Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Partagez
    avatar
    Invité
    Invité

    Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Jeu 11 Sep 2008 - 14:06

    Une Eve sinistre (et ça, il fallait le faire) s’avançait d’un pas raide et régulier dans les coursives de Nimue, suivie du Commandant Korazov. Elle s’arrêta dans un couloir, devant la porte de la chambre d’Ashen et Truc. Un nœud se forma dans son estomac. Est-ce que ses amis lui en voudraient de leur faire passer ce mauvais moment ? Elle en doutait, mais elle ne s’en sentait pas moins coupable. Bon, ce n’était quand même pas de sa faute si le Commandant se comportait stupidement. Cette inspection était une perte de temps pour tout le monde et à bord d’un vaisseau de guerre, il n’y avait pas de temps à perdre. Mais Eve aurait dû prévoir ce comportement. Elle avait voulu adopter un regard positif sur la Flotte, mais elle s’était heurtée à deux reprise à la rigidité de ses représentants. Et malgré cette rigidité, leur fameuse autorité n’avait finalement eu aucune prise sur elle. De ce qu’elle en avait vu sur Pandore, demander une obéissance aveugle et muette sans libre-arbitre n’assurait pas la cohésion du groupe.

    Bref. Tout ça pour dire qu’Eve ne pouvait pas travailler sous les ordres d’une personne qui n’avait aucun respect pour elle et ses opinions sous prétexte qu’elle avait un âge et un grade inférieur. Konstantin Korazov venait de se comporter exactement comme ce qu’Eve redoutait le plus de l’armée : la forme au détriment du fond.

    Eve interrompit le flot de pensées qui tournaient furieusement dans son crâne et prit une grande inspiration avant d’appuyer sur l’intercom.


    « Hazel Streahert, Timothée Cairriel ? ici Evanah Wills. Le Commandant Korazov souhaitent inspecter votre cabine. » Dit-elle d’une voix monocorde à peine reconnaissable.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Mer 24 Sep 2008 - 10:20

    [Mais oui, ce sont des couleurs pour séparer les paroles ! c'est beau la technologie ! ]

    « Tu crois qu'il y en a assez ? »

    Truc regardait avec une satisfaction non discimulée la pile d'oreiller qui s'amassait sur leurs lits, à lui et à Hazel. Pile d'oreiller chèrement acquise avec l'aide d'Eve à coup d'embrouillage de l'automate à la laverie (c'est qu'elle était forte dans ce domaine la cadette de l'escadrille !) de chapardages discrets et d'excuses bidons. Mais ça avait porté ces fruits puisque à présent, la pile était de taille tout à fait honorable et Truc s'en croisa les bras d'un air satisfait. La bataille d'oreiller pour les pilotes de l'escadrille Halloween pourrait commencer.
    C'était avec les deux cadettes qu'ils avaient organiser ça, dans l'esprit de créer une certaine cohésion entre le groupe. Et quoi de mieux que se donner gentiment des coups d'oreiller dans la tête pour se créer des liens d'amitié ? Ou simplement pour passer une soirée dans la bonne humeur ? Et ainsi créer une ambiance cordiale entre l'escadrille ? Tim hocha la tête d'un air satisfait et c'est alors que l'interphone sonna dans la chambre et laissa entendre la voix d'une Eve lugubre. Truc sentit un long frissons lui parcourir le corps. Depuis quand Eve l'appelait-elle avec autant de formalisme ?
    Devançant une possible réaction de sa jeune collègue, le shitennô se précipita sur la porte, actionna l'ouverture et attrapa Eve par les épaules et déblatérant d'un ton offusqué :


    « Mais enfin, voyons ! C'est quoi cette vilaine blague ? Pourquoi pas Monsieur tant que t'y es ?! »

    Puis il remarqua alors l'air qu'abordait la cadette, releva la tête et croisa le regard de son supérieur. Truc lâcha doucement les épaules de la jeune fille et une tête plus sérieuse se fit sur son visage.

    « Ah, c'est pas une blague, c'est ça ? Demanda-t-il. Bon, très bien. S'cuse, Eve, mais j'ai à parler avec notre commandant. »

    Très gentiment, Trucs s'écarta et poussa Eve dans la chambre, pour laisser à Hazel les bons soins de tenter de la consoler, ou de lui remonter le moral, tout simplement. Lui, il se planta devant la porte, juste devant le nez du commandant d'escadrille et referma la chambre d'un coup sec. Enfin, il lui fit un salut militaire dans les formes et d'une voix très professionnel où on sentait le vécu militaire, Truc commença :

    « Commandant, demande l'autorisation de vous parler seuls à seuls. »

    Droit comme un I, comme si sa colonne vertébrale avait oublié qu'elle pouvait être souple, Truc plaça ses mains le long de son corps, toujours placé entre le commandant et la porte de la chambre et attendit que le commandant de l'escadrille Halloween face un geste, dise une parole qui lui permettrait de retrouver un peu de mobilité. Le commandant avait beau être le commandat et lui seulement le sergent, il n'empêchait que sur Nimue, c'était bien Truc le vétéran entre les deux hommes... Il ne voulait pas faire la morale ! Oh, non, truc ne se le permetrait jamais ! Juste discuter un peu, c'était tout.
    La bataille d'oreiller devrait être légèrement reportée... Truc le sentait bien.


    Dernière édition par Thimotée R. U. Cairriel le Dim 12 Oct 2008 - 0:01, édité 1 fois
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Jeu 25 Sep 2008 - 11:52

    <---<--- Le complot

    Ruminant les dernières paroles d'Eva, Konstantin avait suivi, morne, la pilote le mener au travers des différents couloirs qui jonchaient la Vivenef.
    en tant que superviseur d'une équipe, il devait faire en sorte de ne pas générer de climat de mésentente, de doute, et d'incompréhension. On pouvait dire que, sur ces trois points, il s'était particulièrement planté...

    Chose amusante, Konstantin arborait de manière quasi frénétique une apparence lisse, sereine, parfois dure, mais n'en doutait pas moins. Et les paroles, ainsi que le comportement de la jeune pilote l'avaient laissé pour le moins tiraillé.

    « Hazel Streahert, Timothée Cairriel ? ici Evanah Wills. Le Commandant Korazov souhaitent inspecter votre cabine. »

    Son doigt se releva de l'interphone, coupant la communication avec la chambre...

