Un gros boom téléguidé [#001]

    Partagez
    avatar
    Marguerite de Pakrètt
    Quartier-maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 44
    Localisation actuelle : Sur Adonis
    Couleur RP : Blue
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 15/06/2008

    Re: Un gros boom téléguidé [#001]

    Message par Marguerite de Pakrètt le Jeu 25 Sep 2008 - 11:58

    « Nous avons donc dit 3 de nos exemplaires de générateurs de boucliers les plus légers, 3 moteurs Hurricane dernière génération, et connectique, propulseurs, système de contrôle, microcaméras et récepteurs de signal. » récita Marguerite en notant sur son pad tandis qu’Hook avec l’aide de Dun sortait les moteurs Hurricane, Certan s’étant perdu dans une caisse de câbles ou « connectique » un peu plus loin.

    Professionnelle, Marguerite, totalement dans son élément, aidait les trois mécaniciens à trouver ce dont il avait besoin. En même temps, elle mettait à jour la liste de matériel. Liste qui s’amenuisait au fur et à mesure des exigences des différents lieutenants du vaisseau. Marguerite espéra qu’ils n’abuseraient quand même pas trop au point que la maintenance en serait réduite à désosser des machines pour récupérer des pièces indispensables au bon fonctionnement de la stratégie mise en place par le Commandant.

    « Humpf ! » soupira Dun en déposant le dernier moteur sur la palette de déplacement (ou Diable, dans le jargon)
    « P’tain ! Où est Certan ?! » pesta Hook en jetant un coup d’œil à l’horloge de la pièce.
    « Là dedans. » fit Maggie en désignant de son stylet une caisse où deux pieds émergeaient.
    « Certan ! Qu’est-ce tu fous, bon sang ! » hurla Hook après lui.
    « Ca y est ! »

    Le mécanicien ressortit enfin de son trou avec une poignée de connectique et une microcaméra.

    « J’voudrais bien mettre la main sur l’andouille qui a fourré cette caméra dans le paquet de câble ! » grogna-t-il.
    « Je passerais le message. » répliqua neutralement Marguerite, alors qu’elle rayait de leur liste les connectiques et les trois microcaméras lorsqu’elle vit Dun ajouter les deux manquantes sur un autre chariot.

    Hook s’était déjà dirigé vers les étagères où étaient rangés les trois générateurs de boucliers qu’il voulait. *P’tain ! plus que deux minutes ! On s’ra jamais dans les temps…* pensa-t-il alors qu’il attrapait la première machine.

    « Système de contrôle ? » lista Marguerite.
    « J’ai ! » lui répondit Dun.
    « Récepteur de signal ? »
    « J’ai ! » cria Certan de l’autre côté de la pièce.
    « Propulseurs ? »
    « J’suis dessus. Certan ! File moi un coup de main ! »

    La jeune femme avait presque l’air d’un chef d’orchestre, assise sur une caisse dans la réserve, tandis que les trois hommes s’affairaient à réunir tous les éléments requis. Elle sursauta presque lorsque la voix de Gyvre résonna dans la pièce, malgré le son des machines élévatrices à l’ouvrage.

    "HOOK ! TU TE FOUS DE MOI OU QUOI ? VOUS ETES EN RETARD, NOM DE DIEU, ET MOI JE SUIS TRES TRES ENERVE, ALORS OU VOUS MAGNEZ VOS FESSES ET VOUS ETES LA DANS QUATRES MINUTES, OU JE VIENS LES BOTTER, ET VOUS SEREZ OBLIGES DE DORMIR SUR LE VENTRE LES TROIS PROCHAINES ANNEES !"

    « On arrive chef ! » répondit Hook, même s’il était certain que son lieutenant avait déjà rompu le contact. « Allez ! On se magne le cul ! »

    Les générateurs vinrent rejoindre les trois moteurs sur le Diable et Marguerite les raya de leur liste.

