Problèmes métaphysiques [#001]

    Partagez
    avatar
    Jan Sanada / Ethan Geetaï
    Bosco - Pandore

    Nombre de messages : 51
    Localisation actuelle : Sur le pont de Pandore
    Mission actuelle : Obéir aux ordres avec le sourire
    Citation : Chalala-chalalan, la vie est si douce pour ceux qui savent la vivre...
    Couleur RP : Violet
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Problèmes métaphysiques [#001]

    Message par Jan Sanada / Ethan Geetaï le Ven 12 Déc 2008 - 19:41

    Ethan regardait par-dessus l’épaule de Kallista depuis une dizaine de secondes maintenant, l’air joyeusement intéressé par le bidouillage du second. Il entendit l’appel le concernant se répercuter sur le pont, sans doute répété ensuite dans toutes les coursives. Et s’il était déjà sur le pont, avant même que le message ne soit transmis, ce n’était pas parce qu’il avait le don de prescience. Ethan était doué pour deviner ce qui allait se passer à partir d’évènements donnés, et le brans-le-bas de combat discret qui s’était déclaré dans la vivenef avait suffi pour l’attirer immédiatement sur le pont. On avait beau jouer le rôle d’un simple bosco contrebandier depuis des mois, les réflexes d’officier avaient la vie dure. Mais cela ne devrait pas étonner grand monde : Ethan était connu pour se balader un peu partout n’importe quand, et surgir dans des endroits inattendus (comme le placard d’un membre d’équipage « parce que c’était rigolo »). Et puis, cela ne pouvait pas faire de mal d’avoir un peu d’avance. Sans compter le fait qu’être sur le pont lui donnait une vision d’ensemble directe. Il tenait à être au cœur de l’action. Ne serait-ce que pour faire son possible afin qu’une telle aventure ne ruine pas la mission qu’il s’était confiée.

    Mais pour l’heure, il était temps de ne pas laisser Kallista s’égosiller plus longtemps dans le vide, aussi lui tapota-t-il gentiment l’épaule, un grand sourire sur le visage :

    "J’étais là. Mais c’est super gentil de m’appeler ! N’hésitez pas à le refaire quand tout ça sera fini ; on boira un peu de saké, ce sera chouette !"

    Puis Ethan s’écarta prestement –il avait beau être un joyeux drille, il connaissait le tempérament du second- et brossa les pans de l’ample chemise bordeau qu’il portait. Il balaya le pont du regard, repérant les contrebandiers penchés sur leur console ou courir d’un bout à l’autre du poste de commandement. Au centre de l’agitation, le commandant Von Drachnar semblait gérer la situation avec l’efficacité dont elle était coutumière. Ethan ne savait pas ce qu’elle avait derrière la tête, et il se demandait s’il aurait l’occasion de le découvrir. Quoiqu’il en soit, il devait jouer finement, sur ce coup là. Il n’avait pas évité les faux-pas aussi longtemps pour bêtement se trahir en situation de crise.

    Outre sa réelle occupation, Ethan se demandait surtout pourquoi Erwyn l’avait convoqué sur le pont. En tant que bosco, il avait bien évidemment un rôle à jouer dans tout ce qui était entrepris sur cette vivenef, mais sa présence du côté des commandes n’était généralement pas nécessaire en un tel moment. Elle aurait tout à fait pu donner ses ordres via une console de communication… Ethan haussa mentalement les épaules ; comme il l’avait déjà pensé, tout cela l’arrangeait. Du moins, pour le moment…

    Se frottant joyeusement les mains, il fit face à Erwyn, l’air de celui qui n’affrontait rien de plus qu’une agréable brise d’été. Un air d’Ethan, en sommes.

    "Vous m’avez demandé, cheffe ? Et me voilà avant même que l’ordre ne parte! Si ce n’est pas fantastique, vous n’trouvez pas ?"

