Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Partagez
    avatar
    Thomas de Farcy
    Maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 56
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Se faire soigner/ha ha ?
    Citation : T'as vraiment une belle paire de...! Heu... Narines ?
    Couleur RP : #52a285
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 06/08/2008

    Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Thomas de Farcy le Mer 6 Aoû 2008 - 22:30

    « Un ticket s'il vous plaît. »

    Tout ça semblait incroyablement naturel. Demander un ticket, pour aller voir un film. Oui, mais voilà : Thomas n'avait rien précisé du tout : ni le film, ni la séance. Si des fois, on lui reprochait de ne pas être très précis dans ce qu'il disait, là, il faisait fort. C'était peut-être pour ça que la guichetière le regardait avec ce drôle d'air depuis tout à l'heure.

    « Ah, c'est pour... Pour... »

    Pour quoi ? Il n'en savait plus rien. Et pourquoi n'utilisait-il pas les bornes automatiques plutôt ? Et pourquoi était-il ici ? Et pas sur Adonis ? D'ailleurs, il était où exactement ? Mais finalement, coupant court à toute ces questions, la guichetière lui tendit un billet et d'une voix caverneuse- et où il fallait faire preuve de beaucoup d'imagination pour trouver la moindre politesse dedans- elle dit :

    « Salle 3 »

    Thomas croisa le regard de la vielle femme et attrapa son billet en murmurant un faible :

    « Hu... merci... »

    Il s'avança d'un pas lent derrière la vielle femme, longea un premier couloir, se demandant pourquoi il n'avait pas payé... Bah ! S'il avait pu un peu gruger cette horrible bonne femme, se serait tant mieux ! D'un pas sûr, il continua sa longue marche et alors qu'il pensait trouver un autre long couloir garnit de salle de cinéma de part et d'autre des murs, il tomba nez à nez avec... 1 porte. Une seule et unique porte où était écrit en gros le chiffre 3. Et en rouge. Pourquoi 3 pensa-t-il. Pourquoi pas 1 si c'est la seule ? Ou pourquoi pas 99 tant qu'on y est ?

    Le jeune homme resta baba quelques secondes devant l'immensité colossale de la porte. Il l'effleura de la main pour sentir la matière sous ses doigts et constater que si : c'était bien une porte. Un mince filet d'air filtrait entre les deux battants, mais on ne voyait rien du tout à travers. Il prit une inspiration et poussa de toutes ses forces sur un des battant, patinant avec les jambes et serrant des dents.

    Il était de la maintenance : il faisait souvent des exercices... mais là, même lui qui pourtant faisait souvent preuve d'une mauvaise fois assez incroyable devait se l'avouer : c'était lourd. Très lourd. Mais qu'à cela ne tienne ! Il arriverait à la pousser, cette foutue porte ! Oui, il était obstiné aussi. Finalement, il se glissa dans la fine interstice qu'il avait réussi à créer et remercia son fin gabarit tandis qu'il reprenait son souffle.

    Thomas releva la tête et se trouva surprit par le nombre incalculable de siège rouge présent. Il y en avait... il y en avait... Il y en avait un nombre vraiment incalculable ! Il s'avança dans les allés et regarda l'écran présent qui aussi, était vraiment... colossale. Les deux rideaux de velours rouge de chaque côté avait un côté très chic, mais le jeune homme se posa des questions quant à leurs utilités.

    Choisissant une allé qu'il savait être celle du milieu, il se questionna sur l'utilité de n'avoir qu'une seule et grande salle. C'est vrai ! Une salle... c'est quand on n'a pas beaucoup de spectateurs... Et une grande salle... c'est quand il y en a au contraire beaucoup ! Non, c'était vraiment... très étrange ! Pourtant, il se déplaçait dedans avec une aisance qui lui disait que ce n'était pas si étrange que ça. Fourrant ses mains dans les poches de son manteau long, il regardait à droite et à gauche, cherchant... quoi ? Une réponse ? Peut-être...

    Toujours perplexe face à cette salle qui reflétait en même temps un côté intimiste et mégalo, il finit par se placer pile face à l'écran et se laissa tomber sur le siège derrière lui. Ainsi assit, il se blottit un peu plus dans le moelleux du siège, appréciant le confort et savourant le dossier.

    Du bout des doigts, il rabattit le col de son manteau sur ses joues et se mit à attendre qu'il se passe quelque chose. La séance était pour quelle heure ? Aucune idée. Il ne comprenait pas ce qu'il foutait là mais au moins, il y était bien. Et petit à petit, sans qu'il n'y fasse vraiment attention, il se sentait doucement partir, il commençait à somnoler. Puis le grincement strident d'une porte qui s'ouvre.