    « On a tous ? » demanda Hook essouflé
    « Oui. » déclara la demoiselle au retour de Dun et Certan avec les propulseurs.

    Elle sauta de sa caisse et mit en mouvement les diables aéroglisseurs vers leur destination.
    Lorsque les portes du hangar s’ouvrirent, Marguerite put se rendre de l’état du chantier. Car ici on ne pouvait plus parler d’un hangar, où des chasseurs étaient parqués avant et après leur sortie dans l’espace, où quelques mécaniciens effectuaient révision et réparation sur les dites machines. Là on parlait de chasseurs en pièces, d’étincelles rougeoyantes, de cris furibonds (ça c’était la signature du sous-lieutenant de maintenance) et autres joyeuseries qui complétaient cette cacophonie.

    « Livraison du matériel. » lança Marguerite à travers le haut parleur de la grande salle, histoire de se faire entendre.

    Les trois mécaniciens, eux, n’avait pas perdus de temps et étaient directement allés auprès des autres afin de les fournir avec les pièces nouvellement amenées.
    Quand au quartier-maître de seconde classe qu’elle était, la demoiselle se rendit auprès du sous-lieutenant qui d’un geste sec, apposa sa signature sur le reçu, libérant ainsi Marguerite de sa tâche.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Un gros boom téléguidé [#001]

    Message par Invité le Mer 8 Oct 2008 - 11:32

    Thomas avait très vite assimilé le plan et était déjà d’attaque. Enfin presque, il eu tout de même besoin de quelques minutes pour remettre tous ses neurones en place pensa-t-elle, c’est vrai qu’il travaillait dans l’autre équipe et qu’il devait dormir…
    Leur discussion reprit de la façon suivante :

    « -Il nous reste combien de temps avant d'envoyer les chasseurs à l'abattoir exactement ?

    -Et bien monsieur Winnie nous a juste dit de faire au plus vite. Je lui ai dit 1h30 par chasseur mais à ce moment là j’étais juste avec monsieur Gyvre…Il nous a donc accordé 4h30 pour finir de préparer les chasseurs.

    -Quand tu parles du matos, tu parles de nouveaux moteur et ce genre de trucs, non ? Va falloir les débrider en quatrième vitesse si on veut qu'ils aillent tranquillement se scratcher dans le camps en face sans faire de crasse en vol. Et y'a quelque manips' à faire qui pourront booster les performances aussi... Mais ça bousillera le moteur sans doute. Mais on s'en fout, car de toute façon, on va les planter quelque part.

    -Alors Monsieur Gyvre a demandé à monsieur Hook des moteurs Hurricane de dernière génération. C’est un bon produit on pourra certainement en tirer quelque chose. Je sais que vous êtes fort avec les chasseurs alors je vous fais confiance. »

    Elle conclu avec un grand sourire, vraiment elle aimait bien Thomas.

    « Vient la sauterelle, tu vas m'aider à m'occuper du dernier et en fonction du temps qu'il nous reste, j'vais te dire quoi faire quand on aura le matériel pour l'améliorer au mieux.

    -Ok j’arrive tout de suite, répondit la grenouille du tac au tac.

    -Bon, la crevette, tu t'occupes de l'intérieur, j'm'occupe du reste. »

    Elle fit un signe de tête, s’exécuta et escalada l’aile du chasseur pour entrer dans le cockpit. Elle avait les poches pleines d’outils et de vis/écrous/boulons en tous genre, une clé anglaise entre les dents, du cambouis sur la joue….La vrai mécano quoi ! Elle était accroupie sur le siège et s’activait alentour sur le tableau de bord, les commandes, les systèmes de survie et d’air conditionné…Sa bouille sortait de temps à autre du chasseur pour passer les constituants au premier venu. Elysia y mettait du cœur et ne lésinait pas sur la tache. C’était sa première vraie grande mission et elle venait lamentablement de s’humilier avec le 2412. Une fois tout l’intérieur vidé et prêt, elle ressortit de là.

