Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Partagez
    avatar
    Milo Roberts
    Pirate en stand-by à l'Atome Crochu

    Nombre de messages : 5
    Couleur RP : #E17A2F
    Multi-comptes : Noémie Herbogast - Niorun Ynglingar - Newton Guedolphe - Michelle Farmann - Milo Roberts - Woody Calinsky - Aleksandra Sergueïvna Ivanova
    Date d'inscription : 23/11/2008

    Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Milo Roberts le Dim 23 Nov 2008 - 19:47

    PARTIE 1

    « On arrive. Sors-nous ton sourire le plus charmeur, mon gars. »

    Milo regarda le commandant Ichiba avec un regard inexpressif. Par les grandes vitres du Pont elle vit au beau milieu des étoiles un grand vaisseau se dirigeait vers eux. Sa première impression fut que le vaisseau était très beau. Mieux que celui d’Ichiba. Le Lovelace était un vaisseau qui devait dater d’avant la rencontre avec les Ases et était assez pitoyable. Mais celui qui venait vers eux était particulièrement majestueux.

    « Ouvrez le sas et activez le couloir B2. »

    Ce n’était pas le fait d’être vendue comme une bête qui ennuyait Milo, c’était plutôt qu’on réalise cette transaction sans aucun tact ni aucun intérêt. Se débarrasser d’elle, c’est tout ce qu’on voulait. Qu’elle soit vendue, refourguée, donnée, offerte ou transférée, ce n’était pas important. Ce qui comptait c’est qu’elle allait rencontrer d’autres personnes. Et même si ces personnes avaient la réputation d’être un tantinet sanguinaires, Milo n’avait pas peur. Peu importe la façon dont elle mourrait, peu importe la façon dont elle serait torturée, elle avait connu bien pire pendant 16 ans chez elle. Tout, sauf l’enfermement, était acceptable.

    Enfin, le commandant Ichiba annonça qu’ils pouvaient aller sur La Bouche Dorée. Milo trouva ce nom très joli mais s’abstint de faire part de ses impressions aux deux gorilles qui l’entouraient. Comme si elle allait s’enfuir… Si seulement les gens pouvaient réfléchir, parfois.

    Milo fut conduite à travers tout le vaisseau telle une prisonnière et elle profita de ses guides pour avoir tout le loisir d’observer les lieux. Puis, Ichiba s’arrêta devant une grande porte, fit signe à un des deux gorilles et fit demi tour, laissant là Milo et les deux pirates, attendant qu’un membre de l’équipage de La Bouche Dorée ouvre les grandes portes. Milo pénétra alors dans ce qui semblait être la salle de commandement. Elle était assez moderne et grouillait de pirates qui s’affairaient tous à une tâche bien précise. Milo fut gentiment poussée pour la forcer à avancer, et elle comprit qu’on l’emmenait au bout de la pièce. Elle s’approchait donc du commandant de La Bouche Dorée qui était à la barre.

    C'était un ase d'une trentaine d'années, grand et aux épaules minces. Ses cheveux en broussaille étaient d'un noir de jais, et ils étaient si raides que Milo crut un instant qu'il s'agissait de plumes de corbeau. Le commandant était somptueusement vêtu à la manière des commodores de l'Ancienne Terre, du temps de la grande piraterie, mais il avait ajouté quelques objets qui tranchaient avec la tenue : une épaulette à pics qui semblait taillée dans de l'ivoire noirci, un pistolet blaster qui pendait à son côté, et un combiné oreillette-micro qui lui permettait probablement de communiquer avec l'équipage qui n'était pas dans la salle de commandement.

    Le gorille qui se trouvait sur la gauche de Milo se résolut, apparemment malgré lui, à interpeler l'Ase.

    « Commandant Bartholomew... »

    L'homme ne bougea pas d'un cil. Rien ne permettait de savoir s'il avait entendu que l'on s'adressait à lui.

    « C... Commandant Bartholomew... » répéta le matelot du Lovelace qui commençait à perdre des couleurs. Lorsqu'il vit qu'il n'avait toujours suscité aucune réaction, il reprit, avec hésitation :

    « C... C... Com... » Mais cette fois-ci, il n'acheva pas sa phrase : l'Ase s'était retourné si vite qu'il n'avait même pas vu le mouvement, et en un éclair, il se retrouva avec un poignard aiguisé à quelques millimètres de sa gorge.
    Les traits tirés par la rage, le commandant Bartholomew lui cracha :

    «- De quel droit oses-tu me déranger, face de porc ?
    - N... N... N... Nous venons de la part du commandant I... I... Ichiba ! »

    Tandis que le pathétique matelot – qui, effectivement, avait hérité de traits porcins – bégayait, Bartholomew avait tracé une longue rigole de sang de la pointe de son poignard sur le cou gras. De l'air du héros qui se sacrifie pour son peuple, le second gorille prit la parole.

    « Monsieur, nous venons vous apporter le jeune homme dont le commandant Ichiba vous a parlé... » débita-t-il à toute vitesse.

    Après quelques secondes d'hésitation, l'Ase se redressa, et parut se détendre. Il sortit un petit mouchoir blanc de sa poche et y essuya son poignard, qu'il rangea dans le fourreau accroché à son flanc. Il vint se poster devant Milo, qui put enfin le dévisager.