    Thomas se redressa, se pencha par-dessus les sièges pour regarder qui diable avait pu aussi pousser la porte mais il ne vit... personne.

    Il se mit à genoux sur son fauteuil et tourna frénétiquement la tête de droite à gauche pour tenter de trouver quelqu'un mais définitivement : il n'y avait personne. Il haussa un sourcil, puis les épaules. Bon, fallait pas chercher à comprendre.

    D'un geste rapide, il se retourna et se relaissa tomber dans son siège. Quand il ré-ouvrit les yeux, il se trouva fasse à eux. D'une taille appréciable, rebondis, semblant doux, moelleux, délicatement soutenus par une légère dentelle qui dépassait légèrement de chaque côté...

    Thomas fut d'abord émerveillé... Si près !
    Puis il rougit et leva les yeux. Oui, très près, trop près justement.

    Et généralement, avec... ça... Si prêt... Il y a souvent une gifle qui arrive. Encore qu'il n'en savait pas grand chose finalement, c'était surtout son maître qui lui disait ça. Généralement, quand on le prenait sur le fait, sa figure qui paraissait un brin innocente lui permettait de s'en sortir sans bobo. C'était à la fois bien et frustrant. Mais revenons à la situation.

    En face de lui, penchée sur son fauteuil, il y avait une fille, habillée simplement d'une jupe et d'un débardeur au décolleté... plongeant. Elle le regardait avec un sourire enjôleur et ne disait pas un mot. Dit quelque chose, Thomas, dit quelque chose !

    « T'as vraiment une belle paire de... »

    *Non, pas ça, imbécile !!*

    « de... »

    Parcourant d'un regard timide la demoiselle qui toujours ne disait rien, Thomas se faisait mentalement la liste de ce qui pouvait aller avec « une paire » et qui serait autre que « poitrine ».

    « narines...? » siffla-t-il timidement

    * Mais quel con...*

    Il adressa un sourire forcé qui traduisait à lui seul toute la gêne que ressentait le jeune homme et intérieurement, il espérait souhaitait priait pour que cette fille soit légèrement gourde.

    Finalement, cette dernière se plaça juste à côté de Thomas et tapota ses narines en répondant :

    « Ah, tu trouves ? »

    Oh, Dieu merci ! Elle était gourde ! Il devait bien exister des entités supérieures...

    Thomas souffla et se laissa glisser sur son siège. Affalé, il en profita pour jeter un rapide coup d'oeil à la jeune demoiselle. Petite, blonde, cheveux frisés, visage en forme de coeur, avec des formes là où il faut...

    Non, non, non, Thomas ! Regarde ailleurs ! Voilà, l'écran, c'est très bien l'écran.

    « Tu t'appelles comment ? »

    Le jeune homme se redressa et croisa le regard de sa voisine. Bafouillant car surprit de l'éclat de sa voix, il finit par répondre :

    « Tho... Thomas !
    - Thothomas ?
    - Non, juste Thomas...
    - Ah, j'ai compris ! »

    Ah oui, vraiment gourde. La jeune fille se tapota le bout des doigt ensemble et adressa un sourire radieux tandis que son bras formait une exquise pression sur sa poit...

    Regarde ailleurs !

    Rougissant de confusion, il se remit à admirer l'écran toujours désespérément blanc.

    « C'est trop compliqué Thomas, j'en connais trop... T'as pas plus facile à retenir ?
    - Genre ?
    - Un surnom. »

    Thomas grinça un peu des dents et finit par répondre d'une voix morne :

    « J'en oublie à force.
    - Pourquoi ?
    - Avec un nom de famille comme le mien, t'as toujours un nombre incalculable de surnoms qui viennent. »

    La jeune demoiselle resta un moment silencieuse et examina le jeune homme tandis qu'il faisait une mine boudeuse. Il lui jeta un regard en biais et grogna avant de reprendre.

    « De Farcy.
    - hein ?
    - Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ? »

    La jeune fille porta un doigts à ses lèvres, leva les yeux et se répéta mentalement plusieurs fois « Thomas de farcy, Thomas de Farcy, Thomate farcy, Tomate farcie... » Aussitôt qu'elle eut fait le rapprochement, elle se laissa tomber dans son siège avec un rire non dissimulé tandis que Thomas, une mine boudeuse sur le visage, regardait ailleurs et se blottissait un peu plus dans son siège en ruminant.

    Ouais, bah, plus de complexe maintenant, il la materait jusqu'à ce qu'il lui voie ses os ! Ou qu'il réussisse à se prendre une baffe, au choix...