    Puis, parce que c’était tout de même Erwyn, il ajouta sur un ton plus sérieux :

    "Alors, qu’est-ce que je peux faire pour vous ?"
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 31
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Problèmes métaphysiques [#001]

    Message par Erwyn Von Drachnar le Mar 23 Déc 2008 - 12:01

    La petite conversation avec le médecin-chef se passa plutôt bien dans l’ensemble, pour une fois. Pas trop désagréable, rapide et efficace. Aussi étonnant que cela puisse paraître aux habitués de l’activité volcanique d’Erylianen Noerya, le brave bambin savait être professionnel quand il le fallait (et le voulait) et Erwyn se sentait étrangement soulagée de ne pas avoir à affronter ce désagrément-là. La liste défila sous ses yeux. Des noms sans visage pour Erwyn. Elle avait beau connaître son équipage, elle n’avait pas tellement eu le loisir de fréquenter tout le monde et de retenir tous les noms et les visages de ses camarades d’infortune. Il y avait le bosco pour ça, à la rigueur.

    « L'infirmerie sera prête d'ici trois heures, mais fait en sorte qu'elle ne serve pas. Et bonne chance avec ta bande de guignol. »

    Oui. De la chance, il allait lui en falloir. Erwyn aurait beau faire, il n’y aurait pas de miracle. La case infirmerie serait sûrement étrennée par quelqu’un. C’était comme ça.
    Ses guignols. On pouvait les appeler comme ça aussi, ses contrebandiers. Guignols, marionnettes entre ses mains qu’elle devait guider, manipuler afin qu’ils ne leur arrivent trop rien… à eux comme à elle, par la même occasion. C’était son rôle. En tant que Commandant en chef de ce navire. Le côté pratique de la chose : on ne remettait jamais (ou presque) en cause ses choix, car il fallait bien que quelqu’un les prenne ses foutues décisions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Et c’est ensuite que les réclamations viendraient, une fois tout le monde en sécurité, loin du feu ennemi.
    Or, Erwyn était une petite veinarde. Du moins pour l’instant. De toutes les décisions qu’elle avait pu prendre au cours de sa courte vie de chef contrebandière, elle avait toujours choisis les bonnes. Et elle espérait que cela allait continuer ainsi encore longtemps.

    Toujours maîtresse d’elle-même, Erwyn entendit l’arrivée de son lieutenant tactique.

    « 3 minutes 26. On appelle son chien-chien, il accourt. »

    Effectivement, la ponctualité d’Hlodowic n’était plus à faire. Aussi blasé, râleur et fatigué qu’il puisse être, Konrad était de ces « officiers » qui obéissait prestement à un ordre direct, ce qui était un réel plaisir pour la Commandante qu’elle était.
    Erwyn décrocha son regard de son écran pour saluer dignement son lieutenant et eut juste le temps d’apercevoir une attitude rebelle envers Cyn avant que le jeune homme ne se guinde malgré son handicap et ne reprenne contenance pour lui faire face.

    « Commandante, me voici ! Prêt à vous parler des heures des marches d'Hannibal traversant l'Ebre mais... je doute que ça vous intéresse. »

    « En effet. » murmura-t-elle.

    "Alors, on n'est pas plus avancé, avec Nimue. Tout ce que je peux dire, c'est qu'il nous faudra mieux rester légèrement en retrait, à moins, bien sûr, de vouloir faire un petit tour dans le cosmos sans combinaison ad hoc... Splourtch !" mima-t-il, agrémentant son geste d'un bruit disgracieux.
    "En attendant, quelles sont les données sur place ? Si l'on peut réduire les dégâts, ce sera pas trop mal... vu l'état de délabrement dans lequel se trouve cette carlingue..."