    A l'image d'Elie Moon, que Milo avait déjà aperçu à l'Atome Crochu, Bartholomew était de ces rares hommes aux traits si ambivalents qu'ils mettraient mal à l'aise n'importe qui. Son visage était harmonieux et ses traits fins, mais sa peau était marquée ça et là par de vieilles cicatrices qui semblaient peu profondes, mais qui abondaient curieusement. Autour de son cou pendaient plusieurs colliers auxquels étaient accrochés de curieux pendentifs : des plumes, des griffes, et peut-être ce qui ressemblait à des dents – humaines.

    Il dévisagea Milo, puis en fit le tour, alors que les deux gorilles s'éloignaient par pur réflexe de survie. Soudain, il brandit les bras en avant et se mit à la palper des pieds jusqu'au cou, comme pour se faire une idée de sa carrure.
    Puis il fit un pas en arrière, croisa les bras, et réfléchit quelques instants.

    «- Alors c'est lui qui a égorgé un matelot avec un débris de verre ?
    - Avec un débris de la bouteille à laquelle il était en train de boire, oui, Monsieur. » répondit le second gorille avec le peu de confiance qu'il lui restait.

    « -Bien fait pour lui, un pirate digne de ce nom ne boit pas quand il a pour mission de garder un prisonnier. Mon petit, » ajouta-t-il en s'adressant pour la première fois à Milo, « Bienvenue à bord de La Bouche Dorée ! Fais tes preuves d'ici un mois, ou, foi de Julian Bartholomew, je te fais dépecer sur place. Messieurs, » dit-il en se tournant vers les deux gorilles blêmes, « suivez Cal, il vous mènera à la marchandise prévue dans l'échange. »

    Le dénommé Cal, un jeune bougre au nez tordu, se leva et leur fit signe de le suivre, ce que les deux matelots du Lovelace firent sans se faire prier. Bartholomew laissa le contrôle du vaisseau à son second, prit Milo par le bras, et l'emmena dans sa cabine. La rouquine se laissa faire sans broncher, sans opposer la moindre résistance, regardant droit devant elle, le visage fermé.

    La cabine était vaste, et richement décorée de trophées en tous genres. Sur l'imposant bureau en bois massif trônaient un amoncellement de papiers, de matériel technologique, et, en plein milieu, un crâne humain.

    Julian Bartholomew fit avancer Milo dans la cabine d'un geste brusque, puis ferma derrière lui et enclencha le verrou. Il se dirigea ensuite vers le bureau, d'où il sortit une bouteille au contenu ambré.

    «- Quel est ton nom ?
    - Milo Roberts » répondit Milo sans aucune émotion particulière dans le ton de sa voix.

    La rouquine fixait sans ciller le commandant de La Bouche Dorée, le visage neutre et la tête haute. Elle n’avait certainement pas peur mais il était impossible de connaître ses sentiments. Milo n’avait jeté qu’un vague regard sur l’endroit, mais ça avait été suffisant pour qu’elle retienne l’emplacement de chaque objet.

    Elle n’ajouta rien d’autre et attendit que ce soit le commandant qui prenne la parole. Milo avait beau ne ressentir aucune peur, elle n’était pas suicidaire pour autant et n’allait certainement pas parler sans y être invitée. Et puis même s’il n’y avait pas la menace d’être éjectée dans l’espace sans aucune forme de procès, elle n’ouvrirait pas plus la bouche. Le commandant sortit un verre de cristal ouvragé et se servit un peu de whisky. Il reposa son verre sur son bureau sans l'avoir touché et s'approcha de Milo, un petit sourire au coin de la lèvre.

    « Tu es très mignonne, pour un jeune homme, Milo. » dit-il d'un ton sarcastique.

    Rien ne changea dans l’expression de Milo. Pourtant, intérieurement, la demoiselle éprouvait une sensation étrange. A la fois de la colère et un peu de peur. De la peur ? Cela faisait bien plusieurs années qu’elle n’avait pas eu peur.

    « Je vous remercie. » répondit-elle sans aucune moquerie ou ironie.

    Milo se demanda alors si le commandant l’accepterait. Après tout, n’avait-il pas dit qu’elle aurait à faire ses preuves pour pouvoir rester sur le vaisseau ? C’était bien qu’il lui laissait au moins une chance de ne pas mourir. C’était plutôt rassurant. Le visage du commandant s'étira en un sourire qui faisait froid dans le dos.

    "Pourquoi t'habilles-tu comme un homme, Milo ?" demanda-t-il abruptement, mais sans mépris. Il versa un peu de whisky dans deux somptueux verres en cristal qu'il avait posés sur son bureau. Milo remarqua alors que ses doigts étaient fins, et que ses ongles, qu'il portait assez longs pour un homme, étaient taillés en pointe. Bartholomew se saisit des verres, s'approcha de Milo d'une démarche assurée, et lui en tendit un, une lueur de défi dans le regard.
    avatar
    Julian Bartholomew
    Pirate en stand-by à l'Atome Crochu

    Nombre de messages : 5
    Localisation actuelle : Devant la porte de l'Atome Crochu
    Mission actuelle : Casser la gueule à tous ces p'tits merdeux
    Citation : Piller, tuer, violer, c'est notre métier... Piller, tuer, violer, y'a que ça de vrai !
    Couleur RP : #a18757
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 17/06/2008

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Julian Bartholomew le Dim 23 Nov 2008 - 19:50

    PARTIE 2

    "Je regrette messieurs, mais c'est hors de question."