    S'énervant qu'elle continuait à rire de ça, le jeune homme grommela :

    « Ha-ha-ha. Trop drôle, vraiment, qu'est-ce qu'on s'amuse.
    - Allooooons, te vexe pas ! A 21 ans, on se vexe plus pour ça.
    - Sauf quand on se le fait rabâcher depuis le 4 avril. » répondit sèchement Thomas d'une voix... bah sèche, justement. « J'ai échappé à la naissance le 1er avril, gniagniagnia, quelle bonne blague » termina-t-il.

    La jeune fille posa ses coudes sur l'accoudoir et observa le jeune homme assit à ses côtés. Elle l'aimait bien. Thomas n'était pas trop grand, ni trop petit. Il était de taille tout à fait moyenne et semblait, ainsi écrasé dans son siège, plutôt chétif. Pourvu d'une quantité de graisse tout à fait normale pour quelqu'un de son âge (et normale pour survivre), il avait néanmoins une faible musculature à cause des exercices que sa session lui faisait avoir. Des jambes qui lui permettaient de courir vite (utile en cas d'urgence- ou de poursuite d'une certaine personne armée d'un couteau-), des bras qui lui permettaient de porter des trucs plus ou moins lourd, pour pouvoir dévisser et viser des trucs, toucher et tâter d'autre truc encore... Hum... Un torse suffisamment attirant pour consoler quelque dame en pleu... Heu... Un torse pour lui permettre de... de... De faire plein de truc... Une taille fine aussi ! Et il avait aussi de jolies mains... Dommage qu'elles soient si abîmées. Il avait de longs doigts souples, couverts ici et là de micro-cicatrices, de pansements et autres vilaines marques. Mais là, il avait des sortes de gants en cuirs sans doigts... des mitaines qui lui cachaient les paumes de mains.

    Dommage pensa la jeune fille. Sans ces cicatrices, ses mains seraient vraiment un atout. En plus, il y a toujours du cambouis sous les ongles ou sur les pansements. Pas très reluisant.

    Encore qu'elle n'avait pas à se plaindre. Pour le moment, le jeune homme n'avait pas la moindre trace de cambouis, pas la moindre saleté sur son visage. Elle pouvait voir à sa guise la peau joliment rosée que son voisin possédait, ainsi que les petites touches d'un rose plus soutenu visible ici et là...

    Elle leva les yeux et passa sur le cou fin du jeune homme et tomba sur ce que chaque cou soutient, du moins, en toute logique : la tête. Là, elle esquissa un sourire attendrit. Thomas avait une bouille vraiment craquante, même quand il boudait comme là : il avait un visage joliment dessiné, fin et pointu au niveau du menton, des joues joliment courbées, une bouche fine qui pouvait s'étirer en un joli sourire qui semblait innocent, un petit nez et deux yeux ovales avec une couleur d'iris des plus curieuses. C'était une sorte de marron clair tirant sur le jaune peut-être, une couleur que la jeune demoiselle identifiait comme plutôt unique. Du moins, c'était la première fois qu'elle croisait quelqu'un avec des yeux comme ça. Au-dessus de ses yeux, deux sourcils finement modelés formaient, pour le moment, une mine boudeuse. Le visage de Thomas semblait très expressif et dans l'ensemble, était harmonieux.

    Les cheveux du jeune homme aussi étaient étranges. Coupés entre le court et le mi-long, ils lui retombaient légèrement sur les yeux. Ils étaient souple et semblaient posséder une fluidité peu humaine. Et eux aussi possédaient une couleur peu commune. Une sorte de gris terne teinté de verts. Oui, ce n'était pas commun. Et les racines renseignaient que cette couleur était parfaitement naturelle.

    Penchant la tête sur le côté, la jeune fille souffla que ça ne devait pas être facile. Thomas avait un physique globalement peu commun : certain dirait « angélique », mais beaucoup dirait sans doute « androgyne » voir légèrement « Efféminé ». Il devait s'en prendre des surnoms là dessus aussi. Normal qu'il soit si susceptible quand on parle de ça. Et puis, la couleur de ses cheveux, bien que pourtant pas très pétante, n'était pas assez commune pour passer inaperçue tout le temps. Et ses yeux clairs également.

    Thomas tourna la tête vers la jeune fille, haussa un sourcil peu aimable et finit par reprendre :

    « Quoi ? »

    La jeune fille souriait en se ré-asseyant sans aucune grâce sur son siège. Elle saisit une mèche de cheveux et la tortilla entre ses doigts, passa la pointe sur ses lèvres tandis que ses yeux faisaient des allés-retours entre les yeux et les cheveux de son voisin.

    « C'est la couleur qui te dérange ? » demanda Thomas d'un ton un peu plus calme.

    La jeune fille stoppa son mouvement et attendit, prête à entendre la suite.

