Mission de secours [#001]

    Partagez
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Dim 6 Avr 2008 - 13:30

    [ [Mars] Départ [Mission #001] <- ]

    Les six silhouettes en combinaison de vol se déplaçaient telles des ombres sur la surface de Mars, aux alentours du complexe qui abritait Lana Lane et Sarah Ascroft. Les Phantom avaient posé leurs chasseurs à une dizaine de mètres autour de la structure, et ils étaient maintenant en train de faire le tour, cherchant le meilleur moyen d’entrer sans trop attirer l’attention.

    La gravité ne posait pas de problèmes, mais l’atmosphère étant pour le moins hostile, les pilotes avaient gardé leurs combinaisons pressurisées verrouillées ; c’est fou comme on s’habitue vite à l’oxygène et autres peccadilles. Leurs tenues sombres et leurs casques aux visières hermétiquement fermées leurs donnaient l’air d’étrange insectes humanoïdes. Ils avaient tous dégainé leur blasters et se tenaient sur le qui-vive, prêts à réagir dès qu’un drone montrerait le bout de son excroissance métallique qui pourrait le mieux lui servir de nez.

    Du temps où il était encore un officier de la Chasse du Cercle, Gilad n’avait jamais eu à se soucier des opérations de terrain. Les pilotes étaient sommairement entraînés au combat de terrain, au cas où, mais ça s’arrêtait là. Ce n’était pas leur boulot, d’aller crapahuter à la surface. Mais Gilad avait dû repenser ce système du tout au tout depuis qu’il était sur Adonis. Les pirates ne possédaient pas de corps de fusiliers, et chaque flibustier se devait d’être relativement polyvalent. Aussi, notre chef d’escadrille avait pris soin de sélectionner non seulement ses Phantom pour leurs aptitudes de pilotes, mais également pour leurs capacités sur le terrain. Ce n’étaient pas des commandos surentraînés, certes, mais ils sauraient se débrouiller dans une situation comme celle qu’ils vivaient maintenant. Du moins, Gilad l’espérait de tout son cœur…

    Il avait divisé l’escouade en trois groupes de deux : Als et Kat, Doc et Asyr (évidemment), et Lara Night et lui. Gilad comptait sur Kat pour gérer Alsinus, et Asyr et Doc n’étaient jamais aussi efficaces que lorsqu’ils passaient leur temps ensemble à se balancer des vannes idiotes. Quant à Lara, Antilles appréciait son professionnalisme et son caractère, et ils travaillaient bien ensemble.

    Levant la tête, le commandant d’escadrille se demanda comment Khaine et les autres s’en tiraient là-haut. Il espérait qu’il n’y aurait pas de grabuge ; même s’il avait confiance en Wilson, la perte d’un seul pilote serait pour Gilad comme un coup en pleine face. C’étaient ses p’tits gars… Mais il ne devait pas y penser, et se concentrer sur la mission. Deux êtres dépendaient de lui et de ses hommes, dans cette base. Il parla dans le communicateur intégré à son casque :

    « Ok les gars, là on vient de l’astroport, donc on est au…sud-est du complexe. Dès qu’on sera entré, Huit et Onze vous jouez les éclaireurs. Asyr et Doc, vous les couvrez. Neuf et moi on ferme la marche et on surveille les arrières. Gardez les combinaisons fermées, vous avez vu les trous qu’il y avait un peu partout depuis vos cockpits, quand on a survolé la zone… »

    Les six pilotes longeaient maintenant le complexe, et ce qui devait être une bête porte de service leur paraissait l’accès idéal. C’est aussi pour ça que Gilad avait tenu à ce que Lara Night les accompagne : son don avec tout ce qui était technologique allait sûrement leur être utile pour entrer et réactiver tout le bazar.

    « Alors Boss ? »

    « C’est comme si on était entrés chef. »

    « Je vous fais confiance Neuf. Bon, dès que nous serons à l’intérieur, on remonte jusqu’au local où mademoiselle Ascroft est enfermée. On a bien besoin d’une paire de mains de plus. Ensuite, on va réactiver un à un tous les générateurs de Lana Lane pour qu’elle puisse ravoir main basse sur la base, si je puis dire. Après, on verra ce qu’on peut faire d’autre… Pas d’héroïsme inutile : vous restez tous prudents, et on évite la bataille autant que possible, c’est compris ? »

    Les autres hochèrent la tête, et Lara poussa une exclamation bien à elle quand la porte s’ouvrit ; les six Phantom pénétrèrent enfin dans le complexe de Lana Lane…


    Dernière édition par Gilad Antilles le Lun 14 Avr 2008 - 14:42, édité 1 fois
    avatar
    Personnage Non Joueur
    PNJ

    Nombre de messages : 40
    Date d'inscription : 28/02/2007

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Personnage Non Joueur le Ven 11 Avr 2008 - 23:51

    Après avoir traversé le labyrinthe de caisses de tailles et de formes variées qu’était la zone de stockage, les six « Phantom » qui étaient venu à terre pour leur mission de sauvetage entrèrent dans le complexe lui-même, bien que par endroits, la frontière entre le centre de commandement et la zone de stockage n’était pas si bien définie. Comme les pilotes de chasse d’Adonis l’avaient vu depuis le ciel de Mars, le complexe n’était pas en bon état. Le toit s’était écroulé par endroits et certains murs étaient tombés.
    Cependant, le complexe avait beau avoir une pitoyable allure, il était toujours là et malgré le temps, la plupart de ses systèmes fonctionnaient tant bien que mal.

    Et le couloir dans lequel les « Phantom » se trouvaient était quasiment intact, si l’on passait les parois métalliques oxydées. Rien ne bougeait dans la semi-obscurité. Une lumière crue éclairait faiblement le couloir par le Nord. Lorsqu’on regardait l’extrémité Nord du couloir, on pouvait voir cette lumière aux nuances rougeâtres frapper la paroi de droite et baigner le couloir qui partait en biais vers la gauche de sa sinistre clarté.

    Il était en revanche impossible de voir l’extrémité Sud du couloir qui était plongée dans une obscurité quasi-totale.


    [Hj : Pardon pour cet ignoble petit message...]
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Lun 14 Avr 2008 - 15:17

    « Et ben, c’est gai ici. La déco n’est vraiment pas terrible, en plus. »

    Alsimus Ferrano renifla dans son casque pour montrer son dédain et témoigner son ennui. Depuis que les Phantom avaient atterri sur Mars, le métis trouvait que la mission traînait en longueur. Il s’était attendu à se poser sur la planète, entrer, réactiver le tas de circuits qu’était cette Lana Lane et sauver une demoiselle en détresse, et tout ça en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, et avec classe et prestance ! Et voilà qu’ils se retrouvaient tous dans un couloir glauque d’un complexe glauque sur une planète glauque pour une mission qui l’était tout autant. Ca devait faire une vingtaine de minutes qu’ils s’étaient posés, et il n’y avait eu aucune communication avec qui que ce soit hors de leur équipe et nul drone n’avait montré ne serait-ce qu’un boulon. Peu porté sur l’héroïsme et le combat rapproché, Alsimus ne s’en serait normalement pas plaint, mais l’inaction commençait à lui peser. Et puis il était un pilote, beau et rapide comme un oiseau de proie ; ramper comme un ver sur la terre ferme, très peu pour lui ! Quel parvenu, cet Antilles ! S’il ne l’intimidait pas autant, il lui aurait fait par de ses pensées il y a longtemps, foi d’Alsimus Ferrano !

    «En plus, il se passe rien… Aïe ! »

    Il foudroya Kat du regard, qui lui avait enfoncé son coude dans l’estomac. Sa combinaison avait absorbé le choc, mais tout de même, qu’une roturière comme elle l’agresse physiquement !

    « Je ne te permets pas, Udesky ! »

    « Oh, je suis désolée ! » minauda-t-elle ironiquement en lui flanquant une tape sur le casque : « Arrête de faire l’idiot, Als ! »

    « Taisez-vous tous les deux ! » Antilles n’avait pas élevé la voix mais son ton était sans appel. Kat s’éloigna d’Alsimus, qui lui adressait une grimace qu’il trouvait certainement très distinguée.

    « Commandant ? »

    C’était Doc Thorne, qui avait pris de l’avance en compagnie d’Asyr, suivant la portion de couloir éclairée vers le nord. Les deux pilotes se tenaient à proximité d’une nouvelle porte, et l’ase indiqua les inscriptions qui la couvraient à Antilles :

    « C’est la salle de commandement. »

    « Merci, Asyr. J’imagine qu’on va y jeter un œil… »

    Gilad ordonna aux autres de les rejoindre, et les six pilotes se retrouvèrent devant le centre de commandement du complexe, arme au poing.

    « Nous allons investir cette salle. Lara et moi, nous allons entrer les premiers ; Kat, Alsimus, vous restez de chaque côté de la porte pour nous couvrir, ainsi que Thorne et Asyr qui nous suivrons. Vous entrerez en dernier, et vous continuerez à surveillez nos arrières. Une fois à l’intérieur, Lara et Doc vont réactiver tout ce qu’ils peuvent pour mademoiselle Lane, et nous allons continuer avec le centre tactique. L’endroit où se trouve mademoiselle Ascrof y est joint, et j’imagine qu’elle en a plus qu’assez de se morfondre dans son coin. Une fois mademoiselle Ascroft avec nous et le contact établi avec mademoiselle Lane, nous allons faire en sorte de relancer tous les systèmes que nous pourrons avant de repartir. Jack, Lara, c’est à vous. On veille sur vous. »

    Les deux plus techniciens de l’équipe commencèrent à travailler sur les systèmes de la salle de commandement, tandis que les quatre autres Phantom surveillaient les issues et que Gilad Antilles se demandait comment Khaine et les autres s’en sortaient, là-haut…
    avatar
    Personnage Non Joueur
    PNJ

    Nombre de messages : 40
    Date d'inscription : 28/02/2007

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Personnage Non Joueur le Ven 25 Avr 2008 - 15:10

    Dans le silence de la colonie, les deux techniciens se mirent au travail. Ils parvinrent assez facilement à réactiver le générateur autonome de la salle de commandement.
    Brusquement, un éclairage artificiel s’alluma dans la salle de commandement, crachotant une lumière plus ou moins vive. Elle révéla la pièce son un nouveau jour.
    Au centre, il y avait une grande table ronde encerclée de sièges noirs qui avaient l’air fort peu confortables. Les parois étaient lisses, excepté celle sur laquelle était fixé le générateur autonome que Thorne et Asyr avait réactivé.