    Entre temps le matériel était arrivé et Maggie avait rassemblé une quantité impressionnante de matos, La grenouille ne pensait pas qu’ils eurent besoin de tout ça !

    Elle s’adressa à Thomas :

    « Monsieur de Farcy ça y est j’ai fini de préparer l’intérieur du cockpit. Je vous écoute pour la suite, les moteurs et les boucliers tout ça. Mais avant je vais tenir monsieur Gyvre au courant de notre avancement à moins que vous l’ayez déjà fait. Je m’absenterais 1min pas plus, après je reviens booster les moteurs avec vous. J’ai jamais fait mais j’ai hâte d’apprendre

    Elle partit ainsi tout joyeuse et surexcitée comme une puce à l’idée d’en connaitre d’avantage sur les moteurs et ce grâce à Thomas.

    Une fois Iron-man tenu de l’avancée de la situation, elle retourna auprès du shitennô et attendit les consignes.

    Quant à Malu, il était toujours étalé de tout son long et ce malgré les contestations des membres de l’équipage qui devaient l’enjamber. Sa maitresse ne s’apercevait pas de la gêne engendrée par son toutou et était bien trop occupée pour s’en charger de toute façon.
    avatar
    Thomas de Farcy
    Maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 56
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Se faire soigner/ha ha ?
    Citation : T'as vraiment une belle paire de...! Heu... Narines ?
    Couleur RP : #52a285
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 06/08/2008

    Re: Un gros boom téléguidé [#001]

    Message par Thomas de Farcy le Jeu 9 Oct 2008 - 15:07

    Dans le hangar, non loin d'un chasseur qui commençait à n'être plus que l'ombre de lui même au yeux du métisse, Thomas s'affairait à dessouder, dévisser et déconnecter tout ce qui faisait que l'élément sur lequel il s'acharnait depuis un moment déjà, résistait toujours à ses assauts de démontage. Il tira un peu, s'aperçut de la résistance, passa ses mains entre les câbles et fils en rougissant un peu de violer ainsi l'intimité du chasseur (oui, et vous imaginez même pas si ça aurait été une personne !), et enfin, après quelque bidouillage, la bête céda : dans un bruit sourd qui raisonna dans tout le hangar, une pièce tomba lourdement à quelques centimètres du pied du mécaniciens. Instinctivement, il cria :

    « C'est pas casséééééé ! »

    On survit au sous lieutenant, ou on y survit pas.

    Thomas lui, avec beaucoup de bonne volonté (à défaut de mieux) y survivait. Enfin, il récupéra sa main et se gratta le nez d'un air satisfait. Il ne restait plus grand chose et au moins, à deux, c'était plus rapide. Bien sûr, alors qu'il se passait la mains sur le visage, il se mit plein de crasse, mais bon, quoi qu'il fasse, Thomas devait se salir le visage. C'était comme une sorte de malédiction, car même s'il pouvait ensuite jurer qu'il ne s'était pas toucher le visage, il finissait tout de même sale. Hé ! Les salles d'eau devaient bien servit à quelque chose, hein !

    Il releva la tête et se dit qu'avec l'aide d'Elysia, au moins, ils auraient bientôt finit et seraient en mesure de passer à une phase bien plus drôle : le remontage et le « boostage ». Thomas était fébrile à cette idée, et après une grimace qui accompagnait soigneusement chacun de ses gestes quand il démontait, c'était à présent un large sourire qui illuminait son visage. Il en aurait presque oublié le pourquoi il remontait un chasseur et la finalité de la chose... Presque. Car aussitôt qu'il y repensa, il eut une moue boudeuse de la tête tandis qu'il replongeait dans le ventre de la bête pour démonter encore quelques trucs.