    Erwyn Von Drachnar, assise sur son trône, de toute sa superbe, regardait son subordonné médire sur son vaisseau. Bon dans un sens, Konrad était dans le vrai, mais il était quand même préférable de ne pas rappeler à tout bout de champs dans quel état se trouvait la Vivenef. Rien que pour l’état d’esprit des hommes qui y vivaient, pour commencer. Après une ou deux secondes, Erwyn daigna enfin desserrer ses fines lèvres :

    « Ca, c’est votre boulot.
    En attendant, Pandore nous a informés de la présence d’un supercuirassé, de huit corvettes et de soixante-cinq chasseurs environ dans les rangs ennemis. »
    commença Erwyn en relisant d’un œil ses notes. « Adonis se planque et tient l’escadrille adverse occupée. Votre collègue tacticien a eu l’idée de piéger des chasseurs inutilisés pour les envoyer explosés à la face de nos ennemis. Nous allons donc faire de même.
    Voilà ce que vous devez savoir afin de nous concocter un joli petit plan de votre cru.»
    finit-elle en regardant son subordonné dans les yeux.

    Erwyn le savait parfaitement capable de réussir sa mission et ce même dans les conditions actuelles. Après tout, n’était-ce pas lui qui les avait sortis de la mélasse au-dessus de Troie ?

    « Il s’agit de rester un minimum en vie après cet affrontement. » rappela-t-elle tout de même, bien qu'inutilement, dans l’esprit qui sévissait joyeusement à bord de cette Vivenef.

    En parlant d’esprit joyeux, la voix de Kallista retentit alors dans tout le vaisseau.

    "J'apelle le Bosco de notre très chère Vivenef !! Ethan on se connecte merci...."

    La pin-up fut aussitôt répondue par le facétieux bosco qui était arrivé entre temps sur le pont, surprenant aussi bien le Second que le Commandant de Pandore, mais pas de la même manière.

    "J’étais là. Mais c’est super gentil de m’appeler ! N’hésitez pas à le refaire quand tout ça sera fini ; on boira un peu de saké, ce sera chouette !"

    Ethan devait être le seul être de la Vivenef à garder perpétuellement un sourire sur le visage ou une bonne humeur apparente. Erwyn ne savait pas comment il y arrivait mais le principal pour elle, était qu’il faisait bien son boulot. Et c’était tout ce qu’elle demandait.
    Parfaitement synchrone avec l’organisation qui se mettait en place dans la tête du chef, le bosco s’avança vers la commandante.

    "Vous m’avez demandé, cheffe ? Et me voilà avant même que l’ordre ne parte! Si ce n’est pas fantastique, vous n’trouvez pas ?"

    Fantastique, peut-être pas, non. Mais Erwyn, derrière son masque d’imperturbable Commandant, ne démontra aucune émotion quand à l’entrain dont faisait preuve l’homme devant elle. Enthousiasme qui s’évanouit pour laisser place au sérieux de rigueur dans une telle situation.

    "Alors, qu’est-ce que je peux faire pour vous ?"

    Loin de lui dire qu’il tombait à pic, Erwyn passa les préliminaires et attaqua directement le vif du sujet.

    « Vous allez travailler en coordination avec la maintenance. Voici une liste du personnel inopérant qu’Eryl a eu la gentillesse de me faire parvenir. » dit-elle en lui donnant un bout de papier qui venait tout juste de sortir de son ordinateur.

    « Lieutenant Cyn. » appela-t-elle.

    Lorsqu’elle eut l’attention de ce dernier, Erwyn put continuer :

    « Ethan va vous donner la liste du personnel qualifié pour les modifications que vous aurez donc à faire sur les chasseurs. Ca vous aidera à répartir vos équipes. »

    Avec sa concision habituelle, Erwyn mâchait la moitié de ses phrases. Mais loin d’être entourée d’incapables, elle se savait parfaitement comprise. Elle ne doutait pas un instant qu’avec sa formation et le temps qu’elle lui avait donné précédemment, Cyn ait eu le temps de voir l’état de la Vivenef à sa charge et qu’il n’est du agir en conséquence pour continuer le bricolage d’urgence afin que le vaisseau tienne le coup.

    Pour la maintenance et le bosco, les ordres étaient donnés. Erwyn n’avait pas besoin d’user sa salive pour qu’Ethan ne sache qu’il devait aussi s’occuper des troupes, qu’il devait organiser les quarts pour que tout le monde soit plus ou moins frais pour leur arrivée dans la mêlée. Cela semblait une telle évidence qu’elle ne s’y attarda donc pas.

