Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Partagez
    avatar
    Desmond Haynes
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 18
    Localisation actuelle : Cimetière de la flotte de Babylone
    Mission actuelle : Enterrer un ami
    Citation : Pas de soucis!
    Couleur RP : Cyan
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 19/01/2009

    Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Desmond Haynes le Ven 30 Jan 2009 - 3:51


    ________________________________________


    A desert road from Vegas to nowhere…

    Le soleil brillait paresseusement dans le ciel de Babylone, au-dessus de Babel, comme s’il ne se rendait pas vraiment compte que sa présence semblait déplacée en un tel moment. Plus pas, sous les rares nuages blancs et cotonneux qui se couraient à près, tâches éclatantes sur un ciel bleu azur, il n’y a avait donc nul parapluie ouvert en ce jour d’enterrement. Some place better tham where you’re been… Les feuilles ne tombaient pas des arbres pour se faner, et les magnifiques arbres du cimetière de la flotte de Babel continuaient pour leur part de vivre, de manière aussi verte et vigoureuse que d’habitude. C’était le matin, et une goutte de rosée glissa le long de la lourde feuille aux nervures d’argents qui la soutenait pour venir s’écraser sur la nuque de Desmond Hayes.

    A coffe machine that needs some fixing…

    Le maréchal de la chasse de Babylone tira sur le col de son impeccable uniforme de cérémonie pour essayer de s’accommoder de l’humidité qui venait de s’y infiltrer, mais il ne réussit qu’à faire glisser la goutte plus loin, plus profondément entre ses omoplates. Le petit homme frissonna, mais plus parce que les circonstances l’y amenaient qu’à cause de la pointe d’eau fraiche qui descendait maintenant le long de son dos. In a little café just around the bend… Autour de lui, des centaines d’autres officiers de la flotte –dont la plupart faisaient partie du corps de la chasse- étaient rassemblés, impeccablement droits et sinistrement magnifiques dans leurs uniformes de cérémonie. Desmond était au premier rang, et ses camarades maréchaux s’y trouvaient également. Claire Takoda de Tenkaï, Hans Bjornson d’Asgard, Dominico Battrami d’Avalon et Catya Tamaroff de Troie. Quant au directeur de la chasse, le grand maréchal Albert Wagner, il se tenait face au reste de l’assemblée, à côté du lourd cercueil encadré de quatre fusiliers eux aussi en tenue des grands jours. Desmond venait de parler au nom du mort, et il avait cédé la place à Wagner, qui prononçait maintenant les traditionnels honneurs dédiés aux officiers de la chasse qui avaient brillamment servi le Cercle et ce jusqu’à leur mort. Desmond écouta à peine, fixant sans pouvoir s’en détacher le cercueil et l’ami qu’il savait reposer à l’intérieur. Et, tandis que les fusiliers levaient leurs armes vers le ciel pour tirer les quatre coups réglementaires et que les officiers et les pilotes rendaient leur dernier hommage, Desmond Haynes laissa ses pensées dériver au fil des souvenirs et de la musique…

    I am Calling you
    Can’t you hear me
    I am Calling you...

    Les dernières notes de la chanson préférée du défunt –une chanson rescapée de l’Ancienne Terre- s’égrenèrent dans les airs aux milieux des arbres et des vivants avant de se disperser dans le vent plus frais qui s’était soudainement levé. Desmond du maintenir sa casquette de maréchal pour qu’elle ne s’envole pas, et fut l’un des derniers officiants présents à rompre le rassemblement. Autour de lui, la foule se dispersait déjà en petits groupes, se dirigeant dignement vers le buffet d’honneur afin d’échanger entre eux quelques souvenirs à propos du défunt. Haynes espéraient qu’ils seraient bons, pour la plupart. De son côté, il lui était difficile de trouver ne serait-ce qu’un seul mauvais souvenir reliés au commodore George Hadley. George avait été le chef d’état-major de Desmond pendant presque quinze ans, et l’un de ses amis les plus proches qu’il ait jamais pu avoir. L’homme discret à la barbe poivre et sel toujours bien taillée et aux bleu gris comme le ciel un matin d’orage serait extrêmement difficile à remplacer. Pour le moment, Desmond n’avait même pas envie d’y songer, même s’il allait lui falloir très rapidement un nouveau chef d’état-major. Desmond soupira tandis que la chanson, diffusée par les haut-parleurs du cimetière dédiés à ces occasions reprenaient son air lancinant

    Can’t you hear me
    I am Calling you...

    Et le maréchal se dit une énième fois à quel point le fait de mourir d’une bête crise cardiaque quand on s’y attendait le moins pouvait encore se produire si souvent en 3333. La disparition de George avait si… inattendue, si imprévisible. Desmond, bien qu’homme pragmatique, n’était pas encore sur d’avoir pleinement réalisé que son ami était mort. Il échangea un regard plein de sympathie avec Dominico Battrami, qui vint lui serrer le bras de ses deux mains gantées de noir. Battrami ne faisait jamais quoique ce soit qui aurait pu laisser croire à ses pairs qu’il était lui aussi un être humain, mais il avait toujours fait des exceptions avec Desmond. Ce dernier hocha la tête en guise de remerciement muet mais sincère, et Dominico s’éloigna à son tour, seul, sans se mêler à quelque groupe que ce soi. Personne ne voulait se mêler à Dominico Battrami. Claire Takoda et Hans Bjorson vinrent à leur tour serrer la main de Haynes, avec tristesse et compassion, avant de rejoindre les autres officiers, devisant entre eux. Il ne suffit que d’un regard d’Albert Wagner, qui n’était pas très doué pour exprimer ses sentiments, et d’une tape sur l’épaule pour que Desmond sourie malgré tout aux manières bourrues du grand maréchal. Wagner était peut-être peu expansif dans ses démonstration d’affection, mais sa compassion était sincère, Desmond l’avait sentie…

    Some place better tham where you’re been...