    "Mademoiselle Wills, d'où vient l'incompréhension qui nous sépare ? Pensez-vous que j'aie mal agi ?" sa voix était moins soutenue qu'à l'accoutumée, moins sûre, plus vibrante.
    Il était amusant de voir le commandant d'escadrille un rien désarçonné, en proie à ce qu'il haïssait le plus : la possibilité d'avoir mal agi.

    Manque de chance, jet de dés raté, la porte s'ouvrit sur Tim qui se rua quasiment sur la pilote, interrogeant sur la plaisanterie qu'elle devait - qu'elle ne pouvait que faire.
    Mais non, en ces temps reculés, il n'y avait pas de blagues.
    La mine sinistre de la pilote devait certainement être la meilleure réponse à tout, ainsi que le visage maintenant renfermé du commandant Korazov.

    « Ah, c'est pas une blague, c'est ça ? Bon, très bien. S'cuse, Eve, mais j'ai à parler avec notre commandant. Commandant, demande l'autorisation de vous parler seul à seul. »


    Eh flûte...
    Après le début de remise en cause suite à la discussion avec Evanah, il fallait qu'un autre pilote s'en charge...

    Il balbutia, pour la première fois depuis sa mutation :

    "Heu... oui, oui, bien sûr..."
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Jeu 25 Sep 2008 - 16:04

    La chambre d'Hazel et de truc avait vu son organisation légèrement chamboulée avec la bataille à venir. Les lits toujours superposés, Hazel avait finalement hérité de celui du haut, après une bataille bien trop facile à son goût. Il avait aussi été installé dans un coin un draps tendu où était épinglé une feuille qui affichait les mots « cabine d'essayage » et les objets fragiles avaient gentiment été entreposé dedans, la cohabitation entre une plante dans un pots fragile et des coups d'oreillers donnés à pleine force dans une certaine euphorie n'étant pas bon copain. Du moins, c'est ce qu'avait supposé la jeune pilote.

    Sortant d'on ne sait où, la voix de cette dernière retentit pour répondre à la question de truc.

    « Oui, il y en a assez. »

    L'amas de coussin du lit du dessus prit alors vie et un bras en ressorti pour dégager un autre coussin et laisser apparaître la tête de la shitennô. Elle soupira d'aise et se blotti un peu plus dans l'infinie douceur de tout ces oreillers réuni. Même si elle étouffait un peu, que ces joues étaient rosies par la température que toute cette douceur accumulait, elle s'y trouvait bien. Elle laissa tomber son bras et fut agréablement amortie par un brave coussins un brin zélé qui ne souhaitait pas que le jeune femme se blesse. Ou du moins, c'est ce qu'elle se plaisait à penser. Oui, c'était exactement ça qu'elle aimait. Elle pouvait faire les geste qu'elle voulait , elle ne risquait pas de se cogner.

    Elle eut un sourire satisfait et se laissa bercer par tant de douceur et de tranquillité. Mais comme on dit si bien, toutes les bonnes choses ont une fin, et voilà qu'arrivait la fin de celle ci. Hazel sursauta quand elle entendit la voix méconnaissable d'Eve et tenta de se retourner. Ça se solda par la moitié d'un demi tours, et quelque coussin à terre. Elle eut un regard furtif vers Truc qui déjà, se dirigeait vers la porte, ouvrait et sans qu'Hazel n'y compris grand chose, elle vu l'échange entre ses deux collègues se faire.

    Elle serpenta un peu entre les oreillers et finit par se dégager la tête pour tenter d'appercevoir un peu la cadette de l'escadrille. Elle haussa les sourcils en voyant la tête que tirait Eve et finit par demander :

    « Bah, Evounette, il se passe quoi ? »

    Elle passa un bras par dessus le bras et le laissa doucement pendre, savourant le contact frais de l'air sur ce dernier, ce qui contrastait avec la chaleur de son nid. Nid qu'elle se décida qu'il serait bien plus amusant de partager que d'en sortir.

    « Viens ici, tu vas voir, c'est chouette » invita la jeune shitennô.

    En geste amical, le bras qui pendouillait s'agita pour désigner le haut du lit et finalement, présenta une main ouverte pour, si besoin était, d'avantage insister sur l'invitation qui venait d'être prononcée.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Ven 10 Oct 2008 - 18:59

    Evanah était persuadée que sa colère était justifiée, pourtant elle avait l’impression de donner l’image d’une gamine boudeuse quand Truc apparut sur le pas de la porte pour la prendre par les épaules et lui demander si c’était une blague. Non, ce n’était pas une blague, le Commandant d’escadrille avait effectivement exigé d’inspecter la chambre et puisqu’il tenait tant aux formes, Eve avait bien été obligée de s’y soumettre. Et alors que sa mine sombre parlait pour elle, Truc poussa Eve à l’intérieur de la chambre et refermait la porte pour discuter en privé avec le Commandant Korazov. C’était bien Truc ça. Eve comprenait bien qu’il la confiait aux bons soins d’Ashen, certain que cela consolerait l’adolescente. Il avait raison, Dès sa première rencontre avec elle, elles s’étaient toutes deux très bien entendues. Avec Truc, c’était pareil. En fait, Eve s’était toujours bien entendue avec beaucoup de Shitennô. Par ailleurs, Tenkaï était une planète qu’elle appréciait.

    « Bah, Evounette, il se passe quoi ? »

    Pour toute réponse, Eve poussa un grognement.

    « Viens ici, tu vas voir, c'est chouette »

    Eve jeta un œil à la masse d’oreillers accumulés sur le lit de la Shitennô. C’était quand même dommage que cette bataille d’oreillers soit repoussée par cette malheureuse mésentente avec le chef d’escadrille… Finalement, Eve accepta l’invitation d’Ashen avec un léger sourire et entreprit de grimper rapidement sur le lit du haut. Arrivée à destination, elle se creusa un nid pour s’y installer confortablement et passa ses bras sous sa tête avant de commencer à raconter à Ashen sa mésaventure.

