la gouvernante avec son enthousiasme habituel, soit d'un ton d'une neutralité exemplaire.

    L'équipe de l'arsenal mit peu de temps avant d'arriver. A croire qu'ils leur aient poussé des ailes. (un effet secondaire du ton de McWild ? Peut-être)

    Marguerite s'écarta de l'entrée et laissa les professionnels faire leur boulot tout en observant le tout d'un oeil... tout de même intéressé.

    [HRP : ne t'inquiète pas Gyvre ^^ Ca arrive à tout le monde des pannes d'inspirations. Et franchement... 8 jours d'attente, c'est pas long ! j'ai connu pire XD Et surtout pour le super post que tu nous as fait ! Chouette idée que le caisson ! ]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Lun 30 Juin 2008 - 16:22

    Elle écouta Gyvre exposé son idée et là elle pensa fortement :

    *Mais quelle débile !...Pourquoi je n’y avais pas penser plus tôt moi aussi à ces foutus caissons….en plus je suis allée les voir avec Malu quand ils les ont livrés…Ah nan mais ça va plus hein….déjà j’oublie de remettre un boulon en plus je pense pas à une solution rapide efficace et pratique !....Faut que je m’y remette moi hein ! Allez ma fille secoue-toi ! Déjà s’occuper du caisson après on verra…*

    Elle tenait quand même à dire au sous-lieutenant :

    « Monsieur Gyvre, c’est une super idée que vous avez eu…et je suis désolée de ne pas y avoir penser moi-même, je me devais de réparer mes bêtises….Je vous promets que si on arrive à tout régler sans trop de problème je ferai plus attention et je serai encore plus assidue au travail ! »

    Elysia veillerait bien à ce que ça ne soit pas des paroles en l’air, elle savait tout ce qu’elle devait à l’équipage d’Adonis. Et elle voulait surtout aider pas poser des problèmes !

    Sur ce les gars de l’armement apportèrent la caisse de sécurité.

    « Bonjour à tous, vous allez peut-être nous sauver la vie vous savez ! Et j’espère aussi nous enlever une sacrée épine du pied ! » leur adressa-t-elle avec un sourire mi-soulagée mi-anxieuse et ça c’est pas facile à faire !

    La Grenouille s’activa alors autour de la boîte, elle l’observa sous toutes les coutures, il ne fallait surtout pas que ce caisson soit défaillant, il devait vraiment être étanche et impeccable.
    Elle en fit le tour, le souleva, le tritura en tous sens. Et fini par annoncer :

    « Il est parfait Monsieur Gyvre, on peut commencer ! » elle ajouta pour Malu et Mlle de Pakrètt « Euh Madame Marguerite, je pense que vous devriez vous écarter un peu d’ici et Malu tu vas avec elle, go ! »

    Elle fit enfin demi-tour vers McWild pour avoir ses ordres.

    Malu lui s’était retourné vers la gouvernant mais restait sur ses gardes, il se souvenait trop bien qu’elle avait voulu l’exécuté comme un mal propre ! Alors qu’il n’avait rien fait en plus, il n’avait passé que 5-6 fois autour d’elle en la sentant ! Et encore il n’était pas dans un bon jour….Nan vraiment il ne l’aimait plus cette femme. Il la regardait donc fixement, il épiait ses moindres gestes aux aguets. Après quelques secondes ainsi, il se décida d’avancer doucement vers la porte tout en restant sur le qui-vive.


    [Desolée il est peut-être pas terrible ce post mais comme toi Gyvre, j’avais pas trop d’idées… ]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Jeu 24 Juil 2008 - 22:06

    [HRP] Tout d'abord, désolé pour le retard catastrophique, gros manque de temps et d'inspiration [/HRP]


    Bon, tout commençait à un peu moins sentir le moisi : la solution était apparue à Gyvre comme Dieu apparraissant à ses fidèles, fidèles dont Gyvre ne faisait définitivement pas partie. A l'heure qu'il était, le caisson était déja en route vers eux, et ils allaient bientôt être sortis de ce foutu m#rdier qui leur faisait perdre leur temps. Ce qui n'était pas désagré...schtoing !

    Schtoing ? gné Schtoing ? Un rapide coup d'oeil circulaire révéla à McWild l'origine du bruit incongru : Mademoiselle j'me découpe un steack avait encore perdu son ustensile fétiche qui s'était fiché dans le plancher. Encore...