    L'infirmière avait l'air d'être très sûre d'elle, et cela énerva encore plus l'inspecteur Yoruiba. Il lança un coup d'oeil à l'officier Gumshoe, pour s'apercevoir que le petit homme râblé lorgnait d'un air béat le généreux décolleté de l'infirmière. Après avoir poussé un vain soupir désapprobateur, Yoruiba se planta bien en face de la jeune femme rousse, et lui lança :

    "Ecoutez-moi bien, Mademoiselle... Wallace." ajouta-t-il après avoir consulté le badge accroché à la blouse de l'infirmière. "Ça fait quatre ans que je pourchasse cette bande de tueurs, quatre ans ! Et vous savez où j'en suis ? Nulle part. Et pourquoi ? Parce qu'on n'a jamais réussi à mettre la main sur un putain de témoin !"

    Wallace frémit lorsque Yoruiba haussa le ton, mais n'eut pas l'occasion de répondre.

    "Ils fondent sur leurs victimes en apparaissant de nulle part. Ils abordent le vaisseau et l'envahissent. Tandis que les uns pillent tout ce qu'ils trouvent, les autres tuent."

    L'inspecteur laissa ses derniers mots résonner dans le couloir. L'infirmière, blême, bredouilla :

    "- Je ne comprends pas ce que vous attendez de moi...
    - J'attends de vous que vous me laissiez voir cette petite et l'interroger sur ce qu'elle a vu. Et non, je n'ai pas le choix, contrairement à ce que vous semblez croire, parce qu'elle est l'unique survivante de quatre ans de massacres !
    - Monsieur l'inspecteur..." La jeune femme hésita. "Je crois que ceux qui vous ont envoyés vous ont mal renseigné. On ne sait rien sur cette petite fille, on ne sait pas qui est l'auteur du massacre qui a eu lieu à bord du vaisseau dans lequelle on l'a retrouvée."

    Devant l'air d'incompréhension de Yoruiba, elle ajouta :

    "- Elle ne parle pas. Elle ne communique d'aucune façon. En fait, elle présente des symptômes proches de l'autisme alors que...
    - QUOI ? coupa Yoruiba, paniqué.
    - Elle ne parle pas, on ne peut rien y faire !" répondit l'infirmière Wallace.

    Cette fois-ci, Yoruiba jeta l'éponge. Sans un mot, il tourna les talons et traversa le couloir. Quand il arriva dans la cage d'escalier, il entendit Gumshoe proférer ses dernières excuses puis piquer un sprint pour le rattraper.

    "- Alors vous laissez tomber, chef ?
    - Ouais. Qu'est-ce que tu veux que je fasse ? Que j'assomme l'infirmière, que je défonce la porte de la chambre... Et après ? On n'a même pas de portrait robot à lui présenter ! Et même si on en avait un, on n'aurait apparemment aucune réaction !"

    Les deux policiers sortirent de l'hôpital psychiatrique et allumèrent chacun une cigarette. Yoruiba finit par reprendre la parole.

    "Presque cent morts... Et des dizaines de disparus... Pourquoi on n'a rien ? Pourquoi on n'arrive pas à avoir la moindre piste ?"

    Gumshoe haussa les épaules, l'air aussi abattu que son chef. Ils marchèrent en silence jusqu'à leur aéro-glisseur de service.

    "INSPECTEUR !!"

    Les deux hommes firent volte-face. L'infirmière rousse courait comme une dératée à travers la cour de l'hôpital psychiatrique, un bout de papier peinturluré dans la main. Elle stoppa net devant l'aéro-glisseur, à bout de souffle.

    "Je... Je... J'ai pris ça... Pour vous... C'est à peu près... T... Tout ce qui pourrait être... En rapport... Avec les meurtres..."

    Elle donna à l'inspecteur Yoruiba une feuille de papier sur laquelle des dizaines de dessins d'enfant se superposaient. L'infirmière reprit un peu de contenance, et pointa du doigt le coin supérieur droit de la feuille.

    "Regardez, là... On voit une petite fille avec des couettes, et ça pourrait bien être elle-même. Et à côté..."

    Elle n'eut pas besoin de terminer sa phrase. Yoruiba avait pâli, et Gumshoe s'était figé après avoir aperçu le dessin.

    A côté de la petite fille aux couettes se trouvaient deux grands personnages. L'un était manifestement un ase à la coiffure relevée en l'air, au regard démoniaque. Il était habillé d'un long manteau surmonté de pics, et il tirait avec un blaster sur une femme en robe. L'autre était un homme roux, au visage inexpressif, et tout indiquait qu'il égorgeait une jeune fille aussi blonde que la petite fille aux couettes. Yoruiba consulta Gumshoe du regard. Une bande de meurtriers assoiffés de sang, menés par un ase et un jeune homme roux... Cela ne pouvait être que les pirates de La Bouche Dorée.

    "Il... Il faut qu'on avertisse l'équipe d'Edgeworth." murmura Yoruiba à l'intention de l'officier.