    Quand, quelques minutes plus tard, il ressortit avec un nouvel élément -et encore plus de cambouis sur le visage et les bras- il aperçut au loin, Marguerite, là, dans le hangar. Aussitôt, il se mit à humer l'air de manière audible et visible, comme s'il était dans un théâtre et clama :

    « Oh ! sentez vous cette bonne odeur printanière ? »

    Puis il se tourna vers Maggie et continua son petit jeu, écartant bien grand ses bras :

    « Mais oui ! C'est cette chère composition florale ! »

    Enfin, en quelque pas sautillant, il s'avança vers son amie (si si) et se pencha vers elle avec un sourire quasi-charmeur, tandis que d'une voix délibérément trop suave, il demandait :

    « Alors, ma fine fleur du papier toilette, comment vas-tu ? »

    Dès fois, il semblait que le métisse vivait dans son monde, oubliant toute réalité commune, comme le fait que la situation était légèrement critique, que Marguerite était atteinte de psychopathie et qu'elle pouvait avoir quelque réaction un peu violente ou encore que le temps n'était pas tellement à la plaisanterie. Oh, oui, mais voilà : c'était Thomas... Et thomas la laissait faire des jeux de mots stupides avec son nom de famille. C'était donnant-donnant en quelques sorte...
    Il se redressa et observa vite fait le matériel fournit en le détaillant d'assez près tandis que la grenouille courrait à sa perte prévenir le sous lieutenant.

    « Hein.. ? Mais, j'suis pas prof moi... » marmonna-t-il devant l'enthousiaste de la fillette. Enfin, passons, Thomas haussa les épaules et se dit qu'il ferait avec. Son visage était couvert de cambouis, ses yeux cerclés de cernes légères, pourtant, le métisse paraissait plutôt enthousiaste et éveillé. Il abordait un grand sourire gamin devant les nouveaux moteurs comme s'il venait de recevoir ses cadeaux de noël avant l'heure. Il tourna la tête avec le retours d'Elysia et commença à expliquer, en montrant et mimant du doigts et sans présentation préalable :

    « Alors, regarde, ça, tu dévisses, c'est bon pour le refroidissement, mais on s'en tape. Et ça, là... tu le mets comme ça, et quand à ce trucs là... »

    Thomas expliqua avec zèle quoi faire sur les moteurs. Bien sûr, ça ne les ferait pas aller en hyperespace, mais peut-être que la vitesse pourrait se trouver légèrement améliorée... et ce serait toujours ça de prit. L'inconvénient serait qu'après ce vol, ils seraient mort. Mais ô « chance » ! Il n'y avait pas de retour prévu...

    « Et tu fais gaffe à ça, c'est très coupant » Continua-t-il. Paroles d'expert hémophile. « Et pour les boucliers, c'est simple, on va utiliser... rentrer tels et tels données... et... »

    Il haussa un sourcils et s'interrompit tout seul en revoyant la gamine à côté de lui. Et son âge. Ça, ça risquait de dépasser un Chouilla les compétences de la fillette pour le moment. Et maintenant, Thomas n'avait ni l'envie ni le temps d'expliquer. Ainsi, il se saisit de quelques outils pour reprogrammer les boucliers et lança :

    « Occupe toi des moteurs, ce sera déjà super. »

    Et l'activité reprenait son cours...
    avatar
    Marguerite de Pakrètt
    Quartier-maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 44
    Localisation actuelle : Sur Adonis
    Couleur RP : Blue
    Multi-comptes :
    Date d'inscription : 15/06/2008

    Re: Un gros boom téléguidé [#001]

    Message par Marguerite de Pakrètt le Jeu 9 Oct 2008 - 16:18

    Son reçu en main, Marguerite s’apprêtait à sortir du hangar, lorsqu’une voix familière s’éleva dans le brouhaha général et les cliquetis du métal qu’on frappait, découpait, désossait. La demoiselle se retourna vers l’origine du son familier et eut un sourire amusé lorsqu’elle vit Thomas, le visage barbouillé, lui ouvrir ses bras. Et tandis qu’il sautillait joyeusement vers elle, Marguerite le regardait faire avec la tête d’une grande sœur qui laissait son petit frère s’exprimer avec l’art et la manière d’un comédien Del Arte à la limite du ridicule et qui s’en amusait. Plaçant ses mains dans son dos, la demoiselle accueillit son ami d’une légère révérence de la tête.