    « En fait, je suis allée à la cantine pour prendre un petit déjeuner avant de recruter des participant pour la bataille d’oreillers. Et tu sais comment je suis au réveil… Là-bas, j’ai rencontré le chef et j’ai renversé mon plateau sur lui. Mon bol de céréales s’est versé sur ses vêtements qui se sont trempés de lait. Il a insisté pour m’aider à reconstituer mon petit-déjeuner. »

    Sur le moment, Eve avait trouvé cela amusant, mais après-coup, elle trouvait cela plutôt énervant. Cela s’entendit à son ton qui leva légèrement et cela se vit à ses sourcils qui se froncèrent.

    « Je sais que ça partait d’une bonne intention, mais c’est stupide ! C’est le chef d’escadrille, il a autre chose à faire que de jouer à la nounou ! De toute façon, c’est aberrant : comme si j’étais incapable de mettre quelques provisions sur un plateau ! »

    Eve s’arrêta un instant et respira pour se calmer et reprendre son récit :

    Bref, je lui ai dit que ce n’était pas la peine, qu’il devait aller se changer, sinon, il allait attraper froid. On ne peut pas dire qu’un vaisseau spatial est l’endroit le plus chaud qu’on puisse trouver… Et il a fait la sourde oreille. Je ne sais pas pourquoi. Je pense que c’est parce qu’il ne me prend pas au sérieux. J’ai l’impression d’avoir si peu d’importance à ses yeux que ce que je dis ne vaut même pas la peine d’être écouté. Alors j’ai insisté – en plaisantant – et je lui ai répété que je n’avais pas besoin d’aide et qu’il pouvait plutôt aller se changer. Mais rien à faire. J’ai eu beau le bassiner pour qu’il s’en aille, il est resté. Bon, ça aurait pu être amusant longtemps s’il n’avait pas apporté la preuve que mon impression était bonne. Je lui ai dit que s’il attrapait un rhume par obstination, il ne serait plus en état de commander correctement ses pilotes. C’est là qu’il a abandonné le ton de la plaisanterie pour me demander froidement si je venais de dire que je n’aimais pas sa façon de commander. Et c’est là que je me suis définitivement fâché. Je ne peux en tirer qu’une conclusion : il n’a pas écouté ce que j’ai dit. S’il avait correctement écouté, il se serait rendu compte qu’il n’y avait aucun reproche dans ce que je lui disais. Il aurait compris que je le persuadais seulement de faire attention à sa santé. Être malade n’est bon pour personne, pas même le meilleur commandant du monde ! Après, je ne sais pas pourquoi il ne m’a pas écouté et je ne vois aucune excuse valable à ça. »

    Eve s’arrêta un moment. Elle avait fini de s’épancher, mais elle se rendit compte qu’elle n’avait pas encore expliqué comment ils en étaient arrivé là.

    « Je l’avais plus ou moins invité à la bataille de polochons, mais sans lui dire vraiment que c’était une bataille de polochon. Mais à partir du moment où le froid s’est installé entre nous, je lui ai dit que ça ne valait pas le coup. Je me suis dit que quelqu’un d’aussi borné et à cheval sur les formes ne pourrait pas apprécier une bonne bataille de polochons. Et là, il s’est mis en tête que nous faisions quelque chose de louche et il a voulu inspecter votre chambre. Comme si j’allais l’inviter si c’était vraiment quelque chose qu’on puisse réprouvé ! Qu’il me prenne pour une adolescente écervelée qui plonge encore dans la contrebande, je voudrais bien, ce serait justifié, mais je ne suis pas si stupide ! »

    Voilà, cette fois-ci Eve avait vraiment terminé. Elle se plaça sur le ventre au milieu des oreillers et poussant un énorme grognement de mécontentement dans l’oreiller qui se trouvait sous son nez.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Sam 18 Oct 2008 - 12:47

    Il était bien gentil le chef, mais il aurait encore été plus gentil s'il lui avait dit quelque chose comme « repos », ou détendez vous... Car c'était bien de faire le piquet, mais Truc en avait vite marre. La réponse hésitante de son supérieur le surprit, si bien qu'il lâcha son air rigide d'un coup et s'adossa tranquillement à la porte. Hé bien ! Il devait s'en être passées des choses pour que le commandant perde son assurance d'un coup. Truc leva un sourcils étonné et perdit l'air sérieux qu'il avait adopté jusqu'alors. Il croisa les bras devant lui et eut une petite moue de la tête en commençant sa phrase :

    « Écoutez commandant... Mon attention n'est certainement pas de vous faire la morale, d'accord ? »

    Bien sûr que non, ce n'était pas du tout son attention. Timothée était un gentil shitennô, bien heureux d'être là où il était et pour rien au monde il ne voudrait perdre sa place. Mais la bonne entente au sein d'une escadrille comme halloween lui semblait indispensable. Certes, il ne se passait rien, et justement de par cette inactivité, si des tensions venait à naître, alors, en cas d'activité, les conséquences pourraient être désastreuses !
    Et puis plus généralement, c'était dans la nature même de Truc de vouloir qu'il y ait une bonne entente. Et visage lugubre de la cadette ainsi que mine renfermée du commandant d'escadrille n'était pas compatible avec bonne humeur.

    « Mais auriez vous l'amabilité de m'expliquer ce qui s'est passé entre Eve et vous ? »

    Sans trop plus attendre de réponses, Truc continua sur sa lancé :

    « Car Eve, elle a pas cette tête la d'habitude. Et il faudrait que vous non plus. Je ne remets pas en cause votre capacité à être chef, loin de là ! Vous êtes même un bon chef, mais pas encore très habitué à ce qui se passe ici. »

    Truc voulait insister gentiment sur le fait que Konstantin était un nouveau venu à bord de Nimue, il était certes le commandant d'escadrille, mais être sur Nimue était quelque chose de nouveau pour lui. D'ailleurs, Timothée se demandait sincèrement comment son supérieur hiérarchique avait put arriver ici, ce n'était pas vraiment, pour tout le monde, la destination finale que l'on souhaite atteindre... Sauf si on s'appelle Timothée et qu'on veut être un héros. Mais peu décidé à questionner le dit supérieur ici (il le ferait plus tard), il préféra chasser cette idée de sa tête et continuer sur le sujet actuelle : Evanah.

