Siyar Nuum

    Siyar Nuum
    Siyar Nuum
    Enseigne Astrogateur - Nimue

    Nombre de messages : 8
    Age : 34
    Couleur RP : #ae44fe
    Multi-comptes : Siyar Nuum Persos_vivenef
    Date d'inscription : 12/09/2008

    Siyar Nuum Empty Siyar Nuum

    Message par Siyar Nuum le Ven 12 Sep 2008 - 17:05

    Putain de cornes à la con !

    Oui c’était fort agréable comme réveil lorsqu’il est à peine six heures du matin et que le canal de communication a été ouvert dans un mouvement de colère avec le volume maximal. Pour ceux qui auraient eu la chance de ne pas dormir, cela n’était certainement pas trop grave. Mais pour les autres, les malchanceux, cela était nettement moins amusant. Surtout si ensuite on entendait des grognements et quelques soupirs exaspérés.

    Mais il fallait se rapprocher de la source du bruit pour voir de quoi il s’agissait. Cette source était une cabine occupée par un seul membre, un enseigne d’après les galons de son uniforme. Enfin les galons de l’uniforme qui était accroché à la patère dans l’entrée de la pièce, parce que question uniforme, ce n’était pas du tout ça pour l’occupant. On pouvait même déceler une absence complète d’uniforme ou de vêtement quelconque. Pour un observateur classique et lambda (ou alpha, oméga, gamma, enfin n’importe quelle lettre grecque ou autre qui pouvait qualifier un observateur) le garçon qui était là avait un air de psychopathe en vadrouille ou de fou échappé d’un asile et fuyant les gentils hommes en blouse blanche qui lui couraient après avec une magnifique chemise aux manches tellement longues qu’elles pouvaient s’attacher dans le dos. L’observateur avait alors le choix entre descendre les yeux pour regarder l’intégralité du corps présent devant lui ou bien partir en courant pour ne pas se prendre un couteau en plein milieu du visage.

    Admettons qu’il soit curieux et suicidaire, il pouvait avec joie et plaisir distinguer des traits encore adolescents sur une peau de pêche. Une peau dont la pâleur traduisait sans difficulté le manque de sorties du garçon. Ses cheveux noirs en bataille lui donnaient un air mal réveillé et si ce n’étaient l’absence de sourire sur son visage on aurait pu croire à le voir qu’il avait passé une bonne nuit. Ses yeux aux reflets bleutés brillaient d’une lueur de folie et de cruauté sans fin. De chaque coté de son visage, bien visibles, deux cornes presque noires sortaient de sa chevelure, démontrant ainsi son appartenance à la race calme des Ases. Calme dont il semblait ne pas avoir hérité si on considérait son éclat de voix. Son nez était très fin et bien proportionné même s’il était légèrement retroussé. Ensuite si on descendait on découvrait la bouche, le menton légèrement pointu. En résumé, ce visage était marqué d’un air volontaire. Il n'avait pas encore perdu les traits de l'adolescence mais il faut dire que lorsque l'on a près de 24 ans, il reste un peu de temps pour ça.

    Si on continuait à descendre on voyait que le garçon était habitué à ne pas faire de sport. Sa musculature était plutôt inexistante. Il avait les bras fins, des mains assez longues qui démontraient son habileté dans le maniement de claviers en tout genre. Vers la partie médiane de son corps, il tenait un magnifique oreiller percé d’un trou fort peu naturel et laissant s’échapper une partie de sa garniture. Et c’était contre cet oreiller que se déchainait la colère du jeune homme. Car il avait beau ne pas paraître particulièrement musclé ou fort, il avait quand même un air psychotique sur le visage qui ne présageait rien de bon pour le pauvre petit accessoire de literie. Et alors qu’il allait commencer son travail de punition contre l’oreiller en tord, la porte de la cabine s’ouvrit à toute volée et un autre garçon entra furieux.


    Siyar, donne moi une seule bonne raison de ne pas te jeter dans le vide !

    Immédiatement le dit Siyar se radoucit, ses traits se firent plus calmes et il eut la décence de rougir un peu en commençant ses explications.