    Celui-ci acquiesça de la tête et monta aussitôt dans l'aéro-glisseur pour le faire démarrer. Yoruiba remercia l'infirmière Wallace d'une voix blanche, puis rejoignit Gumshoe. Ils décollèrent sur le champ pour les bureaux de l'A.R.I..
    avatar
    Milo Roberts
    Pirate en stand-by à l'Atome Crochu

    Nombre de messages : 5
    Couleur RP : #E17A2F
    Multi-comptes : Noémie Herbogast - Niorun Ynglingar - Newton Guedolphe - Michelle Farmann - Milo Roberts - Woody Calinsky - Aleksandra Sergueïvna Ivanova
    Date d'inscription : 23/11/2008

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Milo Roberts le Dim 23 Nov 2008 - 19:53

    PARTIE 3

    Elle frissonna. Il faisait frais, dans la cabine. Elle agrippa le drap et le remonta jusque sur son épaule. Elle poussa un léger soupir. C'était mieux, comme ça. Elle attendit quelques instants. Elle était parfaitement bien éveillée. Elle ouvrit les yeux et jeta un oeil à son réveil. Il allait falloir se lever d'ici une bonne demi-heure. Pas besoin de tenter de se rendormir. Elle poussa un nouveau soupir, et s'étira les jambes, prenant bien soin d'écarter chaque orteil. Elle exécutait chacun de ses mouvements précautionneusement. Si elle était réveillée, Milo dormait encore profondément.

    Ju resta encore quelques instants immobile. Elle respirait doucement. Elle aimait l'odeur de la peau de Milo. Elle aimait la texture de sa peau. Elle aimait la forme de ses fines épaules, et les taches de rousseur qui les parsemaient. Elle avança doucement les lèvres et déposa un baiser sur ces épaules qu'elle chérissait tant. Elle se rapprocha encore un peu plus. Elle aimait dormir avec Milo. Elle aimait cette sensation de force, de puissance que lui accordait Milo s'abandonnant dans ses bras. Avec Milo près d'elle, elle pouvait conquérir le monde.

    Puisqu'il restait encore un peu de temps avant de devoir se lever, autant en profiter pour passer un peu de temps ensemble. Lentement, Ju se releva sur son coude gauche. Elle retira son autre bras du flanc de Milo pour aller caresser ses beaux cheveux roux. Elle fit glisser une mèche derrière son oreille, et se pencha au-dessus de celle-ci. Avec un petit sourire, elle déposa un petit baiser sur son lobe, puis lui fredonna :

    "Hello sunshine... Come into my life..."
    Humpf” fut la seule réponse que Ju obtint sur le coup.

    Un charmant “humpf” qui était tout sauf gracieux, romantique et délicat. Le « humpf » auquel on a droit lorsqu’on réveille une personne qui dort. Et c’est souvent suivi par un coup d’épaule violent qui veut dire un « Lâche-moi, ordure ! », mais pas cette fois. Pas de violence chez Milo les matins comme celui-là où c’était Ju qui se chargeait du réveil de manière aussi douce.

    "C’est déjà fait…" répondit Milo dans un murmure avant de se retourner.

    C’est l’esprit encore un peu embrumé par le sommeil arraché précipitamment que ses yeux s’ouvrirent pour découvrir le visage de Ju. Son regard était vif et elle n’avait pas l’air endormi. Certainement qu’elle devait être réveillée depuis un moment. Peut être même plusieurs heures… Le sommeil de Ju était un véritable oscilloscope et était très perturbé. En revanche, le sommeil de Milo s’adaptait constamment à sa situation. Lorsque Ju menaçait de mal dormir ou faisait des cauchemars, Milo se réveillait en moins de deux. Et son sommeil était très léger lorsqu’elle ne passait pas la nuit dans un environnement connu et sûr. Par contre, lorsque la nuit se déroulait ici, dans la cabine partagée avec Ju, dans leur vaisseau, le sommeil pouvait se faire très lourd.

    Globalement, Ju et Milo ne se ressemblaient pas. Si Ju était impulsive et violente, Milo était l'exacte opposé. Jamais elle ne pourrait gérer un équipage avec la violence dont faisait preuve Ju, ni frapper un matelot dès qu'il commettait une petite erreur, et ce pour une raison tout à fait bête : elle n'avait, et n'aurait probablement jamais beaucoup de force. Et ça, Milo l'avait compris rapidement. La violence physique, ce n'était pas son fort. La rouquine s'était alors tournée vers une autre forme de violence : la torture psychologique. C'était une pratique qui la faisait jubiler, c'est pourquoi à chaque abordage, Ju épargnait une ou deux personnes au maximum, qu'elle gardait dans les cales du vaisseaux pour Milo. Les prisonniers recevaient pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, les visites fréquentes de la rouquine qui venait parler avec eux. Oh, elle ne disait presque rien, mais c'est ce qui les laissait espérer qu'ils seraient libres à nouveau. Avec seulement quelques mots, Milo parvenait à forcer les prisonniers à lui dire tout ce qu'elle voulait entendre : leur vie, leurs idées, leurs points de vue... Ils lui racontaient une véritable histoire, animés par l'espoir que la rouquine leur donnait. Mais elle reprenait cet espoir aussi vite qu'elle l'avait donné, lorsqu'il n'y avait plus rien à tirer d'eux, une fois qu'ils avaient tout dit. Et La Bouche Dorée n'avait plus de prisonniers.

    Ju sourit à Milo. Elle l'enlaça et enfouit son visage dans son cou pour respirer son odeur. Puis elle se redressa un peu, et embrassa la jeune femme. Il n'y avait que Milo qui réussissait à la faire sourire de si grand matin. Elle aimait observer son visage aux traits fins, encadré par ses somptueux cheveux roux.