    « Car c'est vrai qu'elle a l'air jeune... pardon... Qu'elle est jeune. Mais vous êtes-vous déjà demandé ce qu'une jeune fille de 16 ans pouvait bien faire en tant que pilotes sur une vivenef militaire ? Qui nous dit qu'elle n'a pas plus l'expérience des batailles que vous ou moi ? Surtout de moi ! J'ai très vite été muté sur Nimue, et finalement, je n'ai connu qu'un relatif calme plat en terme de carrière de pilote. Si je suis là de part mon ancienneté, peut-être qu'Evanah pourrait l'être de pas son expérience. »

    Truc soupira et décroisa les bras pour les remettre le long de son corps. Ce qu'il venait de dire, Truc n'en savait rien en fait. Mais de toute façon, c'était peut-être vrai comme ça pouvait être faux. Il n'y avait aucun moyen de le savoir et donc, le doute était possible. Il releva les yeux et dit d'un ton un peu plus léger :

    « Alors ? Je peux savoir où bien je dois aller chercher ma brosse à dents pour aller récurer le hangar ? »

    Tim espérait que cet dernière phrases serait prise sur le ton de la plaisanterie et détendrait l'atmosphère... et priait pour que ça ne soit pas prit sérieusement.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Ven 26 Déc 2008 - 16:11

    [HRP : tout d'abord, je suis vraiment navré pour le retard innommable dont je fais preuve, mais je n'avais pas la possibilité de répondre sur l'heure, et puis après, j'ai oublié... -__-"]

    Se mordiller la lèvre inférieure est quelque chose qui peut s'avérer fort douloureux, surtout si cela devient compulsif. Il peut arriver qu'en actionnant de manière un peu trop véhémente ses dents sur cette boursouflure de chair la peau se coupe et se mette à saigner, laissant perler une petite goutte de ce liquide rouge le long de la bouche. Un picotement se fait habituellement ressentir au niveau de l'incision, indiquant par un stimulus nerveux un rien douloureux que la première barrière protectrice naturelle qu'est l'épiderme vient de se rompre.
    Konstantin n'avait fort heureusement pas encore commencé à pratiquer l'autophagie, mais la douleur qu'il ressentait semblait être estompée par ses états d'âme qu'il commençait à ne plus étouffer, masquer.

    « Écoutez commandant... Mon attention n'est certainement pas de vous faire la morale, d'accord ? »

    "Heu, oui, oui... bien sûr, bien sûr, oui..."

    Konstantin jouait avec ses doigts, du moins l'on aurait pu parler de jeu si les conditions avaient été plus agréables. Mais en l'occurrence, Konstantin était bien trop anxieux, pour ne pas dire angoissé, que ses doigts bougeaient fébrilement, mus par le simple stress. Ses yeux fixaient le sol, son dos, d'habitude irréprochablement droit - à l'exception de sa magnifique cambrure envoûtante - était à présent voûté. En un mot comme en deux, il se refermait peu sur lui-même, se laissant submerger par ses doutes.
    Oui, il était nouveau sur Nimue, ou presque, oui, il avait eu, dès le début, un excellent poste sur la Vivenef. Oui, cela semblait étrange, oui, ce la ETAIT étrange, oui, oui, oui !!
    Et sa conscience le lui répétait tous les soirs. Et ses maigres contacts antérieurs à sa vie sur Nimue le lui rappelaient à chaque conversation.
    Et maintenant un pilote semblait le lui recracher à la figure.

    « Mais auriez vous l'amabilité de m'expliquer ce qui s'est passé entre Eve et vous ? Car Eve, elle a pas cette tête la d'habitude. Et il faudrait que vous non plus. Je ne remets pas en cause votre capacité à être chef, loin de là ! Vous êtes même un bon chef, mais pas encore très habitué à ce qui se passe ici. »

    Pause. Courte.

    « Car c'est vrai qu'elle a l'air jeune... pardon... Qu'elle est jeune. Mais vous êtes-vous déjà demandé ce qu'une jeune fille de 16 ans pouvait bien faire en tant que pilotes sur une vivenef militaire ? Qui nous dit qu'elle n'a pas plus l'expérience des batailles que vous ou moi ? Surtout de moi ! J'ai très vite été muté sur Nimue, et finalement, je n'ai connu qu'un relatif calme plat en terme de carrière de pilote. Si je suis là de part mon ancienneté, peut-être qu'Evanah pourrait l'être de pas son expérience. »

    "JE SAIS" explosa-t-il, légèrement fébrile. Ses yeux roulaient de droite et de gauche. On aurait dit un autoclave commençant à céder sous la pression.
    "Je ne remets pas vos compétences en doute... MAIS ! Vous êtes un bon commandant... MAIS ! MAIS MAIS MAIS MAIS ! Je connais les états de service de Mademoiselle Wills, je vous remercie ! Tout comme je connais les vôtres ! Tout comme je n'ignore rien de ceux de M. Stewart, ou de Melle Straehert ou de..."

    Sa voix se perdit dans un léger essoufflement, plutôt inhabituel chez cet homme pourtant robuste. Sa respiration finit par se calmer, sa bouche se tordait en moues plus ou moins joyeuses, ses paupières était restés closes. Il enleva ses lunettes d'une main tremblotante, s'essuya le front du dos de sa main libre, et remit sa monture en place sur son nez.

    "Je vous prie de m'excuser, je... je me suis emporté... Laissez tomber la brosse à dents... mais, vous-même, M. Cairriel... Que savez-vous de vos collègues ? Que savez-vous de vos supérieurs ? Que savez-vous de moi ?..."

    Sa voix n'était pas la voix sûre qu'il avait en temps normal. Ce n'était pas non plus la voix réprobatrice qu'il aurait pu - voire dû - avoir en cet instant. C'était une voix triste, accablée, presque, quasiment suppliante. Elle glissa en un murmure, alors que Konstantin se laissa tomber contre le mur derrière lui, s'adossant debout, puis glissant, doucement, jusqu'à se retrouver en position assise, le regard dans le vague.

    Après tout, qu'est-ce qu'ils savaient tous, de lui ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Ven 26 Déc 2008 - 20:01

    Du haut d'un lit superposé, dans un cocon douillet et moelleux, une ambiance suintant l'œstrogène se mettait doucement en place. Certain esprit mal-tordu aurait pu mal interpréter la situation et penser immédiatement à ce qui pourrait se passer avec deux jeunes filles dans un lit une place... Mais pas Hazel.