    Il y avait aussi un petit globe noir qui était imperceptible dans l’obscurité. Posé au centre de la table, il ressemblait à un projecteur holographique quelconque.

    Jusqu’à ce que son petit œil rouge s’allume et qu’il s’envole dans les airs.


    Information : De nouveaux intrus dans le complexe. Six individus.

    Ordre : Abattre les individus.

    Et le drone commença à tirer vers le premier venu tandis que tous les drones infiltrés se dirigeaient vers la salle de commandement.

    Bien loin de là (dans une galaxie lointaine, très lointaine), l’information parvenait à Ses oreilles (deux orifices vaguement triangulaires situés de chaque côté de sa tête, à demi cachés par ses Nyonkkus). Elle analysa les données rapidement avant de taper rageusement de son poing (à trois doigts) sur sa console. Stupides machines ! Les chasseurs avaient fait une diversion ! Mais maintenant que ces horribles mortels étaient dans le complexe, il était trop tard pour réagir. D’autant plus que ses ordres à Elle arriveraient bien trop tard. La distance était beaucoup trop grande… Peut-être devrait-Elle prendre plus de risques la prochaine fois.

    Elle envoya malgré tout l’ordre de cesser le combat contre les chasseurs ennemis, bien qu’il était possible qu’il arrive trop tard, pour l’un ou l’autre des protagonistes, peu importait.
    Le but, c’était de détruire Lana Lane. Les autres viendraient après. Elle n’était pas sûre que l’opération serait un succès, mais il fallait bien essayer. Maintenant que Forever était hors d’état de nuire, les humains ne voudraient pas sacrifier leurs vies pour sauver un « ordinateur à personnalité », comme ils appelaient ces abominations. Elle ne connaissait pas toutes les capacités que Forever leur avait données, mais Elle savait qu’Elle devait d’abord les détruire.

    Endless respira à fond. Les petites fentes qui lui servaient de narines se dilatèrent et ses branchies frémirent. Elle devait avoir confiance. Tout se passerait bien, sans bavure, dans la plus grande propreté. Mais, malgré Son but si noble, Elle n’aimait pas ça. Elle avait hâte que tout soit fini.
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Sam 26 Avr 2008 - 20:04

    « Que la lumière soit ! »

    Lara Night souriait derrière la visière de son casque tandis que la lumière se ravivait dans la salle. La mécanicienne des Phantom leva le pouce, et Doc Thorne fit mine de s’éponger le front, ce qui n’était pas spécialement facile lorsqu’on était vêtu d’un scaphandre. Autour d’eux, la pièce se révélait maintenant en pleine lumière, et avait tout à fait l’air de ce qu’on pouvait attendre d’un centre de commandement : une table, des chaises autour sur lesquelles on n’avait surement pas envie de passer des heures, une décoration d’intérieur que n’aurait pas envié la cellule d’un moine… Mis à part le générateur que les pilotes venaient de réactiver, les lieux ne semblaient pas receler du matériel notable, aussi Antilles songeait déjà à la suite.

    « Bien joué Boss. Bon, on va sortir d’ici et faire le tour en longeant le centre tactique afin d’atteindre le local de mademoiselle Lane. Au passage, nos doigts de fée ici présents vont pouvoir jeter un œil au générateur de la colonie ; si on suit le plan, nous allons passer devant. Cela fera toujours ça de plus à mettre à notre crédit dans ce complexe. Kat, Alsimus, vous prenez les devant. »

    Quelque chose n’allait pas. Antilles n’aurait pas su dire quoi, mais il avait survécu assez longtemps en tant que pilote pour faire confiance à son instinct. On avait beau préparer le plus minutieux des plans, il y avait chez certaines personnes ce frisson qui vous prévenait que quelque chose allait se passer malgré tout. Gilad était de ceux là, et il n’avait aucune intention de négliger le moindre détail.

    « Ca va chef ? »

    Asyr se rapprocha de lui, la main sur son blaster. Elle aussi savait accorder du crédit à ce picotement que l’on ressentait le long de la nuque, qui n’était jamais aussi fort que lorsque rien ne semblait se passer. Car le complexe semblait plus que tranquille, plongé dans un silence que seul le grésillement des circuits en état de marche troublait. Si ce n’était la personne que les Phantom étaient sûrs de trouver dans la base, c’était comme s’il n’y avait âme qui vive…

    « Mais qui sait si Lane Lane en possède une… » murmura Gilad, troublé par le calme omniprésent des lieu.

    « Vous dites chef ? »

    « Rien. Je parlais tout seul. On vieillit tous un jour, Asyr. »

    « Pas vous. » sourit l’ase tandis qu’ils avançaient pour sortir du centre de commandement. « Et… Attention ! »

    Au moment où l’ase criait, le premier drone avait fait irruption dans la salle, forçant Kat et Alsimus à se jeter sur le sol pour se mettre à couvert. Obéissant par réflexe à l’injonction d’Asyr, Gilad se déplaça prestement sur le côté tandis que l’ase s’écartait de la ligne de mire de l’engin. Il eut à peine le temps d’émettre son message qu’il succomba sous le tir croisé de Lara et Jack Thorne, restés en retrait.

    « On dirait qu’on a enfin de la compagnie ! » lança Thorne tandis que les pilotes se mettaient à couvert le long des murs qui jouxtaient la sortie.

    «Et ses petits copains arrivent ! » Alsimus avait jeté un œil dans le couloir avant de se rentrer en toute vitesse. Bien lui en pris, une rafale percutant le chambranle là où il se trouvait une seconde à peine auparavant.

    « A couvert le long des parois ! Ne les laissons pas entrer ! Lara,Doc, vous vous chargez de l’autre entrée ! » ordonna Antilles en dégainant son propre blaster. Non loin de lui, Lara Night et Asyr échangèrent un sourire à la perspective d’un peu d’action. Gilad reconnaissait bien là les pirates intrépides…

    Les premiers drones à se hasarder à portée de tire furent autant de cibles faciles pour les pirates, mais les machines eurent tôt fait de s’organiser pour ne plus se découper dans l’encadrement de la porte comme des cibles en cartons à la fête foraine. Réfléchissant à toute vitesse, Antilles ne vit pas tout de suite Kat tomber à la renverse mais entendit son cri lorsque le laser d’un drone l’avait frappée à l’épaule. Réagissant prestement, Als s’était jeté à terre pour la tirer en arrière tandis que les autres les couvraient d’un feu nourri.

    « Doc ! » hurla Gilad pendant qu’Alsimus asseyait Kat contre le mur, à l’abri. La jeune femme serrait les dents, mais ne semblait pas être grièvement blessée. Se précipitant à ses côtés, Jack Thorne fit un examen rapide de la blessure et y appliqua un bandage d’urgence.

    « On ne peut pas rester là chef. » cria Lara en venant s’adosser à la paroi aux côtés de Gilad.

    « Je me disais la même chose, Boss. Doc, vous allez aider Katina à marcher. On va sortir en force, direction la salle de Lana Lane. Alsimus et Asyr prendront la tête, Doc et Kat suivront et mademoiselle Night et moi-même fermeront la marche. »

    « Je m’occupe de ceux qui pourraient avoir fait le tour pour venir nous prendre en chasse par derrière. » sourit la mécanicienne en révélant la demi-douzaine de grenades à fragmentation qui ceignaient sa ceinture. « J’me suis dit qu’on aurait peut-être besoin d’un peu de lourd… »

    « Pourquoi est-ce que ça ne m’étonne pas ? Allez, on avance! »

    Les Phantoms se précipitèrent dans le couloir, profitant de la moindre opportunité de se mettre à couvert pour abattre les drones qui leurs barraient le chemin. En queue de peloton, Lara dégoupilla sa première grenade avant de la balancer en direction de l’autre issue de la salle, celle par laquelle les pilotes étaient entrés. L’explosion endommage les systèmes de la porte, qui ploya sous le choc ; avec un peu de chance, cela ralentiraient les drones qui auraient décidé de prendre les pirates à revers pendant qu’ils se frayaient un chemin jusqu’à Lana Lane et Sara Ascroft…
    avatar
    Personnage Non Joueur
    PNJ

    Nombre de messages : 40
    Date d'inscription : 28/02/2007

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Personnage Non Joueur le Lun 28 Avr 2008 - 16:37

    Les Phantom sortirent dans le couloir et durent tirer sur les drones qui s’étaient accumulés de ce côté pour se frayer un chemin vers le nord. Aucun drone ne les prit à revers sur le couloir de gauche lorsqu’ils dépassèrent la salle de commandement. Ils contournèrent le centre tactique et s’engagèrent dans un couloir désert. Il n’y avait plus de drones à leur connaissance, excepté ceux qui étaient restés, semblait-il, de l’autre côté de la salle de commandement. Ils longèrent l’observatoire et le centre tactique avant d’arriver devant la salle du générateur principal de la colonie.
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Lun 28 Avr 2008 - 17:25

    Alsimus et Asyr se déployèrent de chaque côté de la porte qui menait au réacteur principale du complexe de Lana Lane. Les pilotes n’avaient pas rencontré de nouveaux drones depuis leur retraite du centre de commandement, mais Gilad restait prudent, et chacun de ses hommes était sur le qui-vive. Assise contre le mur, Katina Udesky reprenait son souffle, grimaçant tandis que Jack Thorne appliquait une nouvelle compresse d’urgence sur sa blessure à l’épaule. Le tir du drone avait calciné la combinaison et une partie de la peau de la jeune femme, mais la plaie n’était pas spécialement grave selon Thorne. Une bande d’urgence avait été apposée sur la combinaison, ce qui permettrait au vêtement de tenir le coup en cas de dépressurisation. Le couloir présent n’étant pas dangereux de se côté-là, Thorne en avait profité pour mettre à nu l’épaule abîmée de huit et s’occuper des premiers soins.