    Puis, sans même vraiment le réaliser, Desmond se retrouva seul face au cercueil paré pour la mise en terre qui se ferait tout à l’heure. Derrière lui, les rires mêlés de tristesse perçaient parfois le formalisme des officiers et de la cérémonie, évoquant sans doute quelque souvenir du commodore Hadley. Et, tandis que Desmond allait se retourner dans un soupir et redonner à son visage le sourire qu’il ne quittait presque jamais, il sut qu’il y avait encore quelqu’un à côté de lui. Il se retourna poliment, et conserva son sourire teinté de tristesse en reconnaissant sa collègue de Troie, le maréchal Catya Tamaroff.

    « Ma chère Catya, il y a assez d’un vieux nostalgique pour s’attarder devant une mort. Vous devriez rejoindre les autres, à ce qu’on dit, les petites crevettes roses de Tenkaï sont délicieuses en petits-fours ! »

    C’était là pour Desmond une des habituelles pirouettes qu’il servait à ses interlocuteurs lorsqu’il n’était pas sûr de vouloir discuter d’un sujet en particulier avec eux. D’autant plus qu’il s’agissait de Catya, et que s’il n’avait jamais éprouvé la moindre animosité à l’égard de la femme, il savait pertinemment qu’il y avait depuis toujours une certaine tension entre eux, qui venait principalement d’elle. Desmond n’avait jamais vraiment compris pourquoi, et ne se sentait pas réellement d’humeur à essayer une nouvelle fois aujourd’hui.


    But I can feeling a change is coming
    Coming closer, sweet release...

    Mais il ne put s’empêcher de troubler à nouveau le silence de leur conversation en désignant le cercueil à Catya, parlant d’un ton doux discrètement empreint de nostalgie :

    « Vous connaissiez bien George ? Je sais qu’en tant que mon chef d’état-major, il ne dépendait pas de Troie, mais lui et vous vous êtes rencontrés à plusieurs reprises, je crois... »


    Parler, même pour échanger des banalités avec Catya Tamaroff, était pour Desond Haynes le moyen de mettre de côté la peine et le chagrin. Au moins pour un petit moment. Autour d’eux, le vent s’adoucit, et les feuilles des grands arbres frémirent une dernière fois sous le soleil…

    Can’t you hear me
    I am Calling you...
    avatar
    Catya Tamaroff
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 13
    Localisation actuelle : Cimetière de la Flotte, Babylone
    Mission actuelle : Réconforter Desmond
    Couleur RP : indigo
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 18/07/2008

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Catya Tamaroff le Mar 17 Mar 2009 - 12:15

    « Alors, Mamzelle Catherine ! Qu’est-ce que je vous fais de beau aujourd’hui ? Comme d’habitude ou bien on innove ? »
    « Ma femme me tanne pour que je change de tête. Si je veux manger ce soir, j’ai plutôt intérêt à obéir. »

    Marcello décrocha son peigne et son ciseau de sa ceinture, tel un cowboy de l’Ancien Farwest, avec un irrésistible sourire. Il était on ne peut plus heureux d’entendre sa cliente favorite accéder enfin à son rêve. Catherine Tamaroff avait la meilleure composition capillaire dont un coiffeur pouvait rêver. Ses cheveux étaient solides. Ils possédaient une telle texture qu’ils pourraient résister à tout type de traitement et Marcello se doutait bien que, durant sa vie, Catherine avait du leur en faire voir.

    « Vous avez une idée en tête ou bien j’ai carte blanche ? »

    Dans un soupir, quoique un peu amusée, Catya accorda sa bénédiction aux folies de son coiffeur qui semblait comme un gamin devant un sachet de friandises mais dont il demandait, l’œil avide, la permission de l’entamer. Après tout, c’était ce qu’elle avait décidé en se rendant dans son salon et quand elle décidait quelque chose, Catherine s’y tenait.
    Et sa tête allait changer radicalement. Oubliée la noble couleur ébène, Marcello laissa la lumineuse couleur blanche de ses mèches s’épandre sur toute la surface. Avec la belle peau tannée de sa cliente, Marcello savoura le contraste ainsi créé. Bien évidemment, il du tailler dans la masse, car si les racines poussaient maintenant blanches, la pointe n’en demeurait pas moins noire. Ainsi la sombre et longue chevelure de la Maréchale se transforma en une courte et lumineuse coiffure grise.
    Marcello s’était totalement déchaîné et lorsque Catya rouvrit les yeux, elle resta quelques instants sans réaction. Elle avait tenu à les maintenir fermer le temps de la coupe pour avoir un effet surprise à la fin, à la grande joie de l’artiste capillaire. Et maintenant elle observait le résultat.

    « Alors ? Qu’en pensez-vous ? » demanda impatiemment le coiffeur, avec une légère pointe d’anxiété.
    « Wouah. » fut tout ce qu’elle pu dire.

    Le changement était vraiment radical. Tout son visage avait changé. Il s’était illuminé. Même son regard, même ses yeux, habituellement sombre, laissaient éclater ses reflets verdoyant. Catya était soufflée.

    « Et bah ! Si jamais elle me reconnait, ca relèvera du miracle. »

    Marcello partit en rire, bientôt suivi par Catya. Elle était sidérée mais ravie. Elle se leva, Marcello épousseta ses épaules et elle passa sa main dans ses cheveux. L’effet lui fut bizarre, inhabituel mais aérien aussi. Et cette légèreté lui rappela son passé de pilote où elle volait allègrement dans le ciel et l’espace. Un sourire tenace naquit sur ses lèvres. Catya remercia vivement Marcello qui était aux anges.
    Une fois la somme réglée, Catherine s’en retourna chez elle, la tête bien haute. Ljiljanna voulait du changement, elle allait être servie. Catya pouffa de rire, au volant de son véhicule à la pensée de la tête que ferait son épouse lorsqu’elle rentrerait à la maison.