    « C'est parce que je suis métisse.
    - Méquoi ?
    - Métisse. Ma mère est une belle shitennô aux cheveux verts émeraudes et aux yeux magnifiquement dorés, Reprit Thomas avec une pointe de fierté dans la voix. Mon père est un humain plus banal aux cheveux marron et aux yeux bruns. J'ai un peu hérité des deux.
    - Et ça veut dire quoi ?
    - ça veut dire que si on est dans l'eau, je me noierais après toi. » conclut le métisse avec nonchalance.

    La demoiselle eut une mine surprise, puis songeuse, elle mordit sa lèvre inférieure, laissant ainsi tranquille sa mèche de cheveux qui avait rejoint ses copines, les autres mèches de cheveux.

    Thomas, lui, se sentait moins boudeur. Il se ré-assit correctement et soupira de voir que le film ne commençait toujours pas. Et il se demandait si quelqu'un d'autre allait finir par arriver. C'était vraiment étrange comme situation. Finalement, abandonnant son mordillement intensif, la jeune fille se tourna, le regarda en souriant, et se remit à parler :

    « Alors, t'es sur Adonis ?
    - Oui. »
    avatar
    Thomas de Farcy
    Maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 56
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Se faire soigner/ha ha ?
    Citation : T'as vraiment une belle paire de...! Heu... Narines ?
    Couleur RP : #52a285
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 06/08/2008

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Thomas de Farcy le Mer 6 Aoû 2008 - 22:33

    Là, Thomas ouvrit de grands yeux. Comment elle savait ça ? Et pourquoi lui avait-il répondu comme ça ? Il resta un moment choqué et pourtant, ça ne l'empêcha pas de continuer :

    « Je suis dans la session maintenance. J'y suis depuis... quelques années... Je suis arrivé simple ingénieur spécialisé dans la réparation des chasseurs. Ah oui, c'est ma spécialité : les chasseurs ! Ah, je sais aussi y faire dans le général -les plus grosses machines, ce genre de truc-, maiiis... Les chasseurs, c'est un peu plus mon dada ! »

    Thomas avait retrouvé une bonne humeur évidente à voir. Il agitait ses mains dans tous les sens, mimait le chasseur qui vole, et dans ses yeux, une lueur enfantine resplendissait.

    « Et j'ai même grimpé en grade ! Je suis Maître de seconde classe section maintenance. Ça en jette, pas vrai ? Ok, ok, c'est pas grand chose en vrai, j'assiste mon supérieur. Maiiiis, c'est déjà ça ! Et puis, ça ne fait que depuis 2 ans que j'y suis, sur Adonis. »

    Intérieurement, les sens de Thomas étaient en alerte. Il pleurait de dévoiler tout ça à une inconnue, s'hurlait dessus qu'il devait se taire, s'égosillait qu'il n'était qu'un triple idiot, mais se disait également posément qu'il irait s'immoler lui-même. Pas besoin que ses supérieurs le lui ordonnent ou que le commandant lui suggère. Noooon, c'était un grand garçon, le p'tit père Thomas !

    « Et tu te sens bien là bas ? » Continua la jeune fille.

    Le métisse eut un sourire amer : non, cette fois ci, il ne répondrait pas. Il n'était pas stupide non plus.

    « Oh, oui... »

    Mais merde ! Pourquoi sa parole ne lui obéissait-elle pas ?

    « Oui, là bas, il y a plein de gens que j'adore. Je commencerais par mon maître, mon modèle ! Un homme à la fière allure, à la prestance impressionnante et au charisme certain ! Il a un rôle très important au sein de la Vivenef et pourtant, il a toujours du temps pour moi... Et puis, il est vraiment cool. Il me donne toujours plein de conseil et...
    - C'est qui ? Le commandant ? Le chef d'escadrille ?
    - Hein ? Ah, non, heu, ils sont juste chouettes. Moi, mon modèle, c'est Endy. » Répondit Thomas avec un sourire et des yeux brillants.

    Oui, il y croyait à tout ce qu'il venait de dire. Dur comme fer même.

    « Et puis, reprit-il, y'a toute la session aussi qui est chouette. Même si le sous-lieutenant me fait un peu peur à toujours crier. Ah, et puis il y a plein d'autre personne ! L'apprentie-cuisto, La bosco... Adonis aussi, il est chouette. Et y'a Maggie.
    - Maggie ?
    - Une... Amie. On avait sympathisé pour cause de prénom et nom difficile à porter. On avait ensuite été séparé à cause des études mais on avait tout de même gardé contact... »

    Le visage de Thomas perdit de sa chaleur pour trouver une mine triste. Il se blotti un peu plus dans son siège et continua d'une voix plus douce :

    « Puis on a perdu contact... à cause de son... accident. Puis on s'est retrouvé sur Adonis. C'est plus pareil, mais...
    - Mais ?
    - Mais c'est toujours Maggie. »

    Thomas eut un rire sans joie et se tourna vers la jeune demoiselle qui écoutait bien patiemment.