    « Bon, c’est brûlé, mais tu t’en sortiras. » Thorne sourit. « Je te donnerai des antidouleurs en plus pour le retour, afin que tu puisses piloter au mieux, mais tu ne seras pas en état de faire des acrobaties alors… »

    « …alors pas de bêtises, Katina. »
    lui intima Gilad qui se découpait dans l’entrée de la salle du générateur ; derrière lui, Lara Night avait déjà commencé à boutiquer la machine.

    « Pas de soucis, chef. J’me rattraperai la prochaine fois. » Kat sourit derrière son casque, mais son expression se mua vite en grimace de douleur : « Bordel Jack, fais gaffe ! »

    « Désolé. Une fois à bord d’Adonis, Endy s’occupera de toi. »

    Il lui fit un clin d’œil, et Katina soupira :

    « J’en ai de la chance. »

    « Endy est un bon médecin. »

    « C’est pas pour ça que je soupire… »

    « Taisez-vous un peu, je vous prie. Kat, économisez votre souffle, vous allez en avoir besoin. La mission n’est pas encore terminée. Onze, quatre, vous continuez à surveiller le couloir. Doc, vous restez avec huit… »

    Antilles les laissa pour rentrer à nouveau dans la salle du générateur, silencieuse ; ce qui n’était pas ce qu’on attendait de la salle du générateur, mais ils étaient là pour ça…

    « Comment ça se passe, Boss ? »

    Un outil entre les dents, Lara avait les deux mains occupées à pianoter sur la commande de la machine :

    « Cha devrait aller. Ch’est un vieux modèle, mais che vais m’en tirer… »

    Gilad hocha la tête, pleinement confiant en les qualités du numéro neuf de l’escadron. C’était plutôt de lui qu’il n’était pas très fier, à vrai dire ; une pilote blessée… C’était inévitable dans ce genre d’opération, ou presque, mais Gilad ne pouvait s’empêcher de ressentir chaque coup porté à un membre de son escadron comme un manquement à son propre devoir. Après tout, il était celui qui devait faire en sorte qu’ils s’en sortent. Tous. On avait beau dire qu’avec le temps venait l’habitude, on ne se faisait jamais à celle qui consistait à perdre un pilote. Levant les yeux au plafond, Gilad se demanda encore une fois comment Wilson s’en sortait, là-haut…

    « Bon ! »
    fit-il pour chasser de son esprit les pensées qui parasitaient son esprit ; en mission, il n’y avait que la tâche qui comptait. Le reste venait après. « Dès que Neuf aura relancé le générateur, on se rend directement dans la salle de Lana Lane. Il est temps d’en finir avec cette partie du plan. »

    En effet, il y avait une femme furibarde dans cette salle qui n’avait sûrement que trop attendu…
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Invité le Lun 28 Avr 2008 - 20:08

    [ Départ anticipé. <- ]

    "J'étais sûr qu'il allait y avoir un problème. Sûr."

    Se dit Vincent Vernon, alors qu'il constata l'absence totale d'énergie sur son dispositif de communication longue portée. Un soupir dépité formant une fine pellicule de buée sur son casque, opaque si vu de l'extérieur, il referma l'appareil, qui ainsi changé en attaché-case métallique, lui donnait un véritable air de VRP de l'espace. A l'exception près du fusil porté en bandoulière bien sur.

    Oh, certes, c'était peut-être de la paranoïa tant l'endroit semblait calme, mais, l'expérience lui avait appris à se prémunir contre toute éventualité. On n'est jamais à l'abri d'un militaire hargneux, ou d'une policière grognonne.

    Dans son malheur, Vincent Vernon avait cependant la chance de constater que d'une, le complexe était construit selon une architecture qu'il avait bien eu le temps d'assimiler durant ces derniers jours de récupération matérielle (pillage diront certains) et que donc, il pourrait vraisemblablement s'y retrouver, et donc, charger son système de transmission sur le générateur principal de la base. Oh, bien sûr, aller directement au centre de communication aurait été plus aisé, mais comme le disait l'un de ses anciens collègues: Les fréquences, c'est comme les dealers. C'est toujours plus sûr de n'aller qu'avec ceux qu'on connaît bien. Il était fort ce collègue quand même.

    Se retournant donc, à peu près trois secondes trop tard pour voir une patrouille de droïdes défiler dans son champ de vision, il s'avança, confiant, vers l'endroit, constatant non dans une certaine satisfaction qu'il était tout ce qu'il y avait de plus ouvert. Et c'est donc d'un pas confiant -qui l'aurait beaucoup moins été s'il était au courant de ce qui circulait sur sa droite dans un autre couloir- qu'il s'avança, se permettant même de fredonner un petit morceau quelconque.

    Ce fut jusqu'au moment où il entrevit Onze et Quatre en faction dans le couloir sur lequel il allait, à garder le générateur. Qu'importe. C'était dans ces moments où les visiteurs imprévus se présentaient qu'il fallait garder tout son applomb. Et c'est donc arborant un large sourire -totalement inutile puisque caché par son casque- qu'il s'approcha d'eux pour leur dire d'une voix claire:

    "Belle journée n'est-ce pas ? Même s'il pleut un peu gros non. Ca va, pas trop fatigués à garder ce générateur à longueur de temps ?"

    Il avait fait mieux comme accroche, mais, bah, c'était de l'impro. Un petit signe de la main ne portant pas son attaché-case suffirait à le rendre incroyablement sympathique de toute façon. Les probables drones pouvant vraisemblablement se diriger dans sa direction, dans son dos, l'étaient sans doute moins, mais il était à des lieues de cette considération-ci.
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Mar 29 Avr 2008 - 21:07

    « Bordel, ils construisaient solide à l’époque, mais ils construisaient de la merde… »

    Lara Night grognait depuis bientôt dix minutes, penchée au-dessus du générateur principal de la base martienne. Sa ceinture à outil gisait ouverte, étalée sur le sol, et Gilad lui passait un outil lorsqu’elle le demandait entre deux jurons à propos « de ces putains de machines qu’on croirait issues toute droit de la technologie soviétique ». En tant que bon chef d’escadrille, Gilad ne voyait aucun inconvénient à laisser Boss mener la danse lorsqu’elle était dans son domaine. Il souriait même dans sa barbe ; à la manière dont Lara grommelait, il savait qu’en réalité elle adorait ce qu’elle était en train de faire.

    Et il eut tout à fait raison de lui faire confiance, car le générateur se mit à vibrer lentement avant de se remettre en marche d’un coup, et une lumière accrue se déversa dans la salle et sans doute ailleurs dans le complexe tandis que de multiples voyants s’allumaient sur les parois.

    « Nom de dieu, fallait pas me chercher ! » lança une Lara satisfaite tandis qu’elle rangeait ses outils.

    « Bon travail Boss. »

    « Osez dire que vous en doutiez, chef ! »

    « Pas le moins du monde ! » Gilad se sentait de meilleure humeur ; Kat allait s’en sortir, le générateur principal était relancé et ils devraient donc bientôt en avoir fini ici. Il était impatient de reprendre les commandes de son chasseur de d’entendre le rapport de Wilson Khaine, mais hors de question d’accélérer la mission pour autant. Quand on faisait quelque chose, on le faisait bien ; il n’y avait pas d’autres options. »

    « Commandant ? »

    Asyr l’avait appelé à travers leur réseau de communication, et Gilad traversa la salle du générateur pour revenir à l’entrée, Lara le suivant de près.

    « Qu’est-ce qu’il y a, Asyr ? »

    « Nous avons un petit problème. Ou un invité, appelez ça comme vous voulez… »

    Quand Asyr et Alsimus avaient vu un homme en combinaison arriver droit sur eux dans le couloir, ils avaient été surpris mais n’avaient pas baissé leur garde pour autant, ni les armes qu’ils tenaient braquées sur le nouvel arrivant qui s’était lancé dans un court monologue typique de ceux qui se retrouvaient dans une situation inconfortable.

    Lorsqu’il l’aperçu, Gilad dissimula sa surprise à la perfection tandis que son esprit passait en revue toutes les possibilités pour qu’un autre type en combinaison se balade dans la colonie. Selon Lana Lane, hormis Sara –qui était avec elle- tous les membres de l’ARI sur cette planète étaient morts, et la planète n’était plus habitée. Du coup, il restait la forte éventualité qu’il s’agisse simplement d’un des récupérateurs qui pullulaient dans le Cercle ; un récupérateur particulièrement malchanceux qui avait très mal choisi son jour…

    « Gardez le en joue, inutile de prendre des risques. Je suis le commandant Antilles de l’escadrille Phantom, sur Adonis. Et je crois que vous allez me faire le plaisir de décliner votre id…

    En se rapprochant du nouveau venu pour mieux l’observer, Gilad s’était concentré sur les traits qu’il devinait derrière la visière de l’homme, et le commandant dut faire appel à sa maîtrise de soi pour ne pas se raidir plus que nécessaire ; observateur, il n’oubliait jamais un visage. Surtout certains.

    « Vous ! »
    s’exclama-t-il calmement. Peut-être trop...
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Invité le Mer 30 Avr 2008 - 11:50

    Alors que le chef des personnes ici présentes allait pour s'avancer, Vincent Vernon s'activa mentalement. Cette tête, puis ce nom lui disait quelque chose, mais quoi...

    ...

    "VOUS ?!"