    Arrivée à la porte de leur appartement, Catya s’amusa. Au lieu d’ouvrir la porte avec sa clef, elle décida, ses lunettes de soleil sur les yeux, de sonner. Ljiljanna ne mit pas longtemps à mettre en marche le visiophone. Alors que le visage lumineux de son épouse apparaissait, Catya redoubla son sourire.

    « Bonjour vous. Voudriez-vous bien avoir l’obligeance de m’ouvrir, gent demoiselle. J’ai oublié mes clefs. » dit-elle d’un ton séducteur en enlevant ses lunettes d’un geste élégant et assuré.

    Ljiljanna fronça ses jolis sourcils. Qui pouvait bien être cette bombe qui se proclamait… attendez voir ! Ces yeux… ce maintien. Tout à coup, son visage qui n’était que doute et suspicion se transforma radicalement. Passant par la surprise, il se figea sur un sourire béat. La porte se déverrouilla et une rose rouge lui fut tendue. Elle l’attrapa et soufflée parvint à articuler :

    « Nom d’une pipe ! Catya ! Wouah ! »
    « Oui je sais. » lui répondit-elle en entrant félinement dans l’appartement.

    Ceinturant sa femme, elle l’embrasse joyeusement. Celle-ci lui répondit avant de fermer la porte.

    « Wouah… » murmura-t-elle de nouveau.
    « Et bien ! Si j’avais su que je te ferais tant d’effet, je serais allée voir Marcello beaucoup plus tôt. » ria Catya qui se débarrassait à présent de son manteau sur le sofa.

    Ljiljanna la regarda faire et se remémora pourquoi elle aimait tant cette femme. Son allure, sa démarche, sa nonchalance feinte, tout en elle respirait la confiance en soi et pour ne rien gâcher, Catherine était réellement une très belle femme, du moins pour elle.

    « Ah ! Au fait ! Tu as du courrier. »

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Et voilà comment on pouvait être chez son coiffeur un jour et le lendemain à un enterrement sans que cela n’ait aucun rapport. La mine sombre et sévère qu’on lui connaissait, le Maréchale Tamaroff se tenait bien droite parmi ses confrères tandis qu’Albert faisait l’éloge funèbre du Commodore Georges Hadley, si vite disparu. Une crise cardiaque. Ce mal là n’était pas prêt de disparaître, malgré toute l’avancée technologique que pourrait bien avoir la médecine actuelle.
    De ses élucubrations, Catya n’en laissa rien voir. Elle resta stoïque, même lorsque les fusiliers tirèrent leurs coups de feu pour saluer le défunt. Elle sentit Claire sursauter légèrement à ses côtés mais ne s’y arrêta pas.

    C’était une drôle de journée. Un soleil radieux illuminait le cimetière, une brise légère faisait doucement onduler les feuilles des arbres et les longues chevelures. Ce n’était pas un jour cliché avec pluie et orage pour célébrer la mort d’un être. C’était une belle journée, qui aurait pu être comme les autres.

    Tandis que tour-à-tour les officiers vinrent saluer le défunt, sa famille et le Maréchal Haynes, Catya se remémorait son arrivée à Babel la veille au soir. Seules trois personnes la reconnurent sur toutes les personnes présentes : Desmond, Dominico et le plus étonnant Claire. Tout le monde, même Albert furent surpris. Elle du même montrer son pass et sa carte d’identité aux personnels de l’hôtel pour qu’elle soit enfin reçue avec les honneurs dus à son rang. Ce qui avait eu le don de l’exaspérer. Ce n’était vraiment pas le moment de faire des chichis pour une nouvelle coupe de cheveux. Et puis, quoi à la fin ! Elle n’avait pas fait de chirurgie esthétique ! Ajouté à cela une ambiance plutôt morose du à l’évènement et Catya était véritablement à prendre avec des pincettes ce soir-là. La nuit fut salutaire et c’était plus calme et disposée que Catherine se présenta à l’office en uniforme de cérémonie avec ses compagnons.

    Finalement, il ne resta plus qu’elle et Desmond près du cercueil du Commodore, alors que la musique lancinante s’écoulait des haut-parleurs. Catya la trouvait lugubre mais adéquat pour un enterrement. Cela mettait tout le monde dans l’atmosphère. Pour la Maréchale, il était certain que si elle devait un jour mourir, ses funérailles seraient au moins joyeuses, avec une musique entraînante.

    I can feel a change coming…

    Des rires se faisaient entendre au loin, et elle préféra ça.
    Elle jeta un bref coup d’œil à Desmond. C’était la première fois qu’elle le voyait abattu, lui qui avait toujours un air jovial, une pensée heureuse, une plaisanterie à dire. Cela lui rappela à quel point tous, ils étaient fragiles dans ces moments-là. Par pudeur, elle continua de fixer autre chose que son collègue ou bien le cercueil. Elle préféra lever la tête et observer le ciel bleu à travers les feuilles des arbres. C’était magnifique…

    Puis Desmond tourna la tête vers elle et elle le regarda. Il avait retrouvé un sourire, bien que celui-ci fût triste.