    « ça doit te sembler bizarre, pas vrai ? Ch'uis fils unique, alors uni dans les-noms-dur-à-porter, j'ai finit par la considérer un peu comme une soeur...
    - Et tes parents, tu leurs fais toujours la tête ? »

    Le métisse eut d'abord un air interloqué puis il fronça les sourcils en regardant le sol, et aussi rapidement que son sourire était revenu, une mine de nouveau boudeuse et mécontente se plaça sur son visage. Il s'affala de nouveau dans son siège, croisa les bras sur sa poitrine et maugréa :

    « J'leurs fait pas la tête d'abord.
    - T'as quand même fugué de chez eux. Et ça fait quoi ? 2 ans qu'ils sont sans nouvelles ?
    - Mais, et alors ?! Que sais-tu de ma vie, hein ?
    - Pauvre Lutéria... Elle doit l'être, triste, ta maman...
    - Arrête.
    - Et Hyacinthe... Lui aussi, qu'est-ce qu'il doit être déçut !
    - Arrête !
    - Et...
    - Je te dis d'arrêter ! »

    Thomas s'était brusquement relevé, et lançait un regard courroucé à la fille. Qu'est-ce qu'elle en savait ? Et comment elle le savait d'ailleurs ? Et comment ça se faisait que Thomas ne savait rien d'elle ? C'était à la fois... Comme s'il la connaissait... Sans jamais l'avoir vu ! Et pourtant, il devait, oui, il devait l'avoir vu ! Une fois, quelque part ! Mais où ?

    « Ah, flûte ! »

    Thomas re-tomba dans son siège et il croisa les bras, furibond. La jeune fille eut un rire peu rassurant et Thomas commençait à ressentir une vague inquiétude lui parcourir l'échine.

    « Allons, fais pas la tête ! Le film commence...
    - Qu'est-ce que t'en... »

    Thomas n'avait même pas eut le temps de finit sa phrase que, aussitôt, les lumières baissèrent et l'écran se tenta pour laisser apparaître... Un menton fin avec une bouche rosé qui souriait. Une épaule sur le côté et une cascade de cheveux verts qui tombaient par-dessus. Thomas connaissait cette épaule, ce sourire...

    « Thomas ? »

    La femme sur l'écran eut un sourire plus franc. C'est elle qui venait de parler. À la grande stupéfaction du jeune métisse.

    « C'est vraiment un gentil garçon dans le fond. Il est très sensible... Assez sensible pour que je le soupçonne de faire légèrement de l'empathie... Il a un naturel vraiment optimiste et est toujours plein de joie de vivre... Même si des fois, il ne pousse pas assez ce côté exubérant. Il se freine par son côté timide qu'il aborde... C'est sans doute parce que c'est un humain... »

    L'image s'estompa pour laisser place à un bas de visage carré, rasé impeccablement la bouche sérieuse et le cou parfaitement raide. Ça aussi, Thomas le connaissait.

    « C'est une sorte de boulet. Il est maladroit, que ce soit avec son comportement ou alors avec ces gestes, se mets tout seul dans des situations pas possibles... Et pourquoi ? Parce qu'il ne sait pas quand il faut se la fermer et quand il parle, c'est toujours sans réfléchir aux conséquences. Il manque vraiment de discipline... C'est sans doute parce que c'est un Shitennô... »

    Puis les deux portraits s'enchaînèrent, une fois la femme, une fois l'homme. Mais toujours, ce n'était que des fragments de visage, jamais entier. Des fois un nez, des fois le front, des fois un oeil...

    Thomas crispa ses doigts dans l'accoudoir et regarda d'un oeil effrayé ce qui se passait devant lui. Un film... Avec... Non, ça ne pouvait pas être vrai... Et pourtant.