    Fit-il avec une simultanéité remarquable, en reculant de deux pas, avant de trébucher sur son propre talon, de tomber à la renverse, et de se retrouver, son auguste popotin au sol, pointant un doigt vers Gilad, son casque masquant partiellement son air médusé. Nul doute qu'il ne l'aurait pas reconnu s'il n'avait pas son surprenant pour le lieu costume trois pièces, seul son casque et la réserve d'oxygène allant avec changeant d'une tenue classique. Très vite, l'instinct de survie prit le dessus et il chercha ses mots:

    "Je n'étais pas là à mal, je me suis juste fait lâchement abandonné par un équipage, lorsque je leur disait à quel point les pillages auxquels ils s'adonnaient étaient mal, moi j'étais avec eux pour les raisonner, de toute façon, j'ai rien touché, quant à ce fusil il a un numéro d'enregistrement, c'est juste que ceux qui sont partis avec le vaisseau l'ont embarqué avec du coup j'étais ici uniquement pour charger mon communicateur afin de pouvoir me faire récupérer et quitter cette pla..."

    Ayant pris un peu de retard, les rouages au sein du crâne de Vincent Vernon se mirent en marche, dans un clonk qui eut été fracassant s'il n'était pas que symbolique. Après avoir marqué une pause, aussi bien dans ses mots que dans ses tremblements terrifiés du bout de l'index, il reprit d'un ton interloqué:

    "Commandant sur... Adonis ?"

    De deux choses l'une. Soit Adonis avait été repris par les militaires, et mis au service de l'armée, ce qui, étant donné le caractère d'Adonis, et la férocité de son équipage -il ne croyait pas si bien penser étant donné la reprise du vaisseau par Sirano- était très peu probable, soit...

    "Vous... Pirate..?"

    Il y a des moments comme ça, où la seule solution pour exprimer la profondeur de sa pensée, est d'éclater en un fou rire incontrôlé en tapant du poing sur le sol. Et force était de constater qu'il prenait cher, le sol en question, tant l'incongruité de la situation lui faisait à moitié sauter un fusible...
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Mer 30 Avr 2008 - 20:29

    Als et Asyr échangèrent un regard perplexe devant les explications alambiquées du nouveau venu. Une fois le discours analysé, on avait beau se rendre compte que c’était du grand n’importe quoi, on ne pouvait s’empêcher de le trouver convainquant. Cet homme avait un peu de ces mascottes que les héros de film traînent tout du long simplement parce qu’elles inspirent pitié et qu’elles servent à l’une ou l’autre occasion (faire diversion, par exemple).

    Et le voir soudain s’étaler de tout son long en s’esclaffant aurait finit de déstabiliser plus d’une personne ; à vrai dire, les Phantom étaient un peu penaud, ne sachant comment réagir face à l’attitude bizarre de l’homme. Seul Gilad n’était pas affecté, du moins en surface ; aussitôt qu’il avait reconnu l’escroc, il avait failli demander à ses pilotes de l’arrêter avant de se rappeler qu’il ne faisait plus partie des forces du Cercle. Les vieux réflexes avaient parfois de la peine à disparaître... D’un certain côté, cela plaçait Antilles du même bord que ce gus, et le chef d’escadrille n’était pas sûr d’aimer ça ; pas du tout même. Mais comme Gilad n’était pas un malfrat prêt à tirer sur le premier venu, eusse-t-il des griefs à son encontre, il se demandait quoi faire de ce type… Il n’avait prévu qu’un chasseur biplace dans l’optique de ramener Sara Ascroft, et il ne se serait pas attendu à tomber sur un autre être vivant dans le complexe. Dommage qu’il ait trop de sens de l’honneur pour ne pas abandonner l’escroc ici…

    « Ce guignol s’appelle Vincent Vernon Wityender. C’est un escroc de seconde zone. Il n’est pas dangereux ; du moins, pas volontairement. Mais le simple faite de l’avoir dans les parages suffit généralement à attirer les ennuis. Vous pouvez être sûr que si un voyant se détraque sur un vaisseau où il vient d’embarquer et que quelqu’un s’écrie « C’est quoi, ça ? » , cela sera sa faute… »

    « Un ami à vous chef ? »

    Gilad grimaça :

    « Pas le moins du monde, Jack. Disons que nous avons eu à faire l’un à l’autre du temps de mon ancienne vie. Remettez-moi ça debout. »

    Asysr releva Vincent sans ménagement avant de le pousser de la pointe de son blaster face à Gilad :

    « Vous avez de la chance que je ne porte plus l’uniforme des forces de défense du Cercle, Wityender. Cela dit, je ne sais pas ci vous pouvez considérer cela comme de la chance, en fin de compte… » Il se tourna vers Asyr : « Il doit y avoir une part de vérité dans les salamalecs qu’il nous a déballés. Il devait sûrement être ici pour une histoire de pillage, mais certainement pas dans le but de mettre fin au trafic, croyez moi. Non, il a encore dû se mettre à dos ses petits camarades du moment… N’est-ce pas, Wityander ? »

    Gilad s’adossa contre le mur et se passa une main le long de son casque :

    "Bon, malgré l’envie insidieuse que j’éprouve de le laisser moisir sur Mars, on ne va pas le laisser là. C’est un être humain après tout, même si ce simple constat m’horripile. » Gilad ne prenait même pas la peine de s’adresser directement à Vincent. « Asyr, je vous le confie. Alsimus, vous prenez les devant. Doc, vous suivez avec Kat, et je ferme la marche avec Neuf. Ca ne me plaît pas plus que cela, mais nous allons traîner ce clown avec nous. S’il refuse de nous suivre gentiment, vous m’estourbissez ce monsieur, et s’il a de la chance, peut-être qu’on récupérera sa carcasse étourdie avant de partir…"

    D’un geste, Gilad indiqua au petit groupe de se mettre en marche. Asyr ne laissant pas à Vincent le temps de protester et le força à se mettre en route après avoir confisqué son arme, qu'elle lança à Lara.. Il aurait tout le temps de râler le temps de leur marche vers la salle de Lana Lane de toute façon…
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Invité le Jeu 1 Mai 2008 - 17:32

    [Gni... Poste court, certes. Tant pis.]

    Malgré le ton pour le moins dur de Gilad, Vincent Vernon resta néanmoins calme et maîtrisé. Oh, bien sûr, il songerait éventuellement, un jour, si ça se trouve, à le lui faire payer, mais pour l'heure, il se contenta d'un petit rire, haussa les épaules, secoua lentement la tête, et dit alors:

    "Allons allons, vous allez me faire passer pour un maladroit.
    Et pour répondre à votre question, vous êtes hélas dans le faux. Oh, certes, je comprends que vous avez des souvenirs, mais est-ce si difficile à croire, que si vous êtes passés à la piraterie, je sois passé à une honnêteté de bon aloi ?
    Au pire dans mes explications aurais-je été un peu confus, mais peut-on vraiment me le reprocher ? Enfin, ce n'est pas exactement le moment pour s'expliquer sur des choses aussi triviales n'est-ce pas ?"


    Il se laissa ensuite du fait des ordres de Gilad prendre son fusil sans trop rechigner, pour une raison qu'il ne tarda pas ensuite d'expliciter, histoire d'éviter qu'un silence ne s'installe, chose qu'il n'aimait pas particulièrement:

    "Mais en tous les cas, ça me rassure qu'il n'y a pas de danger dans les environs. J'ai cru entendre quelques bruits par moments, mais si vous n'avez pas besoin d'un tireur comme moi en plus, c'est donc que tout va bien. Encore que, je n'ai jamais eu à dégainer en votre présence je crois... Ca remonte bien sûr, donc je ne suis sûr de rien."

    Quelques pas plus tard, marchant au même rythme que les autres avec un air cependant autrement plus décontracté du fait de son ignorance, il décida néanmoins de la briser en une question simple mais néanmoins essentielle:

    "Mais au fait, qu'est-ce qu'un détachement envoyé par Adonis fait ici ? Il n'y a rien de particulier à détourner, ni de trésor particulier non ? Je pense que j'en aurais entendu parler sinon..."
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Jeu 1 Mai 2008 - 20:00

    Antilles avait depuis longtemps appris à cultiver une grande maîtrise de lui-même en toutes circonstances. Que cela soit au milieu d’un combat spatial ou en pleine réception mondaine, il mettait un point d’honneur à rester neutre, poli et affable ; ses interlocuteurs finissaient alors souvent par le sous-estimer, trompés par la façade qu’il voulait bien leur montrer. Au fil des années, le pilote avait su jugulé l’impulsion de sa jeunesse pour la transformer en sérieux et en sang-froid à toute épreuve. Ou presque.

    Il y avait eu son départ des forces de défense du Cercle, et la conversation mouvementée avec certains membres de l’état-major où Gilad n’avait pas mâché ses mots, excédé de voir ses supérieurs faire si peu de cas des dangers qui pouvaient guetter le Cercle de l’extérieur. C’était là un des sujets qui tenait le plus à cœur au commandant, et où il pouvait se laisser emporter.

    Vincent Vernon en était un autre. Il représentait une catégorie de personnes que Gilad avait beaucoup de peine à supporter : celles qui n’avaient pas le cran de suivre un choix. Vincent passait de serment en allégeance avec aisance, avec naturel, et jamais il ne s’était soucié d’autre chose que sa petite personne. La seule cause en laquelle il croyait était la sienne, et Antilles avait beaucoup de mal à l’accepter. Et le fait que Vernon ait réchappé à la justice lors de leur rencontre ajoutait aux griefs d’Antilles à son égard ; il se rappelait encore du nom des pilotes morts dans cette escarmouche. Il n’oubliait jamais.

    Aussi, le babillage de l’escroc commençait réellement à taper sur les nerfs du chef de l’escadrille Phantom, qui dut se fait plusieurs fois violence pour ne pas élever la voix, voir fracasser le casque de Vernon (et la tête qu’il y avait à l’intérieur) contre un des murs de la colonie. Surtout lorsqu’il l’entendait prétendre que si Gilad avait franchi le mauvais côté de la barrière, lui, Vernon, pouvait alors très bien être l’homme vertueux qu’il prétendait être.