    « Mon chou de Bruxelles. »

    Il lui décochait son sourire charmeur, celui-là même qu’elle lui avait vu faire des milliers de fois auprès de gentes dames, sans le moindre résultat… enfin presque. Mais pas celui escompté en tout cas.
    Les petites piques concernant leur nom étaient monnaie courante entre eux. Il fallait dire qu’entre une marguerite et des pâquerettes et une tomate farcie, il y avait de quoi faire. L’un jouant sur les fleurs, l’autre sur les légumes et fruits. Tous deux en avait souffert lors de leur jeunesse. Mais loin de se laisser faire ou abattre, les deux jeunes gens répliquaient fermement à leurs détracteurs. Les seules fois où ils acceptaient volontiers les jeux de mots sur leurs patronymes c’était quand cela venait de l’un d’entre eux.
    Voilà pourquoi Thomas était toujours en vie malgré cette provocation évidente. En effet, quiconque osait se moquer du nom de Maggie, finissait en pâté pour chien. (Pauvre Malu, il risquait l’indigestion à tout instant) Marguerite avait le sens de l’humour, mais elle n’aimait pas particulièrement qu’on rit du mal des autres.

    « A merveille. On s’amuse comme des petits fours ici. » lui répondit-elle alors qu’il jetait un œil (ou deux) sur le matériel qu’elle avait amené avec les autres.

    Un véritable gamin. Il lui faisait penser irrésistiblement à un enfant qu’on viendrait de gâter avec son sourire éclatant, ses yeux brillants et ses mains pleines de cambouis en train de manipuler son dernier jouet. Thomas en avait peut-être l’air mais il n’était plus un enfant. Est-ce qu’un enfant pourrait vous démonter et remonter un chasseur en moins de deux et en l'état ? Marguerite en doutait. Et puis, c’était Thomas ! Enfant ou pas, il restait ce même adorable gaffeur qui n’en ratait pas une. Combien de fois, Maggie avait-elle pu rire à gorge déployée, pliée en deux, devant la malchance du métisse ? A croire que son Karma avec les femmes se soldait par une pastille orange ou jaune. Jamais rose.

    La grenouille vint vers eux et Thomas, malgré ce qu’il avait dit précédemment, se mit à lui expliquer ce qu’ils devaient faire dans leur jargon de technicien-démonteur-de-tas-de-ferraille. Marguerite avait beau être, elle aussi, de la section maintenance, elle était plus du côté de la logistique que de la mécanique. Alors ce que se racontaient ces deux-là relevait plus du charabia pour elle que de l'eau de source.

    Alors, tandis que les bidouilleurs repartaient à l’assaut de leur machine, Marguerite fit demi-tour et sortit du hangar, le sourire aux lèvres.
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Un gros boom téléguidé [#001]

    Message par Invité le Ven 17 Oct 2008 - 19:27

    La Grenouille fit un rapport complet au sous-lieutenant de la maintenance comme promis :

    « Monsieur Gyvre, Thomas et moi avons fini de démonter le 3e chasseur. Comme vous avez-vu le matériel et arrivé et je vais de ce pas aider Monsieur Thomas à booster les moteurs et les boucliers. C’est lui qui va me montrer tout comment on fait ! » dit-elle en sautant sur place. « Une fois les moteurs et les boucliers modifiés je les installerai avec Thomas…Vous je suppose que vous vous occuperez du reste…Je dois vous avouer que je préfère ma partie du boulot…A tout à l’heure pour un nouveau rapport Monsieur Gyvre. »

    Elle prononça sa dernière phrase en retournant auprès de Thomas.