    "Maggie, essaye de ne plus semer tes ustensiles, j'commence à en avoir marre de réparer les sols derrière toi, avec le lieutenant et sa manie de la perfection, moins j'ai de taf, mieux j'me porte, tu comprends ?"

    Ah, voilà les mectons de l'arsenal, toujours aussi vifs ceux là. Du moins quand on sait comment s'y prendre avec eux... Ce que manifestement la Grenouille ne savait pas : si elle continue à les complimenter, ils vont se croire importants et ils auront du mal à courir avec leurs chevilles surgonflées... Il faudrait qu'il lui en touche un mot un de ces quatres, si elle espérait prendre de l'avancement elle allait devoir apprendre les ficelles du métier...

    "Pas trop tôt, bande de feignasses, à ce rythme là j'aurais pu y aller moi même !"


    Bon alors... Se lever, en emettant comme d'habitude un concerto de grincements en ut majeur, ouvrir ce foutu caisson, mettre ses gants traités themrmiquements, se rendre compte qu'on les a oubliés dans ses quartiers, jurer comme une pute dédalienne, prendre son courage et le générateur brûlant à main nues et le déposer délicatement dans le caisson, refermer le caisson correctement : le pain quotidien d'un sous-lieutenant de maintenance dans une Vivenef pirate. Ainsi fut donc dzi, ainsi fut donc fait, par Gyvre bien évidemment.

    "Bon, plus qu'à balancer ça dans le vide interstellaire avant que ça pête, pas envie de voir si le caisson tiens ou pas moi...

    Le sas le plus proche est à quelques coursives de là, je vais y aller, la grenouille et Maggie, faites ce que vous voulez, les autres, cessez de gober des mouches et bougez vous un peu le train, nom d'une pipe ! Vous devriez déja être de retour à l'arsenal tas d'incapables !

    Ah McFurlan, j'ai un boulot pour toi après ça, j't'explique de quoi il retourne quand je reviens, si je suis pas carbonisé et réduit à l'état de tas de cendres..."
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Dim 27 Juil 2008 - 2:09

    [Bah tu sais on va pas faire un caca nerveux pour ça…Mais j’avoue que j’attendais ton retour avec impatience ! JOUEEEEER !!!!!! ]

    Elysia avait suivi les évènements d’un œil attentif. Elle faisait attention à chaque détail pour parer le moindre désagrément. Pour elle deux cerveaux valent mieux qu’un et c’est pourquoi elle avait fait appel à Gyvre. Enfin à ce moment là elle était plutôt perdue et paniquée en fait. En y repensant il lui semblait que bien des heures s’étaient écoulées depuis sa ballade en ville !

    Après un court instant d’égarement, Elysia reprit ses esprits. Il ne fallait pas se distraire bon sang, elle le savait. Elle porta alors son attention sur les paroles du sous-lieutenant McWild :

    "Bon, plus qu'à balancer ça dans le vide interstellaire avant que ça pête, pas envie de voir si le caisson tiens ou pas moi...

    Le sas le plus proche est à quelques coursives de là, je vais y aller, la grenouille et Maggie, faites ce que vous voulez, les autres, cessez de gober des mouches et bougez vous un peu le train, nom d'une pipe ! Vous devriez déja être de retour à l'arsenal tas d'incapables !

    Ah McFurlan, j'ai un boulot pour toi après ça, j't'explique de quoi il retourne quand je reviens, si je suis pas carbonisé et réduit à l'état de tas de cendres..."


    La Grenouille répondit alors :

    « D’accord Monsieur Gyvre, il est temps d’en finir avec ce 2412 !! C’est vraiment une saleté de bestiole ce truc ! »

    Elle sentait que la fin approchait et elle commença à « se détendre », bref elle eut un fou rire idiot ! M’est avis que c’était plus les nerfs qui lâchaient…

    Elle se calma très vite car Gyvre, qui lui venait de se cramer les mains et qui était en train de tenir un générateur toujours instable à bout de bras, lui lança un regard incendiaire !

    « Euh…excusez-moi Monsieur Gyvre, je crois que j’ai tout simplement hâte d’en terminer de cette histoire ! Et bien sûr je vais vous accompagner ! Vous croyez-vous débarrasser de moi aussi facilement ?!? » lui adressa-t-elle avec un sourire malicieux.