    Ben heu, c’est mes cornes, elles me font …

    Tu continues ta phrase avec une grossièreté et je te met à la porte de notre cabine en l’état !

    Ne souhaitant visiblement pas amuser la galerie avec son oreiller, Siyar se reprit.

    Elles m’énervent. C’est le deuxième oreiller en un mois, tu te rends compte ! Et je ne te parle même pas de la maison ou des internats ! C’était horrible, alors tu peux comprendre que je m’énerve non ?

    Oui je peux le comprendre, mais tu pourrais éviter d’hurler à cette heure là en ouvrant les communications externes de la cabine, tout le monde t’a entendu.

    Oups ! Ce fut tout ce qu’il pu rétorquer en imaginant le réveil en fanfare qu’il venait de faire subir aux autres membres d’équipage. Il n’y avait pas à dire, il venait de faire une boulette. Pas qu’il en ait peur (des autres membres d’équipage), il ne fallait pas croire, mais du haut de son mètre soixante six, de ses cinquante kilos et de ses muscles à faire pâlir d’envie tout chewing-gum qui se respecte, il n’était pas commode. (1)

    Son colocataire obligatoire, un jeune homme du nom imprononçable de Szckarzlisk, était par ailleurs habitué à son caractère. Et pour le décrire on aurait pu dire au choix : aimable mais pas trop, gentil sans excès ou encore soupe au lait sans trop de lait. En gros il n’était pas un mauvais bougre, mais il ne supportait pas que ses prévisions aillent de travers. Par exemple, sa mésaventure avec son oreiller l’insupportait encore et il aurait bien passé beaucoup plus de temps à vitupérer contre ses cornes, ses parents, la race Ase tout entière et même tout le Cercle si besoin était. Oui, il lui fallait vitupérer, crier et passer sa rage, ensuite c’était totalement oublié. Il partait dans des colères mémorables, brisant tous les verres en cristal sous sa voix (enfin ça c’était quand il était petit, maintenant sa voix était trop grave pour faire ce genre de dégâts même si elle possédait encore une belle puissance et une tendance naturelle à partir dans les aigus). Puis au bout de quelques dizaines de minutes tout était calmé, il redevenait le garçon docile que tout le monde aimait (enfin aimait plus que celui qui hurlait contre quelque chose de futile).

    Il avait également un autre coté agréable, il était toujours droit dans ses avis, s’il avait quelque chose à dire, il ne le gardait pas pour lui-même si cela vexait l’autre ou le mettait dans une situation impossible. Par exemple si jamais un supérieur prenait une décision ou avait un comportement qu’il trouvait mauvais, il le lui disait franchement et directement. Il n’aurait pas pu être médecin sinon il aurait directement annoncé à ses patients : Une infection mortelle, il vous reste trois jours à vivre en souffrant atrocement, cela fera 15 crédits. Mais heureusement pour les malades, il n’était qu’enseigne astrogateur sur la Vivenef Nimue. Cette affectation n’avait pas arrangé son caractère, il aimait bien les autres membres d’équipage, allant jusqu’à fleureter parfois avec certaines de ses collègues féminines. Mais il aurait aimé être dans une affectation plus prestigieuse.

    Il finit par s’habiller pour aller finalement déjeuner puis partir à son poste sur le pont. Il devait travailler encore sur certains points de trajectoire qui lui posaient problème lors de calculs complexes. Revêtant son éternel uniforme blanc, une particularité qu’il avait payé cher, il posa ses lunettes devant ses yeux et fit un petit signe de la main à son coloc qui allait maintenant pouvoir bien dormir.

    Il sortit, son oreiller à la main et le déposa d’un geste rageur dans le panier à linge. Il allait finir par se faire saquer ici aussi si ça continuait. Et alors qu’il progressait vers la cantine, il repensait à sa vie avant d’arriver sur Nimue.