    « Ca y est Monsieur Thomas je suis prête ! »

    Mais une silhouette familière à côté du shitennô attira son attention.

    « A re-bonjour Madame Maggie ! Je vous avais pas vu, merci pour tout le matériel. »

    Oui re-bonjour car elles s’étaient déjà croisées avec l’épisode du générateur en surchauffe (pour ceux qui ne suivent pas…)

    Sur ce elle reporta son attention sur Thomas. Il commença alors son explication et Elysia buvait littéralement ses paroles.

    « Alors, regarde, ça, tu dévisses, c'est bon pour le refroidissement, mais on s'en tape. Et ça, là... tu le mets comme ça, et quand à ce trucs là... »

    « Oui je vois d’accord….ah on peut faire comme ça avec ça ?! Je savais même pas qu’on pouvait dévisser ça pour le mettre à la place du combusteur ! »

    « Et tu fais gaffe à ça, c'est très coupant » Continua-t-il. Paroles d'expert hémophile. « Et pour les boucliers, c'est simple, on va utiliser... rentrer tels et tels données... et... Occupe toi des moteurs, ce sera déjà super. »

    « Ok Monsieur Thomas j’ai compris….rah je savais pas qu’on pouvait faire tout ça sur un moteur ! Je suis vraiment contente que vous m’ayez fait voir tout ça ! Faudrait qu’on se refasse ça un jour…Mais bon plus sérieusement faut que je passe à la pratique maintenant… »

    Elle passa à la tache, sa lèvre inférieure mordue faisant foi de sa grande concentration et de son attention. Pendant ce temps là, Monsieur De Farcy recalibrait les boucliers.

    Marguerite avait quitté les lieux, ils étaient tout les deux face à leur engin, les triturant pour la survie de Lana et la leur….Sans que cela paraisse, leur travail était fondamental, s’ils faisaient la moindre erreur la mission était en péril et la survie des 4 vivenefs étaient plus qu’incertaine. Elysia n’avait que peu conscience de tout cela, si elle l’avait eu elle aurait était tellement stressée qu’elle aurait fait des bourdes énormes ! Elle se contenta de continuer son boulot la tête froide. Une fois les 3 moteurs améliorés, elle demanda à Thomas de vérifier son travail le temps qu’elle aille faire un autre rapport à McWild.

    A son retour, elle aida Thomas pour la dernière étape, le remontage. Comme la fillette avait l’air un peu perdue pour savoir quoi mettre en premier elle attendit les consignes de Thomas. Il leur restait encore une heure et demie pour monter les 3 chasseurs. Le timing allait être serré….
    avatar
    Thomas de Farcy
    Maître de seconde classe / Maintenance - Adonis

    Nombre de messages : 56
    Localisation actuelle : Adonis
    Mission actuelle : Se faire soigner/ha ha ?
    Citation : T'as vraiment une belle paire de...! Heu... Narines ?
    Couleur RP : #52a285
    Multi-comptes : Hazel ¤ Eryl ¤ Eilaire ¤ Elyès ¤ Ephram ¤ Norah ¤ Thomas ¤ Sarah
    Date d'inscription : 06/08/2008

    Re: Un gros boom téléguidé [#001]

    Message par Thomas de Farcy le Dim 19 Oct 2008 - 14:27

    L'enthousiasme de la grenouille était plutôt encourageant à voir. Elle buvait les paroles du métisse comme l'aurait fait une éponge et semblait vraiment ravie d'apprendre ce genre de truc. Un instant, Thomas eut la peur furtive qu'elle décide d'être un peu trop zélée et s'attaque à tout les chasseurs du hangar dans certes, la bonne attention de les améliorer, mais qui au final pourrait bien se révéler mortel. Aussitôt, par mesure de sécurité, il préféra ajouter :