    Aussitôt qu'elle eut sentit les vibrations caractéristiques de quelqu'un qui chemine vers le lit du haut, elle plaqua ses bras contre elle et se glissa contre le mur, assurant un coussin plaqué contre son dos pour éviter le contact froid et rêche du mur. Se considérant bien installée sur le côté, elle put, entre deux traversins, observer la tignasse blonde de sa jeune collègue s'installer dans le nid et commencer à conter les mésaventures qui lui étaient arrivées. Hazel garda un silence poli jusqu'à la fin, d'un parce qu'en placer une dans le flot de paroles de la cadette d'escadrille relevait de l'exploit, de deux parce qu'avant de dire quelque chose, il valait mieux connaître tout les tenants et aboutissants de l'affaire.

    Surtout les tenants, en fait, puisqu'elle se trouvait en plein cœurs des aboutissants.

    Quand Evanah eut finit son récits, La shitennô garda son silence encore un temps et finit par lâcher :

    « Oui, je crois comprendre... Enfin, je pense. »

    C'était ce genre de situation, un brin délicate, qu'Hazel avait jusqu'alors évité en fuyant généralement les relations un peu plus amicale que le simple collègue-collègue avec son entourage. Le fait que ses collègues aient été des hommes dans une tranche d'âge légèrement différentes aidait aussi. Gardant ses réflexions pour elle, la pilote porta sa mains à ses lèvres et frotta dessus son index. Elle plissa les yeux, fronça les sourcils et se demanda quoi répondre. Puis enfin, elle haussa les épaules, elle verrait les réactions après.

    « Mais tu sais... Toi non plus, si je suis ce que t'as dit, tu ne l'as pas écouté. »

    Voilà, c'était lancé ! De toute façon, que risquait-elle ? Un coup d'oreiller ? Pff ! Elle avait prévu le coup pour une soirée avec, de toute façon ! Qu'Eve lui fasse la tronche ? Ah oui, et ça...

    Hazel se tourna elle aussi sur le ventre et fourra ses bras sous un gros... traversins, peut-être... qui était collé à elle. Elle l'enlaça et posa sa tête dessus, de côté, de façon à pouvoir regarder Eve et continua avec une voix posée.

    « Moi, d'après ce que tu me racontes, la façon dont je vois ça, c'est que vous avez été tout les deux à vouloir que l'autre fasse quelque chose, en partant tout les deux avec de bonnes attentions, mais que tout les deux, vous n'avez pas voulu céder devant l'autre. Lui s'est peut-être sentit froissé de se voir attribué si peu d'autorité... Et toi, tu t'es sentie -à juste titre, je te l'accorde !- exaspéré de voir qu'on t'accordait si peu de crédit. »

    Hazel soupira un instant en fermant les yeux 5 secondes, se replaça sur le dos avant de finalement reprendre sur un ton sans reproche :

    « C'est pas stupide, vous étiez juste tout les deux poussé par une raison qui vous était propre et sans doute aussi justifiable l'une que l'autre... Mais ça a conduit à ça » Un nouveau soupire, un roulement de yeux et une voix un peu plus fâchée plus tard : « Par contre, vouloir fouiller nos chambres ça c'est stupide. Mais bon, je présume que c'était par curiosité qu'il a fait ça... »

    Tout en parlant, la shitennô avait entreprit de lancer en rythme un coussin, le rattraper et le relancer en l'envoyant un peu plus haut à chaque fois. Entreprise périlleuse ? Oui, surtout quand on a une liberté de mouvement quasi-nulle. Le coussin en fit la douloureuse expérience en lui retombant maladroitement sur la figure et en allant se vautrer par terre. Hazel se tourna sur le ventre, rampa vers le bord, passa sa tête par dessus la rambarde de sécurité, en regardant le malheureux gisant, et d'un ton égal, elle continua :

    « Et maintenant, on fait quoi ? »

    Parlait-elle du coussin, ou de la situation en générale ? Excellente question.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Ven 6 Mar 2009 - 13:10

    « Mais tu sais... Toi non plus, si je suis ce que t'as dit, tu ne l'as pas écouté. »

    Eve releva aussitôt la tête de l’oreiller dans lequel elle l’avait fourrée en entendant Hazel dire ceci. Furieuse, elle jeta vivement :

    « Mais bien sûr que si ! Comment est-ce que je me serais rendu compte qu’il ne m’écoutait pas, sinon ?! »

    Mais Hazel n’en avait pas fini. Eve l’écouta s’expliquer en fronçant les sourcils. Puis elle suivit des yeux le coussin que son amie lançait de plus en plus en haut (enfin, dans la limite que le plafond autorisait). Comme elle était bien partie pour attraper un torticolis, elle se retourna comme une crêpe, se retrouvant ainsi sur le dos, les jambes pendant dans le vide (pas intersidéral, heureusement). Lorsqu’Hazel eut terminé l’explication de son point de vue, Eve poussa un grognement mécontent.

    « Ok ! Concéda-t-elle. On n’était peut-être pas sur la même longueur d’onde. Pour moi, que le Commandant fasse attention à sa santé, c’est plus important que quelqu’un m’aide à mettre trois bricole sur un plateau. Pour lui, il est plus important de faire fi de sa chemise trempée afin d’aider une jeune fille qui se trouve dans la détresse la plus profonde : elle doit remettre un bol de céréales sur son plateau petit-déjeuner. Tiens, de la gamine ou du grand Commandant, je me demande qui a le plus les pieds sur terre – passe-moi l’expression… Enfin, simple divergence de point de vue, je présume ? »

    Le ton de la dernière phrase était définitivement ironique. Eve croisa les bras sous sa poitrine tout en fixant le plafond. Il était très rare de la voir aussi amer. Mais le petit séjour qu’elle avait fait sur la Vivenef militaire l’avait poussée dans ses derniers retranchements, lui ôtant soigneusement toute sa bonne humeur, pourtant légendaire.