    Sans se retourner, Gilad s’adressa au group sur le réseau de communication des combinaisons :

    « Notre invité ferait mieux de se taire. Si il n’en a pas envie, je serais ravi de le laisser se débrouiller tout seul, puisque comme il le dit si bien, il n’y a pas de danger. Quant à vos prétendues allégations d’honnête homme, Vernon, laissez moi rire. Si je me retrouve où je suis aujourd’hui, c’est par choix et par cause. Vous, vous n’en avez aucune hormis celle de votre postérieur.Quant à nos affaires, elles ne vous regardent pas. Alors vous allez me faire le plaisir de ne pas vous faire remarquer, où je laisse Lara démonter votre combinaison pièce par pièce avec sa clef à molette. Et je suis sûr qu’elle adorerait ça. »

    « Sûr, chef ! » lança joyeusement l’intéressée, qui mima avec son blaster et en tapant dans sa main l’effet d’un outil de mécanicien sur un crâne.

    « Chef, nous y sommes. »

    C’était Alsimus, qui se tenait à l’autre bout du couloir devant un nouveau panneau d’accès.

    « Enfin… » souffla Asyr. « Le cœur de la forteresse de Lana Lane : Lana Lane elle-même… »

    Ayant retrouvé tout son calme, Gilad fit quelques pas pour prendre la tête de la petite troupe et faire face à la porte :

    « Mademoiselle Lane ? Mademoiselle Ascroft ? Ici le commandant Antilles, d’Adonis. »

    Le chef d’escadrille fit signe à ses pilotes de se déployer autour de la port afin de la couvrir au cas où et, tandis qu’Asyr et Lara ne perdaient toujours pas Vincent de vue et que Thorne jetait un œil sur la blessure de Kat, Gilad attendait que les occupantes de la pièce qui se trouvait derrière le panneau se manifestent enfin…
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Invité le Jeu 1 Mai 2008 - 20:31

    Bon. Vincent Vernon devait se rendre à l'évidence, Gilad ne l'aimait pas. Quel mauvais perdant celui-là alors... Mais étant donné que c'était sa seule porte de sortie, il fallait bien faire avec et prendre sur soi, exercice auquel il excellait.

    C'est donc toujours aussi serein que Vincent Vernon répondit, pour faire une réponse avant tout:

    "Mon postérieur est une cause comme une autre. Et au pire, c'est à moi de m'asseoir dessus, pas à vous, chaque chose à sa place quand même"

    Avant de se livrer à un autre petit exercice commun en certains lieux: rire de sa propre blague. Toujours utile pour montrer, sinon à Gilad, au moins aux autres membres de son équipe, qu'il était un mec cool, frais, fun et bigaré, et accessoirement, que c'était de l'humour et qu'un rire est chose inspirée.

    Il se garda bien de dire sa pensée profonde cependant. Celle affirmant que ce changement constant était sa propre raison d'être. Qu'à force des années il était devenu une sorte de nomade galactique, et que c'était son mode de vie qu'il cherchait à défendre. Parole partiellement hypocrite, mais partiellement suelement... Et passée sous silence de toute façon.

    Ce bref épisode passé donc, Vincent Vernon dût réprimer ses instincts pour s'empêcher de lancer une conversation avec certains des membres de l'équipe de Gilad, qui lui semblaient au travers de leurs casques avoir des frimousses sympathiques.

    Néanmoins, un petit "Lana Lane ? Une amie à vous ?" filtra presque malgré lui. Oh, certes, au plus profond de lui, il savait qui c'était, mais, à la volée, avec une journée si riche en évènements, le nom ne lui évoquait que bien peu de choses.

    Un peu comme le nom de Ascroft... Là encore, une vilaine impression d'avoir déjà entendu ce nom quelque part... Mais où ? Bah, au pire serait-ce une ancienne conquête déçue ! Mais là, qui cela pouvait être de pire que Gilad ? Franchement. C'est donc calme et détendu, un peu en décalage avec l'axe de la porte mais sans plus (position dite de "la cible idéale") qu'il attendait l'ouverture de cette porte, qui cachait bien d'autres choses que ce à quoi il s'attendait -à savoir, deux jeune filles lascives qui lui sauteraient au cou en criant "mon héros"-
    avatar
    Sara M.J. Ascroft
    Agent seconde classe - A.R.I

    Nombre de messages : 46
    Localisation actuelle : Au milieu d'un équipage de pirates... Gloups !
    Mission actuelle : Attendre la suite des événements avec un type qui a un balai de le cul. Tout un programme...
    Couleur RP : #788f76
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Sara M.J. Ascroft le Ven 2 Mai 2008 - 3:26

    [HJ : Hein? Quoi? Dormir? Mmh... Oui, pourquoi pas...]

    Bon, les soi-disant pirates bisounours devait d’abord passer par le sas de décompression, après que Lana Lane leur eut gentiment ouvert la première porte. Ce qui laissait quelques secondes à Sara pour réfléchir à un plan d’action. Et Sara proposa au plan d’action d’aller se faire foutre quand la deuxième porte du sas s’ouvrit sur ce qui lui parut être une foule de pirates après six heures d’attente et de solitude dans le local de Lana Lane (qui était bien gentille, mais quelque peu déprimante). Les pirates avaient enlevés leurs casques pour économiser leur réserve d’oxygène (comme Sara avant eux), mais l’agent de l’A.R.I. ne s’en préoccupa pas dans un premier temps.

    Sara dégaina son blaster droit pour le pointer sur la caboche du premier venu (J’ai nommé : Gilad Antilles ! Bravo ! On l’applaudit bien fort !).


    « Un pas de plus et je vous descends. Qu’est-ce que vous voulez de moi ? »

    Sara était épuisée physiquement et surtout, mentalement. Mais son bras tendu ne tremblait pas. Pas encore. Tant que ce n’était pas fini, Sara serait encore debout. Pour venir à bout d’une Sara, il fallait soit l’assommer (peu fiable), soit lui arracher la vie (pas forcément évident). Si Sara menaçait les nouveaux arrivants, ce n’était pas pour rien. C’étaient des pirates et elle connaissait assez ces bêtes-là pour savoir que leurs agissements étaient intéressés. Par conséquent, s’ils l’aidaient, c’était qu’ils attendaient une contrepartie.

    Or, Sara voulait :
    1) Savoir si elle pouvait donner cette contrepartie.
    2) Savoir si ça valait le coup.
    3) Activer les défenses de Lana Lane.
    4) Enterrer ses camarades.
    5) Boire de l’eau.
    6) Dormir.
    Alors, ces putains de pirates avaient intérêt à éclaircir leurs intentions et vite fait !

    Mais le chef du groupe des pirates avait une belle gueule. Merde alors! Pourquoi Sara pensait-elle ça maintenant ? Ah oui, parce qu’elle l’avait déjà vu. Merde. C’était vrai ? Oui, c’était vrai. Elle l’avait déjà vu. Et c’était le seul jour de merde où elle avait porté une robe, bordel ! Oui. Elle se souvenait très clairement de cette journée qui ne lui rappelait pas forcément que des bons souvenirs. Et elle se souvenait de ce jeune officier de liaison qu’elle n’avait pourtant que croisé.

    C’était bien lui. Sans baisser son arme, Sara fronça les sourcils et lui jeta un regard de totale incompréhension.


    « Vous ? Un pirate ? »

    Sara n’était pas au bout de ses surprise puisqu’elle n’avait pas encore aperçu Vincent (le pauvre).
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Invité le Ven 2 Mai 2008 - 7:16

    [HJ: Nous ne savons pas qui est ce somme hey dont vous parlez]

    *POC pocpoc... rollrollroll...*

    Fut le bruit (merveilleusement imité) que fit Vincent Vernon après cinq secondes d'observation attentive de Sara. Enfin, pas lui exactement, mais le casque qu'il transportait jusqu'alors sous son bras, mais que la surprise lui avait lâché.

    Vincent Vernon passa alors par plusieurs phases... Celle où il songea à se pincer, ce qu'il n'eut pas à faire tant le souvenir de cette mémorable clé de bras était présente, puis celle où il voulait crier et partir instinctivement les bras levés, celle ensuite où il se sentait seul au milieu du vide spatial, puis celle où il comptait bien retourner en position fœtale et répéter "ils me poursuivent, ils me poursuivent" cependant, au prix d'efforts monumentaux, il put se retenir, et se contenter de pointer Sara du doigt, de faire les gros yeux, et de dire -presque de hurler en fait-

    "VOUS ?!"

    Dans ces moments, normalement, une bonne blague aide à détendre l'atmosphère un bon coup, mais il y a des situations où même Vincent Vernon était trop secoué pour sortir une lampe torche et la lui tendre avant de dire "je me rends" non, présentement, se retenir de laisser tomber sa mâchoire était déjà quelque chose de suffisamment dur pour être signalé.

    Reculant de quelques pas, il arriva au niveau du sas, et, voyant la commande d'activation de celui-ci, pressa la commande le refermant, en disant de façon un peu pressée:

    "Deux minutes."

    Une fois la porte refermée, il hurla à pleins poumons des choses comme

    "NON MAIS C'EST PAS POSSIBLE ! QU'EST-CE QUE J'AI FAIT DE MAL ! CA N'ARRIVE QU'A MOI ! JE VEUX MOURRIIIIIIREUH !"

    Cet extrait n'étant qu'une courte partie. Une fois son cri achevé, ignorant bien si oui ou non il avait passé la porte du sas et n'en faisant cas, il rouvrit ladite porte, pour prendre un air excessivement confiant, croisant les bras, avant de dire d'une voix presque engeôleuse:

    "Hey, mais ne serait-ce pas cette chère Lana ? Ca fait un bail ma foi... N'est-ce pas drôle de nous retrouver ici, après tout ce que nous avons vécus ensemble ? Ha ha ha !"