    « Ma chère Catya, il y a assez d’un vieux nostalgique pour s’attarder devant un mort. Vous devriez rejoindre les autres, à ce qu’on dit, les petites crevettes roses de Tenkaï sont délicieuses en petits-fours ! »

    La mâchoire de la Maréchale de Troie se crispa. *Comme si c’était le moment de parler petits-fours…* ragea-t-elle. Malgré cette pointe de fureur, sa respiration resta calme et pondérée. Pour ne pas risquer de commettre une bévue à un moment si particulier, la demoiselle préféra garder le silence.
    Desmond avait ce chic pour dire ou faire quelque chose qui finissait souvent par l’agacer. Et pourtant, elle se disait qu’il ne le faisait pas exprès (enfin parfois) et que cela était naturel chez lui. Mais néanmoins, il y avait quelque chose en lui que Catya n’arrivait pas à cerner et qui l’agaçait. Avec le temps, elle avait fini par s’y habituer et tentait de refreiner ses pulsions colériques, comme aujourd’hui.

    « Vous connaissiez bien George ? Je sais qu’en tant que mon chef d’état-major, il ne dépendait pas de Troie, mais lui et vous vous êtes rencontrés à plusieurs reprises, je crois... »

    Négligeant son irritation, Catya concentra ses pensées sur ce qu’elle savait du défunt.

    « C’était un homme charmant. » parvint-elle à articuler. « De ces personnes qui mettent les gens à l’aise sans effort. »

    Elle marqua un temps avant de confesser :

    « J’aimais bien lui parler. C’était rafraîchissant.

    Navrée pour cette perte, Desmond. »
    conclua-t-elle en posant sa main sur son épaule, seul geste réconfortant qu'elle se sentait capable de lui donner.
    avatar
    Desmond Haynes
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 18
    Localisation actuelle : Cimetière de la flotte de Babylone
    Mission actuelle : Enterrer un ami
    Citation : Pas de soucis!
    Couleur RP : Cyan
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 19/01/2009

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Desmond Haynes le Ven 10 Avr 2009 - 0:03

    Desmond sourit à Caty a quand elle lui mit la main sur l’épaule en geste de compassion. Qu’une femme comme elle était prête à faire un tel geste malgré leurs divergences coutumières toucha le petit maréchal. Il prit de ses deux mains celle de Catya, qu’il serra doucement en signe de remerciement.

    « Merci, Catya. Ca ne paraît peut-être rien, mais c’est important pour moi. Et pour Georges. Il vous estimait beaucoup, vous savez. Il vous trouvait tout aussi rafraichissante que lui à votre égard. Il était le trait d’union idéal entre nos deux offices, et maintenant qu’il est parti, j’espère que nous saurons continuer à entretenir de bonnes relations de bureau sans nous agacer mutuellement comme nous en avons tant l’habitude. »

    Desmond sourit, et fit signe à une jeune femme très svelte à l’air indéchiffrable qui s’avança vers eux. Elle portait l’uniforme d’un commodore de la chasse, même si elle semblait jeune pour un tel garde : elle devait à peine avoir 28 huit ans.

    « Catya, je vous présente le commodore Lisa Hadley. Rassurez-vous, sa promotion n’a rien à voir avec le décès de Georges, ou par népotisme de ma part, bien que je connaisse Lisa depuis toute petite. Vous avez gagné vos galons si jeune avec mérite, commodore Hadley, et c’est pourquoi j’ai décidé de vous prendre au poste qu’occupait votre père. J’aimerais aussi vous présenter le maréchal Tamarof, avec qui vous serez souvent amenée à entrer en contact… pour le meilleur et pour le pire. »

    Desmond se fendit d’un clin d’œil rapide et discret à l’adresse de Catya tandis que Lisa Hadley tendait la main à la maréchale :

    « C’est un honneur de vous rencontrer, maréchale. Mon père disait beaucoup de bien de vous."

    Desmond s’était emparé d’un cocktail aux fruits sans alcool, décidé à trinquer à la mémoire de son meilleur ami et officier, mais ne put mener son projet à bien, interrompu par les deux petites silhouettes qui fendirent la foule avant de se jeter sur lui :

    « Oncle Desdmond ! On est vraiment désolées !

    « Allons, allons… » fit Desmond, cachant du mieux qu’il pouvait son émotion. « Je vous avais de ne pas vous en faire pour moi, qu’on se retrouverait tout de suite au buffet. »

    Mélissa Haynes avait quatorze ans, des cheveux blonds et frisés qui encadraient un visage constellé de tâche de rousseurs, ainsi que de grands yeux bleu magnifiques. Sa sœur ainée, Hailey, était un grand brin de fille élancée et athlétique, aux formes développées et au visage acérée mais tranquille. Ses yeux gris cadraient avec sa chevelure brun gris, et elle cessa de serrer son oncle de ses bras pour mieux le regarder :

    « Tu es sûr que ça va aller, oncle Des ? »

    « C’est dur, je ne vais pas te mentir. Et vous ? Vous aimiez beaucoup Georges, également. »

    « Je suis pratiquement une adulte maintenant. Mais c’est marrant, ça ne change pas grand-chose dans un cas pareil, au final… Mélissa va mieux. Elle est triste, mais elle s’en remettra : c’est une jeune ado dans la force de l’âge ! »
    « Hey ! Parle pas de moi comme si j’étais pas là ! »

    « Les filles… les filles ! »
    Desmond s’accroupit, et les serra brièvement contre lui. « Merci d’être là. Mais allez au buffet maintenant, je vous rejoins tout de suite. »

    Hailey et Mélissa acquiescèrent, embrassèrent leur oncle et père adoptif encore une fois, saluèrent poliment Lisa et Catya et s’en allèrent enfin vers le buffet. Desmond sourit, ému, mais se recomposa vite une attitude débonnaire en se tournant vers ses deux collègues, son verre toujours à la main :

    « Ce sont de bonnes gamines. » se contenta-t-il de dire, attendant que Lisa Hadley et Catya Tamarof finissent de se présenter l’une à l’autre. Puis, alors qu’un serveur passant à proximité leur proposa des verres, Desmond leva le sien et dit, tout simplement :