    « Bien sûr, me la fermer comme n’importe quel subordonné et le laisser recomposer mon petit-déjeuner comme s’il était mon intendant personnel aurait prouvé ma très grande ouverture d’esprit et aurait bien établi sa très grande autorité sur moi. Ah oui, j’aurais bien aimé voir ça ! Et c’est sans doute à cause de ma très grande stupidité que je ne vais toujours pas changer d’avis. Cela n’a sans doute rien avoir avec mon réalisme dont devrait plutôt faire preuve un chef d’escadrille ni même avec le simple bon sens. Non ! Bien sûr que non ! C’est juste une divergence de point de vue qu’une sale gosse comme moi est incapable de voir quand elle l’a sous le nez. »

    Eve renifla, attrapa un coussin et le flanqua rageusement sur sa figure. En attendant, celui avec lequel jouait Hazel tomba au sol. La jeune blondinette ôta son oreiller de sa figure et se redressa en position assise pour regarder elle aussi par-dessus la rambarde.

    « Et maintenant, on fait quoi ?
    - Bah, il tombera pas plus bas, répondit Evanah. Et moi non plus, d’ailleurs, je crois. Quand je suis arrivée ici, j’ai commencé par m’engueuler avec le chef d’escadrille de l’époque. Il considérait les contrebandiers comme des lopettes qui ne savent rien des terribles dangers de l’espace profond. Ah ! Laisse-moi rire ! J’ai vu moins de combats en quelques mois sur Nimue qu’en deux semaines sur Pandore ! Et après tout, qu’est-ce qu’il savait de la vie d’un contrebandier, ce petit prétentieux frais émoulu tout juste sorti de l’école de pilotage ? Ensuite, j’ai passé des semaines à faire des vols de routine avec un pilote qui faisait la gueule quoi que je dise. Crois-moi, s’il n’y avait pas eu toi et Timothée, ça fait longtemps que j’aurais démissionné ! C’est pas une vie, ça ! »
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Ven 27 Mar 2009 - 18:17

    *Ouaho*

    Fut la première pensée de Thimotée quand Konstantin, son chef d'escadrille, explosa. Enfin, au sens figuré, bien évidement. Une vraie explosion aurait été bien plus traumatisante pour le shitennô qu'il était, et sans doute n'aurait-il pas juste pensé un simple « ouaho ». Mais ce n'est pas là la question.
    L'espace d'un instant, il n'osa plus bouger, arrondissant ses yeux de surprise, haussant ses sourcils pour accentuer son expression, geste somme toute mécanique et indépendant d'une quelconque volonté, mais il ne prononca pas un mot. Dire quelque chose en pareils circonstance semblait futile et sans intérêt. Et pire encore : ça n'aurait peut-être qu'envenimer un peu plus la situation. Pour le moment, donc, il fallait mieux rester sagement à se prendre la vague qui venait droit vers lui, préparer sa brosse à dents pour l'essuyer ensuite, et attendre en écoutant. Et le chef n'avait pas tord, Truc devait bien l'admettre. L'escadrille venait d'être formée. Il y avait de nouvelles têtes, de nouveaux personnages inconnus et de nouvelles réactions à tester. En l'occurrence, celle de pointer ces nouveautés du doigts au commandant d'escadrille en soulignants les méconnaissances de ce dernier ne semblait pas fameuse. Pas grave, c'était en faisant des erreurs qu'on apprenait, pensait positivement Truc. L'important, c'est que ces erreurs ne soient pas mortelle.
    Et pour le moment, un petit haussement de ton, ce n'était pas mortel. Thim en avait bien vu d'autre.
    Ainsi, il se décida à simplement et sagement attendre la fin. Et l'avantage, quand quelqu'un s'énerve de cette façon, c'est que ça finit bien par s'arrêter. Et ce fut le cas. Mais ce ne fut pas une fin très conventionnelle, nota intérieurement le shitennô. Un chef d'escadrille qui s'excuse, ça... c'était étonnant. Truc croyait se souvenir qu'il s'en était pris des moins mûres... et sans excuse... et sans raison valable (selon lui), même parfois.
    Bon, et il n'aurait pas de punitions, à première vu. Bon, il pouvait encore changer d'avis, le chef, mais Truc croisait les doigts pour que ce ne soit pas le cas.
    Il observa sans un geste le commandant glisser le long du mur et eut une pointe de tristesse lui traverser l'esprit d'observer son supérieur nouveau venu déjà aussi mal. Et dire que l'escadrille d'halloween n'avait pas de graves éléments perturbateur... Qu'est-ce que ça aurait été sinon...
    Il y eut un instant de flottement, puis un mouvement de shitennô qui s'accroupit devant son chef, un sourire gentil étirant ses lèvres. Pas ce genre de sourire moqueur ou rieur : seulement un sourire amical qui aimait communiquer « je viens en paix, ne me tuez pas. ».

    « Merci pour ma bosse à dents, j'en ai qu'une, j'aurais eut l'air fin après ! Mais chef, vous savez, on est là pour un moment, tous ensemble, alors, on se connait peut-être pas, mais c'est qu'une question de temps ! Tenez, vous non plus, vous me connaissez pas, mais ça va se régler.