    « Il est toujours très volontaire et souriant. Obstiné aussi : quand il commence quelque chose, il le finit...
    - Et c'est presque un débile moteur ! Il se cogne partout, se coupe tout le temps... Et bien sûr, il faut qu'il soit légèrement hémophile...
    - Il est très doux et aime beaucoup le contact avec les autres. Et malgré ses maladresses, il a tout de même une bonne approche avec les gens...
    - Vivre en société ? À cause de ça, non ! En plus, il est d'une mauvaise fois implacable ! Et il s'obstine toujours ! Et il a tendance à être malchanceux avec ça...
    - Et il est naïf... Il croit vite ce qu'on lui raconte... Et pourtant, il est du genre compréhensif : il écoute les gens, leurs histoires, essaye de les comprendre...
    - Des fois, j'aurais même tendance à dire qu'il est neuneu même. Il réfléchit à tout toujours après, même quand c'est trop tard. Et il comprend pas vite.
    - Il panique souvent, et vite aussi. Mais il lui arrive quand même de prendre de bonne décision.
    - Heureusement que j'ai décidé de son parcourt pour lui ! Il est bon en mécanique... c'est déjà ça.
    - Il se vexe facilement et boude également. Comme un petit enfant. Mais ça ne dure jamais bien longtemps. Généralement, il reprend vite son profil de gamin heureux.
    - Et j'ai eut vents comme quoi ce serait une espèce de pervers... Il regarderait toujours la poitrine des femmes en premier, chercherais à les aborder de manière peu recommandable... J'espère bien que c'est faux !
    - Mais il est timide ! Souvent, il freine lui-même toutes ses ardeurs, se détourne et tente de faire comme si de rien n'était.
    - Sauf qu'il est mauvais acteur et mauvais menteurs... Normal, il réfléchit jamais ! Et puis... il a plein de sales habitudes...
    - Il mime tout avec ses mains ! C'est très mignon.
    - Il parle tout seul... et à ce stade là, c'est même plus « parler à voix haute ! » C'est idiot.
    - Il est très curieux aussi... Il s'intéresse à tout et est très touche à tout...
    - Mais comme il réfléchit jamais, il arrive toujours à se mettre dans une situation impossible ! »

    Les deux personnes prirent une pause tandis que Thomas, blanc comme un linge, essayait de comprendre... le portrait peint là... c'était lui... Pas entièrement, mais ça lui ressemblait tant... Comment c'était possible ?

    Puis doucement, les lèvres de la femme se mirent à bouger...

    « Mais... »

    Puis celles de l'homme.

    « Mais... »

    Et côte à côte, les deux finirent par prononcer en même temps :

    « C'est mon fils »

    Et enfin, l'écran redevint blanc. Thomas était paralysé sur son siège. Il ne pigeait... absolument plus rien... Il finit par enfin déglutir sa salive et tourna la tête vers la jeune fille qui se tenait à ses côtés. Elle applaudissait et riait en même temps.

    « ça c'est triste ! Vraiment triste ! C'est ça ton histoire ? Un père strict et une mère frivole ? »

    Tout doucement, le métisse tourna la tête et dévisagea la fille... Comment elle savait ça ? Ça n'avait pas de sens...

    « ça n'a aucun sens...
    - ça a le sens que tu lui donnes »

    Thomas regarda la jeune fille et pencha la tête sur le côté. D'un coup, il se sentait incroyablement calme.

    « Car ça n'est qu'un rêve ? » Essaya-t-il

    Au rire éclatant de la jeune fille, Thomas se dit que non, c'était pas ça. Il se re-blotti un peu plus dans son siège, incroyablement perplexe par rapport à la situation dans laquelle il se trouvait. Puis la jeune fille reprit la parole :

    « T'es drôle !
    - Qui es-tu ? »

    Ce ne fut qu'à ce stade qu'il se rendit compte que depuis le début, il parlait de lui à une inconnue... Dont il ne connaissait même pas le nom, Et ça ne le gênait même pas ! C'est pour ça qu'il pensait que tout ceci était un rêve. Quand on rêve, on fait des trucs tellement absurdes... mais ça nous semble si naturel ! Donc, il espérait dormir. Qu'il s'était endormi quand il avait commencé à somnoler, en attendant le film... Que réellement, cette fille ne s'était jamais mise à côté de lui. Mais maintenant, plus il pensait et plus il doutait.

    La jeune fille, qui était resté d'un coup silencieuse, avait baissé sa tête, ces doux cheveux bruns recouvraient maintenant ses yeux. Elle secoua ses épaules tandis que ses doigts commençaient à se crisper sur ses bras en un mouvement raide. Puis doucement, elle releva la tête vers le jeune métisse et murmura, secouée par des petits rires peu rassurant :

    « Hin hin hin... Tu t'en rends compte que maintenant...? »

    Tout ça n'avait plus de sens, vraiment ! Cette fille... Depuis quand était-elle brune ?

    « Réveille-toi Thomas... murmura le jeune homme.
    - Je suis...
    - Réveille toi... »

    La jeune fille révéla alors ses yeux qui avaient alors prit une couleur rouge.

    « Octo ! Le poulet-pieu...
    - Débout !! »

    Puis soudain...

    Thomas se réveilla.

    Les mains tremblantes, il tourna la tête de droite à gauche, tentant de reprendre un peu ses repères dans la réalité et s'aperçut... qu'il était toujours au cinéma. Mais qu'il n'y avait pas de jeune fille blonde aux formes généreuses placée à côté de lui, il y avait juste du monde. Plein de monde autour, attendant une séance d'holo-film. Soupirant, Thomas se mit à sourire... ce n'était donc bien qu'un rêve. C'était normal aussi ! Hein, qui pourrait aussi bien savoir qui il était et pourquoi se présenterait-il comme ça à une inconnue... ça n'avait pas de sens...