    « A Georges Hadley. Puis ce grand homme et ce vieux filou vole en paix quelque part entre les étoiles qu’il aimait tant ! »
    avatar
    Catya Tamaroff
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 13
    Localisation actuelle : Cimetière de la Flotte, Babylone
    Mission actuelle : Réconforter Desmond
    Couleur RP : indigo
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 18/07/2008

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Catya Tamaroff le Dim 19 Avr 2009 - 15:49

    Lorsque Desmond lui attrapa sa main dans les deux siennes, Catya se retint de justesse de l’enlever de là. Elle avait beau avoir fait un effort à cause de la compassion qu’elle ressentait pour le petit homme, il ne fallait pas non plus pousser. Catya se contentait habituellement de supporter poliment son homologue babylonien, avec néanmoins plus de facilité qu’avec Dominico Battrami. Mais les paroles qui lui dirent à ce moment-là lui firent presque oublier son habituel sentiment de répulsion.
    Catherine ne se doutait jamais de l’impact qu’elle avait sur les gens. Et plus spécialement sur ses collègues. Elle, elle se contentait de faire son travail en y trouvant son plaisir et en faisant en sorte qu’il y ait une bonne ambiance. Mais delà à ce qu’elle marque les esprits, cela ne l’avait jamais effleuré.
    Gênée, elle déclara tout de même :

    « Je ne vous promets rien, mais nous essayerons. Pour Georges. »

    Puis, elle le vit faire un signe à une femme en uniforme. Celle-ci s’approcha et Catya en oublia la présence de Desmond. Elle était fine et élancée, le port de tête bien droit, sûre d’elle, du moins en apparence. L’œil vif de Catya la renseigna sur son grade. Commodore. Elle ne put empêcher un de ses sourcils de s’élever. La demoiselle semblait bien jeune pour être Commodore. 26 ans ? 27 peut-être ? Catherine ne saurait le dire mais en tout cas, sa future interlocutrice avait une certaine prestance.
    Desmond les présenta. Alors, elle était la fille de Georges. Catya se disait aussi que les yeux de la femme devant elle lui rappelaient quelque chose.
    A la petite expression sur laquelle finit Desmond, Catherine lui répondit d’un sourire en coin amusé tandis qu’il lui lançait un clin d’œil. Son attention fut toutefois détournée par la nouvelle arrivante qui lui tendait sa main.

    « C’est un honneur de vous rencontrer, Maréchale. Mon père disait beaucoup de bien de vous. »


    Catya lui donna une ferme poignée de main en retour.

    « Tout le plaisir est pour moi, Commodore. Malgré les circonstances. Je suis sûre qu’il vous a caché le pire. » finit-elle dans un sourire amusé.

    Du coin de l’œil, Catya put voir Desmond se faire attraper par deux jeunes demoiselles qui se révélèrent être ses nièces. Le laissant à sa nouvelle occupation, la Maréchale de Troie s’en retourna à sa discussion.

    « Cela ne m’étonnerait guère. Il n’était pas du genre à médire sur les gens. » déclara Lisa avant de lancer un regard vers le cercueil.
    « Dans ce cas, vous apprendrez par vous-même mes innombrables petits défauts. » reprit doucement Catya, après avoir laissé quelques secondes de recueillement à leur hôtesse.
    « Je suis sûre que vous n’en avez pas autant que vous ne voulez me le faire croire. » fit-elle d’une voix plutôt douce par rapport à la dureté de ses traits.

    Catya fut peinée de comprendre que Lisa s’astreignait à porter une sorte de masque, comme si elle cherchait à prouver aux autres qu’elle avait eu son grade pour ses compétences et non son affiliation. Elle se promit de faire comprendre au Commodore qu’elle n’avait pas à le faire en sa présence. Catya avait une façon de travailler bien à elle, qui se moquait bien des grades pour ne voir que le savoir de son interlocuteur.

    A ce moment là, un serveur passa près d’eux et Desmond saisit un verre, bientôt imitée par les deux femmes.

    « A Georges Hadley. Puisse ce grand homme et ce vieux fou voler en paix quelque part entre les étoiles qu’il aimait tant. »
    « A Georges. »

    Lisa ne dit rien, trop troublée pour oser prononcer un mot. Elle fit tinter son verre contre ceux des deux maréchaux et but une gorgée en même temps qu’eux.


    Dernière édition par Catya Tamaroff le Dim 19 Avr 2009 - 23:09, édité 1 fois
    avatar
    Desmond Haynes
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 18
    Localisation actuelle : Cimetière de la flotte de Babylone
    Mission actuelle : Enterrer un ami
    Citation : Pas de soucis!
    Couleur RP : Cyan
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 19/01/2009

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Desmond Haynes le Dim 19 Avr 2009 - 19:23

    Georges Hadley avait reposé son verre avec le calme infini qui le caractérisait. Bien des années auparavant, c’était en grande partie ce calme, cette maîtrise de lui-même, qui avait incité Desmond Haynes à choisir cet homme comme officier d’état-major. Ca, et ses capacités analytiques exceptionnelles, son sens inné de la tactique et, par-dessus tout, la manière dont il arrivait à concilier deux partis qui s’opposait. Georges était un trait d’union indispensable entre le bureau de Desmond et les autres services de la chasse, et Haynes avait très vite appris à respecter l’avis et l’opinion du commodore.

    « Donc oui, la situation me semble bel est bien sérieuse, Desmond. » avait dit Georges Hadley de sa voix grave, à l’accent curieusement traînant qui lui donnait un charme tout particulier. L’officier était confortablement assis dans un fauteuil de velours rouge, dans le bureau de Desmond sur Babylone. La pièce était spacieuse et élégamment meublée, même si le pratique avait la prédominance sur le luxe. Le maréchal de la chasse de Babylone était un homme aux goûts surs mais simples, et il ne faisait que rarement étalage de sa fortune et de son prestige.