    A mille lieu de penser qu'il s'adressait là à l'ordinateur... Le choc traumatique, comprenez.
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Ven 2 Mai 2008 - 23:49

    Gilad s’était attendu, d’après ce que leur avait dit Lana Lane, à trouver une Sara Ascroft passablement tendue dans le local de l’ordinateur à personnalité. Aussi, il ne haussa qu’un sourcil quand il se trouva nez à nez avec un blaster. Principalement parce qu’il était occupé à détailler la ravissante et farouche personne qui se trouvait au bout… et qu’il était persuadé de l’avoir déjà vu quelque part. Et à l’entendre, elle aussi. Elle avait même l’air de l’avoir reconnu.

    Mais qu’est-ce qu’ils avaient tous à se demander ce qu’il faisait du côté des pirates ?

    Bon, dans l’immédiat, éviter qu’une Sara sur les nerfs ne presse la gâchette ; d’un geste, il intima à ses pilotes de baisser leurs armes. En effet, ils avaient tous braqué leurs armes sur Sara dans le but de protéger leur chef. Seul Lara garda une arme pointée sur Vernon, au cas où…

    Et voilà qu’il se mettait aussi à agir bizarrement, Vincent ; enfin, plus que d’habitude. Il avait l’air d’avoir reconnu l’agente de l’ARI, et… Le déclic se fit dans l’esprit de Gilad, qui n’oubliait jamais un visage, et encore moins les yeux qui allaient avec.

    « C’était vous, l’agent que j’avais croisé à bord du Garuda lors de son inauguration. Vous ne m’aviez pas été présentée alors… »

    Réfléchissant, Gilad se détendit progressivement ; Sara dégageait la même impression que lorsqu’il l’avait croisée à l’époque. Une impression de franchise et de force, et si elle semblait fatiguée, harassée même –ce qui était normal étant donné les circonstances- elle n’avait pas l’air d’être celle qui allait déraper. D’ailleurs, Gilad ne songea même pas à faire un commentaire sur la robe (heureusement pour lui d’ailleurs) qu’elle portait sur le Garuda ; quand il rencontrait quelqu’un qui le marquait, ce n’était jamais en rapport avec sa tenue.

    « Si vous savez qui je suis, je conçois que ma présence sur Adonis vous paraisse…incongrue. Mais je suggère que nous en reparlions plus tard. Pour l’instant, j’ai besoin de vous. De vous et de votre blaster. Adonis nous a envoyé ici pour remettre le complexe en état et sauver mademoiselle Lane, ainsi que vous rapatrier. Comme vous m’avez l’air plus que capable, j’aimerais que vous nous donniez un coup de main. On a déjà descendu quelques drones mais j’ai une pilote blessée, et une grande envie de partir d’ici. Et ne faites pas attention à Vernon ; on l’a croisé alors qu’il essayait sans doute de piller quelque chose, et si j’ai une grande envie de le laisser moisir ici, je ne peux décemment pas le faire. La question est : allez-vous éviter de me tirer entre les deux yeux afin que nous puissions en finir avec cette mission ? Parce que pendant que nous discutons, des drones peuvent se rassembler, et j’ai des hommes en haut qui se battent pour que nous ayons le temps de faire ce que nous avons à accomplir. »

    Il allait se retourner pour donner des ordres à ses hommes, mais se retint ; son sens du devoir et ce qu’il lisait dans les yeux de Sara le poussèrent à rajouter quelque chose, et il était sincère :

    « Je sais que vous avez perdu vos camarades. Nous n’avons pas le temps de leur offrir une sépulture maintenant, à moins que vous ne vouliez que nous les brûlions. Dans ce cas, il vous faudrait prendre leurs effets personnels. Si vous préférez que nous ramenions les corps, il nous faudra attendre que Mars soit sure, mais je vous promets que si cela est possible, nous reviendrons. Je suis désolé pour vos coéquipiers. »

    Avec franchise mais délicatesse, Gilad conclut sa phrase et montra la sortie à Sara :

    « Mais le temps nous est compté. Vous venez ? »
    avatar
    Sara M.J. Ascroft
    Agent seconde classe - A.R.I

    Nombre de messages : 46
    Localisation actuelle : Au milieu d'un équipage de pirates... Gloups !
    Mission actuelle : Attendre la suite des événements avec un type qui a un balai de le cul. Tout un programme...
    Couleur RP : #788f76
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Sara M.J. Ascroft le Sam 17 Mai 2008 - 15:41

    En voyant les pirates derrière leur chef lever leurs armes vers elle et les abaisser aussitôt après l’ordre silencieux de ce dernier, Sara ne put s’empêcher de s’agacer. Elle n’avait pas envie de voir cette jolie petite équipe bien soudée.

    « Vous avez bien dressé vos gentils toutous, fit-elle remarquer d’un ton acerbe. »

    Enfin, gentils toutous… Il y en avait un qui n’en faisait pas partie puisqu’une femme pointait toujours son arme sur lui. Et le vilain petit canard, Sara l’avait également déjà rencontré, le même jour qu’elle avait croisé Antilles. Bon Dieu, mais ils s’étaient tous donné rendez-vous rien que pour la faire chier, ou quoi ?
    Non, ils ne s’étaient sûrement pas donné rendez-vous, vu la tête que tirait Wityender. Celui qui n’était qu’un pirate de seconde zone aux yeux de Sara réclama un instant et s’isola un moment dans le sas. Ce type n’était pas net. Il faudrait s’en méfier…

    Mais le chef des pirates (des vrais, cette fois, même s’il n’avait vraiment pas la tête de l’emploi) en profita pour débuter un sacré discours. Sara était trop fatiguée pour tout suivre. Au début c’était facile…


    « Oui, c’était moi et non, je ne vous ai pas été présentée et… Bordel ! Qu’est-ce qu’on en a à foutre ! »

    Mais la tirade suivante d’Antilles était beaucoup trop longue à son goût. Il lui fallut un long moment pour tout digérer. Et la première chose qu’elle répondit fut ceci :

    « Moi, je crois que vous pouvez décemment laisser ce type ici. »

    Ce type, c’était bien évidemment Vincent Vernon Wityender, toujours enfermé dans son sas. C’était vrai quoi. Elle était bien placée pour savoir qu’il n’était pas du tout digne de confiance. C’était le genre de type qui n’avait même pas besoin d’un Jarvis Stark pour se sortir de la mouise. En pensant cela, Sara se dit qu’il y avait pires crapules que Wityender, finalement.

    « Mais j’imagine qu’on va pas le faire, parce qu’on est trop gentils… »

    Pour illustrer sa phrase, Sara baissa son arme et soupira.

    « Bon, c’est tout ? Oui, pour le moment, j’imagine… J’ai pas trop le choix, je vous suis. »

    Sara n’était pas plus touchée que cela qu’Antilles lui promette de s’occuper de ses collègues morts. Il fallait dire qu’il y avait mieux comme consolation. Par ailleurs, qu’il en parle alors qu’elle y pensait justement avait tendance à l’agacer plus que de raison.

    Sur ce, Wityender sortit de son sas et balança une belle énormité qui généra un magnifique silence. Bizarrement, Sara s’en sentit le cœur plus léger.


    « Je crois que ce type est né pour pourrir votre groove, fit-elle à Antilles avec un sourire en coin. Désolé, Lana, c’est la dame sur l’écran, là. »

    Lana Lane, qui n’était pas encore intervenue, adressa un sourire gêné à Wityender.

    « Et ça, pour avoir vécu des choses… Vous voulez peut-être une nouvelle démonstration de mes compétences ? Vous savez, je me suis drôlement amélioré en seize ans… »
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Invité le Mar 20 Mai 2008 - 15:05

    Ne perdant pas le Nord, même en des endroits où cette notion n'a pas lieu d'être, Vincent Vernon s'empressa de corriger Gilad dans un premier temps:

    "Je ne pillais pas. J'accompagnais. C'est comme si parce que j'étais dans la même pièce que miss Dara -oui pardon pour la mésentente-, ça faisait de moi un agent de l'A.R.I... Mais l'uniforme ne me va pas."

    En ayant profité pour discrètement dissimuler sa dernière bourde, en commettant une nouvelle, certes, mais avec le sourire -et ça, c'est important- Mais un point plus préoccupant que ce qui avait été dit jusque là vint aux oreilles de Vincent Vernon ; plus préoccupant même que les douloureux risques de démontage de l'épaule droite...

    "Des drônes ? Agressifs ? Et tout ce que vous trouvez à faire c'est de me prendre mon arme ? Vous savez, si je ne vous aimais pas tant, je jurerais que vous ne me faites pas entièrement confiance... Mais quand bien même ce serait le cas, franchement, une inspection minutieuse de la situation vous fera réaliser que je n'ai absolument aucune raison de vous trahir. Si Adonis voir que vous ne répondez plus à l'appel, je n'ai aucune chance d'être rapatrié à son bord, pas vrai ? J'ai donc tout intérêt à vous conserver frais et dispo, toute affection que j'ai pour vous mise à part."

    Et bien que le ton prononcé était plutôt léger -surtout considérant la situation- cette fois-ci, ce qui avait été dit était plutôt franc. Puis, se tournant, il ajouta après coup, sur un nouveau sujet:

    "Quoi qu'il en soit, je suis sûr que vous aurez tout le temps de faire croire à Adonis que je ne suis qu'un traître chronique une fois de retour. Mais je suis d'avis d'en emprunter le chemin au plus tôt maintenant qu'on a sauvé la princesse. Non pas que l'endroit me dérange, mais, quitte à me retrouver à des endroits isolés avec de charmantes dames, je préfère qu'il n'y ait pas d'hommes également dans l'assistance. De toute façon, je préférais Mara en robe ; mais bon. Il semblerait qu'au travers des âges, et des situations, nos destins soient liés à se recouper quand intervient un supercuirassé quelque part !"