    C'était qu'un rêve.

    Rassuré de ces bonnes paroles, enfin... de ces bonnes pensées, il se redressa un peu et observa les gens dans la salle. Ils semblaient tous hypnotisés par quelque chose, le regard vide, la bouche légèrement entrouverte. Thomas haussa un sourcil et tourna la tête pour voir ce que tous regardaient.

    Sur un tabouret, en bas de la salle, il y avait une jeune fille... Blonde, cheveux frisés, visage en forme de coeur, des formes là où il faut... Elle s'éclaircit un peu la voix et commença :

    « Mes chers amis, il est temps que le cercle comprenne qui sont les maîtres ici ! Laissez tomber ces formes grotesques et reprenons notre vrai apparence : Celle du peuple des Poulets-Pieuvres Ninja !! »

    Aussitôt dit, trois tentacules poussèrent au niveau des aisselles de la jeune fille, sa peau se déchira pour laisser place à un corps de poulet et sa fine chevelures blonde tomba au profit d'une tête de poulet recouvert d'un masque noir au niveau des yeux.

    « Dommage, elle était mieux foutu avant » murmura calmement Thomas.

    Aussitôt, toute l'attention du terrible peuple se tourna sur le jeune métisse. Il garda les yeux rivés sur l'ex jeune fille et se dit encore une fois qu'il aurait mieux fait de réfléchir avant de parler.

    « Toi... Ennemis de notre peuple ! Tu ne mérite pas la vie !!
    - Ah ? »

    Thomas se rendait alors compte de l'ampleur de la mouise dans laquelle il se trouvait. Il était dans une salle, tout seul, entouré par une armée de poulet-pieuvre Ninja prêt à lui ôter la vie... Il déglutit avec peine et se demanda vite fait s'il y avait une porte de sortie possible... mais non : tous les regards étaient braqués sur lui... il devait se rendre à l'évidence. Il était foutu.

    Habituellement, le métisse avait une rage de vivre qui lui faisait avoir des ailes, mais là, même ces dîtes ailes ne seraient pas suffisantes. Il serra un peu les doigts sur ses genoux et regarda l'ex-demoiselle pointer ses 6 tentacules sur lui et lui dire :

    « Au nom d'Octo, meurt. »

    Les tentacules s'allongèrent alors à une vitesse folle et allèrent vers lui, toujours pétrifié de peur. Il aurait voulu bouger, esquiver, mais rien à faire. Son esprit lui disait que c'était finit.

    Et voilà, il était mort.
    avatar
    Thomas de Farcy
    Maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 56
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Se faire soigner/ha ha ?
    Citation : T'as vraiment une belle paire de...! Heu... Narines ?
    Couleur RP : #52a285
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 06/08/2008

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Thomas de Farcy le Mer 6 Aoû 2008 - 22:35

    Je rassure (ou pas, ça dépends des avis) Thomas, il est pas mort, c'est juste un rêve... Enfin, plutôt un cauchemar...

    La suite, en jeu.

    Ah, et c'est finiiiiii !

    Et ouiii, que deux messages ! Elle est pas belle la vie ?

    Et j'espère que ça n'a pas trop déplu... Mais... j'ai vraiment envie de le jouer, Thomas... V_v

    Voilà la dite suite directe !
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Invité le Mer 6 Aoû 2008 - 23:09

    Vraiment super, drôle, bien écrit...

    Les fiches de l'escargot ne nous déçoivent jamais j'ai l'impression ^^"

    VALIDATION!!!!


    Ah bon?! je n'ai pas d'autorité pour dire ça?....bon et bien..tant pis....
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Invité le Mer 6 Aoû 2008 - 23:33

    Yes encore un Larbin !

    Dire que j'ai été le premier de la maintenance ! *ému*
    avatar
    Thomas de Farcy
    Maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 56
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Se faire soigner/ha ha ?
    Citation : T'as vraiment une belle paire de...! Heu... Narines ?
    Couleur RP : #52a285
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 06/08/2008

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Thomas de Farcy le Mer 6 Aoû 2008 - 23:49

    Hu hu, merci ^^

    Techniquement, j'ai les pouvoirs pour, maiiis... ça me gène un chouilla quand même... bah, j'le ferais p'tet si j'ai plusieurs "validations" (à défaut de Neklas ...)