    « C’est bien ce que j’avais peur d’apprendre. Mais si tu me le dis, c’est que ça doit être vrai. Et ça ne fait que corroborer les informations de mes informateurs. »

    Desmond s’avança, appuyant ses coudes sur son bureau impeccablement ordré pour joindre les mains sous son menton. Haynes avait une quantité astronomique de contacts parmi les courtiers en information les plus divers, et peu de choses lui échappait. Il comptait néanmoins sur Georges pour s’assurer de la vérité ou non d’un fait. Et Georges Hadley ne se trompait que rarement.

    « Si cette histoire de fraude s’avère aussi importante qu’elle laisse à penser, nous allons avoir les mécanos sur le dos. Ils ne vont pas aimer que nos services d’investigation se mettent à poser des questions partout dans leurs rangs. » commenta Hadley.

    « Bah, les mécanos ont toujours une bonne raison de se plaindre. A croire que garder nos chasseurs en état est la tâche la plus harassante qui puisse exister. Et avec le budget plus serré cette année, je ne peux pas dire que je leur donne tort. »

    « Ce qui explique la fraude. »

    « Tu sais très bien que je n’avais pas le choix. Les coupures sont les mêmes dans tous les services de la chasse, de toute façon. Sur Troie plus qu’ailleurs. C’est pourquoi j’aimerais que tu ouvres une liaison pour une enquête conjointe avec Catya. Elle te tolérera plus que moi. »

    Desmond se fendit d’un petit sourire, que Georges lui rendit avant de boire une nouvelle gorgée de brandy :

    « Ca, on ne peut pas dire qu’elle t’adore. Je vais m’en occuper, pas de problèmes. Si fraude il y a dans notre marché de pièces détachées, tu peux être sûr que ça passe par Troie. Je vais appeler le maréchal Tamarof dès demain. D’ailleurs, j’ai déjà ma petite idée concernant la manière dont nous pourrions mener l’enquête… »


    * * *


    Les verres tintèrent les uns contre les autres une fois le toast en l’honneur du commodore Hadley lancé, et Desmond Haynes revint au présent. Un présent assombri par la perte de Georges Hadley, qui n’aurait plus jamais de petite idée concernant quoi que ce soit à lui soumettre. Ce que regretterait longtemps Desmond.

    Mais Lisa Hadley était compétente, et si Desmond venait de décider de la nommer à la tête des services de son père, ce n’était par népotisme. Il espérait que Catya et les autres maréchaux le comprendraient également, et que Tamarof et Hadley puissent travailler ensemble aussi bien que la maréchale de Troie le faisait avec Georges. La nomination de Lisa s’était imposée à l’esprit de Desmond au cours même de la cérémonie, et il était persuadé qu’il n’aurait pas à regretter son choix. Même si Georges leur manquerait à tous encore bien, bien longtemps. Mais l’homme amateur de travail bien fait qu’il avait été de son vivant ne leur aurait pas permis de négliger une affaire importante plus longtemps que nécessaire. Surtout lorsqu’il s’agissait d’un trafic de pièces vitales pour les chasseurs des forces de défense du Cercle.

    « Je vais transmettre le dossier de l’affaire de fraude sur laquelle travaillait Georges au commodore Hadley ici présente. Je crois comprendre qu’il avait déjà commencé à travaillé sur le sujet avec vous, Catya. »

    Desmond but une gorgée de son verre, et son regard passa de Lisa à Catya :

    « Vous avait-il fait part de ses premières conclusions ? Je suis sûr que Georges aimerait que nous réglions cette affaire de fraude, et que nous le fassions bien. »

    Au-dessus d’eux, le ciel semblait s’étirer vaporeusement tandis que la bruine se dissipait peu à peu. Et, au sein du brouhaha discret de la foule d’invités à la cérémonie, il était temps de se remettre au travail.

    Parce qu’après tout, cela valait toujours mieux que pleurer.
    avatar
    Catya Tamaroff
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 13
    Localisation actuelle : Cimetière de la Flotte, Babylone
    Mission actuelle : Réconforter Desmond
    Couleur RP : indigo
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 18/07/2008

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Catya Tamaroff le Mer 29 Avr 2009 - 17:24

    Et voilà, il n'avait pas fallu bien longtemps pour que Desmond ne fasse déborder le vase de Catherine. Comment cet olibrius osait-il parler travail à l'enterrement de son ami ? C'était un jour de deuil et de recueillement ! Nom d'une pipe ! Et Desmond qui semblait être le genre d'homme à verser sa petite larme pour ensuite se retourner et faire comme si de rien n'était. Mais ce n'était pas le cas. Georges était mort.

    Et il y avait un temps pour tout.

    Malgré, ou plutôt à cause de la présence de la fille du défunt, Catya ne put réprimer son accès de colère.

    "En effet, mais je crois que ce n'est ni le lieu, ni le moment pour parler de cela, Maréchal Haynes." dit-elle cinglante, en insistant bien sur le grade de son compère.

    C'était un signe chez elle qui montrait aux autres qu'il valait mieux faire profil bas le temps qu'elle se reprenne.

    Catya était une femme intègre qui aimait que l'on se respecte les uns les autres. Ce que venait de faire Desmond était pour elle une attaque à cette civilité qui veut qu'un jour d'enterrement on arrête de travailler.
    Mais le maréchal de Babylone ne s'arrêta pas là. Il poursuivit sur sa lancée, inconscient ou ignorant l'avertissement que la troyenne avait lancée. Et Catya perdit le peu de patience qui lui restait envers le petit homme.

    "Bien que je sois certaine qu'il aurait voulu que cette affaire se termine dans les plus brefs délais, je considère qu'il y a un temps pour tout." commença-t-elle revêche, captivant l'attention de son entourage.