    Ce faisant, il prit dores et déjà l'initiative -si personne ne l'en empêche- de rouvrir la première porte du sas, puis de s'approcher d'Asyr dans l'espoir de récupérer sa carabine. Il lui murmura même un petit:

    "J'vous assure. Je sais comment ça marche."

    là aussi franc, le Vincent Vernon sauvage était malchanceux, mais pas malhabile.
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Mar 20 Mai 2008 - 18:39

    Gilad fronça les sourcils, agacé. Certes, cette Sara avait bien le droit d’être à cran ; certes, elle avait perdu tous ses camarades ; certes, elle avait passé plusieurs heures enfermées ici avec un ordinateur à personnalité, ladite personnalité étant sans doute l’une des moins loquace du Cercle ; et certes, vu son caractère, elle devait avoir envie d’en découdre.
    Enfin, Antilles était prêt à accepter le fait qu’elle se montre surprise en le voyant arriver à la rescousse, et qui plus est en tant que pirate, et avec ce bouffon de Wytender par-dessus le marché. Et il était tout à fait concevable qu’elle n’aime pas les pirates, surtout lorsqu’on se penchait sur son appartenance à l’A.R.I.

    Mais ce que Gilad Antilles acceptait moins, voir pas du tout, c’était la manière dont elle considérait ses hommes, ses Phantom. Des pirates certes, mais qui étaient venus la tirer de là sans espérer la moindre récompense, du moins en ce qui concernait l’escadrille et les pilotes que Gilad avait formés. Qui avaient risqué leur vie. Et elle les traitait comme des moins que rien, les méprisant ouvertement. Pour Vincent, encore, soit ! Mais ses Phantom… Et son rôle de « demoiselle en détresse » n’allait aucunement donner à Gilad l’envie d’être clément. Elle avait son caractère –même dans une situation pareille, ce qui était admirable, se dit Gilad entre deux pensées agacées- et bien lui aussi !

    « Dites donc, vous ! » commença-t-il en la foudroyant du regard. « Je conçois que vous avez passé ici des moments plus que pénibles, mademoiselle Ascroft, et que vous êtes encore sous le choc de la perte de vos camarades, mais cela ne vous donne pas le droit de vous comporter ainsi à l’égard de mes hommes ! »

    Il les désigna d’un signe de tête, tandis qu’Asyr hochait la tête de droite à gauche avec un grand sourire à l’attention de Wytender, pointant la propre carabine de l’homme sur sa poitrine, sans pour autant la toucher.

    « Nous sommes peut-être des pirates, mais nous sommes les pirates d’Adonis. C’est une histoire de vivenefs, et nous ne nous attendons pas à être rémunérés, du moins je parle au nom de mon escadrille. Nous avons risqué notre vie pour vous et mademoiselle Lane, et Kat a pris un tir dans l’épaule pour retenir les drones qui vous en veulent tant. Et je ne parle pas de mes gars qui se battent là-haut dans leurs chasseurs et avec qui je ne peux avoir aucun contact. »

    Il s’approcha un peu plus de Sara, la regardant droit dans les yeux :

    « Alors si vois avez un problème avec nous, vous le réglerez avec moi une fois que nous serons tirés d’affaire, et non pas avec mes pilotes, est-ce clair ? »

    Puis il se tourna brièvement vers ses hommes pour s’adresser à Asyr :

    « Vamp, faites en sorte que notre…ami ne mette pas la main sur une arme à moins que ce ne soit en situation de dernier recours. A la rigueur, il en aura une si on finit par se décider à le laisser croupir ici, histoire de finir dignement s’il en est capable. Mais cela, ça dépend de lui. Est-ce clair, Wytender ? » Il énuméra ces derniers mos à l’attention de Vincent, qu’il gratifia d’un nouveau regard noir pour la forme.

    « Et nous ne sommes pas encore parti, Wytender. A moins que mademoiselle Lane ne nous certifie que tous les circuits capitaux sont remis en route, nous ne partirons pas avant que cela ne soit fait. »

    Gilad marqua enfin une pause, et toisa l’assemblée des êtres présents dans la pièce :

    « Est-ce que cela convient à tout le monde ? Bien ? Peut-on se remettre au boulot, nom d’un furil endimanché ? »

    Et enfin, à l’intention de Lana :

    « Toutes mes excuses pour cette démonstration, mademoiselle Lane. Ce n’est ni le moment ni le lieu pour les dissensions, mais je pense que c’était nécessaire. J’imagine que nous pouvons continuer, ou est-ce que vous disposeriez d’autres informations ? J’aimerais surtout rétablir la communication pour savoir comment Wilson et les autres s’en tirent… »

    Et plus vite il serait enfin fixé, plus vite Gilad pourrait s’adonner à la fin de la mission l’esprit en paix.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Invité le Sam 24 Mai 2008 - 3:36

    Les bras croisés, Vincent quitta un instant son air oscillant entre une prétention sans faille et une confiance sans défaut pour aborder un air visiblement irrité, qu'il dirigea vers Gilad, le tout saupoudré de quelques mots:

    "Ecoutez, monsieur le militaire qui n'a pas assumé sa reconversion, ce n'est pas parce qu'un groupe de gens a passé plus de temps auprès de vous que ça en fait les seules personnes de l'univers à sauver, alors que vous crachez ouvertement au visage des autres. Vos valeurs ne sont pas les seules, alors surtout, surtout, monsieur et je dis bien monsieur Antilles, ne vous posez pas en médiateur car vous n'avez absolument rien d'un médiateur, pas la moindre once, d'un gramme, d'une poussière d'un soupçon de doute d'embryon de talent pour la médiation, et que donc, vos "excusez pour cette envolée" dont vous êtes le seul et unique responsable me passent par dessus la tête."

    Joignant le geste à la parole, Vincent fit un pas vers Gilad, et sans être menaçant, lui afficha une certaine détermination en ajoutant:

    "Il y a une différence entre faire confiance et surcouver, vous le savez ça ? On ne dirait pas. Comment pouvez-vous dire dans la même phrase que je ne suis pas dangereux, mais qu'il n'est pas question que je touche à -mon- arme ? Vous me méprisez mais n'y croyez pas vous-même c'est ça, alors vous vous dites qu'au moins si vous arrivez à me ridiculiser devant vos hommes vous éviterez toute emprise extérieure, vous pourrez contrôler ce qu'ils font hein ? Je ne juge pas, soit, mais pas à -mes- dépends, et surtout, pas maintenant. La situation est assez critique pour que vous ne mettiez votre égo surdimensionné de pirate mal assumé au placard un temps, vous aurez plein d'autres occasions de rire dans votre barbe hirsute."

    Faisant un autre pas, il leva ensuite son attaché case au niveau de son visage, le pointa de l'index de sa main libre, et rajouta:

    "Car si vous passiez moins de temps à afficher un mépris d'ampleur galactique à tout ce qui bouge et plus de temps à faire ce pourquoi vous êtes venu de façon claire, vous auriez déjà su que systèmes de communications de la base rétablies ou pas, j'ai dans cette mallette de quoi contacter Adonis, et qu'il n'y a besoin que d'une source d'énergie pour faire marcher ce truc."

    Lui collant la valise dans les mains, il se retourna ensuite, faisant quelques pas vers le côté de Sara, bras croisé, pour ajouter d'un ton tout aussi agacé, mais moins élevé déjà:

    "Vous êtes leur leader monsieur Antilles. Pas le notre."

    Intérieurement, le dernier mouvement était plus calculé qu'il n'y paraissait. Symboliquement, il se mettait du côté de Sara, l'incluait dans son discours de façon subtile. Et, d'un point de vue plus pratique, c'était à ce moment là en général qu'un gnon au menton partait. En se mettant de dos, il s'assurait plus ou moins d'éviter toute réaction épidermique de la part de Gilad. C'est qu'il y tenait, à son menton.
    avatar
    Sara M.J. Ascroft
    Agent seconde classe - A.R.I

    Nombre de messages : 46
    Localisation actuelle : Au milieu d'un équipage de pirates... Gloups !
    Mission actuelle : Attendre la suite des événements avec un type qui a un balai de le cul. Tout un programme...
    Couleur RP : #788f76
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Sara M.J. Ascroft le Jeu 29 Mai 2008 - 0:02

    La vérité, c’était que Sara n’avait pas du tout eu l’intention d’insulter ou de mépriser les hommes d’Antilles. Elle les pensait tout à fait capables. Mais il n’empêchait qu’ils avaient réagi comme des « toutous bien dressés ». Ils avaient levé leurs armes en un réflexe pavlovien pour défendre leur supérieur. D’un côté, c’était honorable, d’un autre côté, c’était effrayant. Et aux yeux de Sara qui n’avait pas pu faire la même chose avec ses propres camarades, c’était écoeurant.
    Elle fut donc un peu surprise de la réaction vive d’Antilles.

    Voilà qu’un pirate lui faisait la morale. Sara pensa qu’il n’était pas spécialement bien placé pour ça. De toute façon, elle détestait qu’on lui fasse la morale. Elle carra ses épaules et foudroya Antilles du regard avant de faire elle aussi un pas vers lui.


    « Et alors ? S’ils se sentent insultés, pourquoi c’est vous qui me répondez et pas eux ? »

    D’un ample geste du bras, Sara désigna les Phantoms.
    Agacée, elle tapa nerveusement du pied.


    « Mais merde, qu’est-ce que vous croyez ? Que ça me réjouis qu’on se blesse pour moi ? C’est ça ? Et qu’est-ce que vous voulez ? Que je fasse la gentille demoiselle en détresse pour plaire à tout le monde et que ça colle au film ? Et pourquoi devrais-je avoir affaire à vous alors qu’il paraît que ce sont vos hommes que j’ai insulté ? Je préfère encore qu’ils me prouvent leur indépendance en les affrontant tous en même temps ! Je ne sais pas si j’ai un problème avec eux, mais de toute évidence, vous en avez avec moi. Alors si vous tenez à vous expliquer plus tard, ce sera avec joie. »

    Le seul petit soucis, c’était que Sara n’entendait pas forcément la même chose par « explications » qu’Antilles…

    Sara recula pour signifier qu’en ce qui la concernait, le sujet était clos, pour l’instant. Elle croisa les bras sous sa poitrine et afficha une expression fermée sur son visage. Pour une collaboration, ça commençait plutôt mal.