    Je m'appelle Thimotée Reimet Udina Cairriel. Donc, TRUC, jeux de mots fin et spirituel qui découle de mes initiales, mais ça, vous l'aurez sans doute déjà remarqué et compris. Reimeit, c'est le nom de mon grand père paternel, Udina, grand père maternel. J'ai eut une enfance tout à fait paisible, sur Babylone, élevé par deux parents normaux. Pas de passé tragique : toute ma famille est encore vivante, excepte un ou deux membres, mais c'est la vieillesses qui s'est chargée d'eux, pas de quoi en faire un mélo-drame.
    J'ai développé l'envie d'être un héros à cause de ma mère en particulier, et c'est par rêve que je suis arriver à devenir pilote et à m'engager dans l'armée.
    J'ai une très bonne amie, une ase, elle se nomme Eilaire. Vous savez, ce genre d'amie qu'on ne voit jamais mais qu'on harcèle sans arrêt par mail, visiophone ou ce genre de truc ? Bah, c'est ça. Elle est gentille, patiente et elle écoute toujours ce qu'on lui dit ! Mais certain pensent injustement que c'est parce qu'elle n'a pas de caractère. Enfin bref, c'est quelqu'un que j'aime beaucoup, même si elle est froide, et c'est maintenant l'intendante du commandant Portanares, c'est pas classe, ça ?
    Quoi qu'il en soit, ma formation militaire s'est passé de manière pas trop mal. J'étais pas le meilleurs éléments, mais pas le pire non plus et de fil en anguille, je suis passé d'escadrille en escadrille, j'ai gagné quelques gallons, mais jamais je n'ai fait d'action qui se démarquaient vraiment du lot.
    Ensuite, j'ai toujours harcelé mes supérieurs car je voulais aller sur une vivenef. Ce qu'on m'a un jours proposé, j'ai accepté.
    J'ai toujours été admiratif de ses vaisseaux, et même si Nimue est considérée injustement comme placard, je suis fier et heureux d'être ici, même si je n'ai jamais parlé à l'esprit de ce vaisseaux, en fait, mais c'est pas bien grave, ça viendra, j'en suis certain.
    Et si je suis ici, alors que je pourrais être ailleurs, c'est parce que avec ma formations de pilotes, ma volonté d'être sur une vivenef qui vogue, dans l'espace, et il n'y avait que les militaires qui m'offrait en plus la possibilité de rendre mes parents fiers de moi, vous voyez ?
    Ensuite, on me dit optimiste et souvent de bonne humeur, et je n'aime pas m'attarder sur les détails triste. Là, par exemple, je pourrais prendre ombrage de m'être fait roupillé... Bien injustement, vous l'admettez vous même ! Ha ha ha !
    Mais je ne veux plus y penser, en fait ! Car ça n'avance à rien, donc, maintenant, je parle de moi. On me dit aussi bavard, c'est sans doute vrai, mais la paroles, c'est le meilleurs moyens de commencer à s'exprimer. Eilaire c'est tout par les yeux ou les gestes, moi, je ne suis pas aussi subtile qu'elle, alors, c'est la parole !
    Oui, on dit aussi souvent que je mets très vite les pieds dans le plats, mais je n'aime pas ne rien faire. Là, je pourrais partir loin et tout laisser tomber, c'est une affaire où ni moi ni Hazel n'avions vraiment avoir à faire, mais pourtant, je reste et je préfère mille fois me payer la pire des punitions que de ne rien faire du tout.
    Alors, c'est vrai, des fois, je gaffe, comme je l'ai fait avec vous et à ce sujet, je m'en excuse, je voulais vraiment pas vous mettre dans un état comme ça, chef ! Mais je pense que c'est comme ça qu'on apprend, et parfois, je dis bien parfois, quelques escadrilles ont apprécier le côté volontaire que je déployais pour tenter d'aider les autres et on le disait que j'aurais pu faire bosco.
    C'est p'tet vrai, c'est p'tet faux, mais je préfère rester dans l'escadrille et assurer une bonne entente dedans.

    Enfin, ça, c'est dans le meilleurs des cas, évidement. Voilà, Chef ! Je crois que vous savez à peu près tout de moi ! Du moins, je crois.
     »

    Preuve en était faite : il était parfaitement possible de parler vite, sans s'arrêter et en ne faisant que de légers mouvement des mains pour accentuer certain mots ou donner le ton. Et le tout en reprenant brièvement, mais parfaitement sa respiration pour ne pas mourir asphyxié. Tout avait été dit d'une traite, d'un ton légers et amusé, et Truc riait intérieurement à penser qu'Eilaire aurait vite décroché. Enfin, il adressa un sourire à Konstantin, regardant tout, observant, enfin, les possibles réactions de ce dernier et les paroles qui pourrait découler.
    Et croisant les doigts pour ne pas avoir empirer la situation. D'un coup, sentant ses jambes trembler de leurs positions douloureusement accroupie, il se laissa tomber en arrière. Et eut un sourire satisfait et soulagé en massant un peu ses mollets. Certaines mauvaises langues diraient qu'enfin, un peu de tranquillité se ferait, surtout après se long discourt. C'était mal connaître le shitennô.

    « D'ailleurs... » reprit-il plutôt rapidement, surtout quand on considérait les litres de salives perdue dans le long monologue précédent « vu qu'on est un peu tous chacun de notre côté, a pas se connaître, en fait, avec Eve et Ashen, on essayait de faire connaissance entre nous. On avait préparé une bataille d'oreiller pour l'escadrille... dans notre cabine, vu qu'elle est assez grande. On s'est dit que ça pourrait être sympa et qu'une fois qu'on se connaitrait baignant de sueurs, rouge et ayant perdu toute dignité, ça pourrait nous créer des liens... et au moins, une bonne soirée en souvenir !

    Vous voyez ce que j'veux dire, chef ?
     »

    Et bien oui, vu que le commandant d'escadrille était venue au départ pour contrôler les chambres, aux cas où cette pensée ne le perdrait pas, autant prévenir que ce n'était pas une orgie de coussins (ou d'autre chose )qui se préparait...
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Lun 30 Mar 2009 - 18:23

    Il est difficile d'occuper un poste à responsabilité lorsque l'estime que l'on peut avoir en soi-même, et la confiance que l'on a en sa personne ne sont pas vraiment celles qu'elles devraient être. Konstantin, sous des atours plutôt prometteurs et avantageux, n'avait pas la psychologie qui aurait dû s'adapter à son physique. Et le fait d'avoir eu une famille à qui il devait beaucoup en termes de placement et de carrière n'aidait pas vraiment. Quelle place était restée à ses compétences, si jamais il en avait eu aucune ? Difficile à dire, et ce d'autant plus qu'Eva venait de lui montrer son inefficacité à être quelqu'un d'intelligent et de compréhensif.

    Du moins, c'est ainsi qu'il l'avait pris.

    Lorsque Thimotée commença son long monologue, digne des plus vieilles tragédies du XVIIIe siècle, Konstantin sentit qu'il ne pourrait y couper. Il écouta donc poliment, regardant TRUC lui raconter ce qu'il savait déjà, ayant épluché les dossiers de chaque pilote sur Nimue, afin de savoir comment les "approcher" sans risquer le faux pas. Preuve que sa méthode n'avait pas fonctionné, d'ailleurs.

    - Ecoutez, Cairriel, je connais vos états de service, mais se présenter n'est pas connaître une personne, déclara-t-il d'une voix froide et triste. Mais je vous remercie de votre effort, c'est gentil...