    "Je ne parlerais pas fraudes et pièces détachées à l'enterrement d'un ami !" s'emporta-t-elle finalement.

    Dans sa fureur, elle avait ouvertement fait part de ses sentiments envers le défunt. Oui. Georges avait été de ces personnes qu'elle pouvait qualifier d'ami et elle n'avait pas honte de le dire. Elle aurait simplement préféré le dire autrement et dans une autre occasion. Mais c'était fait, et elle n'allait pas y revenir.

    "Sur ce, excusez-moi." termina-t-elle plus à l'intention du Commodore Hadley que pour le Maréchal Haynes.

    Catherine s'éloigna alors à grandes enjambées de leur petit groupe et se fondit dans la foule.
    avatar
    Desmond Haynes
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 18
    Localisation actuelle : Cimetière de la flotte de Babylone
    Mission actuelle : Enterrer un ami
    Citation : Pas de soucis!
    Couleur RP : Cyan
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 19/01/2009

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Desmond Haynes le Lun 4 Mai 2009 - 15:56

    Desmond n’était pas le moins du monde étonné que Catya réagisse ainsi. A vrai dire, peut-être aurait-il dû faire preuve de plus de tact pour amener le travail dans le sujet de la conversation. Peut-être aurait-il effectivement pu attendre la fin de la cérémonie. Peut-être aurait-il pu même attendre un jour ou deux. Mais le maréchal de Babylone n’avait pas un jour ou deux pour se consacrer uniquement à la peine et au chagrin. Il ne le pouvait tout simplement pas. D’autres avaient besoin de se laisser aller, de laisser tomber leurs obligations après un évènement tragique. Mais pas Desmond Haynes.

    Non pas parce qu’il était sans cœur, au contraire. Mais parce qu’il ne pouvait surmonter sa peine sans concentrer son esprit sur quelque chose de concret, quelque chose qu’il pouvait affronter, et changer. Au contraire de la mort injuste de Georges Hadley. Cela avait été pareil quand les parents de ses nièces avaient trouvé la mort. Desmond avait consacré toute son énergie à s’occuper des filles ou à régler les affaires qu’il avait en cours. Le maréchal était quelqu’un qui avait besoin d’un but, d’une tâche à accomplir. Surtout dans ces moments là.

    Lisa Hadley, pour sa part, l’avait compris. Elle connaissait Desmond, pas aussi bien que son père, mais suffisamment pour avoir une idée du fonctionnement de l’homme. Ou du moins l’idée qu’il laissait voir. Et puis, elle n’avait pas encore pleinement réalisé la réalité de sa perte. Pas assez pour s’offusquer de l’attitude de Haynes. Mais elle comprenait également pourquoi Catya avait réagi ainsi.

    « Je suis désolé, commodore. Si vous voulez bien m’excuser… »

    Lisa hocha la tête. Elle comprenait. Elle avait besoin de se raccrocher à quelque chose qu’elle pouvait comprendre. Et puis, elle avait besoin d’un peu de solitude, avant d’affronter les délégations de condoléances qui n’allaient pas manquer de se présenter à elle.

    Desmond lui fit un pâle sourire, et se précipita à la suite de Catya, aussi vite que ses petites jambes le lui permettait. Arrivé à sa hauteur, il lui prit doucement le bras pour qu’elle s’arrête, et il ne laissa pas le temps de proférer une seule remarque assassine :

    « Je sais que nous ne sommes pratiquement jamais d’accord, vous et moi. Je sais aussi que mon comportement peut paraître déplacé étant donné les circonstances. Mais je sais aussi où est mon devoir. Il va à la flotte, et à Georges. Parce qu’il ne s’agit pas que d’une affaire de boulot comme une autre. Et si c’est ainsi que vous le voyez, peut-être ai-je surestimé votre implication en tant que maréchal responsable. Des hommes sont morts, Catya. Un pilote s’est tué hier en vol d’entraînement parce que les pièces de son chasseur ont été remplacées par de la camelote de bas étage dans le but d’écouler les bonnes. C’est le troisième homme à mourir à cause de ce petit trafic. Mais peut-être que ce détail vous a échappé à la lecture de nos dossiers ? A l’instant même où nous parlons, il y en a peut-être un autre qui monte dans un appareil qui lui coûtera la vie parce que des salopards ont décidé de s’enrichir sur notre dos et celui de nos hommes. Pour une « histoire de pièces détachées », comme vous dites. Et je ne sais pas vous, mais moi je sais très bien que Georges n’aurait jamais voulu que sa mort ralentisse une enquête qui pourrait sauver la vie des hommes qui étaient sous sa responsabilité. Sous notre responsabilité. »

    Desmond avait parlé calmement, mais on pouvait sentir la colère poindre sous les mots, une colère très inhabituelle chez le petit homme discret, et résultant autant de sa peine face à la mort de son ami que celle de ses pilotes.

    « C’est pourquoi je refuse de perdre plus de temps. Georges ne l’aurait pas permis. Sa fille l’a compris ; Lisa est le portrait craché de son père. Mais peut-être dois-je lui dire que vous préférez déléguer un de vos subordonnés pendant que les homes qu’elle a contribué à former risquent leur peau non pas au combat, mais de manière totalement injustifiée. Nos responsabilités ne s’arrêtent jamais, et ce quoiqu’il arrive, Catya. Je croyais que vous l’aviez compris, depuis le temps. »

    Desmond décocha un regard glacial à son homologue, ce que peu de gens l’avaient jamais vu faire. Le bonhomme Haynes ne sortait jamais hors de ses gonds. Ou alors, il ne l’avait jamais montré. Du moins jusqu’à aujourd’hui.