    Comme Kallista ramenait ses miches vers elle aussi, Erwyn enchaina dans son impériale maîtrise de la situation :

    « Kallista, vous seconderez le lieutenant Cyn. Frigg étant hors course sur ordre du médecin (autant dire un ordre qui ne se discute pas), vous la remplacerez. »

    C’était une façon gentille et polie de dire que Kallista devait former Cyn à la maintenance façon Pandore et le guider pour que tout se passe bien et ceci dans les délais impartis.
    Bien que la pin-up ait occupée le poste de lieutenant de com avant sa promotion (sans canapé), être Second signifiait polyvalence et avec sa débrouillardise, Erwyn ne doutait pas que Kallista, une fois encore, saurait s’en sortir avec toute la vigueur dont elle savait faire preuve.
    D’une certaine manière, Erwyn se foutait un peu des chemins empruntés du moment qu’elle parvenait à ses fins. Donc peu lui importait la façon dont ces deux là allaient s’y prendre, la Commandante ne voulait y voir que les résultats.

    Tout le monde avait eu ses ordres. La machine était en marche et pour marquer encore plus le coup, Erwyn se leva de son trône et d’une voix forte termina :

    « Astrogation ! Passage en hyperespace ! On met les voiles pour Mars ! »

    Erwyn aimait ce petit côté théâtral que pouvait prendre les Commandants dans ce genre de situation et autant dire qu’elle avait savouré ce mince moment autant qu’elle l’avait pu. Mais maintenant, l’ordre avait été donné. La réalité les avait rattrapé de plein fouet. Ils allaient véritablement partir une nouvelle fois se jeter dans la gueule du loup.

    --> suite : Mars et ca repart !


    Dernière édition par Erwyn Von Drachnar le Mer 1 Avr 2009 - 10:31, édité 5 fois


    _________________
    "Elle était presque aussi engageante qu’une infection rénale avec complications..."
    (c) Kallista

    avatar
    Timothy McAllister
    Lieutenant astrogateur - Pandore

    Nombre de messages : 189
    Age : 30
    Localisation actuelle : Je...Je suis à mon poste, metapezpas !
    Mission actuelle : Heu...Je pense qu'on doit aller sur Mars. Hein ? Je...Ouioui, je m'y mets !
    Citation : J'ai vu le futur...On va tous crever ohmerdeohmerdeohmerde jeveuxpasmourir !
    Couleur RP : #00CC00 ...Ben...Oui.
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 01/06/2008

    Re: Problèmes métaphysiques [#001]

    Message par Timothy McAllister le Mar 23 Déc 2008 - 21:48

    La section Astrogation sembla s'éveiller à la vie à l'ordre de la Commandante. Plusieurs membres de cette section pas forcément très reconnue mais qui trouvait toute son utilité dans ce genre de péripéties firent le même constat en même temps. Timothy avait emmené la moitié des calculs avec lui. Et sans les résultats à ces calculs, il valait mieux ne pas penser à simplement lancer un saut dans l'hyperespace. Après tout, qui savait où l'on pouvait bien tomber, si l'on ne commettait une erreur que d'un millionième ? Dans le Soleil, comme l'avait prétendu le Lieutenant ?

    Heureusement, la seconde de Timothy, une jeune femme qui avait la tête solidement vissée sur ses épaules, mit fin aux racontars. Pour elle, Timmy était sans doute un génie de l'Astrogation, mais c'était aussi un prophète plutôt miteux, et un officier assez imprévisible pour en être vraiment agaçant, parfois. Elle contacta le logement du Lieutenant, qui mit un long moment à répondre. Ceux qui passaient à côté purent entendre des bribes de la conversation.

    " Lieutenant, vous allez bien ? "

    Le silence s'installa pendant quelques secondes, le temps que Rose - le doux prénom du Sous-Lieutenant d'Astrogation de Pandore - répète son appel. Alors une voix pâteuse, comme celle d'un alcoolique, lui répondit. Mais chacun savait que Timothy n'était que dans un état second "naturel", en tout cas sûrement pas dû à l'alcool.