    "Tu as bien dormi, ma douce ?" Sans attendre de réponse, elle entoura sa belle de ses bras et la serra délicatement dans ses bras. Alors qu'elle commençait seulement à se détendre, des clameurs suivies d'un grand fracas résonnèrent dans le couloir. Vive comme l'éclair, Ju bondit hors du lit, enfila une large chemise blanche aux manches bouffantes et un pantalon de cuir noir, et ouvrit la porte. Les pirates qui s'y trouvaient, manifestement au beau milieu d'une rixe, se figèrent. Plus de trace d'une quelconque tendresse sur le visage de l'ase : ce n'était plus qu'un masque de fureur, et il aurait terrifié n'importe quel homme solide et sûr de lui.

    De l'intérieur de la cabine, Milo n'entendit que quelques cris : l'un de rage, l'autre de douleur. Puis quelques bruits de pas, et, enfin, le silence. Ju rouvrit la porte de la cabine, l'air enragé. Elle referma la porte à clé, puis s'assit sur le bord du lit.

    "Quelle bande de ratés. Je ne sais pas si on a beaucoup d'avenir avec un équipage aussi peu discipliné."

    Milo avait envie de répondre que Ju avait l'étoffe et le pouvoir de les discipliner, que peu importait le manque de rigueur de l'équipage, que Ju ne devrait pas tant prendre à cœur leurs bêtises. Mais elle ne dit rien et se contenta de prononcer un "Hum" discret. Toutefois son regard neutre se transforma en œillade concernée et aimante. La rouquine se redressa et s'approcha vers Ju, laissant le drap tomber et découvrir sa peau nue. Elle vint se mettre à genou derrière l'Ase, et avec des gestes tout en douceur, ses bras fins et blancs glissèrent sur le ventre de Ju pour l'enlacer. Mais Milo ne serrait pas le commandant contre elle, non, elle se contentait de la toucher avec le plus de délicatesse possible. Ses lèvres vinrent embrasser le cou de l'ase alors qu'elle sentit la fraicheur de la cabine lui donner la chair de poule. Pour autant, l'idée de repartir sous les draps ne lui vint pas à l'esprit et elle resta tout contre Ju.

    A l'inverse de l'ase, la rouquine semblait fragile et presque malade avec sa peau pâle et sa silhouette presque maigre. Pour sa petite vingtaine d'années, elle avait des bras et des jambes incroyablement fins, des poignets et des chevilles minuscules et des mains et des pieds squelettiques. En réalité, Milo n'avait pas tellement de forme qui pouvait témoigner d'une quelconque féminité. Sa poitrine n'était presque pas développée et ses os saillaient au niveau de ses hanches. Son visage était tout aussi pâle que le reste de son corps et les seules notes de couleur que l'on trouvait sur elle étaient les tons orangés de ses cheveux et de ses tâches de rousseur plus ou moins foncées. Même ses yeux étaient plutôt clairs, d'un bleu pâle qu'on aurait dit translucide.

    Milo ne demandait qu'une chose : détendre Ju, l'aider à se calmer et qu'elle profite du moment au lieu de penser à ses responsabilités de commandant. Elle ferma les yeux et passa le bout de son petit nez toute la hauteur du cou de l'Ase.

    "Laisse les." murmura t-elle.

    Le ton de la rouquine n'était ni autoritaire ni implorant. Ce n'était qu'une demande polie et agréable. Mais quiconque connaissait un peu Milo savait qu'il y avait bien plus dans ces paroles. Tous les mots que prononçait Milo voulaient dire mille et une choses, tant elle parlait rarement. Ju soupira, puis se rangea à l'avis de sa compagne. Il n'était pas encore temps de revêtir la carapace de commandant de La Bouche Dorée. Ju n'avait nul autre besoin que d'être Ju, la Julian qui était folle amoureuse de Milo. Elle se détendit un peu, puis détacha doucement les mains de Milo de son ventre, et se releva. Elle enleva son pantalon avec une grimace (il avait l'air de lui coller à la peau), puis se planta face à Milo. Avec un sourire tendre, elle saisit les draps et l'enveloppa dedans.

    "Ne prends pas froid..." L'ase se glissa à son tour dans le lit, la chemise débraillée flottant autour d'elle, puis elle serra délicatement Milo contre elle. Elle connaissait tout un tas de choses qui allait leur permettre de se réchauffer l'une l'autre...
    avatar
    Julian Bartholomew
    Pirate en stand-by à l'Atome Crochu

    Nombre de messages : 5
    Localisation actuelle : Devant la porte de l'Atome Crochu
    Mission actuelle : Casser la gueule à tous ces p'tits merdeux
    Citation : Piller, tuer, violer, c'est notre métier... Piller, tuer, violer, y'a que ça de vrai !
    Couleur RP : #a18757
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 17/06/2008

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Julian Bartholomew le Dim 23 Nov 2008 - 19:55

    PARTIE 4

    Trois jeunes hommes à la mâchoire carrée sortirent de l'Atome Crochu. Ils avaient l'air d'être tout droit sortis du lycée privé du coin, et Ju pensa, lorsqu'ils la dépassèrent, qu'en leur pinçant le nez on risquait bien de faire couler un peu de lait. Elle ne s'attarda pas sur les trois idiots qui rigolaient grassement. Elle était payée pour empêcher les types louches d'entrer, pas pour les empêcher de sortir. Elle jeta d'ailleurs un regard suspicieux à un vieil homme à l'air enjoué et affublé d'un chapeau melon vert et d'une paire de gants jaunes.