    Malu attendait bien sagement dans le couloir, lorsqu’il vit McWild sortir et Elysia lui emboîter le pas, il ne perdit pas une occasion de la suivre. Ainsi il s’éloignait de cette femme horrible, assassineuse de chien sans défenses !

    Juste à l’angle du couloir, le chien blanc se retourna et émit un jappement à l’égard de Mlle de Pakrètt. Il signifiait tout bonnement : « Non mais ?!? » Ce toutou serait-il vexé ?

    Après à peine 5min de marche ils arrivèrent au sas. Enfin ils voyaient le bout du tunnel.

    [J’ai commencé je vous laisse finir si vous voulez ?]
    avatar
    Marguerite de Pakrètt
    Quartier-maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 44
    Localisation actuelle : Sur Adonis
    Couleur RP : Blue
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 15/06/2008

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Marguerite de Pakrètt le Dim 27 Juil 2008 - 10:33

    [tellement impatiente qu'elle m'a chipé mon tour ! XD Oh je ne t'en veux pas.^^]

    "Maggie, essaye de ne plus semer tes ustensiles, j'commence à en avoir marre de réparer les sols derrière toi, avec le lieutenant et sa manie de la perfection, moins j'ai de taf, mieux j'me porte, tu comprends ?"

    Un petit peu piquée au vif, Maggie rétorqua :

    "Ca peut s'arranger."

    Elle dégaina son couteau et le fit tournoyer entre ses doigts agiles.

    "Si vous vous retrouvez dans l'incapacité totale et définitive de faire votre boulot, vous vous sentiriez mieux, si j'ai bien compris ? En un coup, l'affaire est jouée, vous savez. A prendre ou à laisser."

    Lorsque Maggie vous parle de vous donner des congés à durée indéterminée, ou bien de retraite anticipée, il faut mieux vérifier que votre "armure" est en place. Parce qu'elle a une manière tout à fait assassine de voir la chose.
    M'enfin aujourd'hui, elle n'était pas trop fachée pour ne pas laisser une chance à McWild de continuer à faire ce travail qu'il "aimait tant".

    Toujours près de la porte Maggie regardait la Grenouille graviter autour du caisson. Enfin regardait... c'est un bien grand mot pour désigner le fait que ses yeux restaient fixe sur ces deux éléments. En fait, Marguerite avait juste un moment d'absence, où rien ne pouvait l'atteindre, même pas un réacteur/moteur sur le poitn d'exploser.

    C'est la voix de l'enfant directement adressée à elle qui la fit revenir sur...la vivenef.

    « Euh Madame Marguerite, je pense que vous devriez vous écarter un peu d’ici et Malu tu vas avec elle, go ! »

    Le chien obéit prudemment à l'injonction de sa maîtresse. Il était comme méfiant et c'était à pas lent et mesuré qu'il sortit de la salle. Marguerite l'avait juste regarder faire, sans se douter que cette attitude nouvelle était du à un malencontreux accident de lanière non-resserrée qui avait permis l'évasion de son ustensil de travail...

    Et le sous-lieutenant de surenchérir :

    "Le sas le plus proche est à quelques coursives de là, je vais y aller, la grenouille et Maggie, faites ce que vous voulez, les autres, cessez de gober des mouches et bougez vous un peu le train, nom d'une pipe ! Vous devriez déja être de retour à l'arsenal tas d'incapables !"

    Et bien sur le coup, son instinct de survie fut catégorique : "Rester dans la même pièce qu'un engin sur le point de vous péter à la gueule ? Non merci. Poudre d'escampette activée"

    "Je vais vous laisser vous amuser avec votre jouet et aller vous chercher de l'huile pour vos jambes. On se retrouve plus tard.

    Monsieur."
    ajouta-t-elle après un temps de réflexion qui lui rappela que "sous-lieutenant" = "sous-patron"

    Une fois dehors, le chien était toujours là, attendant. Mais n'ayant aucune envie de saucisson sur le moment, Marguerite s'en alla dans les tréfonds de la Vivenef, inconsciente du fait que le chien blanc se retourna et émit un jappement signifiant un : « Non mais ?!? »


    [Fin de RP pour Maggie^^]
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Invité le Dim 1 Mar 2009 - 18:19

    [Après bien des mois, c’est alors que…la fin se prépare…]