    " Heu...Oui-i ? "

    Rose exprima toute son exaspération par un long soupir, qui était bien plus explicite que des dizaines de paragraphes. Mais elle reprit tout son sérieux pour continuer à discuter avec le Lieutenant le plus instable de la vivenef.

    " Mon Lieutenant, vous avez emmené des résultats avec vous...Pour le passage en hyperespace. Il faudrait qu'on les aie, maintenant. Soyez gentil, faites-les nous parvenir, d'accord ? "

    Un nouveau blanc suivit, mais la texture de ce silence était différente. Comme si l'on sentait confusément qu'à l'autre bout du fil ( ou plutôt de la liaison hyperondes, mais ne soyons pas trop tatillons ), un être doué de raison avait botté les fesses du cinglé totalement déconnecté qui se trouvait là auparavant, pour réfléchir à sa place. Le silence se termina, laissant le génie s'exprimer, momentanément bien sûr.

    " Non, je vais diriger la manœuvre depuis ce terminal. Ne vous inquiétez pas, je m'occupe de tout ! "

    Avant que Rose n'aie pu répliquer que, justement, c'était en tête de la liste des choses qui auraient plutôt tendance à l'inquiéter, toute la section Astrogation eut l'immense plaisir de se rendre compte qu'elle n'avait plus aucun contrôle sur ses terminaux, qui étaient comme passés en mode "lecture seule". Timothy avait, avec la vitesse de l'éclair ( sinon plus ), pris le contrôle manuel de toutes les procédures d'Astrogation. C'était quasi surhumain. Pourtant, ceux qui connaissaient bien leur Lieutenant comme Rose savaient qu'ils avaient à peu près une chance sur deux que cela passe. Si Timmy restait lucide le temps de lancer les routines comme il le fallait, Pandore assumerait la suite et les mènerait à bon port. Sinon...

    Tous les subordonnés du génial cinglé eurent la même réaction : ils se regardèrent, et haussèrent les épaules, dans un geste d'impuissance totale. Il était vexatoire de voir la facilité avec laquelle Timothy avait court-circuité tout le fonctionnement normal de Pandore pour prendre les commandes manuelles, mais ils savaient tous que leur patron était un génie, dans ses bonnes phases. Il n'y avait qu'à attendre de voir...

    Pendant ce temps, Timothy entrait les données à une vitesse impressionnante pour le néophyte. Tout se passait bien, il se sentait en pleine forme, comme il ne s'était pas senti depuis longtemps. Se protégeant de façon inconsciente, son esprit avait totalement occulté les périodes où il n'était pas totalement lui-même, c'est-à-dire un bon 90% du temps écoulé depuis "l'accident" qui l'avait plongé dans le désarroi. Tout ce qu'il faisait là, c'était faire son job. Il avait terminé en un temps record, rattrapant très largement le retard qu'il avait occasionné. Soudain, il en arriva à la dernière donnée importante, la corrélation espace-temps. Se rendant soudain compte de son environnement, Timothy comprit qu'il n'était pas où il pensait être, et qu'en plus, il n'était pas quand il pensait être ! De quoi le troubler. Tremblant sur son siège, le Lieutenant réussit à entrer cette donnée sans se tromper, en grande partie par chance. Puis il rouvrit par mégarde la communication avec la section Astrogation, au sein de laquelle on commençait vraiment à stresser.

    " Raaargl ! Bouhouhou... "

    Rose, catastrophée, tourna les yeux vers son moniteur, craignant ce qu'elle allait y voir...Avant de s'apercevoir qu'a priori, les chiffres entrés par Timothy étaient les bons. Ouf. Pandore ne finirait pas crashée sur Mars ou dans un astéroïde quelconque, ou encore - n'en déplaise à ce bon Lieutenant McAllister - dans le Soleil. La voix suave de Pandore prévint tout l'équipage qu'elle allait passer en hyperespace, et qu'il serait de bon ton de s'y préparer. Un décompte fut affiché sur les moniteurs de la vivenef, et après une légère attente, tous ressentirent une légère sensation de décalage, très caractéristique du passage et de la sortie de l'hyperespace. Certains auraient même un haut le cœur, c'était courant. Timothy, lui, s'effondra sur le sol de sa cabine en marmonnant de sombres prophéties que même lui ne comprenait pas.