    "- Et Jay, il nous rejoint plus tard ?
    - A ta place, je compterais pas trop dessus ! Vu la dégaine de la barmaid, on risque pas de le voir avant demain !" répondit le jeune homme blond à son camarade.
    "- Barmaid ? Quelle barmaid ?" demanda le troisième.
    "- La petite rousse, celle qui sourit pas."

    Ju tressaillit. Les trois jeunes étaient encore à quelques mètres d'elle. Elle leur lança un regard assassin, mais ne bougea pas. Ça avait déjà été assez difficile de trouver un travail, avec son air agressif et ses cicatrices effrayantes, elle n'allait pas encore tout gâcher simplement parce qu'elle avait envie d'étriper quelques fils à papa. Et pourtant... Elle imaginait déjà la chaleur du sang sur ses avants bras plongés dans leurs entrailles...

    Elle revint brusquement à la réalité lorsque le petit vieux mal fagoté se mit à danser le shuffle pour convaincre l'autre videur de le laisser entrer. Elle effaça le petit sourire de contentement qui s'était dessiné sur ses lèvres. Il était temps d'agir. Elle se tourna vers Bruce, son collègue.

    "Bruce, tu peux gérer sans moi cinq minutes ? Je dois faire une pause."

    Le colosse lui répondit d'un grognement. Pour une fois, Ju était obligée de reconnaître qu'elle appréciait ses collègues de travail. Il faut dire que la plupart des videurs de l'Atome Crochu n'étaient pas très bavards, et cela lui convenait parfaitement. En plus, être payée pour casser la figure à de petits emmerdeurs, quoi de mieux comme planque ?

    Ju tourna les talons et entra dans la discothèque. Les gens s'écartaient docilement sur son chemin. Il faut dire que son regard en disait long sur son humeur. Elle fonça tout droit vers le bar, où elle s'appuya discrètement. A quelques mètres d'elle se tenait Fils à Papa n°4, sourire Colgate accroché au visage à la mâchoire tout aussi carrée que ses congénères, et yeux rivés sur le décolleté de Milo qui, vêtue de l'uniforme de barmaid, astiquait un verre.

    Ju laissa au jeune homme un répit de quelques secondes. Juste le temps de faire passer son couteau papillon de la doublure de son manteau à sa poche. Elle se planta ensuite juste à côté de l'intrus, bien campée sur ses deux jambes., alors que Milo observait la scène, le regard vide mais avec une admiration certaine pour Ju et un fort sentiment de répulsion face au jeune homme qui avait gauchement essayé de la draguer. Le pauvre hère dut sentir les vagues de haine que l'ase lui envoyait, car il se retourna, et se redressa. Ju était légèrement plus grande que lui, mais sa chemise brodée de fils d'or laissait voir qu'elle n'était qu'une femme. Cette erreur de jugement fut la pire qu'il put faire de toute sa vie.

    Alors qu'il composait un air d'ironie pour lui demander ce qu'elle lui voulait, elle fondit sur lui, D'un geste précis, qui témoignait de son expérience en la matière, elle lui empoigna les parties sensibles. Le jeune homme ne put réprimer un cri rauque, d'autant plus que Ju avait gardé l'habitude de tailler ses ongles en pointes. Sans plus attendre, l'ase souleva le dénommé Jay, et approcha son visage à quelques millimètres du sien.

    "N'approche plus jamais ma femme, c'est compris ? La prochaine fois, je te les arrache et je te les fais avaler."

    Avec une force que le pauvre Jay n'aurait jamais soupçonné, elle l'envoya valser contre le mur le plus proche, puis l'attrapa par la nuque, et le traîna jusqu'à une porte de service. Quelques instants plus tard, ils étaient dans une ruelle mal éclairée, et le sang coulait des plaies que les ongles de Ju avaient faites dans le cou de Jay. Avant qu'il ait pu reprendre ses esprits, ce dernier reçut un violent coup de poing dans la figure, si violent qu'il sentit deux de ses dents se casser, et une autre se déchausser à moitié. Son nez cassa dans un bruit qu'il n'oublierait pas de sitôt. Le choc le projeta à terre et avant qu'il n'ait eu le temps de faire le moindre mouvement, il sentit la lame glaciale de Ju lui déchirer la joue. Quand il se releva, complètement terrorisé et le visage sanguinolent, Ju avait disparu. Il ne se fit pas prier pour en faire autant.

    "La prochaine fois qu'un gamin t'emmerde, soit tu m'appelles, soit tu le lattes. Et j'en ai rien à foutre si on se fait virer. Sers-moi un whisky avant que je reparte, s'il te plait, ma princesse." lança Ju, de nouveau accoudée au bar. Elle se massait consciencieusement la main droite. Elle y avait peut-être été un peu fort, mais elle ne regrettait rien. Milo non plus. Elle posa devant Ju un grand verre de whisky (notez par là que la quantité était plus importante que dans les verres qu'elle servait habituellement) puis resta devant elle.

    "Tu as mal ?" demanda t-elle en regardant sa main.

    Milo entendit qu'on l'appelait, à l'autre bout du bar, mais ne daigna même pas tourner la tête pour voir le client qui lui réclamait à boire. Il y avait d'autres barmaids qui pouvait s'occuper de lui. Là, Milo était avec Ju, et elle ne se dérangerait pour personne. Contrairement à Ju, elle pouvait faire abstraction du monde extérieur avec une facilité déconcertante. Pour Milo, quand une personne ne l'intéressait pas, cette personne n'existait pas. Et cette blondasse accoudée au bar qui demandait une boisson pouvait toujours courir. Et le fils à papa que Ju avait mit dehors, Milo l'avait qualifié de "emmerdeur insignifiant". Mais ça, naturellement, elle ne le disait pas, pour la simple et bonne raison qu'elle ne reprochait strictement rien à Ju, et ne lui reprocherait jamais rien.