    McWild prit la direction du sas sans trainer une fois que Maggie avait libéré le passage, la Grenouille lui était repassée devant pour préparer le terrain. Elle courrait à l’avant, dégageait les quelques imbéciles qui trainaient dans les couloirs malgré la demande d’évacuation, ouvraient les portes, pousser les trucs laisser dans le couloir dans la précipitation, etc…
    Le sous-lieutenant allait à une toute autre allure, il marchait calmement, en remuant le moins possible le générateur. Il ne le quittait pas des yeux à l’affut du moindre changement, du moindre signe pouvant annoncer l’explosion imminente. Il faisait preuve d’un sang froid remarquable et il semblait même étonnant qu’il ne poussa pas de jurons, il était trop concentré pour pester…La tension était forte dans les coursives, seuls les bruits, que dis-je, les craquements sonores, les explosions assourdissantes de grincements, se faisaient entendre dans cette partie de la vivenef. Malu lui aussi avait dépassé Gyvre et avait reprit position aux cotés de sa maitresse. Il se faisait une joie de courir avec elle, c’était un jeu très marrant jusqu'à ce qu’il lui attrape le bas du pantalon et qu’elle ne lui râle dessus. Il trottinait toujours mais tête baissée…Le pauvre, ce n’était vraiment pas sa journée…
    Après quelques minutes à s’affairer dans le couloir, une fois que le terrain fut bien préparé, Elysia retourna auprès de Gyvre pour l’aider à se guider sans heurt.

    « Monsieur Gyvre, ca va ? vous avez pas mal ? vous voulez que je fasse quoi ? oui je vais faire ca, je vais vous dire comment le couloir il est pour pas que vous tombiez !! Ce serait quand même idiot de tomber maintenant ou de laisser tomber le générateur !! hein Monsieur Gyvre ? »

    La petite avait un flux de paroles impressionnant, ce qui énerva particulièrement le sous-lieutenant… OK il était concentré et tendu…

    « Bon écoute la Grenouille ! tu crois vraiment que j’ai le temps de répondre à tes put%£@§ de questions ??? J’ai un générateur prêt à péter dans les bras je te rappelle, je suis concentré alors vient pas m’agacer ! »

    Elysia resta un instant sur place, les larmes lui montaient aux yeux, elle resta à l’arrière de Gyvre et le suivait en silence. Malu aussi avait été surpris de cette gueulante et avait mis une plus grande distance entre Iron man et lui.

    Soudain, elle releva la tête, une moue furieuse sur le visage et repartit en cavalant vers le sas. Elle y rétablit la pression et l’ouvrit, Gyvre était maintenant à quelques mètres. Elle l’attendit à côté de la commande, prête à fermer une fois le générateur à l’intérieur. En deux minutes montre en main ; Gyvre arriva dans la pièce, déposa le 2412 et la grenouille referma immédiatement la porte du sas. Elle actionna ensuite le largage du générateur, ils le virent partir avec un grand soulagement. Au moins il péterait dehors !!

    McWild s’adressa alors aux personnes concernées :

    « Ici le sous-lieutenant McWild, renforcez immédiatement les boucliers dans le secteur B-16 et prevenez moi si vous détectez une explosion dans le coin, j’aimerai être sûr qu’on en a bien fini avec ce générateur de m@rde! »

    Gyvre se retourna vers la fillette, il lui frictionna les cheveux avec un sourire au coin des lèvres, ils avaient réussi ensemble à éviter la catastrophe. La Grenouille lui rendit son sourire et s’accroupit auprès de son chien, lui aussi avait bien mérité des bonnes grosses gratouilles. Puis, elle s’adressa à son sous-lieutenant :

    « Je voulais vous remercier Monsieur Gyvre, sans vous j’aurai fait exploser tout le quartier…Je ferai plus attention et je ne vous décevrai plus Monsieur ! »

    En disant ces dernières paroles elle le regarda droit dans les yeux, comme une promesse.

    Elle demanda alors à son supérieur de l’excuser quelques temps, elle voulait reprendre ses esprits avant de faire son prochain travail. Il lui accorda 20min avant de retourner travailler. Ainsi, elle partit dans un couloir isolé et s’assit par terre en se soufflant.


    [Tadaaaaaaaam !!! c’est ainsi que se termine l’épisode du 2412 fou !!! J’espère que Gyvre est pas trop mal joué… ET fin du RP]

    Contenu sponsorisé

    Re: Click! Biiiiip Biiiiiiip! *oups!*

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 16 Juil 2018 - 18:18