    Edit : comment-ça, Larbin ?!
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Invité le Mer 6 Aoû 2008 - 23:59

    Ben Gyvre est sous-lieutenant de maintenance, et avec sa classe et sa diplomatie, il considère tout ce qui est en dossous comme des larbins et tout ce qui est au dessus comme des emmerdeurs, à quelques exceptions prêt (Elysia et Maggie notamment, p'têtre Thomas, à voir)...
    avatar
    Thomas de Farcy
    Maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 56
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Se faire soigner/ha ha ?
    Citation : T'as vraiment une belle paire de...! Heu... Narines ?
    Couleur RP : #52a285
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 06/08/2008

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Thomas de Farcy le Jeu 7 Aoû 2008 - 0:22

    Bah, j'ai fait le poste où je viens vous rejoindre, toi et Elysia et... Et...

    Et tu vas penser de moi que je suis soit un larbin, soit un boulet... ^^'

    La classe à l'état brute !

    (Edit : et on va p'tet continuer cette conversation dans le flood, hein ^^' )
    avatar
    Neklas Aéris
    Lieutenant tactique - Adonis

    Nombre de messages : 328
    Age : 33
    Localisation actuelle : Sur le pont
    Mission actuelle : Convaincre les autres.
    Citation : Il y a toujours deux tactiques, la bonne et celle de l'armée.
    Couleur RP : #9f1919
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 08/03/2008

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Neklas Aéris le Jeu 7 Aoû 2008 - 10:55

    Je suis là, je suis là ... Rhoo, tu peux pas poster tes fiches quand je ne suis pas absent ? Hein ! Rha mais alors ...

    Bon, que te dire de cette fifiche ?

    Chouette un larbin ! Ben oui, techniquement tu es mon larbin et tu pourrais même le devenir encore plus si je deviens calife à la place du calife avant l'arrivée en fanfare d'Ariel et Crépuscule. (Quoi que je raconte moi ? Pourquoi est ce que je ne commente pas la fiche ? Ah ... Oui, parce qu'il n'y a rien à redire ! Voila ! J'ai trouvé !)

    Allez petit escargot, tu peux te mettre en bleu s'tu veux !


    _________________
    Toi, mon cher ami

    Tu vas voir ta gueule.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Invité le Jeu 7 Aoû 2008 - 11:04

    Oh, merciiii !

    Edit : Ouaiiiis, ça y est, moi aussi j'ai adopté la mode Bisounours !

    Et maintenant : poster ce que j'ai écris en attendant ma validation (et en attendant des gens alors que je me suis levée... tôt...)
    avatar
    Marguerite de Pakrètt
    Quartier-maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 44
    Localisation actuelle : Sur Adonis
    Couleur RP : Blue
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 15/06/2008

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Marguerite de Pakrètt le Jeu 7 Aoû 2008 - 12:36

    Mon Ravioliiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!

    Roh ! J'ai adoré !! (comme toujours me direz-vous, mais bon, quand on aime hein! On l'exprime !)

    Vraiment super chouette !! J'ai hate de jouer !!! (dit celle qui prend son rer dans... 30 min -.-')


    Vous avez intérêt à pas me le brutaliser ! car... "Thomas est peut-être un idiot, mais c'est mon idiot. La seule qui soit autorisée à le terroriser, c'est moi."

    (référence à une série culte...pour moi en tout cas faut juste remplacer Thomas par le nom d'un autre perso )


    Bisous !!! à dans 15 jours mon cornichon vinaigré !
    avatar
    Endymion Beleril
    Médecin-chef de bord - Adonis

    Nombre de messages : 35
    Localisation actuelle : Infirmerie.
    Mission actuelle : Attendre les blessés.
    Couleur RP : #819eae
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 03/03/2007

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Endymion Beleril le Jeu 7 Aoû 2008 - 13:26

    Bienvenue à toi, mon jeune élève!

    Chouette fiche! \o/
    J'aime bien l'idée de l'invasion de Poulets-pieuvre Ninjas...


    _________________

    Avec un bisou, ça guérit plus vite.

    Mambo n°5
    avatar
    Thomas de Farcy
    Maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 56
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Se faire soigner/ha ha ?
    Citation : T'as vraiment une belle paire de...! Heu... Narines ?
    Couleur RP : #52a285
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 06/08/2008

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Thomas de Farcy le Jeu 7 Aoû 2008 - 14:51

    Ooooh !

    Mer... merci mon maître de m'honorer de ta présence ! Et merci de me souhaiter la bienvenue, j'en suis... Tout émoustillé ! (Et à bientôt pour que tu m'enseignes les arcanes du mystère féminin...)

    Et ouéééééééééééééééé, j'ai un rang, trop bien !

    Merci merci !

    Contenu sponsorisé

    Re: Thomas de Farcy. Tu piges, maintenant ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 25 Avr 2018 - 10:32