    "Pas plus que ça." répondit Ju avant d'avaler son verre cul sec. Elle releva les yeux et les planta dans ceux de sa bien-aimée. Elle détestait voir Milo dans son rôle de barmaid, et elle s'en voulait beaucoup de ne pas pouvoir lui offrir une meilleure vie.

    "Ça ne durera pas longtemps, je te le promets. On repartira très vite, tu verras." ajouta Ju avant de se redresser, prête à repartir à l'entrée de la discothèque.

    Milo regarda l'ase se relever mais ne répondit rien. Bien sur, Ju n'avait aucunement besoin de s'inquiéter pour elle ou de chercher à lui promettre la vie qu'elles avaient avant. Milo n'avait besoin de rien hormis Ju. Vivre à bord de la Bouche Dorée ou en tant que la barmaid rousse qui ne sourit pas, ça n'avait aucune importance, tant que Ju était là.

    Et Ju pensait exactement la même chose. Travailler comme videuse alors qu'elle avait connu des jours glorieux en tant que pirate ne la dérangeait pas plus que ça, du moment qu'elle était avec Milo. Mais elle se souciait beaucoup du confort de son aimée. Lorsqu'elles étaient encore pirates à bord de La Bouche Dorée, elles avaient accès à tout, elles pouvaient vivre librement, sans se poser de questions. Mais depuis ce fameux jour, tout avait changé du tout au tout.

    Environ trois mois plus tôt, La Bouche Dorée avait été prise dans le traquenard d'un commando anti-pirates, dernière trouvaille de la part de la haute autorité du Cercle. Les pirates auraient probablement pu s'en sortir, si l'équipage ne s'était pas divisé autour de la question : faut-il se rendre, s'enfuir, ou se battre ? Malgré la forte autorité de Ju, l'équipage finit par suivre l'avis de Christian Fletcher, simple matelot recruté quelques semaines auparavant : il fallait se rendre.

    Ju dût ravaler sa fierté et s'enfuir avec Milo et quelques uns de leurs biens dans une petite navette de secours. Alors qu'elles étaient à mi-chemin entre la Bouche Dorée et Babylone, elles avaient assisté de loin à l'abordage de leur vaisseau par les autorités. Elles avaient ensuite atterri non sans mal dans une région peu peuplée de Babylone. Au fil des semaines, elles avaient réussi à atteindre Babel tout en se cachant des autorités les poursuivant toujours.

    Leur travail à l'Atome Crochu était une excellente opportunité : énormément de gens venant de milieux très différents y passaient, et c'était pour elles le meilleur moyen de repérer d'éventuels alliés pour la suite. Ju le savait, bientôt, très bientôt, elles pourraient enfin sortir de leur cachette, se trouver un nouveau vaisseau, un nouvel équipage, et repartir à la conquête des immensités interstellaires...

    Ju arriva enfin dans la rue. Son collègue était toujours planté à côté de la porte, imperturbable. Ju revint à son poste, les bras croisés, un air peu sympathique sur le visage. Elle avait hâte de reprendre ses activités habituelles. Mais avant de recommencer la piraterie, elle aurait quelques comptes à régler. Sa première cible ? Fletcher, bien sûr. Plus elle y repensait, et plus elle s'apercevait qu'il était évident qu'il était une taupe. Elle saurait lui faire regretter son geste.

    On ne trahit pas le Commandant Julian Bartholomew.
    avatar
    Julian Bartholomew
    Pirate en stand-by à l'Atome Crochu

    Nombre de messages : 5
    Localisation actuelle : Devant la porte de l'Atome Crochu
    Mission actuelle : Casser la gueule à tous ces p'tits merdeux
    Citation : Piller, tuer, violer, c'est notre métier... Piller, tuer, violer, y'a que ça de vrai !
    Couleur RP : #a18757
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 17/06/2008

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Julian Bartholomew le Dim 23 Nov 2008 - 19:58

    Et voilà, vos deux pirates sanguinaires préférées sont arrivées ! Very Happy
    avatar
    Erwyn Von Drachnar
    Commandant - Pandore

    Nombre de messages : 429
    Age : 31
    Localisation actuelle : le Pont
    Mission actuelle : Gérer une bataille à venir
    Citation : Search and Destroy
    Couleur RP : #B75217
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 17/07/2007

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Erwyn Von Drachnar le Dim 23 Nov 2008 - 20:45

    Loin de l'image glacée d'Erwyn, je dirais...

    KYAAAAAAAAAAAAAAAaaaa !!!!

    C'était super !! J'adore Ju ! J'adore Milo ! Elles sont géniales !!

    Bienvenue aux piratesses !

    Et vivement qu'on vous voit en RP !!