    Une fort belle vie d’ailleurs. Un père et une mère, une grande sœur et un chien, tout ce qu’il fallait pour être heureux sur Asgard. De plus il avait de suffisamment bonnes connaissances en mathématiques pour embrasser une carrière militaire. C’était à ce niveau que ça avait coincé. Les écoles militaires n’étaient pas particulièrement accueillantes selon lui, il avait des problèmes de relations avec les autres étudiants, préférant nettement être devant un terminal de commande qu’aller voir les filles dans les vestiaires. Cela l’avait mis à l’écart. Il avait également été relativement mal noté par ses professeurs qui voyaient dans son ton une incompatibilité avec la rigueur militaire.

    Lors de son retour chez lui aux premières vacances, ses parents avaient décidé de lui offrir son futur uniforme de cérémonie. Un uniforme blanc parfaitement Asgard mais qui faisait un peu étrange dans l’armée du Cercle. Ne souhaitant pas les vexer, il avait accepté et s’était fait encore plus d’ennemis. Certains le considéraient comme un indépendantiste et il en souffrit. C’est à cette époque qu’il se forgea son caractère droit. Il n’avait que la justesse de ses propos contre les moqueries et les remarques des autres. C’était aussi à cette époque qu’il avait un peu pris en grippe ses cornes qui le marquaient comme un étranger aux yeux de certains.

    Aussi quand son affectation sur Nimue fut prononcée, il ne songea même pas à protester, cela était peut-être injuste étant donné son parcours militaire. Mais enseigne directement, c’était un bon avancement par rapport aux autres. Il fallait croire que les autorités militaires avaient décidé de le nommer dans un endroit où il pourrait être utile sans faire trop de vagues.

    Et là ce matin, il avait bien surfé ! Mais tant pis ! Alors qu’il allait vers le Pont pour prendre ses fonctions, il croisa deux quartiers maitres qui discutaient alors que d’après le planning ils étaient en service. Il souffla et fut heureux de pouvoir un peu se défouler.


    Depuis quand l’astrogation est-elle une section de fumistes ? Je crains que vous ne deviez aller rapidement à vos postes et que vous aurez quelques calculs supplémentaires de trajectoire à faire. Nous sommes dans un appareil militaire, si vous vouliez vous reposer, allez donc chez les pirates !

    Il entra finalement sur le Pont et s’installa à sa console où il vérifia les résultats de quelques calculs lancés la veille. Il avait réveillé tout un groupe ? Et alors, ils n’avaient qu’à se lever tôt eux aussi !

    ---
    (1) Comme le disait si justement Erwyn, il était plutôt armoire, chevet ou buffet
    Siyar Nuum
    Siyar Nuum
    Enseigne Astrogateur - Nimue

    Nombre de messages : 8
    Age : 34
    Couleur RP : #ae44fe
    Multi-comptes : Siyar Nuum Persos_vivenef
    Date d'inscription : 12/09/2008

    Siyar Nuum Empty Re: Siyar Nuum

    Message par Siyar Nuum le Ven 12 Sep 2008 - 17:05

    On va dire fini si ça convient aux gens.
    Lana Lane
    Lana Lane
    Admin

    Nombre de messages : 977
    Age : 31
    Couleur RP : #04d5eb
    Multi-comptes : Eve, Endy, Kiba, Weena, Andrea, Sara, Oscar, Elie.
    Date d'inscription : 03/06/2005

    Siyar Nuum Empty Re: Siyar Nuum

    Message par Lana Lane le Sam 20 Sep 2008 - 0:51

    Moi ça me convient. Alors ça convient à tout le monde. =D

    Bienvenue à Siyar! o/
    Siyar Nuum
    Siyar Nuum
    Enseigne Astrogateur - Nimue

    Nombre de messages : 8
    Age : 34
    Couleur RP : #ae44fe
    Multi-comptes : Siyar Nuum Persos_vivenef
    Date d'inscription : 12/09/2008

    Siyar Nuum Empty Re: Siyar Nuum

    Message par Siyar Nuum le Sam 20 Sep 2008 - 12:10

    Merci ô TCAV !

    Contenu sponsorisé

    Siyar Nuum Empty Re: Siyar Nuum

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 18 Sep 2019 - 20:03