    « Maintenant, si vous n’avez rien à dire, je vais aller boire un verre ou deux à la mémoire de Georges avec les autres, et j’irai continuer son œuvre. Parce qu’il est hors de question d’attendre sans rien faire. »

    Le maréchal de Babylone soutint sans flancher le regard de Catya quelques instants, et tourna les talons sans autre forme de cérémonie, se dirigeant vers la foule du buffet. Il était temps de boire à la santé d’un ami et d’un officier d’exception.

    Puis il se remettrait au travail. Parce qu’il ne pouvait rien faire d’autre sans avoir envie de pleurer.
    avatar
    Catya Tamaroff
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 13
    Localisation actuelle : Cimetière de la Flotte, Babylone
    Mission actuelle : Réconforter Desmond
    Couleur RP : indigo
    Multi-comptes :

    Date d'inscription : 18/07/2008

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Catya Tamaroff le Lun 8 Juin 2009 - 16:11

    A peine avait-elle eu le temps de s'éloigner de la foule pour se trouver un petit coin tranquille à côté d'un pilier qu'elle entendait Desmond arrivé d'un pas rapide et sec. (La Maréchale de Troie n'aurait pu se tromper sur le propriétaire de cette démarche.) Ah non ! Ca n'allait pas du tout le faire. Catya n'était absolument pas calmée et donc encore moins disposée à supporter une discussion qui allait être houleuse au vue de la mine déterminée et colérique qu'affichait son homologue babylonien. C'était la première fois que Catherine voyait une telle expression sur le visage du Maréchal, mais elle n'eut pas le loisir de s'appesantir dessus qu'il lui mettait la main dessus. Littéralement. Malgré la douceur affichée du geste, Catya s'extirpa violemment de la prise de l'homme en serrant les poings. Et avant même qu'elle n'ait le temps de lui faire comprendre qu'il n'était pas le moment de revenir à la charge que Desmond ouvrait le bal.

    Et Catya serra les dents. Il lui fallut rassembler toute sa volonté et toute sa maîtrise pour ne pas égorger le goret vociférant devant elle. De quel droit osait-il lui parler ainsi ? Elle n'était certainement pas la dernière des catins et sûrement pas la dernière des imbéciles.
    Evidemment qu'elle ne prenait pas ce dossier à la légère ! Elle ne prenait jamais un travail à la légère. Que ce travail concerne un boulon mal vissé ou bien la vie de tout un escadron. Catya Tamaroff ne laissait jamais rien de baclé. Pas à un tel niveau de compétence. Cela serait un total déshonneur pour la profession.

    Mais les insultes de Desmond, au lieu de ricocher sur une surface glaciale, une armure impénétrable de la connaissance du travail bien fait, faisait mouche.
    Comment si elle était incapable de déléguer à des personnes compétentes des tâches importantes - voir vitales - lorsqu'elle devait s'absenter pour urgence !
    Desmond abordait les responsabilités. Mais il s'agissait aussi des responsabilités de savoir partager son travail avec ses subordonnés ! Cela faisait aussi partie de la fonction de commandement, chose qui apparemment échappait à ce si "compétent" Maréchal de Babylone.

    Catya n'était pas partie à la va-vite lorsqu'elle avait reçu le carton d'invitation à rendre les derniers honneurs au Commodore Hadley. Elle avait, bien évidemment, donner des instructions très précises à ses subordonnés pour que l'enquête progresse même en son absence, et elle pouvait être informée à tout moment d'éléments nouveaux et importants concernant le dossier.
    Desmond la sous-estimait et pire que cela, il remettait en cause ses capacités de Maréchale. Le regard glacial qui lui lança confirmait sa vision des choses et la troyenne réussit, par on ne sait quel miracle, à ne pas enfoncer son poing droit dans la joue rebondie du babylonien.

    Heureusement pour les deux officiers, Desmond termina son discours et comme Catya ne pouvait desserrer les mâchoires sous peine de lui rentrer véritablement dans le lard, l'homme tourna les talons et s'en alla.

    Là, elle laissa transparaître un peu plus sa fureur dans un geste de colère : son poing, initialement prévu pour s'étaler sur la figure du grassouillet, partit en arrière et frappa durement la colonne. La douleur se répandit instantanément, libérant un chapelet de jurons salvateurs. Mais Catya se sentait toujours aussi prise au piège qu'avant. Soit elle quittait l'assemblée pour remonter dans sa chambre, ce qui l'amènerait à se remettre au travail et donc à consentir au propos de Desmond, ce que sa fierté ne saurait supporté - elle n'était pas dans le tort nom d'une pipe ! - soit elle restait là, à l'écart des gens, avec une furieuse envie de taper sur quelqu'un - le quelque chose faisait accessoirement beaucoup plus mal et n'avait pas la satisfaction d'afficher une quelconque souffrance pour le coup porté - ce qui n'était pas une bonne solution non plus.
    Cependant c'est ce qu'elle fit. Elle resta plantée là, près de cette colonne, à ruminer et à essayer de faire un exercice de respiration pour calmer sa fureur.

    Catya savait, au fond d'elle, que le premier qui viendrait lui adresser la parole en prendrait pour son grade, même si c'était Albert Wagner en personne...
    avatar
    Desmond Haynes
    Maréchal de la Chasse

    Nombre de messages : 18
    Localisation actuelle : Cimetière de la flotte de Babylone
    Mission actuelle : Enterrer un ami
    Citation : Pas de soucis!
    Couleur RP : Cyan
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 19/01/2009

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Desmond Haynes le Lun 24 Aoû 2009 - 17:54

    [HRP: Là aussi, je viens de voir que j'avais un message dans ma boîte à mp qui m'attendait depuis juin. Pardon. ;_; Donc en accord avec Catya, ce sujet peut être considéré comme terminé, voilà. ^^ ]

    Contenu sponsorisé

    Re: Cimetière de la Flotte - Honneurs [PV Catya]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 16 Juil 2018 - 18:18