    _________________
    "Elle était presque aussi engageante qu’une infection rénale avec complications..."
    (c) Kallista

    avatar
    Delphane Brumaire
    Informaticienne - The Final Experiment

    Nombre de messages : 569
    Age : 31
    Localisation actuelle : Dans ma cabine.
    Mission actuelle : Empêcher Copp de me foutre encore la honte.
    Citation : A quoi bon ?
    Couleur RP : #b7b290 #993399 #999999
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 08/03/2007

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Delphane Brumaire le Dim 23 Nov 2008 - 21:22

    Merci -^^-


    _________________
    avatar
    Neklas Aéris
    Lieutenant tactique - Adonis

    Nombre de messages : 328
    Age : 34
    Localisation actuelle : Sur le pont
    Mission actuelle : Convaincre les autres.
    Citation : Il y a toujours deux tactiques, la bonne et celle de l'armée.
    Couleur RP : #9f1919
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 08/03/2008

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Neklas Aéris le Dim 23 Nov 2008 - 21:55

    Nos deux piratesses préférées, ça reste à voir ... Bon allez :

    re-re-re-re-re-re-re-re-bienvenue (je pense que c'est bon là) pour une et re-re-re-re-bienvenue (j'ai bon aussi ?) pour l'autre.

    Et puis que dire d'autre que : on valide Hazel ?

    Ah ! Si ! Vous allez être quoi et où ?


    _________________
    Toi, mon cher ami

    Tu vas voir ta gueule.
    avatar
    Delphane Brumaire
    Informaticienne - The Final Experiment

    Nombre de messages : 569
    Age : 31
    Localisation actuelle : Dans ma cabine.
    Mission actuelle : Empêcher Copp de me foutre encore la honte.
    Citation : A quoi bon ?
    Couleur RP : #b7b290 #993399 #999999
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 08/03/2007

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Delphane Brumaire le Dim 23 Nov 2008 - 22:18

    Merci Neklas ! -^^-

    Il y a un "re" en trop me semble-t-il ^^

    Alors on va être pirates sur Babylone Smile Si c'était bien la question...


    _________________
    avatar
    Neklas Aéris
    Lieutenant tactique - Adonis

    Nombre de messages : 328
    Age : 34
    Localisation actuelle : Sur le pont
    Mission actuelle : Convaincre les autres.
    Citation : Il y a toujours deux tactiques, la bonne et celle de l'armée.
    Couleur RP : #9f1919
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 08/03/2008

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Neklas Aéris le Dim 23 Nov 2008 - 22:21

    Ah oui possible qu'il y ait un re en trop pour chacune mais zut !


    _________________
    Toi, mon cher ami

    Tu vas voir ta gueule.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Invité le Lun 24 Nov 2008 - 12:49

    Bon, je peux reprendre du service !

    Alors, j'ai tout lu et... Rien à dire, c'était vraiment super ^^

    J'ai aussi hâte de les voir en jeux ces deux là... Donc, baaaah, en avant pour la validation ! \o/

    Si j'ai bien tout suivit, je vous mets en pirates, donc... Aller, Go.

    Edit : et vous voilà validée Et transformée en schtroumpf ! (ne me remerciez pas, c'est bien naturel.)

    Voilà, Heu... j'ai bon de vous avoir mit dans pirates, hein ? é_è
    avatar
    Milo Roberts
    Pirate en stand-by à l'Atome Crochu

    Nombre de messages : 5
    Couleur RP : #E17A2F
    Multi-comptes : Noémie Herbogast - Niorun Ynglingar - Newton Guedolphe - Michelle Farmann - Milo Roberts - Woody Calinsky - Aleksandra Sergueïvna Ivanova
    Date d'inscription : 23/11/2008

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Milo Roberts le Lun 24 Nov 2008 - 21:04

    Oui, tu as bien fait de nous mettre dans les pirates ! ^^

    Et merci pour vos bienvenues

    Et... Et je crois que pour moi il n'y a pas de "re" en trop...
    avatar
    Delphane Brumaire
    Informaticienne - The Final Experiment

    Nombre de messages : 569
    Age : 31
    Localisation actuelle : Dans ma cabine.
    Mission actuelle : Empêcher Copp de me foutre encore la honte.
    Citation : A quoi bon ?
    Couleur RP : #b7b290 #993399 #999999
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 08/03/2007

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Delphane Brumaire le Mar 25 Nov 2008 - 17:37

    Je confirme, nous sommes des pirates !

    (et si quelqu'un se met à chanter la chanson de Pirates des Caraïbes, je l'étripe)


    _________________
    avatar
    Erylianen Noerya
    Médecin-chef de bord - Pandore

    Nombre de messages : 118
    Localisation actuelle : Pandore
    Mission actuelle : /
    Couleur RP : #e78640
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 04/08/2007

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Erylianen Noerya le Mar 25 Nov 2008 - 18:52

    Yo ho, yo ho, a pirate's life for me.

    We pillage, we plunder, we rifle, and loot,

    Drink up, me 'earties, yo ho.

    We kidnap and ravage and don't give a hoot,

    Drink up me 'earties, yo ho.

    avatar
    Delphane Brumaire
    Informaticienne - The Final Experiment

    Nombre de messages : 569
    Age : 31
    Localisation actuelle : Dans ma cabine.
    Mission actuelle : Empêcher Copp de me foutre encore la honte.
    Citation : A quoi bon ?
    Couleur RP : #b7b290 #993399 #999999
    Multi-comptes :


    Date d'inscription : 08/03/2007

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Delphane Brumaire le Mar 25 Nov 2008 - 18:54

    Bon, en anglais ça passe xD


    _________________

    Contenu sponsorisé

    Re: Julian Bartholomew et Milo Roberts

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 16 Juil 2018 - 18:19