    Konstantin soupira. Il enleva ses lunettes, baissant alors le regard, pour les essuyer sur le bas de sa chemise - chose qui "ne se faisait pas", mais, à l'heure actuelle, il n'en avait rien à faire. Il les remit en place, constatant intérieurement que cela faisait deux fois en moins de cinq minutes qu'il enlevait puis replaçait ses lunettes sur son excroissance nasale. Il se passa une main dans les cheveux, massant rapidement au passage son cuir chevelu, chose qui devait, en temps normal, relaxer la personne à qui cette douceur était attribuée.
    Il finit par se relever, dans un craquement d'articulations ankylosées, et tapota rapidement ses vêtements comme pour les dépoussiérer, bien que cela fût plus proche du réflexe qu'autre chose.

    « vu qu'on est un peu tous chacun de notre côté, a pas se connaître, en fait, avec Eve et Ashen, on essayait de faire connaissance entre nous. On avait préparé une bataille d'oreiller pour l'escadrille... dans notre cabine, vu qu'elle est assez grande. On s'est dit que ça pourrait être sympa et qu'une fois qu'on se connaitrait baignant de sueurs, rouge et ayant perdu toute dignité, ça pourrait nous créer des liens... et au moins, une bonne soirée en souvenir !

    Vous voyez ce que j'veux dire, chef ? »


    Konstantin déglutit.
    Quel con ! Quel con quel con quel con !!!

    "Je vois très bien."


    Si, après ça, on ne lui décernait pas le prix du plus gros con de tous les temps, celui diplômé d'une thèse de connerie à l'université de Con, ayant pour sujet la connerie chez les cons, c'est que vraiment, on le faisait exprès.

    "Pensez-vous... il respira, comme pour se reprendre. Pensez-vous que je puisse aller parler à Mademoiselle Wills ? Vous semblez mieux la connaître que moi-même..."

    Après tout, lorsque l'on brise un objet fragile, la moindre des choses est de tâcher de recoller les morceaux.
    Il en allait de même avec les êtres humains.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Invité le Mer 8 Avr 2009 - 20:00

    Pauvre... Pauvre oreiller... Ainsi étendu à terre, gisant de tout son rembourrage sur le sol... Il méritait certainement une meilleurs fin que celle de carpette à terre. Le regardant, Hazel se demanda vaguement comment le groupe l'avait obtenu, celui là ? Après avoir embobiné en règle une des machines ? Chapardé à quelqu'un d'autre ? Aucune idée. Et franchement, dans un excès de flemme qui était en raison du moelleux du nid (et rien d'autre), la shitennô n'avait pas envie de bouger pour aller le chercher. Qui plus est, elle avait d 'autres oreillers à disposition. En saisissant un autre, elle s'allongea sur le dos et serra le coussins fort contre elle, réfléchissant un peu à ce qu'avait dit Eve... et au ton qu'elle avait employé.

    Elle n'avait pas envie de se battre. Certainement pas contre la première amies qu'elle était faite ici. Ainsi, la shitennô garda un peu le silence. Mais croire qu'elle avait perdu sa langue, c'était une autre histoire.

    « Je pense... que c'est plutôt.. une simple question de ce qu'il y a dans le pantalon ! C'est vrai, regarde, un commandant, homme de surcroit, ça doit pas aimer se plier à une gamine de 16 ans... »

    Puis, Hazel lâcha le coussins pour remuer, ouvrir les mains d'exaspération tandis que ses joues prenait une couleur rosée :

    « C'est vrai, regarde ! Tu te souviens de Ian, là, le pilote éclair qui suintait la virilité et la connerie ? Siiii, le C.V vivant, le gars qui s'est fait viré pour contrebande en même temps que le cuisto ! Mais de la fleur d'oranger, vraiment, c'est stupide... Enfin bref, bah, quand je l'ai rencontré... j'étais avec l'actuel capitaine et c'était un vrai concours de « c'est moi qui est la plus grosse », s'en était... à devenir lesbienne ! »

    Refermant ses bras sur son malheureux coussin, Hazel émit un petit grognement de dédain en repensant à tout ça. Elle s'installa sur le flanc, pour regarder un instant Eve et finit par soupirer.

    « C'est vrai que c'est nul, parfois. J'ai déjà été dans des escadrilles, parfois composée exclusivement d'homme, mais c'était toujours sur des petits navires, avec des petites escadrilles et on était entre nous... Là, chacun a ses problèmes et les rumine dans son coins... En plus, ils sont tous arrivé depuis pas longtemps, en même temps... Je pense que même Truc doit galérer à tenter de faire d'halloween une escadrille unie. Moi, ça me manque, pourtant. »

    Elle soupira un instant dans son oreiller qu'elle ramena contre son visage et se mit à réfléchir. Hazel aimait bien piloter. C'était agréable et ça détendait. Mais elle avait toujours du mal avec les foules, les trop haut gradé lui faisait peur et plus ça irait, plus elle devrait en affronter. Être sur Nimue avait été une espèce de promotion, car même si elle n'avait pas gagné en galon, elle estimait tout de même qu'être pilotes sur une vivenef valait bien mieux que les petit vaisseaux où elle servait avant. Plus ça irait, plus les escadres seraient grosses... c'était finit, les petits groupes, comme avant. Et peut-être même qu'elle finirait par gagner des galons, qui sait... Et qu'elle aurait plus de responsabilité. Et qu'elle devrait fricoter plus avec les commandants et autre gradé. Cette pensée lui arracha un frisson, suivant d'un autre grand soupir.

    Puis d'une petite voix à peine réfléchie, Doucement, Hazel demanda :

    « Et si on partait ? »

    Puis, comme elle était shitennô et qu'une discutions sérieuse lui donnait limite de l'urticaire, elle reprit rapidement la paroles, avec un sourire aux lèvres mais un regards qui pouvait passer pour sérieux.

    « Et au fait, t'es plutôt hétéro ou ouverte à d'autre possibilité ? »

    Un dernier haussement de sourcils, sourire enjôleur et trémoussement du bout du nez finirent d'épaissir le doute. C'était plus drôle comme ça.

    Et la l'avant dernière question pouvait alors passer pour moins dramatique.

    Contenu sponsorisé

    Re: Sinistre réunion [Pv : Konstantin, Hazel et Timothée]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 25 Sep 2018 - 3:41