    --> suivez Timothy dans ses délires : Tentative de débriefing

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Problèmes métaphysiques [#001]

    Message par Invité le Jeu 8 Jan 2009 - 21:19

    Le bruit...
    Le boucan...
    Le capharnaüm...
    La chienlit...
    Le bazar...
    Et logiquement, le bordel !
    Autant de mots pour désigner une seule et même chose : l'agitation fébrile qui mettait le pont en ébullition. Certes, pourrait-on faire élégamment remarquer, cela n'était qu'une réaction humaine due à l'excitation liée au départ imminent de la Vivenef.
    Certes... mais on pouvait bien rationaliser, bon sang ! Quand on travaille, on ne laisse pas ses émotions - fussent-elles tsunamesque (néologisme gouleyant) - surtout devant ceux à qui l'on commande...
    Quel manque de professionnalisme...
    Konrad reposa doucement sa canne sur le sol. Le remue-ménage du moment lui faisait tambouriner le sang dans ses tempes, ainsi que dans sa jambe éclopée, ce qui rendait deux extrémités fort douloureuses... Passant à côté d'un astrogateur hésitant - comme à son habitude - il soupira, et clopina doucement, en serrant les dents, vers son pupitre, un peu à l'écart de la foule et du bruit. A présent, il fallait la jouer futée.

    Déjà, appeler ce tire-au-flanc de sous-lieutenant qui avait passé la quasi-intégralité de sa période d'essai à se faire mousser dans les jacuzzis de l'infirmerie. En d'autres termes, il avait coincé la bulle... Il s'était tâté...

    *Bon, on ne va pas commencer avec les jeux de mots stupides, si ?*

    Non, effectivement, l'heure était à la réflexion profonde, chose que ni son état, ni sa volonté ne semblaient être disposés à effectuer.
    S'affalant tout du long sur son fauteuil spécial handicapé moteur doublé d'une pénurie neuronale - comme l'avait appelé le médecin, un jour - il alluma son moniteur, faisant cliqueter tout un tas de voyants tous plus inutiles les uns que les autres.

    Soupirant un "putain, fait chier" comme d'autres auraient dit "tiens, il fait beau, aujourd'hui" ou "quand est-ce qu'on mange", il se pencha en avant et appuya sur un bouton, se branchant directement sur les hauts-parleurs du vaisseau. Il fallait tirer la belle au bois dormant de sa torpeur.

    Larsen.

    Il fallait aussi apprendre à se servir de l'intercom. Un regard agressif vers ses collègues.

    "Quoi ?"

    Une inspiration.

    "Le sous-lieutenant tactique est demandé sur le pont, c'est un peu urgent. S'il peut se dépêcher, ce serait appréciable. Vous savez où me trouver."

    Non, ce n'était pas désagréable, juste un peu froid... Mais il fallait bien ça pour faire sentir qui représentait l'autorité indétrônable, après tout.
    Konrad s'adossa sur son fauteuil, la jambe droite - patte presque folle - étendue, comme toujours, sur la coursive, fixant son écran qui commençait à afficher des tableaux de chiffres aussi abscons que l'intérêt que la jeunesse pouvait accorder à la tecktonik au début du XIXe siècle.

    Il sortit une petit boîte de sa poche, l'ouvrit, et avala un cachet, attendant que l'antalgique fasse effet, pour le libérer un peu de sa douleur, et ainsi de son humeur à équarrir un hamster mutant à mains nues.

    [Désolé, post assez moyen... je ferai mieux après \o/]

    --> Un quart d'heure de politesse

    Contenu sponsorisé

    Re: Problèmes métaphysiques [#001]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 25 Sep 2018 - 5:28