    Mais si Sara avait été surprise par la réaction d’Antilles, elle le fut plus encore par celle de Wityender. Alors qu’elle allait faire remarquer que non, cela ne lui convenait pas du tout et qu’elle allait demander en quel honneur Antilles lui accordait plus de confiance qu’à Wityender, celui-ci prit sa propre défense tout seul comme un grand. Mais aussi un peu celle de Sara à ce qui lui semblait. Cela lui parut très étrange, au premier abord. Elle lui lança un regard soupçonneux. Qu’est-ce qu’il cherchait à faire ? Qu’avait-il à gagner en se rangeant ostensiblement du côté de Sara ? Éventuellement la récupération de son fusil, mais ça ne semblait pas gagné d’avance…

    Non, Sara avait beau se creuser la cervelle, elle ne voyait pas du tout en quoi cette manœuvre pouvait le favoriser, à court terme comme à long terme.

    L’agent de l’A.R.I. haussa les épaules. Peu importait qui partageait l’opinion de qui, elle avait bien l’intention de donner le sien, elle aussi. Et le soutien inattendu de Wityender la conforta dans son idée.


    « Il me semble à moi aussi que les circonstances ne sont pas idéales pour se quereller. Encore moins pour se diviser. Vous l’avez dit vous-même, dit-elle à Gilad. Nous avons besoin de toute l’aide disponible. Ici, c’est les humains contre les drones. Alors Wityender est de notre côté, que ça lui plaise ou non. Je pense que vous devriez lui rendre son fusil. »
    avatar
    Gilad Antilles
    Commandant de l'escadrille "Phantom" - Adonis

    Nombre de messages : 491
    Age : 31
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Retour sur Adonis
    Citation : Faire en sorte que tout fonctionne n'est que question de point de vue.
    Couleur RP : Indigo
    Multi-comptes : Gilad Antilles - Jan Sanada/Ethan Geetaï - Joshua G. Jansen - Jarvis Stark - Amelia Caine- Eusèbe E. J. D'Arville- Desmond Haynes
    Date d'inscription : 09/01/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Gilad Antilles le Jeu 29 Mai 2008 - 0:25

    Gilad resta silencieux quelques longues secondes, absorbant le flot d’informations qui défilaient sous son crâne comme les voitures sur le périphérique à la sortie des bureaux. Et il reconnut, à raison, qu’il avait eu tort. Il était allé trop loin et fort heureusement, il était assez intelligent pour s’en rendre compte, même si sa fierté en prenait un coup.

    Mais un bon chef était aussi reconnu pour sa capacité à reconnaître ses erreurs, et Antilles avait gardait la tête assez froide pour comprendre quand ses émotions et ses nerfs prenaient le pas sur la raison. Et il n’aimait pas cela du tout.

    Aussi, il baissa son arme définitivement, et s’inclina brièvement à l’intention de Sara.

    « Je suis désolé, agent Ascroft. J’ai parlé sans réfléchir, ce qui ne m’arrive pas souvent. Je suis à cran pour mes hommes, là-haut, mais ce n’est pas une excuse pour rendre la situation ici plus difficile qu’elle ne l’est. Je ne voulais pas vous blesser, comme je comprends que vous ne vouliez pas insulter mes hommes. »

    Si ce n’était pas difficile de présenter ses excuses à Sarah, la phase suivante allait être beaucoup, beaucoup plus pénible et surtout moins agréable à contempler. Lentement, dissimulant un soupir, Gilad se tourna vers Vincent :

    « Mademoiselle Ascroft raison. Je ne vous aime pas, Wytender, mais je sais reconnaître quand l’émotion prend le dessus sur la raison. Rendez-lui son arme, Vamp. »

    Haussant les épaules, Asyr rendit à Vincent son fusil, accompagnant le geste d’un clin d’œil étant donné qu’elle le retira à la dernière minute, jouant avec le contrebandier avant de finalement lui flanquer fortement le fusil dans les bras de toutes ses forces.

    Décidant qu’il n’avait aucune raison de s’adresser plus longuement au comique, le chef des Phantom se tourna à nouveau vers Sara et lui sourit, brièvement mais sincèrement :
    sont disciplinés, mais croyez moi, ils ont leur caractère. Ils n’hésiteraient pas à me coller un pain si jamais j’agissais bêtement. »[/color]

    « Sur chef ! » sourit Lara Night en mimant une tête qu’on écrase en frappant sa paume de la crosse de son blaster.

    Amusés, les Phantom se détendirent et Kat laissa échapper un petit rire qui finit en quinte de toux, ce qui les ramena tous au sérieux de la situation.

    « Bon, et bien si nous sommes tous d’accord, il est temps de se remettre en route, étant donné que mademoiselle Lane ne semble pas avoir d’informations complémentaires. Il est temps de prendre le chemin du retour… Asyr, Als, vous passez devant avec Wytender ; s’il veut nous aider comme il le dit, il fera un bon éclaireur : rien de plus motivé qu’un escroc qui veut sauver sa peau. Doc, Lara, vous suivez avec Kat. L’agent Ascroft et moi fermeront la marche. Si cela vous convient bien sûr. » finit-il en s’adressant directement à Sara.

    Et Gilad avait sans doute raison sur un point : il était temps d’en finir avec ce complexe…
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Invité le Ven 6 Juin 2008 - 15:29

    "Assimiler ainsi escroquerie et simple négociation de prix, éventuellement rétroactive, me fait de la peine au plus profond. Mais, soit, vous avez fait un pas et je suppose que je peux saluer ça."

    Reprenant son arme pour la passer par dessus son épaule, Vincent Vernon, calmé depuis sa dernière réplique visiblement, étonnamment calmé même, se plaça comme convenu en tête de file.

    Intérieurement, bien sûr, l'utilisation de l'aspect humain dans la négociation avait été maîtrisé à la perfection à ses yeux, mais, il se garda bien d'exprimer la moindre trace d'autosatisfaction. Non pas que l'envie lui manquait, mais, on n'est jamais trop prudents avec ces anciens militaires. Même si le gain immédiat était peu évident. Avoir son fusil signifiait bien être en première ligne, mais, d'une, en personne trop confiante en elle, Vincent Vernon sous-estimait grandement le danger. De deux, s'assurer de ne pas être réduit à l'entretien de la conduite 38-C d'un coin perdu d'Adonis était utile, à long terme évidemment. Mais ça, les "réguliers" avaient toujours du mal à le voir. Enfin, tout ça ne faisait pas avancer de beaucoup le schmilblik.

    "On se dirige vers la sortie, ou on fait un détour par une source d'énergie afin d'entrer en contact avec les gens là haut donc ?"

    Laissant la fin de sa question en suspens, il rajouta en tournant la tête:

    "Umm... Non pas que je sois celui qui mène la direction, vous devez situer le complexe mieux que moi, c'est... Juste histoire de savoir. Ca serait bête que je rentre dans quelqu'un bêtement à une intersection parce que je crois que c'est dans l'autre sens, vous savez, c'est le risque avec les formations serrées et... Et voilà."

    La vrai suite de ce "et" n'était sans nul doute pas un simple "voilà" à l'origine, mais, quelque part, un obscur mélange de révélation divine, d'altruisme, et de tendance à être intimidé par les regards de ses compagnons du moment l'avait mené à opter pour une fin plus... Rapide de son petit verbiage.
    avatar
    Sara M.J. Ascroft
    Agent seconde classe - A.R.I

    Nombre de messages : 46
    Localisation actuelle : Au milieu d'un équipage de pirates... Gloups !
    Mission actuelle : Attendre la suite des événements avec un type qui a un balai de le cul. Tout un programme...
    Couleur RP : #788f76
    Multi-comptes : Evanah Wills, Endymion Beleril, Kiba Alehando Steawald, Weena Bishamon-Ten, Andrea Cyn, Sara M.J. Ascroft, Oscar Arcane, Elie Moon.
    Date d'inscription : 03/02/2008

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Sara M.J. Ascroft le Sam 14 Juin 2008 - 14:47

    Sara resta muette de surprise suite au revirement soudain d’Antilles. Changer d’avis, admettre que l’on avait tord, il n’y avait pas à dire… Cela suscitait l’admiration. Sara n’était pas capable de faire ça aussi facilement. Non. Et elle ne savait pas trop comment réagir à ça, non plus. Pour toute réponse, elle se gratta la nuque et marmonna :

    « Euh… Bah… C’est rien, j’vous en veux pas. »

    Puis le fusil de Wityender fut rendu à son propriétaire et il fut temps de sortir enfin du local de Lana Lane. Sara salua brièvement cette dernière, qui avait eu tout de même la patience de supporter Sara tout ce temps. Avant d’entrer dans le sas, Sara ramassa le globe noir qu’elle avait récupéré et le rangea dans une de ses poches en prenant soin de ne pas entrer en contact direct avec lui. On ne savait jamais. Peut-être que des scientifiques pourraient l’examiner et trouver comment cette chose fonctionnait.

    Puis elle rejoignit les autres dans le sas en prenant soin de remettre son casque. Après la décompression, ils sortirent prudemment dans le couloir en adoptant la formation proposée par Antilles. Elle n’avait pas protesté contre celle-ci, même si elle ne se sentait pas à l’aise de fermer la marche avec Antilles. Cela ne l’empêcha pas pour autant de rester sur le qui-vive, bien que tout son corps réclamait du repos. Son esprit aussi, aspirait au sommeil. Il avait quelque chose de très important à faire. Mais la raison de Sara réprimandait sèchement son esprit en lui disant qu’elle ne pourrait plus jamais dormir si elle ne sortait pas vivante de ce complexe.

    Alors qu’il progressaient prudemment dans les couloirs, la voix de Wityender se fit entendre dans son système com de casque. Cela ne la concernait pas vraiment, alors elle haussa les épaules et jeta un regard à Antilles. Cependant, elle émit tout de même une proposition :


    « On pourrait faire ça à partir de tourelles DCA et en profiter pour les reconnecter à Lana Lane en même temps. Ça pourrait nous aider pour la… suite. »

    Contenu sponsorisé

    Re: Mission de secours [#001]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 12 Déc 2018 - 13:41