    « C'est uniquement parce que on envoie ses chasseurs au -argh- casse pipe, hein ! Rien d'autre ! C'est même pas certains qu'ils résistent à plus d'un ou deux aller-retours les moteurs comme ça ! Il tiendront le temps d'un vol, mais... »

    Mais bon, la grenouille était partie non sans laisser Thomas à ses pensées à cause des dernières paroles prononcées... Il faudrait qu'ils « refassent ça un de ses jours »... combien de fois le métisse avait-il put rêver qu'on lui prononce ces paroles ? De même, son maitre était formel : ces quelques paroles étaient un bon présage pour les prochaines fois futur... Ou du moins, c'est ce qu'en avait déduis Thomas lors des « cours » que le médecin lui donnait (plus ou moins volontairement, quand on est hémophile et qu'on travail dans la maintenance, on passe beaucoup de temps avec le médecin de bord...) sur les femmes. Et voilà, le métisse ne rêvait pas.

    Une bouche féminine avait prononcée ces quelques mots magiques.

    Seulement, Thomas était loin d'être un pédophile. Pour que ces mots soit vraiment parfait, il aurait fallut qu'Elysia ait au moins 6 ans de plus, qu'elle est un bonnet de soutient-gorge d'au moins 90C (avec les autres mensurations affriolantes qui vont avec) et qu'elle mesure pas mal de centimètres en plus. Mais merde ! Pourquoi fallait-il que ce soit une gamine de 13 ans qui dise ça ?

    Grognon, le métisse se réactiva, prit un petit boitier accroché à sa ceinture, brancha ce dernier a un premier bouclier et s'activa à pianoter sur le petit clavier pour reprogrammer l'énergie des boucliers. Méthodiquement, il s'occupa des trois à tours de rôle et les améliora à sa sauce, en sachant parfaitement qu'ainsi, les pauvres machines ne dureraient pas longtemps. Ce serait vraiment l'histoire d'un ou deux voyages, ou peut-être de trois si ça tenait bon. Mais de toute façon, Thomas n'était pas dupe, on ne lui demandait pas que ces chasseurs reviennent. Juste qu'il tienne pour aller faire boom dans les vilains.

    Il poussait de nombreux soupirs exaspérés, à la fois pour l'idée qu'il améliorait des chasseurs pour mieux les envoyer se scratcher quelque part (et que c'était doucement ironique), mais aussi parce que l'idée que la première personne féminine avec qui il avait un peu de « succès » et qui lui disait qu'il « faudrait qu'ils remettent ça » était une gamine de 13 ans continuait à lui trotter dans la tête.

    Enfin, le moment fut venu de remonter les chasseurs. Thomas regarda furtivement sa montre et haussa les sourcils, surprit par le peu de temps qui lui restait. D'un air déterminé, perdant ses attitudes gamines, Thomas claqua dans ses mains en prononçant :

    « Aller, on y va, la sardine, avec moi. »

    Puis finalement, les chargés de la maintenance remontèrent, revissèrent et ressoudèrent tout les matériaux qui jusqu'à maintenant gisaient au sol. D'abord un chasseurs, puis après l'autre... Thomas regardait de temps en temps, inquiets, sa montre qui montrait combien le timing était serré. Cependant, il ne se dépêcha pas pour autant, la précipitation n'amenait qu'à faire des erreurs.

    Et enfin, tandis qu'une goute de sueur roulait le long de son visage, il put donner le dernier coup de soudures. Il s'éloigna, presque comme essoufflé de l'effort qu'il venait de faire, et regarda les chasseurs. Voilà, c'était fait. Thomas avait finit son travail pour le moment.

    Les chasseurs étaient à présent prêt.

    [Et fin de ce sujet !!! Ouééééé ! ]

    Contenu sponsorisé

    Re: Un gros boom téléguidé [#001]

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 22 Oct 2018 - 23:19